AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans la pénombre de l'Archipel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Dans la pénombre de l'Archipel    Jeu 30 Nov - 15:34

Arigrim les avait mis sur la piste d'une magicienne de la loge ou plutôt son disciple. Ce dernier se trouvait à l'archipel de Skellige non loin de la cote principale du pays. Souvent en mouvement, le vieux nain n'avait pu indiquer un point précis à nos amis. L'indice majeure demeurait encore la description de l'individu. La tâche 'était pas aisée mais, le groupe comptait bien étendre ses recherches sur les îles encore habitée de l'archipel détruite. Rien ne semblait dissuader le jeune dragon qui ignorait encore beaucoup de la peur.
Ainsi le groupe avait été escorté jusqu'au port le plus proche où ils firent l’acquisition d'un beau rafiot  en  bois sombre. Franchissant le large des côtes Cidaris, ils se dirigèrent en hâte vers la Mer du Nord dans laquelle se situait Skellige et ses îles. Dans un premier temps, ils mirent le cap sur l'île à l'est de Ard Skellig, Hindarsfjall. Sur cette île se trouvait le temple de la déesse Freya, ainsi que le bosquet sacré de Hindar. Ils voulaient tenter leur chance sur cette île, ambitieux sur les traces du disciple.

Skellige, qu'il le veuille ou non, leur périple ne pouvait échapper à cet itinéraire. Aelendil était partagé à l'idée de s'y rendre. En effet, il était désireux de retourner à sa forteresse sans avoir à être accompagné. Chose compliquée dans sa condition actuelle. Il avait un mauvais pressentiment sans en connaître la nature. Sa réticence le rendait un brin grognon car au fond de lui, le dragon se délectait de ce retour. C'était comme s'il savait qu'ils allaient tous ensemble devoir se rendre à Kaer Trold. C'était sûrement là ce qu'il appréhendait le plus. L'air marin lui ayant saisi les narines depuis leur arrivée, il devenait nostalgique, distrait.
Depuis leur départ, le groupe ne cessait de baigner dans la bonne humeur. Chacun ayant fierté à suivre notre duo infernal pour diverses raisons. Le groupe trouvait sa force dans l'investigation personnelle et volontaire de chacun. Autant dire qu'il y avait une ambiance mouvementée en plus des échanges parfois compétitifs. De son côté, notre ami gardait un bon souvenir de leur première nuit à Kazak B ; malgré tout. Selene lui paraissait bien moins renfermée qu'elle ne le montrait et cela améliorait encore leurs rapports. La première nuit sur le rafiot, les deux amis avaient échangeaient brièvement divers sujets tranquilles alors que l'argenté profitait de la fraîcheur nocturne. Il lui avouait à cet instant avoir été marin durant quelques temps pour faire taire ses interrogations. Selene ayant également le pied marin, ils s'étaient tout deux découverts une nouvelle passion commune.

Le surlendemain, le groupe accostait au large des cotes d' Hindarsfjall. Al connaissait l'endroit, il savait où se trouvait le bosquet ainsi que le temple délabré. Pourtant, ce fut le trio fraîchement cueillis qui accostaient les premiers. Ivy prenait à cœur son rôle d'éclaireur. Chacun voulant assurer la sécurité des uns et des autres tout en prouvant ses facultés. Hormis Mason, tout le monde ici avait un passif belliqueux intéressant. Aelendil tardait à descendre tant il semblait s'imprégner des lieux. Les mains encore accrochées à la barre, il cherchait surtout à voir si quelque chose avait changé. Il ne ressentait pas la moindre menace, les yeux perdus dans ses interrogations. Il fut l'un des derniers à quitter le navire. Ivy, Barenthir et Rhydian partirent en éclaireur en délaissant le groupe derrière eux.

Le trio discrets parvenait très rapidement à repérer des traces de civilisation. Les habitants n'ayant jamais quitté leur poste s'étaient contentés de réparer et de survivre dans ces terres hostiles. Le climat frais n'avait rien de chaleureux et pourtant leur cœur était trop lourd pour pouvoir partir. Ils étaient là à attendre que leur déesse ou quelque chose prenne pitié de leurs âmes. Rattachés à leur passé. Ivy fut la première à lier le contact avec un habitant, elle rassurait la pauvre femme qui n'avait toutefois pas l'air démunie. Les femmes de skellige étaient autrefois réputées pour leur robustesse et capacités en tant que guerrières. La femme blonde accompagnait sans grande méfiance le trio au village. Dés les présentations avec les deux chefs de clans présents, Rhydian rebroussait chemin sous les traits du loup pour informer le restant du groupe de leur trouvaille. Aelendil rejoignait Selene, Mason et Varric lorsque Rhydian fit son apparition. Le loup indiquait d'un mouvement de tête qu'il fallait le suivre, ce qu'ils firent sans broncher. Mason questionnait l'animal en formulant des questions nécessitant un oui ou on comme réponse. Par conséquent, ils furent aussitôt rassurés de savoir l'île docile. Quand ils arrivèrent aux abords du village aux allures primitives, Al ralentissait le pas.
Il devait être pas loin de midi passé, l’accueil des villageois les incitait à passer le restant de la journée dans leurs terres épargnées pour se reposer jusqu'au matin. Le restant du groupe fut présenté aux deux chefs qui se tenaient dans une bâtisse principale. Aelendil restait en retrait, peu enclin à participer aux conversations insignifiantes pour le moment.  Quand l'idée commune de rester sur place un moment fut prononcée, Aelendil dérivait en direction des deux chefs de clans. Ce fut Varric qui le retenait discrètement pour lui glisser en sentant l'impatience de l'argenté. «Vas-y doucement, nous avons tout notre temps d'ici demain. Nous ne sommes pas sûrs qu'il s'agisse de notre homme. » Al lui jetait un regard noir tout en dérobant son bras alpagué pour répondre entre ses dents serrées. « Tsss...raison de plus pour s'en assurer en attendant...»  Il n'avait que faire de poser pieds à terre, il était en forme, lui. Il allait être compliqué de le ralentir. Le champ lui était libre pour accoster les deux chefs âgés tous deux d'une cinquantaine d'années.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Ven 1 Déc - 15:21

Suite à leur passage rapide mais fructueux dans la cité des nains, le comportement de la jeune mage à l'égard de ses compagnons d'infortune avait légèrement évolué, et si elle n'était pas encore aussi extravertie que certains d'entre eux, elle affichait néanmoins davantage de connivence avec la plupart des membres du groupe, à l'exception de Barenthir qui continuait à l'intimider légèrement sans qu'elle n'en comprenne vraiment la raison. Selene avait néanmoins pris conscience que s'ils tenaient tellement à les accompagnés, elle et le prince, elle n'avait pas le pouvoir ni l'autorité suffisante pour les en empêcher, et se reposer sur autrui pouvait parfois se montrer agréable en fin de compte. Lentement mais sûrement, la jeune femme semblait apprendre ce que pouvait être la confiance, et parvint peu à peu à se détendre et à profiter de la présence de ses comparses. Varric lui parlait sans cesse, lui relatant de vieilles légendes de son peuple qu'elle écoutait avec un intérêt non feint tant le sujet avait pu la passionner autrefois. Elle avait l'impression de redécouvrir l'enfant qu'elle avait été des années auparavant, lorsqu'elle n'avait encore aucun idée de la malédiction visant son sang. Elle passa la majeure partie du chemin en compagnie du nain et d'Ivy qui semblait aussi curieuse que la rouquine. Quelques semaines les séparèrent de leur arrivée à Skellig durant lesquelles la tension qui pouvait régner au sein du petit groupe s'atténua largement alors qu'ils apprenaient à se connaître les uns, les autres. Mais le changement le plus flagrant fut probablement sa manière d'agir par rapport au prince. Si jusqu'à cette fameuse soirée chez Arigrim, elle s'était toujours montrée froide et distante, cela tendait à changer depuis qu'elle avait pris conscience que son ami n'avait jamais vraiment disparu. Il avait changé, mais elle sentait que l'amitié mutuelle qu'ils se portaient été toujours présente malgré les événements qui avaient pu se produire. Elle se trouva donc plus encline à discuter avec lui en toute sincérité, cessant de masquer sans arrêt la moindre de ses émotions. Malgré cela, la jeune femme gardait pourtant une certaine réserve en sa compagnie, comme s'il y avait un pas qu'elle était parvenue à franchir avec les autres, mais qu'elle craignait de passer avec lui. Leur relation était cordiale, amicale même par moment, mais dès que les choses devenaient vraiment trop personnelles lors d'une discussion, elle trouvait souvent un moyen pour y couper court et passer à autre chose, ou bien simplement rejoindre un membre du groupe. La seule chose profonde qu'elle avait accepté de partager avec lui était la moyen de maîtriser sa propre puissance. Ils avaient passer plusieurs heures à en parler, légèrement à l'écart des autres pour se protéger des oreilles curieuses, et tentaient de trouver une solution pour l'entraîner efficacement. Aelendil était le seul en qui elle avait réellement confiance concernant ce travail dangereux, sachant qu'il était également le seul à pouvoir survivre à une décharge d'énergie un peu trop violente. Rhydian avait bien essayé de s'en mêler après les avoir écouté plus ou moins volontairement, mais la mage s'était montrée très claire et quelque froide à ce sujet, si bien qu'il ne retenta pas sa chance une seconde fois, du moins pas directement auprès d'elle. Selene tenait trop à l'hybride pour accepter de le mettre en danger de cette manière, car elle était pleinement consciente que ça le tuerait sûrement.

La traversée fut un véritable plaisir pour Selene qui retrouva les brumes marines avec délice, affectionnant tout particulièrement l'atmosphère salée et quelque peu particulière des rivages. Son contentement fut d'autant plus conséquent lorsqu'elle se rendit compte que les courants d'énergie étaient bien moins puissants une fois en mer, ce qui lui donna une occasion rêvée de pouvoir commencer à tenter de maîtriser sa magie un minimum. Elle s'isola donc régulièrement sur le navire en quête de solitude et de quiétude pour se concentrer pleinement sur la puissance du sang ancien et ses effluves. Après plusieurs heures, elle parvint à faire disparaître complètement la moindre trace de son aura, et ce durant un certain temps, suffisamment pour que l'hybride ne vienne la chercher avec inquiétude, trop habitué jusqu'alors à pouvoir la « sentir » n'importe où. Elle fut satisfaite de constater que même en tenant une conversation, elle parvenait à garder sa maîtrise, et tenta de le faire jusqu'à la fin de court voyage sur les flots. Elle n'était pas la seule à être à l'aise en mer, et après quelques questions à sa moitié, elle apprit qu'il avait un passé de navigateur lors de sa longue absence du palais. Ce fut à ce moment-là que Selene comprit qu'en fin de compte, ils ignoraient encore énormément de choses l'un de l'autre, lui-même ne connaissant qu'un maigre partie de son passé de vagabonde de par les histoires courant à son sujet. Pour autant, il s'agissait d'événements qu'elle n'était pas encore vraiment prête à partager et préféra garder le silence pour le moment. Ils accostèrent à un peu plus de deux jours de voyage sur une île à l'aspect rude qui plaisait à la jeune mage, mais Ivy insista pourtant longuement pour qu'elle et ses comparses avancent en premier pour s'assurer d'éventuels dangers les menaçant. Malgré ses réticences, elle fut contrainte de rester sur le navire le temps que la petite troupe prenne de l'avance, elle avait horreur de rester en arrière-plan, même si la logique de l'éclaireuse restait indiscutable. Selene en profita donc pour observer les nombreuses petites îles alentours depuis leur navire. Toutes paraissaient plus ou moins désertes, avec quelques vestiges de bâtisses de pierre rongées par le temps et la végétation. La jeune femme, comme tant d'autres, avait eu vent du sort qui avait frappé Skellige, Agarwaen avait proféré ici un véritable massacre, et son affiliation à la famille Celebor n'était un secret pour personne. Les dirigeants avaient voulus soumettre par la force les ultimes résistants, et ce au mépris de centaines de vies. Les yeux de la rouquine se voilèrent légèrement lorsque le souvenir du dragon lui revint en mémoire alors qu'il la retenait dans des terres guère éloignées de l'endroit où ils se trouvaient actuellement. Elle n'avait pas le souvenir d'une créature sanguinaire ou avide de violence, à l'inverse, il lui avait paru étrangement censé et calme, même au travers du mépris que sa voix caverneuse avait pu porter à ce moment-là. Elle scruta les cieux, se demandant s'il vivait toujours dans ces contrées hostiles ou bien si Asloth l'avait fait revenir à Wyzima pour assurer la sécurité de la citadelle. Ou encore s'il se trouvait à présent sur leurs traces à elle et Aelendil. A cette pensée, la jeune femme chercha le jeune homme du regard, le repérant en train de traîner sur le navire, semblant observer les alentours avec attention. Asloth irait-il vraiment jusqu'à assassiner ou faire tuer son propre petit frère par avidité ? Après ce qu'elle avait pu découvrir au sujet du nouveau roi, Selene n'avait pas vraiment le moindre doute à ce sujet en vérité … Un loup immense surgissant de la forêt proche la tira de ses réflexions maussade avant qu'elle ne jette un dernier regard en direction du ciel, guère rassurée, pour finalement aller rejoindre l'hybride en compagnie de ses acolytes, le jeune prince les ayant finalement rejoint. Rhydian les conduisit rapidement vers ce qu'il restait d'un village en plein cœur de la forêt, où quelques survivants avaient établis leurs quartiers. Mason et le loup parvenaient à converser sans problème malgré l'apparence animale, ce qui les aida à en apprendre davantage sur la situation, jusqu'à ce que les villageois ne viennent finalement à leur rencontre. Selene avait retrouvée son attitude froide qu'elle réservait habituellement aux étrangers, si bien qu'elle resta en retrait derrière l'herboriste prenant les devants pour se présenter. Plus les minutes passaient, plus la jeune femme gagnait en nervosité, l'endroit lui rappelant clairement de mauvais souvenirs, si bien qu'elle grimaça imperceptiblement lorsqu'il fut convenu qu'ils passeraient tous la nuit en ces lieux avant de reprendre leur recherche concernant le disciple de la mage de la loge qui avait habitée ces contrées.

Prenant sur elle, la jeune femme se délesta finalement de son arc et de ses munitions qu'elle abandonna contre un mur proche avant d'entendre la voix de Varric non loin d'elle, dont elle avait d'ors et déjà appris à reconnaître les variantes. Clairement, il cherchait à raisonner quelqu'un, et un simple coup d'oeil dans sa direction lui exposa rapidement le soucis. Si elle n'était pas à l'aise dans ces lieux, elle ne semblait également pas être la seule à ne pas vouloir s'éterniser, pour une raison qui lui échappait encore. Toutefois, Selene ne pouvait qu'être d'accord avec le nain, se jeter sur l'information ne serait probablement pas une bonne chose, l'intérêt qu'ils pourraient démontrer pour ce sorcier ne ferait qu'éveiller la curiosité de personne mal disposée à leur encontre. C'est pourquoi elle prit les devants rapidement et rejoignit l'argenté qui se dirigeait vers les chefs en train d'observer leurs invités avec curiosité. Saisissant le poignet du jeune homme pour le retenir, elle le devança et fit preuve du plus d'amabilité dont elle était capable tout en empêchant le jeune homme de prendre la parole. - "Pardonnez mon insolence messieurs, j'ai conscience qu'elle pourrait vous offenser, néanmoins je m'interroge. Il n'est de secret pour personne que la région a été en proie à la colère du dragon des Celebor. Ma question sera donc simple, est-ce qu'il se trouve encore dans vos contrés aujourd'hui ? - Les deux hommes échangèrent un regard silencieux avant d'observer la mage avec suspicion jusqu'à ce que l'un d'eux ne se décident finalement à répondre. "-" Il n'a pas été vu depuis des lunes, néanmoins personne ne peut dire s'il est toujours dans la forteresse ou pas. Aucun homme ne souhaite s'y aventurer, et à raison. Qu'il reste terré dans son domaine, cela ne nous importe pas, il a déjà fait suffisamment de dégâts ici. Pourquoi cette demande ma dame ? "- La rouquine fit mine de réfléchir avant de répondre doucement. -" Nous ne sommes pas en bons termes avec la couronne, et l'hypothèse que leur arme la plus puissante puisse nous tomber dessus n'est guère réjouissante, il s'agit simplement de cela. "-" Pas d'inquiétude, nous avons eu vent du mariage du roi. Vous ne risquez rien à demeurer ici le temps de trouver ce que vous chercher, nous n'avons pas prêtés allégeance aux Celebor et ne comptons pas le faire aujourd'hui." -" Vous m'en voyez ravie ." - Elle leur adressa un sourire poli avant qu'ils ne soient pris à partie par Mason qui les questionna sur les plantes locales, avides d'étoffer ses connaissances.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Sam 2 Déc - 12:22

A peine avait-il dépassé le premier obstacle qu'un second se manifestait. Cette fois ce fut Selene qui le retenait.Alpaguant à son tour notre ami par le bras, il levait son regard clair sur elle préalablement lassé. Il s'attendait à ce qu'elle le dissuade autant que Varric sauf que lieu de ça, elle s’adressait directement aux deux chefs. Surpris, Al fronçait légèrement les sourcils en observant brièvement le profil de la rouquine. Son regard s'endurcissait à l'entente de l'un de ses surnoms. Il détournait le regard tout en récupérant son bras, finissant d'approcher sans éveiller de soupçons. Bien qu'il n'en montrait pas l’intérêt, intérieurement il était à l'écoute et même déçu de la réponse. Il s'attendait à bien plus de fougue de la part de ces épargnés. Aussi, il avait du mal à croire qu'aucune personne n'avait été foutue d'aller constater la présence du dragon en plus d'un an de silence. Le jeune dragon était étonné à l'idée que personne n'ait mis les pieds à la forteresse durant son absence. Il jubilait quelque part, savoir qu'il trouverait son trésors intact le réjouissait mystérieusement. Il sentait le besoin de garder jalousement son butin en sachant pertinemment qu'il n'en avait aucunement besoin. Un vice de draconide. Il pouffait brièvement, sarcastique, en comprenant que la peur leur lié pieds et mains à ces terres.C'était ridicule d'après lui, il n'arrivait pas à comprendre l'importance de leurs racines lui dont les siennes étaient bafouées. Notre ami s’abstenait donc de tout commentaire, comprenant enfin qu'il fallait la jouer finement. L'intervention de son amie éclaircissait d'avantage la situation. En effet, personne ne devait se douter qu'ils étaient sur les traces de la Loge des Magiciennes ou quoi que ce soit d'autre. Cette simple nouvelle suffirait à confirmer les attentes héroïques du peuple en effervescence rebelle.En conséquence, Asloth pourrait en avoir vent et prendre des mesures bien pires que celles actuelles. Il soupirait donc tranquillement avant de tourner les talons une fois que Mason  prit le relais en changeant de sujet radicalement avec un naturel sincère. Légèrement en retrait aux deux chefs, Aelendil et Selene formaient un petit aparté. «J'ai compris... je ferrais attention... » disait-il en croisant furtivement son regard alors qu'il tournait déjà les talons. Son attitude traduisait parfaitement sa sincérité bien que son attitude blasée avait tendance à le rendre cynique.  

Le restant de la journée, chacun profitait de son intimité pour allait vaquer dans son coin. La soirée arrivait très vite, Aelendil avait passé son après midi non loin du village à l'écoute de ceux-ci. Souvent accompagné de Barenthir ou Mason, l'argenté écoutait parfois les discours des habitants. Les discours et opinions étaient divers or, ils étaient tous aussi faibles les uns les autres. Ils se trouvaient près du lavoir, ils écoutaient les femmes échanger et chanter, dont une qui se plaignait grossièrement.  Les trois compagnons en profitaient pour user du lavoir, aidés par les villageoises ravie de la compagnie de notre groupe. Cependant, à force d'entendre les leçons de morales et autres avis politique des habitants. Al se décidait enfin à parler, en désaccord et brisant ainsi la quiétude de l'instant..

-De quoi vous vous plaignez ? Hindarsfjall a été épargné. Enchaînait-il avec un soupçon d’agressivité dans sa voix. Vous êtes-là à vous lamenter depuis des années sans avoir eu le courage de quitter vos foyers !
-Ce n'est pas aussi simple mon garçon ! Rétorquait la vieille, la femme d'un des jarls, rejoint par deux bonne femme remontées. Nos ancêtres ont construit ce que nous sommes encore aujourd'hui ! Comment pourrions-nous abandonner nos racines ?
-Vous êtes bien trop faibles, vous vous cachez, voilà votre problème.
-... une des anciennes s'indignait progressivement. Et de quel droit pense t-il pouvoir nous juger ? Nous qui sommes les vestiges d'une culture ! Nous avons le devoir de perpétuer le culte de la déesse Freya !
-Vous n'êtes que l'ombre d'une ancienne civilisation ! Vous prétendez ne pas pouvoir mais, en réalité vous ne voulez pas. La culture ne peut être retranscrite par vos murs. Aelenlil s'impatientait face aux excuses des habitants. Pour lui, ils se voilaient la face. Il marquait donc une courte pause pendant laquelle tout le monde méditait face à son agacement apparent. Seul le peuple doit être préservé, bande d'imbécile !
-Allen ! Je pense qu'ils ont compris où tu voulais en venir.
-Ce que le jeune prince voulait maladroitement dire c'est que vous êtes libres, en effet, de transporter votre culture à condition de sacrifice.
-Ne nous faites pas la morale ! Nous savons parfaitement que nous sommes libres ! Mais si nous le sommes, c'est justement parce qu'une ombre plane sur Skellige ! Celeborr a perdu son dragon depuis le jour où nos enfants, parents, amis, bétails et terres brûlaient avec l'honneur du Nilfrgraad !
-Ca suffit... Marina...
-Oooh non ! Je crois que ce garçon ne mesure pas la réalité des choses ! La vieille femme relevait les pans de sa robe dans la précipitation pour rejoindre l'argenté qu'elle dévisageait de colère. Dis-moi mon garçon, qui accepterait de partager ses terres avec une nation autonome ?!
-Tsss... Quand bien même son absence, que ferriez-vous si le dragon n'est plus à Kaer Trold ?

La vieille femme se calmait, retenue par sa cadette qui s'inquiétait, ne sachant qui soutenir tant la jeunesse de Skellige était désireuse de se libérer de ce cercle vicieux que représentait leur survie. D'où le fait que les opinions convergeaient. L'aînée se reprenait définitivement avant de soutenir un nouveau regard à notre ami, bien moins dure cette fois. « Alors Skellige retrouvera ses richesses d’antan. » Aelendil décidait d'en finir avec ses harcèlements face aux gestes silencieux de Barenthir. La vieille femme essuyait quelques larmes sur ses joues avant de retourner auprès de son époux. Elle délaissait nos amis avec politesse malgré tout et non sans inviter Al à aller écouter les vraies plaintes des survivants d'Ard Skellige. Al détournait aussitôt les talons à sa suite avec une colère non dissimulée. Barenthir et Mason restèrent sur place sans comprendre l'attitude de l'argenté. Sans trop s'attarder sur notre ami, ils tentèrent de briser la glace avec le restant des villageoises. La petite altercation avait été perçue par quelques hommes silencieux et Rhydian qui flânait sous un arbre. A cet instant, le changelin perçut bien plus d'humanité chez le dragon que chez certains humains. Lui-même était victime d'un passé terrible et avait eu la force de faire ce qu'Al reprochait aux survivants.

Le soir, le village dînait en extérieur sur de grandes tables festives. Seuls les villageois les plus prestigieux furent conviés, évidemment. L'ambiance était plus chaleureuse qu'un banquet de noble. Un énorme feu de camp animait la soirée en plus du repas copieux. A table, Aelendil se plaçait loin des deux chefs, sentant encor le lourd regard de la vieille femme, Marina, épouse d'un des Jarl. Le jeune homme avait décidé de s’asseoir près de ses compagnons qu'il ne fuyait plus. Il commençait d'ailleurs à prendre plaisir à leurs côtés. Sans qu'il ne s'en rende compte, sa réconciliation avec Selene l'avait de nouveau ouvert aux autres. Lui qui avait tendance a demeurer en retrait autant en combat qu'en société. Il était agacé, quelque peu agité et c'était cette humeur bougonne qui le rendait plus loquace. Au fond de lui commençait à germer les graines de la culpabilité, une frustration qui l'empêchait d'accepter son unique faute. Il se disait que même si Iggnir était leur principal malheur, ils étaient depuis lors les seuls à se flageller depuis ce jour fatidique. Il se refusait encore d’endosser tout le poids de leurs malheurs.
Le repas terminé, la majorité du groupe restait attablé à converser avec les villageois et leurs chefs. Aelendil se faisait discret, deux places le séparait de la jeune mage dont il croisait les coups d’œil silencieux. Quelque peu détourné des jarls, Al levait souvent le coude en écoutant Ivy et Rhydian dans cet ordre depuis sa gauche. Selene était la troisième personne et donc à côté de Rhydian comme souvent. A la droite de notre prince, Mason dont l'alcool rendait trop bavard. Il tournait également le dos à Varric assis à côté de Mason puis Barenthir en bonne position près d'une épouse. Le jeune dragon se saoulait à un rythme doublé par rapport aux autres. Barenthir ne buvait pas, désireux de monter la garde au cas où. Le restant buvait à l’abri de mauvaises pensées pour un instant de détente avant d'autre aventures plus dangereuses. Aelendil s'absentait au bout d'une heure pour soulager sa vessie. Il tardait un peu en profitant un instant de sa solitude avant de se mêler à nouveau. A son retour il ne remarquait pas que ses amis quittaient la table pour la convivialité du grand feu de camp. Le garçon se frottait distraitement le visage, l'esprit embrumé lorsque Ivy entremêlait son bras dans le sien pour le faire marcher à reculons. Cependant, le dragon ne bougeait pas et ce fut Ivy qui faillit perdre l'équilibre qui dû reconsidérer son geste. Al s'était stoppé pour lui jeter un regard vide d'expression, habitué par les extravagances de la brune. Ce coup-ci il ne l'envoyait pas paître alors qu'elle lui demandait simplement de suivre le mouvement. Contre toutes attentes, il acceptait et joignit ses pas à ceux de la guerrière. Le groupe formait un arc de cercle légèrement en retrait près du feu. Ivy avait eu rapidement l'idée de former un plus petit foyer près d'eux pour chauffer d’avantage leur comité. Ils étaient tous là, assis près les uns des autres tout en sifflant les bières fréquemment apportées. Cette intimité durait un moment sans qu'ils ne soient distraits par les villageois..
« Bon et sinon, assez parlé de nos aventures communes, j'aimerais beaucoup savoir...plus précisément, comment nos deux acolytes sont parvenus à fuir le palais rudement gardé de Wyzima ! » Mason riait gaiement en se souvenant de sa rencontre avec le couple royal. Ivy relevait l'intrigue avec sérieux malgré son ivresse bruyante. Quant à Rhydian, il s'autorisait quelques commentaires loufoques bien qu'il fut intéressé. Aelendil, lui, soupirait nonchalamment en snobant les regards interrogateurs, une manière de dire à Selene ; débrouilles-toi. Cette dernière répondit sobrement sans rentrer dans les détails, juste de quoi faire taire. Du moins, c'est ce qu'ils espéraient tous les deux mais, ce ne fut pas dans les cordes des fouineurs un peu trop taquins. Si personne ne le clamait haut et fort, ils pensaient tous à un amour impossible entre les deux maudits. Un détail non pas des moindres déplaisant de différentes manières pour beaucoup trop de monde. Ce fut donc Ivy qui insistait, non rassasiée de la réponse unique de la mage. « Je vois... vous aviez peaufiner un plan à deux... hmm... c'est bien... c'est une bonne chose, tu as été courageuse de te faufiler dans les douves en échappant aux gardes. Tu as du les neutraliser j'imagine... » Ivy parlait pour elle même, ravie de constater que la rouquine était faite d'un bois très dur en plus de noble. Al s'était redressé lentement, avants-bras posés sur ses genoux repliés, jambes écartées pour plus d’appuis. Il desserrait les ficelles nouant le haut de sa chemise claire alors qu'une bouffée de chaleur commençait à l'assaillir. Il se rafraîchissait dans la boisson avant de croiser le regard un brin accusateur de la rouquine. Il relevait son regard en levant doucement le menton en déglutissant. C'est vrais qu'il était souvent épargné. Après quoi il lui adressait un semblant de sourire alors que Varric revenait sur un détail croquant en brisant les raisonnements de la guerrière.

-Oui, oui... disait-il songeur, les yeux brillants d'ivresse, je me demandais aussi...
-Allez...lances-toi, vieux cochon nain, rétorquait Ivy en lui balançant quelques gouttes de bières depuis sa chope vidée.
-Laisses-le, Iv'! Chacun son tour...
-Je me demandais ! Répétait Varric en haussant le ton à l'attention d'Aelendil en particulier. SI, le mariage avait put être consommé ! Disait-il en faisant onduler ses sourcils broussailleux. Il y a des frustrations que nous les hommes ne pouvons laisser couler !
-Nous y voilà ! S'étonnait Ivy de manière évidente en soutenant un regard compatissant à la rouquine.
-J'confirme ! Ça expliquerait l'acharnement du roi au delà de sa mégalomanie...
-Pardonnez ma curiosité malsaine seulement je suis curieux de mesurer votre indocilité. Tous, ici voulons savoir si le titre de Reine des insoumis peut vous être accordé en l'honneur de votre courage. Varric souriait, amusé par ses bonnes paroles sincères qui pouvaient être sarcastique dans un tel moment.
-Soyez logiques mes amis... se réveillait Mason d'un air vitreux, nous le saurions si Selene était enceinte ! Annonçait-il de toute son innocence en déclenchant quelques rires amusés.

Mason était saoul, c'était la première fois qu'il parvenait à formuler une phrase correcte en soirée. Or, le fait qu'il fut quelque peu à côté de la plaque dans ses déclarations le rendait d'avantage niais. Il était tout à fait plausible qu'un rapport ait eu lieu malgré tout. Selene mettait un terme au suspens en confirmant l'absence de rapport non sans un commentaire déroutant du loup. Al avait levé un regard mitigé sur la rouquine, persuadé que son frère avait pu profiter de la belle bien avant le mariage. Sans compter l'adolescence, ils avaient bien dû passer une année ensemble pendant qu'Al croupissait en geôle. Il l'a laissé se dépatouiller car aucunement le sujet ne le concernait directement. Aelendil n'avait à aucun moment eu l'idée d'être son amant et ce fut cette conversation plutôt détendue qui lui soumit l'idée pour la première fois. Quelque peu ivre, il se permettait à nouveau de se laisser aller à l'ambiance partagée. Quand il en eut l'occasion, l'argenté put mettre son grain de sel. Varric et Barenthir se levaient pour vaquer ailleurs après que le nain ait relancé l'intrigue lubrique. Avec le départ des deux hommes, le demi cercle se resserrait et Al prenait place sur une bûche comme les autres. A présent, le restant du groupe n'aspirait qu'à une chose, avoir le fin mot de l'histoire. Comment Selene avait-elle put s'échapper sans passer à la casserole en vue du temps douteux accordé à leur fuite. Rhydian avait supposé  dans une minute euphorique qu'elle se soit dédoublée. Un fantasme qu'il ne se privait pas d'afficher malgré les représailles en directe de la rouquine. Le loup avait alors prit en partie le dragon en se moquant d'une éventuelle tromperie de la part de Selene pour lui aussi. C'est à cet instant que l'argenté se manifestait avec nonchalance, feintant une certaine évidence.

-J'en sais rien... disait-il en levant doucement un regard ardent sur la concernée, peut-être a-t-elle simplement profiter de son sommeil salvateur.
-Hé hé... après l'avoir épuisé... évidement, se délectait Rhydian en enviant le roi chanceux dans son malheur.
-C'est ça... rétorquait-il tranquillement sans réelle conviction, juste pour encourager le loup. L'argenté arborait cet air un tantinet provocateur que l'alcool révélait sous des airs un brin enjôleurs.  

Ivy saisissait cet instant, trouvant plaisant de voir les deux hommes s'entendre. Selene était douée de répartie ce qui rendait la conversation plus amusante que honteuse depuis le début. Al ne laissait pas s'échapper cette opportunité pour éclaircir un point qui le dérangeait intérieurement. Refoulant beaucoup d'émotion pour sa sérénité morale, le dragon délaissait souvent le futile au mépris de ses sentiments. En l'occurrence, il était conscient que ces insinuations taquinerait un peu plus la jeune femme sans pour autant la tirailler. Et ce pour la simple raison qu'Asloth avait toujours été le favoris des dames depuis leurs tendre enfance. Aussi loin se souvient-il avant son soit disant coma.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Sam 2 Déc - 15:19

Après avoir cédée à la pression commune, la jeune mage vagabonda en compagnie du loup et de la brune au travers du village, sans pour autant parler à grand-monde. La retenue l'animait encore, elle préférait de loin garder une certaine forme de discrétion et ce malgré les regards curieux se posant régulièrement sur le petit trio. Rhydian lui ne se privait clairement pas pour observer les quelques filles séduisantes qu'ils venaient à croiser, se permettant même certains commentaires en s'attirant des coups de la part de la rouquine qui tenait plus que tout à faire profil bas. Ivy et lui étaient ceux, mis à part le jeune prince, de qui elle s'était le plus rapprochée au cours du voyage. La guerrière et elle partageait une science du combat bien différente mais tout aussi efficace l'une que l'autre et il n'était d'ailleurs par rare qu'elles s'entraînent ensembles afin d'échanger leurs connaissances respectives. Selene avait du mal à croire qu'elle était parvenue, qui plus est assez naturellement, à accorder sa confiance et sa sympathie à d'autres personnes. Elle s'isola néanmoins une paire d'heures pour continuer son entraînement avec une forme d'acharnement qu'elle ne se connaissait pas. Étrangement, le chantage de l'argenté avait finalement fini par l'atteindre, elle brûlait de savoir ce qu'il lui cachait et comptait bien faire en sorte de maîtriser sa puissance rapidement pour le forcer à se dévoiler. Même si la technique était fourbe, il avait pourtant réussi à trouver un moyen détourner pour la motiver à rechercher le contrôle sur elle-même, alors que jusqu'à présent, elle délaissait cette tâche à d'autres, se croyant incapable de pouvoir s'en sortir seule. Ivy était prévenue de sa petite promenade, elle ne se souciait donc pas d'inquiéter qui que ce soit et ne revint au village qu'après la tombée du jour, pour se rendre compte que les préparatifs d'un repas imposant étaient déjà bien avancés. Même si elle pouvait comprendre le but de ce genre d'assemblée, Selene regretta instantanément ses repas chaleureux et surtout bien plus humbles en compagnie de ses comparses. Cherchant une place, elle repéra rapidement le loup et se glissa près de lui en espérant que sa haute stature la dissimulerait aux yeux des jarls qui semblaient curieux à son sujet. Contre toute attente pourtant, le repas ne s'éternisa pas vraiment en longueur, et bien vite plusieurs convives quittèrent la table, y compris ses comparses qui l'incitèrent à suivre le mouvement pour chercher davantage de chaleur et d'intimité près d'un feu de camp. Suivant l'hybride, sa choppe à la main, elle se laissa conduire, les joues rosies par la chaleur et l'alcool qu'elle supportait nettement mieux qu'au début de leur voyage. Varric étant un grand consommateur de breuvage, il se passait rarement plus d'un soir où il ne partageait pas un pinte en compagnie de quelqu'un, et Selene avait prit l'habitude de l'accompagner de temps en temps, gagnant en résistance face à l'ivresse au passage. Si elle était désormais d'humeur joyeuse, cela ne ressemblait en rien à l'état déplorable dans lequel elle se trouvait lors de leur nuit à Kazak Bardin.

Désormais installée face à feu entre Rhydian et Mason, la jeune femme se laissait aller à la bonne humeur communicative de ses voisins, l'herboriste ne tenant clairement pas l'alcool discuter en solitaire sans que ses propos ne soient parfaitement compréhensibles pour autant. La rouquine gardait le silence, écoutant avec attention les récits que pouvaient conter les trois mercenaires jusqu'à ce qu'un autre sujet ne finisse par venir sur le tapis, la tirant de sa contemplation passive de l'assemblée. Elle se tassa entre les deux hommes qui l'entouraient, espérant que sa moitié soit plus enclin qu'elle-même à répondre à cette interrogation, mais ce dernier garda résolument le silence en détournant même le regard, si bien que rapidement tous ceux de l'assistance finirent braqués sur elle alors qu'elle finissait une énième pinte. Dans un soupir blasé, elle reposa la choppe entre ses jambes repliées en tailleur et fit mine de réfléchir quelques secondes avant de répondre à Varric, non sans offrir un coup de coude au loup qui ne cesser de soumettre des hypothèses toutes plus lubriques ou obscènes les unes que les autres. - "J'ai attendu que les gardes quittent leurs postes pour aller sortir Allen de sa cage, puis nous avons quittés le palais à cheval. "- Elle haussa les épaules doucement comme si cela n'avait rien d'extraordinaire, ce qui au fond était le cas, puis tendit son récipient vide en direction du nain pour une autre tournée. Mais manifestement, sa réponse aussi courte soit-elle n'avait pas convaincu son petit auditoire et bien vite la guerrière renchérit sur son comparse en quête de davantage de détails à se mettre sous la dent. Peu encline à rentrer davantage dans les détails de cette soirée dont le souvenir lui était encore passablement cuisant, elle se terra dans le silence, non sans envoyer un regard chargé de reproches à son acolyte qui ne l'aidait guère à se sortir des interrogations qui l'assaillaient. Ce dernier lui offrit un sourire qu'elle traduisit comme un certain amusement de sa part avant qu'elle ne baisse finalement les yeux sur son breuvage. Elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir au fond, même lui ne savait pas précisément ce qui s'était produit ce soir-là. Elle était la seule avec le roi à en avoir une idée précise, et justement, elle tenait à ce qu'il en reste ainsi. Manifestement, cela risquait pourtant compliqué et elle le comprit bien vite lorsque Varric revint rapidement à la charge en coupant sa comparse pour poser sur le tapis une question qui la fit s'étouffer à demi avec sa bière alors qu'elle levait un regard surpris en direction du nain dont elle n'aurait jamais soupçonné ce genre de curiosité. Heureusement pour la jeune femme, chacun semblait avoir son mot à dire sur la situation, et les élucubrations des uns et des autres lui tirèrent plusieurs sourires et rires franchement amusés tant ils étaient tous à côté de la plaque. La bonne humeur étant plus que présente, il n'y avait vraiment rien de malsain dans leur propos, elle avait même l'impression d'entendre un groupe d'adolescents aux hormones un peu trop éveillées et pris de curiosité sur un fait tout sauf capital. Ce ne fut que lorsque Mason, définitivement ivre, balança sa propre supposition avec une innocence touchante qu'elle consentit à dévoiler la vérité platonique au petit groupe, non sans passer un bras amical autour des épaules de l'herboriste penchant dangereusement vers l'avant. - "Hélas pour vous tous, je crains que ça ne soit Mace qui ait raison. J'ai lâchement abandonné le roi à sa frustration pour cavaler dans les cachots à la place." -" Je ne t'aurais pas imaginé si cruelle Selene …" - "Tu ne t'imagines même pas !" - Elle esquissa un sourire dont l'écho fut le rire gutural du loup avant que la conversation ne reprenne à droite à gauche. Bien vite, Varric, visiblement satisfait de la réponse, s'éclipsa en compagnie de Barrenthir au prétexte qu'une ronde était nécessaire, réduisant davantage le petit cercle de fêtards. La rouquine avait récupéré ses deux bras et portait régulièrement sa choppe à ses lèvres en écoutant ses compères, Mason à demi-endormie s'avachissant de plus en plus sur son épaule, ce dont elle ne lui tint pas rigueur. Elle éprouvait une certaine forme de tendresse à son égard , la naïveté dont il faisait souvent preuve en était probablement à l'origine, et si au début, ce trait de caractère avait eu tendance à exaspérer la jeune femme encore sur la défensive, elle avait apprit à le découvrir autrement, et malgré cela, il était toujours de bon conseil ainsi qu'une épaule fiable lorsque le doute l'assaillait. Si la jeune femme avait eu un frère, nul doute qu'elle aurait éprouvé pour ce dernier la même affection qu'elle portait à Mason. C'est pourquoi son comportement ne la dérangeait pas outre mesure, elle secouait simplement l'épaule de temps à autre pour l'empêcher de s'endormir complètement, lui tirant quelques grognements insatisfaits.

Rhydian n'en avait pas pour autant fini avec ses élucubrations au sujet de leur fuite, et avançait désormais un tas d'hypothèses concernant la rouquine et son mode d'extraction de la chambre royale où tant de monde l'avait vu rentrer. Elle le sermonna gentiment ce dont il ne tint pas compte une seconde et enchaîna ses idées les unes après les autres, la plus fiable selon lui étant qu'elle se soit dédoublée, ce qui tira un rire franc à la rouquine. Si elle en avait eu la possibilité, elle l'aurait fait bien plus tôt pour échapper aux griffes d'Asloth, et elle était simplement amusée que le loup lui prête une  telle puissance. Lorsqu'il leva des yeux brillants vers la jeune femme à l'évocation de son idée, elle comprit presque instantanément ce qui lui passa par la tête et lui asséna un coup de poing violent contre l'épaule, faisant tomber Mason à la renverse dans la rapidité de ses mouvements. Ce dernier râla et se redressa tant bien que mal avant de chercher à se resservir à boire pendant que Rhydian s'en prenait désormais au jeune prince pour étayer ses propos. Ce dernier ne lui offrit qu'un regard blasé avant de répondre, portant son attention vers la rouquine qui soutint son regard avec une certaine provocation en entendant ses propos. Loin de l'énervement qu'elle aurait ressenti en temps normal, la jeune femme fut surprise de constater qu'à l'image de tous les autres, il semblait également persuadé qu'elle s'était offerte au roi avant de filer. S'il était bien une personne connaissant la haine et le mépris qu'elle éprouvait pour Asloth et ce depuis des années, c'était bien lui. Loin de se vexer pour autant, elle lui répondit par un demi-sourire énigmatique, le laissant libre de présager ce qu'il voulait avant de chercher davantage de confort dans sa position actuelle en laissant les deux hommes déblatérer l'espace de quelques secondes. Elle termina son propre breuvage avant de poser sa choppe sur le sol de terre froide pour rétorquer. -" Un mage ne dévoile pas ses tours." - Loin de calmer les ardeurs de ses congénères, sa tirade accentua leur curiosité au point que même l'argenté se joignit aux autres pour la sortir de ses retranchements. Si les réactions du loup ne la surprenait guère, la réticence dont faisait preuve le prince à la croire au dessus de tout soupçons concernant les détails de sa fuite commençait doucement à l'agacer, c'est pourquoi elle abandonna finalement son idée première de taire les événements et se redressa vivement avant de se pencher en direction d'Allen sans se soucier de Mason qui se trouvait entre eux. Saisissant le haut de sa chemise, elle l'attira à lui avec vivacité et colla son front contre celui du prince, n'ayant guère le temps de pouvoir fouiller son esprit à distance pour trouver ce qu'elle y cherchait. Elle déforma le sort de manière à ce qu'il agisse sur les envies profondes du l'hôte sans pour autant qu'elle n'ait besoin d'y avoir accès puis balancer l'énergie qu'elle parvenait à contrôler en direction de l'esprit du prince. Elle ressenti vaguement une résistance qu'elle força pour atteindre son but en ignorant les conséquences autour d'elle avant de se reculer un sourire satisfait sur les lèvres en voyant l'argenté en proie à un hallucination visiblement convaincante si elle en croyait son regard surpris. Elle se mordit la joue en constatant qu'il n'était pas le seul impacté par sa magie lorsque Mason se recroquevilla non loin d'elle, visiblement sous le choc d'une chose qu'il était seul à voir , tentant de retenir un rire amusé. Elle n'avait pas eu l'intention de l'embarquer dans l'illusion, mais la précipitation avait du étendre son sort plus que ce à quoi elle s'était attendu.  Elle lâcha un léger rire moqueur et passablement ravi en voyant Aelendil aux prises avec son propre songe, soutenant son regard lorsqu'il revint finalement à lui. - "Satisfait ? "
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Sam 2 Déc - 17:09

Amusé par les plaisanteries fondées de Selene, Aelendil noyait un sourire perceptible dans sa chope pleine. Le manque de pudeur générale restait respectueux et incitait même à participer. Le départ des deux aînés semblait délier d'avantage l’humeur du groupe du fait de sa convivialité intime.  Notre ami, maintenant installé à hauteur égale sur une buche, il détendait ses jambes, délaissant ses épaules un instant pour rester courber. L'alcool lui pesait sur les épaules, comme si qu'on cherchait à le coucher. La bière commune de Skellige était particulièrement forte, ce pourquoi il l'a favorisait depuis l'adolescence. Le jeune prince ne réagissait pas lorsque Mason perdit l'équilibre près de lui. Le manque de réflexe et de réaction du brun l'amusait un brin en plus des fantasmes débiles de Rhydian. Les désirs de ce derniers l'avaient toujours trahis, les représailles de Selene l'amusait que plus. Il se plaisait à gagner ainsi l'attention de la jeune femme pour en savoir plus sur elle. La savoir aussi sage l'émoustillait toujours plus, elle devenait un challenge dans lequel il risquait d'y prendre trop goût. L’insaisissable étant ce qu'il aimait le plus chez les femmes, un point commun avec notre argenté bien plus subtile.  L'herboriste se redressait seul en bougonnant sans que personne ne relève. Pendant ce temps, la jeune mage ravivait le mystère en terrant encore un peu le groupe dans le suspens. Ivy se languissait, dévisageant la rouquine avec passion alcoolique. Aelendil fut le premier à réagir, en pouffant délicatement à la réplique de son amie.

-Dans ce cas, disait-il en s'étirant les bras par dessus ses épaules. Je demandes une autre représentation personnelle.
-Oooh oui ! s'exclamait aussitôt le loup.

Sur ces mots, Selene feintait un agacement nonchalant alors qu'elle se penchait sur son voisin ivre pour accéder à notre prince. De là elle le saisissait par le col sans ménagement pour l'attirer jusqu'à toucher son front du sien. Le coup leur fit à peine mal tant il fut encaissait par d'autres émotions. Selene avait projeter son sort sans trop de préparation, par conséquent, une légère décharge eut comme effet d’électrocuter l'argenté qui eut un frisson. Mason ayant les deux presque avachis sur ses genoux ressentit tout cet amas d'émotion ambiguë combiné au contact subite des deux acolytes. Un contact magique qui n'eut pas l'effet prétendu sur un humain normal. Al renvoyait presque le sort en le déviant sur l’herboriste qui eut une vision troublante au point de le faire rougir à chaque future pensée. Aelendil de son côté s'était dans la foulée renversé subitement en arrière en croyant voir la rouquine se jeter à son cou dans un but purement illustratif. La projection durait dix secondes à tout casser et déjà le voile se dissipait. Selene disparaissait et il reprit très vite ses esprits bien que ses émotions demeuraient réelles. Une poussée d'adrénaline rythmait ses battements, il entendit le ricanement sarcastique de la rouquine à sa droite et déviait automatiquement son regard sur son profil. Un regard incrédule et surtout accusateur. L'argenté déglutissait tout en se redressant, il relaçait au passage d'un mouvement négligé sa chevelure éparpillée. Il croisait le regard de la jeune femme qui lui demandait verdict avec une arrogance qu'il avait cherché. Il se sentit toutefois ridiculisé, persuadé qu'elle savait ce qu'elle avait projeté, il soupirait de dédain. Au moment où il voulut se lever complètement, Mason se laissait à son tour tomber en arrière. Toujours sous l'effet du sort, le brun commençait à chercher le contact avec l'argenté blasé. A peine eut-il le temps d'approcher notre ami que ce dernier lui décrochait une droite qui le sortirait plus vite de cette hallucination que des vapes. Ivy riait de bon cœur tandis que Rhydian s'était levé subitement, complètement affolé. Aelendil reprenait sa nonchalance légendaire tandis qu'il annonçait non sans masquer sa lassitude.

-Je ne me rappel pas m'être porté volontaire...
-Moi ! Moi je veux essayer ! Fais-moi rougir !

Assis au centre de la bûche et donc à côté de Selene, le jeune prince reprenait la parole pendant que le loup venait taquiner la rouquine. C'est de manière évidente qu'il lui balançait en constatant que sa chope était pleine de terre au sol. « Pas étonnant que tu sois si en colère... il se penchait un brin à son côté sans daigner lui porter un regard, tes illusions n'ont pas le pouvoir de te toucher... » A peine achevait-il ses mots dans l'intimité qu'Ivy délaissait Rhydian en train de les rejoindre pour servir une nouvelle bière au prince. Finalement, lui seul semblait se soucier de ce qu'il venait de voir, hormis Mason derrière lui. L'adrénaline dissipée, Al réalisait de nouveau que les plaisirs charnelles pouvaient être passionnants. L'alcool brouillait les pistes et donc son esprit encore en proie à l'image que la mage lui avait offerte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Sam 2 Déc - 18:52

Pour une improvisation pareille, Selene était pourtant satisfaite de son œuvre en voyant Mason toujours aux prises avec sa propre hallucination. Si le prince s'en était sorti trés rapidement, ce n'était clairement pas le cas du jeune herboriste qui déplaçait désormais ses ardeurs sur la première personne à sa portée, soit Aelendil peinant à se redresser. La jeune femme pouffa doucement en voyant le brun tenter d'enlacer son voisin qui lui répondit d'un crochet du droit en plein face pour lui faire reprendre conscience, visiblement peu enclin à servir de victime aux envies du jeune homme. Si elle aurait probablement dû s'inquiéter pour ce dernier en le voyant définitivement sonné après le coup de l'argenté, il n'en fût rien, elle n'était pas vraiment inquiète, et Mason aurait tout au plus un bon mal de crâne le lendemain matin, en espérant pour lui qu'il ne se souvienne pas de cet épisode peu glorieux. Allen s'était finalement relevé sous les rires tonitruants de la guerrière qui se délectait du spectacle offert par les capacités de la mage, elle-même ne pouvant dissimuler son amusement grandissant, même si elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'avait pu apercevoir les deux hommes. Les genoux désormais repliés contre con torse, elle tenait son bras appuyé dessus, la choppe à demi pleine pendant dans le vide alors que son regard dévia du jeune prince jusqu'à Rhydian qui réclamait sa part de magie. Selene esquissa un sourire moqueur à son encontre avant de rétorquer. - "Non, t'as pas été sage toi. Utilise ton imagination, ça sera pareil !" - La rouquine ne doutait pas un seul instant que l'esprit du loup soit extrêmement fertile, et elle feignit donc de l'ignorer lorsqu'il se montra presque suppliant pour obtenir le même traitement que ses deux comparses, sous le regard hilare d'Ivy qui ne loupait rien de ses supplications. Nul doute qu'elle s'en servirait probablement contre lui plus tard. Son attention fut toutefois attirée par son voisin qui avait changé d'identité depuis que Mason ronflait par terre dans leur dos, et tourna ses yeux pétillants de malice vers le profil de l'argenté assis non loin d'elle lorsque ce dernier reprit la parole. Elle reposa sa choppe à ses pieds et perdit légèrement son humeur joviale l'espace d'un instant, fronçant les sourcils face à l'incompréhension que soulevaient les propos de l'argenté et s'apprêtait d'ailleurs à lui demander davantage d'explications, ne se considérant clairement pas en colère à ce moment précis jusqu'à ce qu'il ne renchérisse sans même lui accorder le moindre regard.

Selene qui jusqu'alors était à l'aise, probablement légèrement apaisée par le traîtrise de la bière locale, dévisagea soudain son voisin avec une expression mauvaise. Pas un seul instant elle n'avait eu l'idée de se montrer cruelle envers qui que ce soit, elle n'avait pas le moindre idée de ce que lui ou Mason avait bien pu apercevoir, pourtant sa réplique venait volontairement ou non de toucher un point sensible de la jeune femme. Le seul moment véritable ces dernières années où elle aurait pu se laisser aller à ce genre de plaisirs était la nuit qu'ils avaient passés en commun à la cité naine. Et même là, ; pas un instant elle n'avait songé à la raison véritable ayant pu la pousser dans les bras de l'argenté, si ce n'était une trop grande dose d'alcool. Même en ayant eu des aventures diverses durant son exil en tant que mercenaire, ce n'était alors que des histoires physiques, des besoins primaires à satisfaire, guère davantage. Elle n'avait jamais osé songé à plus, ou à d'autres raisons pouvant la pousser dans les bras de quelqu'un, sauf qu'avec ses insinuations, il venait de semer un gros doute dans l'esprit de la jeune femme. Son sourire envolé, elle le fixait désormais froidement, incapable de trouver quelque chose à lui répondre, prise à défaut par la pique qu'il venait de lui balancer, plus blessante qu'elle n'aurait pu le croire. Les dents serrées, il se passa quelques secondes avant qu'elle ne finisse enfin par réagir avec une violence qu'on ne lui aurait pas soupçonné quelques minutes plus tôt. Se relevant brusquement sans même se soucier d'attirer l'attention sur eux, elle le gratifia d'un regard noir lorsqu'il croisa son visage et lâcha d'une voix glaciale. - "Va te faire foutre  !" - Sans chercher à s'expliquer davantage, elle tourna les talons et s'éloigna du feu de camp, laissant les trois acolytes encore éveillés en plan, dont deux d'entre eux l'observaient comme si elle venait de se métamorphoser en wyverne, ce qui leur aurait presque paru plus plausible. Le revirement soudain et virulent de la jeune mage les laissa indécis, brisant la bonne humeur régnant jusqu'alors, avant que la brune ne se décide à la suivre pour comprendre, délaissant les deux hommes entre eux.

Contre toute attente, Selene ne se dirigeait pas vers le village, mais vers les bois avoisinant. Elle ne savait pas réellement pourquoi elle se sentait aussi mal soudainement, ou même pourquoi le sous entendus latent du prince l'avait blessée, et c'est précisément ce qui la travaillait le plus. Comment pouvait-il avoir la moindre idée de ce qui pouvait se tramer dans son esprit ? A moins qu'elle n'ait laissé transparaître quelque chose dans sa précipitation … Toujours est-il qu'elle se sentait forcé de reconnaître qu'il avait raison, et sa frustration ne s'en trouva que plus profonde. Cognant rageusement de sa botte dans toutes les pierres qui venaient à croiser sa route, elle tenta de contrôler son aura pour reprendre également le contrôle de son esprit jusqu'à entendre des bruits de pas précipités dans son dos. -" Hey attends ! Qu'est-ce qui te prends ?" - Selene leva les yeux au ciel. Pourquoi y avait-il toujours quelqu'un pour vouloir chercher à comprendre ? Elle pila et se retourna en direction de la brune, une main sur son visage passablement colérique. - "J'suis vraiment pas d'humeur. Retourne avec les autres, j'ai besoin de réfléchir." - L'interpellée ralenti le pas pour venir se placer face à la mage dans la pénombre des arbres et fronça les sourcils en croisant ses bras, visiblement décidée à ne pas bouger. - "Pas avant que tu ne t'expliques. Tout allait bien et tout à coup tu pètes un câble et tu te tires ! C'est quoi le problème ?" - Perdant son sang-froid, la jeune mage lui répondit sur le même ton, parlant autant avec des gestes qu'avec des paroles. -" T'as qu'à demander à ton futur roi ! Tssss … j'aurais jamais du faire ça." - "Faire quoi ?" -" Montrer à Allen ce que j'avais montré à son frère avant de fuir le palais. Enfin, peu importe. Tu ne comptes pas me laisser seule, n'est-ce pas ?" - "Non." -"T'es pénible." - "Je sais !" -"J'ai besoin de marcher, libre à toi de me suivre … "- Sans se faire prier, la brune prit place aux côtés de la rouquine qui reprit sa marche en silence. Elle accepta finalement de converser au bout d'une dizaine de minutes en compagnie de la jeune femme, évitant soigneusement le sujet précédent toutefois, et se livra en grande partie au sujet de sa fuite du palais, ce qui la soulagea d'un poids non négligeable. Elles revinrent finalement au village au petit matin et prirent seulement quelques heures de sommeil avant qu'un Mason encore dans le cirage ne vienne les tirer de leur torpeur.

Leur route les amena dans les contrés d'Ard Skellige à la mi-journée bien passée. Depuis leur départ, Selene avait volontairement éviter l'argenté, fuyant son regard autant que sa présence, s'esquivant si d'aventure il se trouvait suffisamment proche pour pouvoir lui parler en prétextant un devoir auprès de quelqu'un d'autres. Elle devait d'abord mettre au clair ses propres idées avant d'envisager quoi que ce soit d'autre à son sujet, et ce n'était clairement pas chose aisée pour le moment, si bien qu'elle passait le plus clair de son temps en compagnie du duo explosif que formait Ivy et Rhydian. Peu de temps après avoir débarqué sur l'île principale de l'archipel, l'horreur du massacre commis ici prit finalement toute son ampleur aux yeux de la jeune femme lorsque du haut d'une montagne, elle put apercevoir la plaine en contrebas ravagée par les flammes et le chaos. Une étendue noircie, dénuée de vie où s'élevaient encore par endroit les vestiges de quelques habitations ayant miraculeusement résisté aux flammes. L'abomination de la scène prit la jeune femme à la gorge et elle resta un moment immobile à contempler les vestiges d'une civilisation en déclin. L'idée même de savoir qu'Asloth était à l'origine d'un tel carnage la révulsait au plus haut point. Jusqu'où cet homme était-il capable d'aller pour s'assurer le pouvoir ? Elle n'avait désormais plus le moindre doute quant au fait que ce roi n'avait aucune limite. Ils descendirent sur la plaine ravagée et avancèrent silencieusement dans les décombres, Selene ouvrant la marche contrairement à son habitude de rester en retrait. La rouquine bouillait tellement d'une colère contenue qu'aucun être doué de raison n'aurait essayé de la contredire. Plus elle découvrait les restes macabres, plus son aura enflait démesurément, si bien que sans le contrôle imposé par son anneau, ce serait probablement elle qui aurait achevé de détruire l'endroit sous l'emprise de la colère. Elle s'arrêta lorsque sa botte heurta un petit objet dépassant de ce qui semblait être une ancienne toiture. Le visage fermé, la jeune femme se baissa pour saisir entre ses doigts les reste calcinés d'une ancienne figurine de bois et d'acier, probablement le jouet d'un enfant. Même si la jeune mage n'avait rien d'une femme maternelle, ce simple objet lui déchira la poitrine aussi bien que la pointe d'une flèche. Elle releva un regard noir vers la plaine massacrée et serra l'objet si fort qu'elle en tordit l'acier dans le vouloir. La colère et la haine étaient en train de modifier ses priorités et fur et à mesure qu'elle découvrait l'horreur d'une guerre de pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Dim 3 Déc - 1:42

Aelendil achevait son énième bière face au silence de son amie légèrement en retrait à sa droite. Il attendait qu'elle daigne répondre sans savoir qu'il avait pu être offensant. Même lorsqu'elle se levait précipitamment, il fallut qu'elle l'envoie directement chier pour qu'il se remette en question. Il levait un regard mitigé sur la silhouette de son aie ayant déjà tourné les talons. Il ne comprenait pas son comportement, ignorant combien ses mots pouvaient parfois être blessants par leur véracité. Silencieux, il se contentait de l'observer s'enfuir tandis qu'Ivy suivait. Le regard que lui jetait la brune avant de partir lui confirmait sa bêtise. L'argenté déportait un regard sombre sur la guerrière en train de trottiner.

-Hey ! Attendez-moi les filles !
-Ne bouges pas, abruti !

Rhydian sentit l'autorité dans le ton de la voix d'Ivy et ce fut suffisant pour qu'il cesse son manège. Encore lucide malgré son attitude extravagante, le brun comprenait qu'il y avait litige. Il reprenait place sagement en face de notre ami dans un profond soupire de lassitude. Là, il s'affalait négligemment avant de prendre la parole sans chercher à fuir lui aussi le dragon.

-Et bien... t'as le chic pour l’énerver, toi, hein !
-Fermes-la un peu le bouffon, ton publique s'est envolé... rétorquait-il en se levant à son tour dans l'idée de quitter l'endroit. Au lieu de blâmer d'avantage le garçon, le changelin ajoutait avec sa nonchalance agaçante.
-Hola...doucement... c'que j'veux dire c'est qu't'es aussi doux qu'une anguille !
-Je sais très bien ce que... Al s'interrompit en entendant la comparaison désobligeante, désireux de lui dire qu'il savait très bien où il voulait en venir. Il soupirait doucement en reconnaissant ne pas être tendre. Pourtant, il ne se trouvait pas dure et faisait déjà de gros efforts pour freiner son cynisme. Peut-être bien mais, je n'ai pas à vous plaire. Grognait-il en se refermant face à son potentiel rival.
-J'ignore c'qu'il s'est passé mais, tu devrais déjà commencé par t'excuser d'être con. Commences par moi, tiens. Lui disait-il en souriant face au visage blasé de son cadet. Il l'interrompit aussitôt avant de laisser filer le maladroit. Reposes un peu ton cul et écoutes c'que j'ai à t'dire.
-Et en quel honneur ? Je doute que les conseils d'un clébard ne soient intéressants...
-Et ceux d'un compagnon ?
-Va chier, Rhydian... Al se relevait définitivement.
-Pfff... quand tu t'souviendra c'que c'est d'avoir un cœur p't-être que tu seras moins con ! Et plus drôle ! Et moins renfermé! T'es aussi passif qu'un mollusque, t'sais ? ! s'écriait-il encore plus fort à mesure que l'argenté disparaissait. Et peut être même que tu seras apprécié !!

Aelendil serrait les poings face aux reproches débiles du changelin. N'ayant pas saisi la sympathie maladroite du loup, il se sentait plus humilié qu'autre chose. Son humeur changeait d'un coup, comme celle de son amie précédemment. Le menton levé face aux sarcasmes dans son dos, il saisissait rapidement une des flèches plantées depuis des années dans un des troncs d'arbre le plus proche. Il n'eut qu'à tendre le bras pour extraire l'objet et le balancer sans la moindre préparation en direction du gueulard. Dans un geste rapide et précis il fit volte face pour balancer du bout des doigts la flèche qui allait se planter à quelques centimètres de l'entrejambe du brun. Là, plantée sur la bûche sur laquelle l'hybride était assis, il la regardait vibrer avec stupéfaction. Sa première idée fut de remercier le coupable de l'avoir épargner. Al était déjà reparti, déçu d'avoir loupé sa cible.  
Il tentait de gagner la solitude quand Varric et Barenthir l'alpaguaient en chemin. Le garçon n'eut pas d'autre choix que de venir discuter avec ses compagnons en pleine prise avec les deux jarls et leur femme. Il fit un effort en saisissant l'importance de cet instant. Varric avait bien fait son travail en jouant à fond la carte de la sociabilité. L'altercation au lavoir ayant fait parler d'elle, Al se vit de nouveau remettre ça. En effet, Marina revenait à la charge en tentant de comprendre le fond de pensée de l'argenté. A travers la dureté du garçon, elle avait entraperçu l'espoir qu'il représentait.

-Le jeune prince Aelendil et moi nous sommes quelque peu disputé tantot dans la journée... annonçait-elle alors que tous ici le savait déjà. J'aimerais que vous sachiez, jeune homme, que je respecte vos idées et ne vous porte aucunement préjudice.
-... Hmm... Aelendil l'observait de son air peu commode. Il était en train de se dire qu'elle avait plutôt intérêt à comprendre la vieille. Le raclement de gorge de Varric lui fit comprendre qu'il devait répondre quelque chose. Tant mieux, je m'en tamp ...commençait-il à formuler avec toute sa mauvaise humeur d'ivrogne insouciant.
-ssst ! Tu...  T'atteu...teuh...Varric s'était aussitôt offusqué, ne sachant même pas comment rattraper la chose en bafouillant lui-même.
-Je m'attends, pardon, à c'que Skellige et sa culture ne disparaisse pas ! Reformulait-il en jouant le jeu en se rappelant les paroles de Rhydian.

C'était justement cette attitude je-m'en-foutisme qui avait tendance à braquer les siens. Ainsi, Aelendil s'était vite repris en tentant de reformuler son début de phrase en jouant sur les sons. Au final, la conversation permit au trio d'apprendre qu'un mage parcourait les îles de l'archipel depuis quelques semaines à présent. Ils indiquèrent qu'il s'était mêlé aux groupe de survivant de Ard Skellige implantés à l'opposé de Kaer Trold et son unique port encore valide. Plus tard notre ami parvenait enfin à trouver le calme où il passait la nuit.

Le lendemain le groupe repartait en mer en direction de l'île principal, l'île où le dragon avait vécu quelques années. Un tas d'émotions bouleversaient l'argenté qui avait délaissé la barre, la destination était proche et ses compétences étaient inutiles. Il scrutait l'horizon, le regard perdu dans le vague. Il songeait à cet ami cher qu'il avait perdu ici-même. Cette trahison de la part de ses hommes. Le garçon avait tiré de vilaines morales de cette expérience, d'où cette attitude distante et renfermée. Les humains étaient animés par leurs émotions et ne savaient s'en dépêtre. Pourtant, il avait incité Selene à les maîtriser, jugeant la jeune femme à la hauteur de sa destinée. Durant le trajet et ce même jusqu'à terre, nos deux acolytes n'eurent aucun contact. Aelendil commençait à songer à l'idée de s'excuser.
Ard Skelige était majoritairement calcinée. La hauteur qu'avait prit le dragon en balançant ses gerbes de colère avait permit d'englober de grande superficie. Sur la plage demeuraient les vestiges d'un ancien village. Le groupe avait du mal à avancer tant le spectacle qui s'offrait à eux était terrible. Nombreux étaient les chants et poèmes relatant les faits cependant, les images parlaient d'elles-même. Donnant libre court à leur imagination, seule Selene prit de l'avance. Elle était la plus touchée, la plus enragée. Mason tremblait à l'idée d'entendre un battement d'aile. Une fois leur courage revenu, ils prirent la route en direction de l'ancienne route. Aelendil dépassait le groupe pour rejoindre Selene en tête de fil, il s'arrêtait à deux mètres d'elle en sentant son aura gonfler.
Face à l'horreur, Selene éveillait son instinct vindicatif. Au delà de ça, elle était dotée de bien plus de bonté qu'elle ne le laissait paraître. Chacun réagissait différemment mais le sentiment commun demeurait la culpabilité. Le désert de cendre alourdissait les cœurs par sa signification. Mason réalisait qu'un tas d'innocents avaient succombé à une guerre inégale pour le plaisir d'une seule nation. Au final, Skellige n'avait jamais été annexé à cause de l'instabilité du dragon. Lui seul s'était accaparé l'archipel et y avait établi sa plénitude en punissant au passage la barbarie humaine. Il avait prouvé au monde que rien n'était acquis. Encore aujourd'hui, Skellige demeurait libre du Nilfgaard. C'est donc dans un silence de mort qu'ils progressaient au milieu d'une flore calcinée. Aucun arbre n'avait survécu sur un large périmètre. Beaucoup de petits endroits étaient épargnés et laissaient penser que le dragon n'avait fait que passer. Un passage mortel à chaque fois. Étrangement, seul Barenthir parlait, faisant grâce de sa voix reposante et de ses mots sages. Il comptait l'histoire et les cultures de Skellige, honorant les mémoires au passage. Ses paroles égayaient un peu l’atmosphère. Mason questionnait le vieux soldat une fois que ses lèvres eurent fini de trembler de peine.

-L'histoire dit que c'est Asloth qui a lancé son dragon, à l'époque sous le règne de son père, Alesseï Nephredil. Il aurait libéré Agarwaen des entrailles de Wyzima pour le déchaîner sur Skellige. D'autres rumeurs disent que le dragon  aurait surgi des voiles du Mortimus, bâtiment du Général et Capitaine Arod, un grand homme. On ignore ce qui est réellement arrivé, mutinerie, dragon, trahison... Quoi qu'il en soit, Skellige a fait l'erreur de pendre le Général et alors le dragon aurait déchaîné sa colère sur l'archipel avant de ne couver Kaer Trold.
-Ce n'est pas très clair comme histoire... Je pensais que Skellige avait été puni pour avoir pendu le Capitaine Arod, alors le Nilfgaard aurait envoyé son dragon pour prouver sa force.
-Certes, puis, Agarwaen a sévi une dernière fois avant de s'en retourner définitivement à Skellige, son trophée.
-Ah oui...j'avais... oublié... Alors c'est vrais, il n'est jamais retourné à Wyzima... Mason levait ses grands yeux marrons rougis de larme, subitement frappé de lucidité. Mais alors... C'est pour ça que Skellige n'a jamais été annexée, le dragon protège Skellige!
-Je ne pense pas. Il est ici en attendant d'être ailleurs.
-Je ne comprends pas...je n'arrive pas à croire que Skellige a pu faire une telle erreur en sachant que les flottes du Nilfgaard occupaient l'une de leurs mers. Qui a détruit la flotte d'Arod? Skellige ou Agarwaen? Je ne connaissais pas vos rumeurs...

Les deux hommes échangèrent encore un moment, Varric prenait parfois part contrairement aux autres. Pendant ce temps, Aelendil gagnait la hauteur de la jeune mage en constatant qu'elle ne calmait toujours pas ses ardeurs. Il n'avait suivi qu'une partie de la conversation intéressante derrière-lui. Rhydia le suivait du regard, attendant patiement son entrée en scéne pour calmer la jeune femme une fois qu'elle aurait repoussé l'argenté. Le scénario lui paraissait évident. C'est aux abords de l'unique bosquet du coin qu'il rejoignit la belle, une mai sur son épaule pour la forcer à ralentir. Elle l'avait ignoré jusqu'à maintenant et il doutait qu'elle fut docile du premier coup. « Qu'est-ce que tu fous ? Tu cherches à nous distancer ?! » disait-il tranquillement en retirant sa main. Selene avait ralenti, Al repoussait les feuillages avec mécanisme avant de s'en étonner. Ce bref passage en pleine verdure était revigorant en plus d'être rare sur cette île. Voyant que la jeune femme tardait à répondre, il soupirait, las, en repensant aux paroles de Rhydian. Cet enfoiré avait réussi à le faire cogiter l'air de rien. Il savait que le moment était mal choisi pour relater les faits de la veille alors il se contentait de lui dire de cet air quelque peu froid. « Arrêtes un peu de bouder et reprends-toi avant que ton aura devienne repérable... » Il fronçait les sourcils, il en oubliait encore son tact. Le village était à une centaines de mètres aux pieds du bosquet. C'était d'ailleurs l'unique de l'île, tous les survivants s'étaient reclus à l'opposé de la citadelle sans pour autant quitter l'île.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Dim 3 Déc - 9:25

Chaque être possédait en lui un part non négligeable de noirceur, et jusqu'à cet instant précis, Selene ignorait totalement à quel point la sienne pouvait prendre de l'importance face à un pareil spectacle. Loin d'être mauvaise dans le fond, les vestiges du massacre sans nom auquel avait été en proie les habitants d'Ard Skellige éveillait en elle un sentiment de puissance inébranlable ainsi qu'une haine sans commune mesure. Jusqu'à présent, la jeune femme ne s'était jamais souciée outre mesure du sort des autres personnes, hormis le peu de proche qu'elle avait pu avoir. Mais la colère gagnait son cœur et son esprit à mesure qu'elle se rendait compte de l'ampleur de la destruction qu'elle attribuait sans grande difficulté à Asloth. Personne parmi le groupe ne savait que le dragon avait toujours été sous la coupe de sa famille, puisque que c'était lui-même qui avait livré le sang ancien au roi actuel, aussi dans l'esprit de la jeune femme cette tuerie n'était que l'ordre direct des Celebor pour s'assurer un contrôle par la peur sur l'archipel. Continuant sa route sans même ralentir, elle écoutait les paroles de Barenthir sans pour autant y mettre sa propre opinion, préférant garder ces certitudes pour elle-même. Elle ne désirait même pas échanger avec quiconque en réalité, se terrant davantage dans l'envie de meurtre qui envahissait son esprit. Très semblable à l'émotion qu'elle avait pu ressentir lorsque le prince avait malencontreusement libéré toute sa puissance à Kaer Morhen, sa rancoeur était toutefois un brin différente cette fois-ci, car elle était parfaitement maîtrisée, et surtout voulue. Leurs pas les menèrent près d'un bosquet, seul point verdoyant de toute cette contrée calcinée, mais Selene ne ralentit pas pour autant, désireuse de retrouver rapidement les restes de la civilisation détruite qui survivait tant bien que mal non loin d'après les dires des Jarls. A l'évidence, ces compagnons n'avaient pas le même objectif, et une main sur son épaule la força soudain à ralentir le rythme alors qu'elle s'enfonçait dans les feuillages pour continuer sa progression. La jeune femme se dégagea sèchement, connaissant parfaitement l'identité du gêneur, mais consentie à diminuer son allure en entendant la voix grave du prince dans son dos. Elle s'arrêta finalement sans pour autant se retourner vers lui, attendant patiemment qu'il s'exprime davantage pour pouvoir continuer à avancer. Elle n'était pas d'humeur à écouter une quelconque reproche, surtout venant de lui, mais savait pertinemment qu'il ne la laisserait pas tranquille tant qu'elle ne lui aurait pas prêtée un minimum d'attention. Sa main gauche tenait toujours la petite figurine qu'elle n'avait pas eu le cœur de délaisser dans cet enfer, sans pour autant savoir ce qu'elle allait bien pouvoir en faire plus tard. Elle daigna finalement lui faire face, dévoilant enfin son visage froid dont le regard n'était plus que l'ombre de la personne qu'elle était la veille. Un voile de haine avait prit possession d'elle sans que cela ne la dérange, et ses yeux n'étaient que l'image de la violence dont elle se sentait capable envers les auteurs de ce carnage. Envolés ses doutes concernant sa magie, elle se savait puissante, elle sentait le sang ancien bouillonner dans ses veines, avide de tuerie, et comptait bien s'en servir désormais. Loin d'être la jeune mage apeurée qui ne contrôlait rien à Kaer Morhen, elle laissait sciemment la magie s'insinuer dans son esprit, l'accueillant à bras ouverts. Aussi, lorsque Allen lui fit remarquer que son aura devenait de plus en plus détectable et risquait d'attirer du monde, elle se contenta d'un rire bref, teinté de froideur avant de rétorquer en braquant son regard sanguinaire sur celui du prince. - "Qu'elle le devienne. Qu'ils nous retrouvent, je compte bien les exterminer un par un pour cette boucherie. Ton frère, sa mère, leur dragon, et tout ceux qui ont provoqués ça. Je vais détruire cette famille de fous furieux pour éviter à nouveau un bain de sang. "- Le regard mauvais de la jeune mage ne collait pas à l'attitude tranquille que tous connaissait, mais elle n'en avait que faire, laissant clairement son cœur s'assombrir face à ces atrocités si cela lui permettait de gagner en puissance. Sans un mot de plus, elle ferma les paupières, consciente malgré tout qu'il avait raison sur un point, le moment n'était pas venu pour qu'ils se fassent repérés, ses compagnons risqueraient leurs vies à être trop près d'elle si elle venait à libérer trop de magie. C'est pourquoi elle se concentra quelques secondes et fit diminuer son aura jusqu'à ce que celle-ci ne disparaisse complètement, la ramenant ainsi au rang d'humain on ne pouvait plus classique. Elle rouvrit les yeux et lança un regard froid à l'argenté avant de se détourner, serrant davantage la poupée dans ses mains en reprenant sa marche. -" Bougez-vous maintenant." - Sans attendre une quelconque réponse, elle reprit sa marche au travers de la végétation sans même se soucier de savoir si on la suivait ou non. A dire vrai, celui lui était bien égal en vérité.

La jeune femme n'eut pas à marcher bien longtemps pour parvenir aux abords de ce qui semblait être les restes d'un petit village isolé, avant de s'apercevoir bien vite qu'il y avait une forme de vie s'ébattant entre ses murs. Elle approcha doucement, consciente qu'il ne s'agissait peut-être pas de personnes amicales dans ces lieux reculés, mais compris bien vite que les habitants de l'endroit ne leur ferait aucun mal. La peine lui enserra la gorge lorsqu'elle aperçut plusieurs personnes assises contre le mur d'une bâtisse abîmée, leurs regards vides de toute vie. Une femme s'interposa face à elle brusquement alors qu'elle approchait de l'endroit, saisissant également l'horreur pour les rescapés de la tuerie. - "Qu'est-ce que vous faites ici ? Il n'y a que des infirmes ici, passez votre chemin, nous ne pourrons rien pour vous !" - Le petit groupe avait fini par rattraper la rouquine qui venait d'être ainsi stoppée et s'apprêtait à répondre lorsqu'un enfant rejoignit la dame en s'aidant d'une béquille grossièrement taillée. - "Nira, arrête, ce sont des guerriers, ils viennent pour nous sauver !" -" Ne dit pas de bêtises Théo, les guerriers du continent sont des assassins. Cesse de rêver, personne ne viendra. Et vous, partez d'ici ! A moins que vous n'ayez définitivement plus d'honneur pour vous en prendre à des personnes incapables de se défendre seules !" - Prise à mal, la jeune femme ne sut quoi répondre et ce fut Varric qui vint à son secours en prenant la parole de sa voix grave. - "En aucun cas nous ne vous voulons du mal madame. Nous sommes simplement à la recherche d'un mage, et les jarls vivant toujours sur Hindarsfjall  nous ont appris qu'il aurait passé du temps en votre compagnie." - "Ce mage nous aide, pas question de vous le livrer." - Le nain soupira doucement en se massant la nuque avant de reprendre. -"Laissez moi reformuler. Nous avons également besoin de son aide, nous ne voulons pas sa tête. J'ai conscience de l'horreur que vous avez pu traverser, et n'ai pas l'intention de vous soustraire l'une de vos aides, probablement trop rare." - La blonde ricana, mauvaise, avant de le toiser. - "Vous n'avez conscience de rien ! Avez-vous ne serait-ce que la moindre idée de ce qu'est notre existence depuis le passage de ce maudit reptile ? Partez d'ici avant que je n-..." -" NIRA ! Cesse tes enfantillages, ils viennent de te dire qu'ils ne nous veulent aucun mal. A voir le mensonge partout tu vas finir par nous ôter des aides précieuses. "- "Mais je …" - "Emmène ton frère, je m'occupe de ces gens." -" Tsss … tu fais une erreur." - "Soit, j'en assumerais les conséquences. File maintenant. "- La vieille femme qui venait de mettre son grain de sel se déplaçait dans un fauteuil de bois adapté tant bien que mal sur des roues de charrues. La couverture sur ses genoux ne cachait pourtant pas le fait que ces deux jambes manquaient, pour autant, elle ne semblait pas vraiment en souffrir et offrit aux arrivants un sourire bienveillant à la différence de la blonde qui s'éloignait en les dardant d'un regard mauvais. - "Excusez-là, il n'est pas rare que nous ayons affaire à quelques soldats un peu trop loyaux envers la couronne. Mais vous m'avez l'air de bonne foi. Hélas, nous avons peu à vous offrir et - …" - "C'est le doudou d'Ama !" - Le gamin était revenu en boitillant vers le groupe, le regard fixa sur la figurine que tenait encore l'archère, en première ligne face aux insulaires, et ce ne fut que lorsqu'elle remarqua le regard du garçonnet braqué sur sa main qu'elle comprit ses paroles. Elle baissa ses yeux de pierre sur le visage marqué du petit brun et leva le bras pour lui tendre la figurine sans un mot. Il s'en empara de sa main libre et la retourna plusieurs voir avant qu'un immense sourire n'illumine ses traits. - "Merci madame ! Même si Ama n'est plus là, au moins je ne l'oublierais pas. "- "Théo, vient ici tout de suite !" - Le gosse leva les yeux au ciel et se détourna en boitant, non sans un regard de remerciement envers le petit groupe. Selene quant à elle sentait les sanglots la gagner, lui enserrant la gorge, mais elle le refoula bien vite au profit d'une colère de plus en plus froide et profonde. Elle prit finalement la parole à la place de Varric et se tourna vers l'insulaire leur faisant face. -" Nous ne voulons rien, simplement une information. Ce mage dont parlait mon compagnon peut nous être d'une aide capitale, et vous avez notre parole que nous ne lui ferons pas le moindre mal. A dire vrai …. "- Elle hésita quelques secondes, consciente qu'elle allait parlait au nom de tous sans pour autant qu'ils se soient concertés comme à leur habitude, mais pour ce qu'elle avait à proposer, il y avait peu de chances que l'un d'eux ne refusent. -" Peut-être pourrions-nous faire un échange de bons procédés. Mes compagnons et moi-même pourrions vous aider. Dans votre situation, j'imagine que certaines tâches doivent être compliquées, la force de quelques bras supplémentaires ne sauraient vous faire défaut. Après quoi vous pourriez nous aiguiller sur l'endroit où se trouve ce fameux mage. "- La vieille femme esquissa un sourire contrit et baissa les yeux. -" Je ne saurais abusée de votre gentillesse sans pouvoir vous rendre la pareille, c'est pourquoi je me dois de vous l'avouer tout de suite, le mage est parti du village il y a de cela une poignée de jours. Il fait régulièrement le tour des îles pour venir en aide aux autres campements tel que le nôtre." - Selene lui adressa un sourire sincère, le premier depuis qu'elle avait posé le pied dans cet enfer et secoua la tête doucement. - "Peu importe, si notre aide peut vous être bénéfique, nous vous l'offrirons. "- L'ancêtre tendit sa main ridée et partiellement brûlée vers la rouquine pour saisir la sienne qu'elle tapota doucement. - "Vous êtes bien gentils pour des soldats." -" Nous ne sommes pas des soldats … "- Son regard se durcit davantage, presque vexée d'être comparée aux barbares sévissant sous les ordres d'Asloth, et elle céda à une pulsion incompréhensible en reprenant la parole en même temps que sa main qu'elle retira avec délicatesse. - "Je suis Selene An Elvillar, Reine de Nilfgard et descendante du Sang Ancien … "- Elle jeta un regard à l'argenté puis à ses comparses avant de poser ses yeux sur le petit village. -" Et nous comptons bien récupérer le trône." - C'était la toute première fois que la jeune femme se présentait sous son titre, c'était également la première fois qu'elle éprouvait le désir d'endosser le rôle de vengeresse qu'on lui avait coller sur le dos jusqu'à présent sans qu'elle n'en éprouve le moindre désir. Mais après ce qu'elle venait de voir, la jeune femme avait pris conscience que si personne ne se dressait face à Asloth et à sa folie, ces massacres continueraient, empirant probablement à chaque fois qu'il ne serait pas satisfait. Et si c'était à elle de porter la rébellion jusqu'aux portes de Wyzima, elle le ferait, peu lui en importait le prix désormais. La mage savait qu'elle n'était plus seule à se battre, et ses soutiens étaient également la raison qui la poussait à vouloir prendre les armes face à la couronne.

Après avoir passé le reste de la journée à accomplir diverses corvées pour venir en aide aux rescapés, comme ramener suffisamment de bois coupé pour se chauffer, réparer les bâtisses trop abîmées pour être habitables, ou encore chasser pour amasser un peu de viande, le petit groupe s'installa à l'écart du village pour ne pas déranger ses occupants, s'étant esquivé après une multitude de remerciements de la part des insulaires. Même la dénommée Nira semblait avoir légèrement revu son jugement vis à vis des visiteurs, et proposa même ses services de cuisinière pour les restaurer après leurs travaux, ce qu'ils acceptèrent avec joie. Durant sa partie de chasse, Selene avait également réfléchi de son côté. Sa colère n'était pas retombée, au contraire, elle gonflait, enflait lentement, comme un volcan prêt à exploser. La doyenne lui avait expliqué que le mage qu'il rechercherait s'était également mis en tête depuis quelques temps de se rendre à Kaer Trolde dans le but de voir si le dragon s'y trouvait toujours. A ne pas savoir si la menace était toujours présente, peu de survivants tentaient de se reconstruire une vie sur l'île de peur que tout ne soit à nouveau détruit par la colère du reptile. Une idée avait germé dans l'esprit de la rouquine qui s'était volontairement éloignée de ses compagnons durant la majeure partie de la journée. Rhydian étant le plus sensible à ses changements d'humeur, s'était bien rendus compte qu'elle n'était plus vraiment elle-même depuis qu'ils avaient mis les pieds sur Ard Skellige, et s'inquiétait de la disparition totale de son aura depuis plusieurs heures, redoutant une perte de contrôle de la jeune femme. Mason et lui avait beaucoup discutés, et le loup avait eu vent de l'accident à Kaer Morhen avant son arrivée, c'était d'ailleurs ce qui lui avait permis de trouver la piste du sang ancien. Là, c'était différent, ses sens animaux lui permettait de sentir la tension extrême de la jeune femme, ainsi que la colère qu'elle dégageait même si d'apparence, elle semblait parfaitement sous contrôle, mais lorsqu'il tenta de l'approcher pour discuter plus sérieusement qu'à son habitude, elle l'avait froidement envoyé sur les roses, ce qui ne lui ressemblait pas. Il ne l'avait jamais vu aussi froide, ou distante et cela l'inquiétait, même s'il n'osait pas en faire part à quiconque. Ce soir-là, il fut donc bien moins joviale qu'à son habitude, gardant constamment un œil sur le rouquine en retrait.

Selene garda le silence durant le repas, refusa toute boisson hormis de l'eau et mangea peu. Elle attendait patiemment que les discussions ne s'achèvent, que les esprits s'apaisent, et que Morphée ne les attirent dans ses filets. A l'insu de tous, elle avait ingurgité quelques gouttes de la fiole bleutée la quittant rarement, se trouvant désormais parfaitement éveillée. Après s'être assurée que tout le petit monde dormait, elle s'approcha du prince qui lui ne fermait l'oeil que rarement et s'adressa à lui en chuchotant. -" Je vais aller à Kaer Trold. Je ne veux pas qu'ils viennent, ça pourrait être dangereux pour eux, mais toi tu es assez résistant pour y survivre. Et puis, je sais bien que si je pars seule, tu finiras par me suivre, autant gagner du temps." - Elle fixait son regard clair malgré la pénombre alors que dans ses propres prunelles brillaient une volonté de fer. La citadelle était un point de passage obligé, mais si le dragon s'y trouvait toujours, la puissance qu'elle devrait déployer pour en venir à bout tuerait ses compagnons sur le champ, elle ne pouvait se le permettre. Agir en douce était encore la meilleure solution.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Lun 4 Déc - 14:34

Aelendil fronçait d'avantage les sourcils face à la réplique pimentée de la jeune mage. Étonne par son état d'esprit virulent, il ne mesurait pas encore l'ampleur de ses horreurs passées. Il la dévisageait brièvement, saisissant ses émotions à travers son regard noir. Selene était en train de se perdre dans les méandres de la tristesse avant tout. Il détournait le regard un brin agacé, il tiltait sur un détail probablement peu insignifiant et pourtant intriguant. Elle considérait son frère comme membre de sa famille mais point Elliora, qui était à ses yeux sa mère tout autant qu'Asloth. Ignorant les secrets de sa naissance, le jeune prince tendait à penser que son amie ne le mettait toutefois pas dans le même sac que sa famille ravagée. C'était le plus logique en plus de la colère qui l'animait. Contre toutes attentes et malgré ses paroles fougueuses, la rouquine se résolvait à diminuer son aura. Preuve qu'elle n'était pas aussi irréfléchie qu'elle n'y paraissait même en colère. Le jeune prince croisait à nouveau son regard en soutenant sa fermeté avec une forme d'insolence. Elle ordonnait d'activer le mouvement avant de reprendre sa marche avec autant d'ardeur que précédemment. Aelendil était mitigé, il remarquait les efforts de la jeune femme sur la maîtrise de son aura. Il était ravi cependant, maintenant qu'il l'a savait bouleversée par son crime atroce, il redoutait sérieusement d'avoir à lui révéler la vérité. Le dragon était le mieux placé pour savoir qu'il était primordial de contrôler ses émotions. Lui-même avait été victime de sa colère incandescente sans avoir qui que ce soit pour l'en réprimander. Au contraire, il fut même encouragé alors autant dire qu'il revenait de loin avec cette volonté d'acier. Selene était doté de la même flemme ambitieuse . Il l'a laissait prendre les devants, le regard braqué sur sa silhouette et cet instant qu'il remarquait l'objet dans la main de son amie. Rien qui ne pouvait apaiser son cœur meurtri.

Ils arrivèrent aux abords d'un campement d'infirme pour achevait d'accabler le groupe. Les premiers échanges furent plus ou moins explosifs. Ici les mœurs étaient différentes qu'à Hindarsfjall, une chance que la doyenne s'interposa. Aelendil ne prenait aucunement part de l'échange bref. Son regard se baladait sur l'endroit, relevant les conditions défavorables et le nombre de brûlés et handicapés. Maintenant qu'il y songeait, l'endroit puait bien plus qu'ailleurs. Il sortit de ses pensées lorsque Selene proclamait son nom et son droit au trône. Il soutint son regard lorsqu'elle balayait le groupe du regard. Un silence pesant enveloppait les environs pendant lequel tous les regards étaient rivés sur la jeune mage. A cet instant, elle soulevait les cœurs, principalement ceux du groupe. Chacun arborant cette lueur enflammée qui illuminaient leur visage résolu. Ils s'étaient tous senti pris en partie en croisant le regard de leur souveraine. Enfin elle s'affirmait, elle prenait enfin son rôle au sérieux. Selene embrassait sa destinée devant les regards et Varric fut le premier à rétorquer, suivit par les autres remontés à bloc.

-Bien dit Selene !
-Nous irons jusqu'aux portes de l'Enfer arracher la liberté aux mains de ces diables !

Une vague d'espoir embaumait à présent l'ambiance malsaine des lieux. Comme convenu, le groupe s’attelait très vite à aider les infirmes à améliorer leur logis. Al se dispensait de cette tâche, irrité de manière inéluctable. Il n'arrivait pas à calmer ses nerfs même après le discours plaisant de son amie.  Il fut donc chargé de chasser pour assurer des repas convenables aux rescapés. Al prit sa tâche avec neutralité, il passait une petite partie de ses nerfs sur l'énergie fournie à chasser. Par conséquent, le butin fut gourmand. Quand il revint au crépuscule, une bonne partie du groupe manquait en attendant de finir leur tâche. Notre ami apportait son butin à la doyenne qui s'activait aussitôt à préparer un bon repas. Jusque là ils avaient été chanceux en matière de vivres et confort. C'était agréable de s'endormir le ventre plein, c'était bien mieux qu'un lit moelleux.
Après le repas, Aelendil demeurait devant les tentes près du feu de camp en compagnie de quelques personnes. Selene se trouvait là, d’humeur grisonnante depuis qu'ils avaient accosté. Même Rhydian n'était plus lui-même et ce fut ce le manque de folklore de la part de l'hybride qui le mit sur la voie. Quelque chose clochait dans le mutisme de Selene et son aura. Plus tard, cette dernière profitait de la distraction des autres pour révéler à l'argenté ses plans soudains. Les avants bras posés sur ses cuisses, notre ami était penché en avant, dos voûté à contempler le feu. Dans un premier temps il ne lui prêtait aucun regard en saisissant la situation renversée.
Les litres de bière qu'il avait ingurgité avaient quelque peu calmé ses nerfs, or, le dragon appréhendait. Il se demandait combien elle était aveuglée et touchée pour en venir à de telles idées. Voulait-elle affronter le dragon ? Son courage ne l'étonnait pas, il était simplement étonné par son empressement. Comme incapable de rester là sans rien faire il fallait qu'elle passe aussi sa nuit à courir. Il la laissait finir jusqu'au bout avant de lui prêter attention. Les yeux émeraude de la rouquine traduisait la fougue de cette conviction. Elle avait son choix et il le savait alors que pouvait-il bien y faire si ce n'est la suivre ? En la fixant ainsi quelques secondes, il voulut lui dire que le danger était écarté. Laissait le groupe de côté n'était pas une bonne solution. Il inspirait profondément alors qu'il détournait le regard sur le feu crépitant. « Hmpf... Tu deviens presque raisonnable... » rétorquait-il dans un premier temps sans pouvoir contrôler son sarcasme naturel. Il souriait légèrement en secouant négativement la tête avec lenteur, comme songeur. « Allons bon, ta décision est déjà prise... Je te guiderais donc à Kaer Trold... »

Ils échangèrent brièvement, se donnant rendez-vous pour dans cinq minutes à l’extérieur du campement. Aelendil fit un crochet vers la tente de Rhydian en train de se changer pour lui annoncer l'avance qu'il prenait avec Selene. Al était conscient que leur absence pourrait vexer et inquiéter, c'est pourquoi il s'entretenait avec le changelin. Ils se mirent d'accord et Al quittait le campement pour rejoindre son amie. Ainsi, le restant du groupe rejoindrait nos acolytes plus tard sans affolement.
Chemin faisant, la mage prenait la tête de la marche en forçant le pas dans la pénombre. L'humidité nocturne intensifiait l'odeur de calcinée que soulevait le vent. Ils marchèrent en silence majoritairement, pour une fois, c'était la jeune femme qui n'était pas loquace. Aelendil, pendant ce temps, songeait à la situation. Il lui fallait dire à Selene que le dragon n'était lus à la forteresse. Il l'avait interrogé sur ses intentions à son égard, tentant de comprendre ce qui l'animait réellement.
Le crépuscule matinal rougissait le ciel dans une lueur matinale magnifique. Ils purent observer l'astre se lever alors qu'ils achevaient de gravir une colline par delà laquelle se trouvait un autre campement de rescapé. Leurs yeux se posèrent automatiquement en contrebas, ils décidèrent de passer dans le village pour continuer. Seulement, à peine arrivaient-lis devant la première bâtisse rafistolée qu'une odeur immonde leur saisissait les narines. Le jeune prince s'arrêtait net face à la gêne oppressante. Il suivit du regard la rouquine qui fit bien moins de manière arpentant avec hésitation les rues déserte.  Il la laissait prendre un peu d'avance avant de lui emboîter le pas. L'argenté balayait les lieux du regard en constatant que la mort avait récemment. prit les survivants.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Lun 4 Déc - 16:46

La seule réaction de la jeune femme a la pique voilée de son comparse fut un léger rire nerveux, guère synonyme d'un quelconque amusement, elle était simplement soulagée qu'il ne cherche pas ni à la questionner, ni même à l'en dissuader comme elle aurait pu le penser. Non, il se contenta simplement de se plier à sa demande avec une docilité qu'elle trouva un brin déconcertante tant ça ne lui seyait pas. Fixant le visage passif du jeune homme quelques instants supplémentaire, il reprit en lui indiquant de avoir besoin d'une poignée de minutes pour se préparer et qu'il la rejoindrait à la sortie du village un peu plus tard. Elle n'avait pas de scrupules à laisser ses comparses derrière eux, et escomptait bien revenir les chercher en temps voulu, seulement là c'était un détail qu'elle tenait à régler seule. Or seule grâce à sa tante et à ses lubies signifiait forcément en compagnie du prince. Heureusement pour elle ce soir-là, le jeune homme n'était pas d'un naturel très loquace et elle n'avait pas la moindre envie de taper la discussion dans tous les cas. Elle se para bien vite de ses armes et rabattit la capuche de son manteau sur sa tête en attendant sa moitié dans la pénombre des arbres bordant la limite des petites habitations délabrées. Lorsqu'il la rejoignit finalement, ils se mirent en marche dans un silence absolu, s'enfonçant dans la pénombre des rameaux en laissant le peu de civilisation derrière eux. Malgré le temps, les relents du massacre pouvaient aisément se faire sentir, même par la simple humaine qu'était l'archère, et ils passèrent suffisamment près de plusieurs zones pour que l'odeur de brûlé ne l'assaille rudement, lui provoquant presque des hauts le cœur par instant, l'incitant à forcer l'allure pour s'en éloigner rapidement. Ils retrouvèrent la plaine détruire au milieu de la nuit et parvinrent au second campement de rescapés peu après l'aube. Même si ce n'était pas dans son idée première de traverser un tel endroit, l'idée de poser quelques questions concernant un éventuel passage du mage à cet endroit lui sembla logique et elle obtempéra donc lorsque son comparse lui soumit l'idée. Mais en descendant la colline qu'ils venaient de gravir, un détail sauta pourtant aux yeux et surtout aux oreilles de la rouquine. L'endroit était affreusement silencieux, même pour une heure aussi matinale. Aucun oiseau, aucun animal, aucun être vivant ne se manifestaient dans cette aurore sanglante, et elle eut bien vite confirmation de sa sombre impression en mettant les premiers pieds dans le village à proprement parler. Ses yeux de jade balayèrent les parois des quelques habitations encore debout, observant les portes entrouverte de bâtisses d'où ne sortait pas le moindre son. Une appréhension morbide lui prenait la poitrine au fur et à mesure que ses pas l'entraînait davantage au centre, avançant sans même se soucier de son ami qui avait stoppés ses pas bien plus tôt qu'elle. L'horreur fut visible au détour d'une cabane en cour d'effondrement si elle pouvait en croire la charpente défoncée, et lorsqu'elle bifurqua, son regard tomba sur un spectacle indescriptible qui lui souleva le cœur. Elle dû se retenir à la première chose qu'elle trouva, soit un pilier de bois encore debout pour ne pas défaillir face à ce qu'elle pouvait apercevoir. Un charnier couvert de corps multiples dans des états plus ou moins affligeants ; certains étaient entièrement brûlés, il était même difficile de pouvoir savoir qu'ils avaient pu appartenir à un être humain, alors que sur d'autres, l'affliction n'en était que plus visible. Les yeux vitreux de quelques cadavres fixaient les visiteurs sans les voir alors que Selene amorçait un pas en arrière pour reculer avant de se heurter à son ami qui avait fini par la rejoindre. Les yeux de la mage dévièrent du tas de cadavres informes pour explorer le reste de l'endroit, comprenant à la vue d'autres corps disséminés non loin que les dernières victimes n'avaient pas pus, ou voulus, quitter cet endroit et étaient probablement morts en ayant assistés à l'horreur de devoir rassembler ainsi les corps de leurs proches.

Malgré des années à voyager, malgré les horreurs que sa jeune existence avait déjà eu le temps de lui montrer, jamais Selene ne s'était retrouvé devant une chose aussi épouvantable, et c'était probablement plus que ce que son esprit n'était capable de supporter, ou même d'accepter. Brisée, déchirée entre une peine sans limite et une haine ardente, la jeune femme se détourna et se blottit contre son comparse, plongeant son visage contre l'épaule de ce dernier pour fuir le spectacle affligeant. Elle tremblait, sans savoir si c'était de froid, de peine ou de rage et appuya son front contre son ami durant de longues secondes en inspirant lentement pour parvenir à se calmer. Les yeux clos, elle laissa le temps filer sans se soucier de sa propre réaction ou de celle du jeune homme jusqu'à finalement ouvrir les paupières, son regard froid accrochant les détails du manteau contre lequel elle s'était blottie pour se rassurer. Autour d'eux, le silence était de plomb, pas un battement d'ailes, pas un bruissement de feuilles pour briser cette pesanteur, si bien que lorsqu'elle lâcha enfin quelques paroles, ce fut d'une voix faible mais d'où perçait une froideur sans égale. - "Des femmes, des vieillards … des enfants, des bébés ! Comment … Comment peut-on commettre un telle horreur de sang froid ?" - Quelques larmes roulèrent sur les joues de la rouquine qui les essuya rageusement avant de relever la tête en se dégageant finalement pour retrouver un certain aplomb. Sans un regard pour son voisin, elle fit face à leur macabre découverte, s'imprégnant bien de la principale raison pour laquelle elle comptait bien assassiner le roi avant de reprendre, presque plus pour elle-même que pour l'argenté. -" Jadis, j'avais un immense respect pour les dragons. Aujourd'hui je suis simplement déçu de savoir que même ces êtres mythiques peuvent également se montrer assez faibles d'esprit pour pouvoir obéir aveuglement à un simple humain, fût-il roi. "- La jeune femme se tût quelques secondes avant de se détourner, prête à reprendre la route, une détermination sans faille brillant dans ses yeux teintés de glace désormais. - "Raison de plus pour nous rendre à Kaer Trolde. Je ramènerais la tête de son pion à mon cher mari … avant de lui trancher la gorge moi-même. "- Etrangement, sa montée de rage semblait lui permettre d'exercer un contrôle remarquable sur ses capacités car pas une once de son aura n'était visible alors qu'elle se sentait bouillir d'une puissance contenue. Ses yeux se posèrent autour d'eux à la recherche d'indice prouvant que le mage qu'il cherchait ait pu passer dans le coin, mais rien ne le laissait croire. Elle fouilla, mais ne trouva rien, détournant bien vite son regard de l'intérieur des habitations en y découvrant de nouveaux corps sans vies. Revenant sur ses pas, elle rejoignit le jeune homme, et s'arrêta à sa hauteur sans pour autant oser le regarder. Elle hésitait, le silence de son ami lui pesait, elle ne savait comment l'interpréter et c'était la raison qui le retenait de vider les lieux sur le champ.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Lun 4 Déc - 21:15

Tardant à rejoindre la mage, Aelendil se glissait à sa droite pour observer avec elle le spectacle peu ragoutant. Toujours silencieux et discret il ne réagissait lorsque la jeune femme heurtait son épaule en lui écrasant une botte. Il scrutait son profil depuis sa position avant de regarder à son tour avec une intérêt jusque là absent. Il était le seul à ne pas être touché par les malheurs de Skellige, conscient que la culpabilité était un sentiment mauvais et puissant. L'instant d'après, Selene tournait les talons en surprenant l'argenté par son geste alarmant. Sans bouger d'un pouce, il baissait lentement ses yeux clairs sur le haut de sa tête.  Implacable, le jeune prince reportait son regard dans la fosse. Son regard endurci ne semblait nullement touché par ce qu'il voyait. Selene était là en train de trembler, suffisamment meurtrie pour eux deux. Elle brisait le silence avec une rage non contenue, ses propos touchèrent directement l'argenté. Il eut l'impression qu'elle lui posait réellement la question comme si elle avait su qu'il était l'unique responsable. Personne ne lui avait demandé explicitement de faire ça.  Son visage traduisait la confusion, la culpabilité lui pendait au nez et il le sentit. Il serrait les poings, les bras le longs du corps il n'avait su réconforter la jeune femme. L'instant durait quelques secondes à peine avant que la mage ne se reprenne. Balançant sa hargne aveuglément, elle recommençait à le viser inconsciemment. Il gardait sa position, le regard ferme tandis qu'il cogitait. La colère le saisissait, il voulait se justifier, il réalisait qu'il avait un acte abominable en arrachant un tas d'innocent à la vie. Il avait toujours refoulé cet acte au plus profond de lui sans chercher à méditer sur son acte. Il avait succombé à la haine et puis c'est tout. C'était-là sa justification. Cependant, il était conscient que de telles excuses ne pouvaient être entendues par qui que ce soit. Il se sentit non différent de sa famille face à son attitude détachée. Il se remit brièvement en question, cherchant la meilleure solution face à son dilemme. Il craignait d'autant plus la réaction de son amie, cette fois il était certain qu'elle ne comprendrait jamais. C'était délicat, il n'avait plus d'autre choix que d'affronter les représailles.  Selene achevait d'affirmer sa détermination, remontée contre ce qui faisait autrefois sa fascination.  Cette triste réalité le ramenait un peu plus sur terre. Son humanité à découvert, sa poitrine commençait à se serrer étrangement. Passant une main sur le bas de son visage pour reprendre ses esprits, il fit volte-face tandis que la belle entreprenait de repartir. La gêne qu'il ressentit lui fit comprendre qu'il regrettait amèrement, observant d'un œil morne la silhouette éloignée. Là, il comprit que peu importe la confiance et l'amitié qu'elle lui accordait car elle le lui reprendrait. Les humains étaient ainsi, en l'occurrence, elle ne pouvait que le blâmer. Il eut l'impression de la trahir en voulant gagner à nouveau sa confiance. Lui qui l'avait plus ou moins privé de sa tante, semé le chaos sur terre, ramener la belle à l'ennemi... Lourdes étaient les fautes qu'il avait commise sous son état draconide. Il le savait et ne cherchait pas à se trouver des excuses, refoulant simplement. Les choses prenaient une tout autre tournure qui le rendait un peu plus perturbé qu'il ne l'était. S'ouvrir ainsi au monde était douloureux et il en avait déjà payé le prix deux fois. Aujourd'hui, il gardait en tête que toutes les bonnes choses avaient une fin en essayant de pas trop penser au lendemain. Il est vrais qu'il avait été faible d'esprit, égoïste et colérique.

Aelendil demeurait quelques minutes seul à méditer. Pendant ce temps, la jeune mage fouillait l'endroit à la recherche d'indice. S'acharnant à trouver une once d'espoir dans cette ville fantôme, la belle parvenait tout de même à s'arrêter. Al la rejoignait d'un pas lent, le visage blafard. Loin de sa froideur habituelle, son visage affichait une colère maussade. « Selene, prononçait-il pour la ramener à elle, tu n'es en aucun cas responsable de ce massacre... » ça lui coûtait beaucoup d'en parler, les sujets concernant le dragon étaient tabous. Aussi, dire les choses à voix haute le fit tilter définitivement.

Voir son amie ainsi ne pouvait pas le laisser insensible longtemps après tout. Elle avait toujours été l'unique personne à qui il voulait plaire au final. Dans un profond soupire embarrassé, il enchaînait de cette voix monotone alors qu'il fuyait son regard. « Tu peux réparer mais, tu ne peux pas te blâmer... »  face aux paroles sages de notre ami, la belle soupirait doucement de frustration malgré son accord. Son soupire était chargé d'émotion et suffisant pour réponse. Craignant que la jeune reine ne s'embourbe à nouveau dans sa peine, il lui avouait en prenant un ton un brin ferme. « Selene, le dragon n'est plus à Kaer Trold... je voulais te le dire...avant qu'ils n'arrivent. il marquait volontairement une pause en saisissant sa réaction. En déclarant ceci subitement il se résignait à agir spontanément sous réserve d'encaisser ses émotions à lui et elle. Il ne comptait pas fuir entièrement ses responsabilités, finalement. Il avait senti l'odeur du loup et s'attendait à voir débarquer le groupe à tout instant Tu ne trouveras rien si ce n'est son trésors et peut-être bien notre homme... » Cette fois-ci il relevait son regard, soutenant celui-ci avec monotonie. Un tantinet frustré par la tournure des choses il voulut renchérir plus posément lorsque l'hybride apparut. Rhydian avait devancé le groupe d'une centaine de mètre à peine. Automatiquement l'argenté braquait son attention sur le changelin venant retrouver la mage comme si elle fut son maître. Par conséquent, le jeune prince s'interrompit en détournant même le regard pour souffler un coup. Il était ravi de revoir ses compagnons pour le soutient qu'ils représentaient auprès de la rouquine. Le sien étant encore un peu gelé en vue du lourd fardeau qu'il se coltinait. Selene avait fait sauter ses œillères en le forçant à faire face à ses actes. Aelendil était encore partagé, il luttait fermement contre la culpabilité en cédant seulement le regret à son âme tourmentée. Au loin Ivy les alpaguait avec un soupçon d'enjouement, rassasiée de l'ambiance mortuaire de l'île. Tous pressaient le pas, Mason trottinait pour être le premier. De leur côté, le petit groupe s'était décidé à ne pas se laisser abattre par le massacre de Skellige. Persuadés que dramatiser les amènerait à rien de bon, ils tentèrent tous de changer de masque. Avant de devenir un loup, Rhydian avait été plus ou moins contraint de partager ses craintes concernant Selene et son aura. Le sujet était à prendre avec des pinces et chacun en était conscient sans en mesurer réellement l'ampleur. Seul Mason ne plaisantait jamais sur la chose. Le changelin feintait l'insouciance bien que son état d'esprit dépendait souvent de la jeune mage malgré lui.
Aelendil s'était légèrement écarté de la jeune femme pour laisser le champs largement libre au loup. Sans dramatiser ni blâmer le départ des deux acolytes grâce à notre ami, le groupe s'attardait sur l'état du village malgré tout. Rien qui n'ébranlait pour autant leur volonté, il leur fallait passer leur chemin devant chaque horreur sans ignorer pour autant les survivants.

[/i]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Lun 4 Déc - 22:52

La voix grave du jeune prince la tira quelque peu de ses sombres pensées alors qu'elle ne pouvait détacher définitivement son regard vide de l'amas de corps sans vie qui ne tarderait probablement pas à ameuter les goules les plus proches. Elle accepta toutefois de porter son attention sur son ami, même si son visage semblait désormais incapable de traduire autre chose qu'une froideur sans égal, comme si elle s'était blindée instinctivement face à ce qu'ils devaient affronter. Les propos de l'argenté étaient emplis de bon sens, pourtant ils ne parvinrent pas totalement à faire mouche dans l'esprit de la mage, qui, bien qu'en accord avec lui concernant sa propre culpabilité inexistante, elle n'était pourtant pas en mesure de réparer quoi que ce soit malgré ses dires. Des vies avaient été prises sans le moindre but, et cela personne n'était en mesure de pouvoir le contrer, le seul moyen de faire revenir des morts s'apparentait à de la nécromancie, et ce n'était encore qu'une pâle copie sans âme de ce qu'ils auraient pû être de leur vivant. Non, définitivement rien ne pourrait permettre à l'archipel de redevenir comme avant, seul la volonté des rescapés encore en vie pouvait leur permettre d'avancer et de tenter de construire une nouvelle contrée sur ces terres dévastées. Elle soupira, désabusée, mais dû bien accepter l'idée de ne pouvoir rien changer à la situation présente. Son ami enchaîna d'une voix plus froide sur l'a présence, ou plutôt l'absence, d'Ignirr à Kaer Trolde, ce qui lui valut un coup d'oeil surprit en premier lieu. Comment pouvait-il se savoir une telle chose alors que cela faisait des semaines qu'ils étaient ensembles constamment ? L'évidence s'imposa pourtant rapidement à son esprit et elle s'en sentit d'autant plus stupide. Aelendil était un descendant de la famille royale, il avait dû avoir vent du retour du dragon à Wyzima peu de temps après le kidnapping de la jeune femme. Chose logique somme toute, son trophée ramené, Alesseï avait du envoyer son arme dans d'autres pays pour les mettre au pas. Selene fronça toutefois les sourcils lorsqu'ils évoqua d'autres personnes avant de comprendre rapidement que contrairement à sa demande, il avait probablement prévenu le petit groupe de leur départ nocturne. L'agacement passa sur les traits de la rouquine, mais elle n'eut pas assez de temps pour rétorquer qu'une forme sombre sortie de la forêt en approchant d'elle, trottinant tranquillement. Elle jeta un regard énervé à l'argenté, convaincue pourtant qu'il savait pertinemment à quel point sa proximité pouvait être dangereuse pour les autres mais ne se déroba pas pour autant lorsque le loup passa sa tête sous le bras ballant de la jeune femme qui lui caressa distraitement le haut du crâne en réfléchissant. Moins d'une minutes plus tard, le reste de la troupe se pointait sous le regard placide de l'archère qui n'avait pas bougé. Les échanges allaient bon train, et ce malgré le décor de cauchemar dans lequel il se trouvait, à croire que rien n'était en mesure de leur atteindre ou de briser leur motivation à suivre les deux fuyards.

Selene se dégagea doucement du contact animal et observa l'endroit, quelque peu apaisée malgré tout par les paroles calmes et posées de sa moitié. Mais c'était plus fort qu'elle, elle ne pouvait laisser les lieux ainsi. Se tournant vers la petite troupe qui continuait de converser elle se racla la gorge doucement avant de prendre la parole. - "Avant de quitter l'endroit, il vaudrait mieux tout brûler … Les corps vont attirer les goules, il ne faudrait pas qu'elles finissent pas gagner le premier camp que nous avons traversés. Varric, Barenthir, Mason tâchez de ramener le maximum de défunts près du charnier. Rhydian, tu surveilles les environs avec Allen au cas où ces saloperies débarqueraient avant la tombée du jour par gourmandise. Ivy et moi on va faire le tour de toutes les maisons pour vérifier qu'il n'y a bien aucun survivant puis on vous aidera à regrouper les corps." - Malgré certains regards surpris, chacun obtempéra, alors que la jeune femme tardait à se mettre en branle pour aider la guerrière, profitant du fait que tout le monde se dispersent pour se pencher en direction du prince et s'adresser à lui à voix basse. - "J'aurais préféré que tu t'abstiennes de les prévenir … "- Elle croisa son regard et esquissa un infime sourire lui signifiant clairement qu'elle n'était pas dupe avant de reprendre pour appuyer sa mimique étrange. - "Qui d'autre ?" - Sans attendre de réponse, elle se détourna, consciente qu'il ne pensait probablement pas à mal, mais le sort de ses compagnons lui importait suffisamment pour qu'elle ne veuille pas les mettre volontairement en danger. Le fait qu'il sache ne pas avoir à affronter de dragon avait dû convaincre le prince de les informer de leur virée, néanmoins, la rouquine constatait qu'il a avait toujours la sale manie de la tenir informée en dernier. Délaissant l'argenté sur place, elle rejoignit Ivy et fit consciencieusement le tour de toutes les demeures, même les plus crasseuses ou abîmées, dans le but de retrouver un éventuel survivant, mais en vain. La fièvre avait dû frapper l'endroit après le brasier, une raison de plus pour le détruire de manière définitive. Ils passèrent une bonne heure à rapatrier la plupart des victimes au centre du village, non sans peine au vu de l'état de certains puis disséminèrent de l'huile le long des bâtiments avant d'en imprégner la majeure partie sur le charnier. Comme si le fait de vouloir nettoyer l'endroit lui semblait primordiale, la jeune femme prit les devants et après que ses comparses ne se soient suffisamment éloignés, elle utilisa un des anciens signes de sorceleurs ne faisant pas appel à la magie qui coulait dans ses veines pour enflammer le brasier. Le feu prit rapidement, les flammes montèrent haut dans le ciel avant de s'étendre comme un serpent ardent le long du village. Le petit groupe sortit de ce dernier et resta un moment à observer ce qu'il restait de l'endroit en proie à la voracité du feu, le bois craquant dans un silence viscéral jusqu'à ce que Rhydian n'insiste finalement pour continuer leur route en poussant la jeune femme de sa tête pour la détourner de ce sinistre spectacle. Elle finit par obtempérer, nullement apaisée pour autant et suivi le rythme en silence, l'esprit torturé. Retourner à la citadelle l'effrayer quelque part, c'était à cet endroit que tout ce merdier avait finalement débuté, lorsqu'Asloth était venu chercher son dû. Mason qui marchait près d'elle se rendit compte de son visage fermé et se décida finalement à lui parler dans l'espoir de sortir quelque chose de positif. -" Qu'est-ce qui te ronge à ce point ?" - La jeune femme interpellée ne détourna pas les yeux de la route et répondit d'une voix morne. -" Les morts, la barbarie, tout ça pour un peu de pouvoir … Ca ne te fait rien toi peut-être ? "- "Si, bien sûr. Mais je me dis que je n'y peux rien. Les guerres ne datent pas d'aujourd'hui Selene, il y en a eu de tout temps, et chaque fois cela se termine en bain de sang. Regarde le berceau de ta propre famille, Cintra. Le pays a été ravagé en une seule nuit, simplement pour retrouver ta famille. Ca n'a rien de nouveau." -" Et parce que ça existe depuis toujours, il faudrait l'accepter sans réagir ? Je regrette mais je ne peux pas !" - "Personne ne te demande ça. Simplement, ne prend pas les choses trop à cœur, c'est tout ce que je veux te dire. La haine et la puissance ne font pas bon ménage Selene, c'est un fait indéniable. Tu tiens tant que ça à devenir ce que tu aspires à détruire ? "- Surprise par les propos du brun, elle daigna finalement lui porter un regard perplexe alors qu'il venait volontairement d'appuyer sur une corde sensible. Elle hésita longuement avant de répondre. - "Non. Evidemment que non." - "Eh bien voilà. Tu sais … Je t'ai vu à l'oeuvre à Kaer Morhen, et je te mentirais en te disant que je n'ai pas eu peur de toi ce jour-là. Sauf que d'après Lornell, ça n'était pas toi qui affrontait Allen ce jour-là, mais la manifestation de ta colère au travers d'une puissance que tu ne maîtrisais pas. J'ignore comment, mais il a pourtant réussi à te ramener, toi, et pas l'entité qui voulait tout détruire. Mais ce que je vois depuis que nous sommes ici … ce n'est pas toi Selene. Et ça m'inquiète, beaucoup." - La jeune femme eut un rire nerveux, et détourna le regard, mise à mal une fois de plus par la franchise redoutable de l'herboriste, alors qu'elle rétorquait en se braquant presque. -" Qu'en sais-tu vraiment Mason ? C'est peut-être ce que je suis vraiment en fin de compte, une personne ayant soif de vengeance. "- Contre toute attente, il esquissa un sourire à l'attention de son ami et reprit, nullement troublé par la rebuffade qu'il venait d'essuyer. -" Non, ça c'est ce dont tu veux te convaincre. Mais te blinder et devenir une meurtrière sans cœur ne te mènera à rien si ce n'est ressembler davantage à cet homme que tu détestes. Peu importe que tu ais pu être seule par le passé, aujourd'hui ce n'est plus le cas. Si tu veux pleurer, fais-le. Si tu as besoin de parler, parle. Si tu veux te battre pour te défouler, je suis certain qu'Ivy sera flattée de jouer les adversaires face à toi. Mais ne laisse pas ta haine t'emporter, car nous ne pourrons peut-être pas te ramener cette fois. "- Troublée par ses propos déroutants et particulièrement dérangeants, la jeune femme avait ralentie l'allure sans s'en rendre compte, se mettant un brin à l'écart du reste du groupe continuant sa route sur la même lancée. Seul Mason tardait avec elle, avide de voir si ces paroles avaient pu avoir un quelconque impact sur la jeune femme et son entêtement. Contre toute attente, elle baissa les yeux vers le sol et soupira doucement avant de rompre le silence. - "T'es agaçant avec tes leçons de moral, tu le sais ça ?" - Un léger rire lui répondit avant qu'il n'enchaîne bien vite. -" Je veux simplement retrouver la jeune femme bienveillante qui se réjouit de l'existence et non de la mort qu'elle pourra donner. Tu n'es pas obligée de devenir un bloc de glace pour reprendre ta place Selene. Et c'est même cela qui fera probablement de toi une reine digne de ce nom." - Plus flattée et surprise qu'elle ne voulait bien l'admettre, la jeune mage fut contrainte de constater qu'il avait réussi son coup une fois de plus en l'amenant à réfléchir. Même si la rancoeur l'habitait toujours profondément, elle sentait moins ce désir impérieux de vengeance lui étreindre l'esprit. Cependant, elle ne put s'empêcher de commenter ces dernières paroles avec un semblant de moquerie même si elle n'en croyait pas un mot. - "Dans tes rêves ...  "- "Bien sûr que si, on y veillera. "- Elle esquissa un infime sourire, l'esprit un peu plus apaisé désormais et le remercia d'un regard sans avoir besoin de formuler une quelconque parole avant de reprendre le rythme du reste du groupe, Mason à ses côtés, un grand sourire illuminant son visage jovial. Il était pleinement satisfait de lui et quelque peu rassuré d'avoir pu apercevoir son ami sous le masque de glace qu'elle arborait depuis son arrivée sur Ard Skellige.

Ils arrivèrent aux abords de la citadelle en pleine nuit, Selene qui avait perdu son attitude froide avait reprit place aux côtés de l'argenté qui semblait le mieux connaître le coin. Au pied des ruines, elle eut comme une impression de déjà vu et frissonna légèrement en jetant un regard circulaire s'attendant presque à voir l'armée d'Asloth les attendre de pied ferme, mais seul la pénombre les cernait. Varric prit les devants et passa le premier entre les vestiges de la porte d'entrée menaçant de s'effondrer à tout instant. Il appela le petit monde à les rejoindre finalement après avoir allumé une torche pour se repérer dans l'obscurité. Ivy passa à sa suite, suivit par Selene qui se faufila tant bien que mal dans l'interstice avant d'atterrir dans une immense salle entièrement vide. S'emparrant d'une torche à son tour, elle examina le sol puis les murs en attendant les autres, se souvenant encore que trop bien de son dernier passage entre ces murs. L'impression de ressentir malgré tout la présence pesante du reptile lui prenait les entrailles, elle se sentait prise au piège dans cet endroit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Mar 5 Déc - 2:35

Aelendil échangeait brièvement avec les nouveaux arrivants, il les rassurait brièvement sur la situation. Aussi, il leur annonçait leur départ immédiat pour Kaer Trold. L'idée commune fut alors de restituer les richesses de Skellige à son peuple. Avec cela, ils allaient pouvoir acheter leur nouvelle vie. Sous les bons conseils avisés de la mage, ils s’attelèrent à regrouper les corps pour les brûler. L'idée était logique bien que personne n'en avait l'idée, tous désemparés. Selene gardait la tête haute à travers son masque de colère déchirée. Elle prit même les devants en octroyant une tâche à chacun. Elle ordonnait le tout en se révélant être la meneuse que tous espérait. Ils étaient tous plus ou moins autonomes et dégourdis hormis l’herboriste. En temps normal ils savaient être décisionnaires, or, à cet instant, ils se mirent tous en mouvement sans broncher. Al ne bougeait pas de suite, jaugeant de toute sa hauteur le loup. Il détournait aussitôt son attention sur Selene lorsqu'elle approchait pour commentait leur précédent aparté. La belle ne se priait pas pour lui crachait sa réticence au visage sous sarcasme. Un brin méprisante, elle remettait en question la décision qu'il avait prit à son insu en prévenant le groupe. Face au cynisme de sa moitié, l'argenté fronçait les sourcils, irrité. Sans avoir le temps de lui répondre, elle lui tournait le dos prête à vaquer ailleurs. Aelendil rattrapait son bras gauche de sa main droite, intacte et défait de bandage depuis quelques jours sans éveiller l'attention de qui que ce soit.  La jeune femme se retournait vivement non sans l'étonner. Gardant sa position, Al lui  balançait en serrent les dents de colère contenue. « Comment veux-tu qu'ils se sentent respectés si tu disparaît à tout va sans les concerter ?! » Il croisait son regard noir, Selene ne pouvait être totalement lucide à cet instant, comme eux tous. Aelendil était de loin le plus torturé par les événements, seulement, sa remarquable aptitude à refouler ses émotions était également une malédiction. A cet instant, elle lui permettait de ne pas se laisser ronger par des pensées intrusives. L'heure n'était pas à la réflexion et il le savait, il ne voulait plus se laisser guider par ses émotions. Il n'arrivait pas à trouver le juste milieu et craignait lâchement les représailles. Même s'il était prêt à assumer ses actes, le dragon craignait d'avoir plus à perdre qu'à y gagner. Face au regard noir de la mage, Al relâchait sa prise en écartant largement les doigts comme si qu'il allait perdre sa main. Sans un mot de plus il la laissait s'éloigner en tournant lui même les talons avec frustration.  

Le feu allumé formait un brasier imposant assez ensorcelant pour le draconide. Les flammes ondulaient en cherchant à atteindre toujours plus de hauteur. Il ne fut pas le dernier à tourner les talons, ni le premier. Al se mêlait au groupe, marchant au même rythme en songeant à ce qu'il devait faire. Jusque là, il s'était convaincu de n'avoir peu d’intérêt à son butin. Le fait qu'il fut loin de la forteresse le laissait penser qu'il était hors d'atteinte psychologiquement. C'était bien plus fourbe que cela en fait, tant qu'il était éloigné de son trésors il serrait lui-même, loin de la malveillance jadis ressentie. Il n'avait pas regardé longtemps et pourtant l'image restait figée sur sa rétine, s'entremêlant a des souvenirs à travers son alter ego puissant. Les images étaient rares bien qu'ils se souvenait majoritairement de ce qu'il avait fait après chaque métamorphose. Les souvenirs récurrents lui firent presser le pas, s'extirpant du peloton, Al en prenait la tête. Ils suivirent l'air marin adoucissant les odeurs de cendre des environs, signe que Kaer Trold n'était plus loin.
Ils atteignirent la forteresse en début de soirée, la lune déjà haute éclairait le port intact.

C'était comme si le temps s'était arrêté ici, rien n'avait changé. A l’abri des pilleurs et autres visiteurs, la cité royal demeurait intact, telle quelle. Les habitants avaient fui en emportant le stricte minimum. Grave erreur étant donné qu'Iggnir ne toucha jamais Kaer Trold. Le navire royal était encore à quais et on pouvait apercevoir ses voiles noir repliées ainsi que le drapeau affichant le blason de Skellige. Ils traversèrent le pont imposant d'Ard Skellige, une fierté de l'époque. Notre ami baladait son regard en contrebas sur la ville fantôme s'étalant sous leurs pieds. Sa chevelure nouée en queue de cheval ondulait violemment en rythme des bourrasques de vent. Selene se maintenait à son côté, moins fermée qu'il y a quelques heures. C'était là la magie du groupe, quelqu'un avait probablement du parvenir à la ramener à la raison. Selene était remarquable pour cela, elle était têtue mais loin d'être stupide ou capricieuse. Elle était spontanée elle aussi. Pour autant, ils n'échangèrent nullement, Al était celui qui était le plus fermé à présent. La tendance s'était inversée et ce n'était pas pour le mieux. Aux abords du château, le jeune prince ralentissait sous le regard sceptique de Barenthir qui le suspectait d'avoir un quelconque rapport avec le massacre de l'archipel. Il 'avait observé et le trouvait bien plus morose que d'habitude, lui qui avait toujours vu la tristesse chez le prince. Il tentait d'ailleurs de lui tirer les vers du nez chemin faisant jusqu'à la bâtisse. Le garçon restait toutefois peu bavard sans surprise, renvoyant le vieux soldat avec sa sympathie. Il ne méritait rien de tout ça et n'en avait nullement besoin. Aelendil n'était pas du genre à se flageller cependant, il était du genre à ne pas se ménager ni se trouver d'excuse. Il fut l'un des derniers à entrer dans le château. Dedans, tous s'éparpillèrent sauf l'argenté qui restait planté au centre de la pièce glacée. Il se sentit attirer par l'or, sentant l'odeur de celui-ci depuis l'entrée. Silencieux depuis un moment, il avançait sans dévier sa trajectoire en sachant exactement où aller. Ses pas assurés et pourtant lents laissaient deviner qu'il savait ce qu'il faisait. Il s'enfonçait sous l'escalier pour traverser le porche en marbre et longer un vestibule qui délivrer la salle du trône plus loin. Il ouvrit son menton, en proie à une vague de chaleur désagréable, son mauvais pressentiment s'intensifier. Il avait l’impression qu'il était obligé de retourner auprès de son trésors. Il recommençait à se questionner sur l'attitude à adopter, ses choix.
Au bout de quelques minutes, tant il tardait, l'argenté parvenait jusqu'à la salle du trône, partie ajoutée par le dernier roi en date. Au centre un trous béant dans lequel miroitait à la lueur de l'astre nocturne une tas d'or sous toutes ses formes. Au plafond demeurait le vitrage majestueux de forme diagonale. Normalement la lumière devait éclairer une fresque magnifique sur les dalles sombres.

Aelendil s'arrêtait à quelques pas de la piscine d'or dans laquelle il contemplait à nouveau sa folie. Elle-même qui rendait puissants nos acolytes en claquement de doigts presque. Il déglutissait, en proie à une forme de vertige alors qu'il sentit son sang s'accumuler aux tempes. Un bruit de pas derrière-lui le sortit instantanément de sa torpeur. Incapable pour autant de se retourner, l'argenté fit un pas en arrière, un tantinet déstabilisé. Il se reprit vite néanmoins, conscient qu'il devait être lucide et ne pas laisser son avidité lui dicter le pas. Il laissait l'intrus approcher sans broncher. « Je savais que tu reviendrais ! Je n'ai pas cessé de d'entretenir ton palais, messire Dragon ! » déclarait une voix enfantine égayée. Cette voix il l'a connaissait bien, incapable d'oublier le celicole qui l'avait longuement importuné. En réalité il avait apprécié sa présence et leurs conversations. Déportant un regard presque outré sur le gamin, il jetait un regard derrière eux pour s'assurer d'être seul.s. Là, le celicole reprit la parole avant d'être fermement coupé par le jeune prince qui lui demandait strictement de ne plus jamais le nommer comme à son habitude. Lui qui en avait fait une chanson touchante se plaisait à l’appeler ainsi de part son âme de troubadour. Très joueur mais intelligent, le gamin se résolvait à faire plaisir à celui qu'il considérait comme un ami. Al lui demandait de ne révéler sous aucun prétexte sa nature à quiconque. L'entretiens se terminait rapidement car un autre intrus se manifestait.

Cette fois, le loup arpentait la salle les sens en alerte. Il en aurait presque marcher la queue entre les pattes s'il n'avait pas été mi-homme. L'aura du dragon était encore présente, elle lui rappelait indéniablement celle du dragon, tout comme l'odeur imprégnée sur la moindre parcelle d'or. Le changelin fit le tour de la fosse sous les commentaires tordus et amusants du celicole. Il demandait à notre ami si la bête était un ami, passant du coq à l'âne sans problème. Rhydian s'arrêtait après avoir fait un tour complet, il jaugeait notre ami en silence. Il tentait de se convaincre qu'il y avait concordance entre les deux odeurs. Il remettait en question cette vile sensation qui l'avait toujours animé en présence du dragon. Tout s'expliquait à présent dans son esprit en ébullition. Il entreprit de reprendre forme humaine pour avoir l'usage de la parole. C'est nu comme un vers qu'il se lançait dans ses convictions, l'humeur assombrie. Il avait toujours redouté la nature de l'argenté ett avait beaucoup fabulé mais, jamais il ne lui aurait accordé un tel pouvoir. Un dragon c'était tout de même conséquent, c'était instable, telle une pierre brute il fallait le polir pour en tirer le meilleur ou le pire. Savoir qu'une seconde bombe à retardement se trouvait dans le groupe était fort inquiétant. Aussi, il comprenait l'attitude indiscernable de son rival sans la lui pardonner. Rhydian prit la parole aussitôt, la voix rauque tant il était sidéré.

-Tu es le dragon... c'est pour ça que tu savais... Ca expliques tes peintures et le dimeritium...Varric avait raison. En effet, nombreuses étaient les discussions sur l'aspect physique de l'argenté, le nain avait entre autre senti l'acier prodige. L'hybride marquait une légère pose, trouble par ce que représentait une telle nouvelle. Il songeait à sa place au sein de sa famille, les enjeux d'une telle nature ou encore ce que penserait Selene. Comment aurais-je pu deviner... ?
-Ne sois pas ridicule... je suis venu …
-Non ! NON ! Ne te fous pas de moi... Rhydian lui tournait autour, intrigué par notre homme maintenant qu'il l'avait démasqué. Ho ho ho... ricanait-il plutôt satisfait de pouvoir le plier. Pas cette fois, non. Je sais ce que tu es, tu ne peux pas me tromper.
-Hmpf... Al se résignait à ne pas s'embourber d'avantage, jetant un regard en biais alors que le brun marchait à pas croisés dans son dos. Et alors ? Demandait-il avec froideur avant de renchérir avec cynisme. Tu comptes rapporter cela comme un fier toutou ? Soit, je te boufferais après.
-Ha ha ! Bien évidemment. Rétorquait-il avec évidence. Comment pourrais-je garder une telle chose pour moi ? Tu dois répondre de tes actes, monstre !
-J'aurais tout le temps d'en répondre en amenant Selene au trône.
-Ha ! Quelle arrogance... S'offusquait le brun, Selene n'a pas besoin d'un vile serpent à ses côtés. Qui nous dit que tu ne prendra pas le trône une fois votre affaire achevée ?!
-Ouhh la la … Messire Dra... Aelendil, roi? se reprenait-il rapidement dans son intrusion joviale. Je crains qu'il ne soit trop occupé à dormir.

Aelendil jetait un regard noir au cericole qu'il pensait voir intervenir en sa faveur pour appuyer sa crédibilité. Le gamin ne tardait toutefois pas à reprendre la parole en faisant cette fois preuve de sagesse.

-Sans vouloir vous offenser, Seigneur Loup, il est un fait que le temps ne peut effacer un acte, mais il peut à jamais le racheter. Ne condamnez pas un compagnons avant d'avoir compris ce qui le met en colère.
-... D'où tu sors toi ? Quel affreux gamin...
-Hey ! Je ne me lèche pas les...poils, moi ! Rétorquait-il en feintant une provocation sous ses airs enjoues.Loin d'être susceptible, le garçon était bien plus réfléchi que nos deux mâles en conflit.
-Je ne vois pas le rapport, morveux ! Et puis je comprends rien à tes morales, vas droit au but qu'on en finisse vite. s'écriait-il impatient et de mauvaise foie.
-Quel maroufle, ne comprenez-vous pas que l'homme en face de vous est victime de sa nature.
-Zoldike, ça suffit, je n'ai pas besoin d'être chaperonner...
-En effet, cela semble évident... Ajoutait un nouvel intrus, l'apprenti mage qui levait les bras délicatement pour prouver sa docilité. Le second fils Celeborr, victime d'une malédiction inéluctable... Quelle ironie du sort chez la famille qui hait soit disant la magie...
-... Qui êtes vous ?
-Nous verrons cela plus tard quand tout le monde sera là. En attendant... Son regard s'assombrissait subitement et il réduisit le peu distance le séparant du dragon pour le menacer de sa magie. Donnez-moi une bonne raison de ne pas vous décapiter si vous êtes bien ce qu'il prétend.
-Hey, attendez une minute, c'était mon tour. Veuillez ne pas trop l'abîmer...

Aelendil commençait à s’énerver, il tentait de réprimander son impulsivité pour ne pas laisser filer leur chance. L'inconnu était l'apprenti mage recherché sans aucun doute. Notre ami gardait donc son sang froid sous son masque implacable. Ce fut à nouveau le celicole, Zoldike, qui reprit la parole en sa faveur. Les mots employaient firent leur bout de chemin et Al répondit aux quelques questions de l'inconnu qui s'en contentait. Méfiant et toujours enragé, il lui accordait encore le bénéfice du doute face aux massacres qu'il avait commis. Rhydian acceptait de garder le silence encore un moment sous quelques conditions imposées et tempérées par le mage. L'argenté s'y pliait pour son interet, désireux d'être celui qui avouerait la vérité à Selene. Cependant, loin d'en rester là même après cette paix provisoire, le type voulut en découdre. Alors, le mage cessait son emprise magique pour se saisir du col de l'argenté et lui asséner une violente droite. Al avait senti la tension monter chez l'inconnu, conscient que cette étape permettrait au type de passer à autre chose une fois défouler. Ainsi il acceptant son rôle d’exutoire, se prendre quelques coups non retenus lui remirent les idées en place. Nul doute que Selene allait s'en alarmer en plus d'en souffrir. Le visage quelque peu tuméfié à des endroits précis, il essuyait le sang de sa lèvre d'un revers de main effronté. L'apprenti se perdit dans son océan de tristesse avant que son poing un brin ensanglanté ne soit stoppé par le prince à terre. Le poing englobé dans la paume ferme du dragon, il le serrait au poing de lui briser les phalanges. Le cri de douleur du mage sortit Rhydian de sa torpeur qui s'étonnait encore de cette vague de colère soudaine. Il vint séparer les deux garçons en saisissant le mage par les épaules pour l'attirer en arrière. Il tombait à la renverse avec ce dernier en arrivant trop tard. En effet, Al lui avait fracturé le nez en guise de réplique, incapable de rester là sans réagir. Rares étaient ceux qui avaient pu se permettre un tel acte sur notre ami. Preuve qu'il était accablé.

Les trois hommes séparés, Rhydian s'autorisait des commentaires loufoques sur le nez du mage. L'atmosphère se détendait car, contre toutes attentes, Al allait s'enquérir de l'état du mage. Il excusait l'absence de maîtrise de sa force en lui assurant ne pas avoir voulu le blesser mais l'arrêter. Le mage était assis à terre, Rhydian avait reprit sa forme de loup en sentant approcher d'autres joueurs. Al, quant à lui, se tenait debout adossé contre un mur en retrait. Là, un léger silence les englobait avant que le mage ne prenne la parole, colère passée.

-Bordel... aurais-je tapé comme une fillette ?
-... hé hé... riait amèrement l'argenté en compressant son arcade à peine ouverte. Vous n'êtes pas à remettre en question...
-Il est fait en pierre.
-C'est un dragon... rétorquait le mage avec morosité. Et vous, vous êtes un changelin, n'est-ce pas ?

Ils échangèrement brièvement avant que le mage n'exprime ses craintes de colère inéxpliquée en présence de l'or.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Mer 6 Déc - 15:18

Une lueur légèrement bleuté illuminait les couloirs de sa présence vacillante alors que la jeune femme maintenant l'orbe d'énergie luminescente au creux de sa paume sans grand difficulté. C'était là un des sorts les plus simples qu'elle avait apprit depuis longtemps à utiliser, et elle n'utilisait presque pas d'énergie ainsi, s'évitant également à devoir porter une torche et d'avoir à s'encombrer les mains si d'aventure elle devait réagir rapidement. Les pas des curieux résonnaient lourdement entre les murs de pierre séculaires alors que le trio progressaient en observant l'endroit qui n'avait pas été habité depuis un certain temps. Malgré tout, il n'y avait que peu de poussières, comme si les lieux n'étaient pas vraiment marqué par l'empreinte du temps. Selene sentait une pression non négligeable s'exerçer sur son esprit, à la fois liée aux conditions de sa dernière visite forcée au sein de la citadelle, mais également à cause de l'énergie puissante dont semblaient imprégnés les lieux. Une magie bien différente de l'énergie tellurique qu'elle pouvait sentir en extérieur, celle-ci était étrangement semblable à celle courant à Kaer Morhen en fin de compte, une magie résiduelle, ancienne, presque dormante, mais qui pourtant maintenait les sens de la jeune femme en alerte, comme si elle s'attendait à un événement quelconque. Elle jeta un bref coup d'oeil en direction des deux comparses qui avaient décidés de l'accompagner pour voir s'ils ressentaient également quelque chose, mais se rendit rapidement compte qu'elle était en réalité la seule du petit groupe à avoir cette étrange sensation. Il fallait probablement être un pratiquant de ce genre d'énergie afin de pouvoir les ressentir. Elle soupira doucement et continua sa marche à la recherche d'un indice prouvant le passage d'un autre être en ces murs avant leur arrivée. Lorsque le passage s'élargit suffisamment pour pouvoir avancer de front, Ivy vint se placer à sa droite quand Mason prenait place de l'autre côté, ce dernier observant les moindres peintures et sculptures avec un émerveillement sans limite. De son propre aveu, il n'avait jamais encore franchit les frontières de son pays natal, et étant d'un naturel extrêmement curieux, tout ce qu'il pouvait découvrir ou apprendre l'intéressait, convaincu que c'était ainsi qu'il pourrait amplifier et magnifier ses capacités d'herboriste. La guerrière quant à elle s'intéressait plus à une éventuelle embûche qu'à l'art picturale des insulaires. Personne ne parlait, chacun plongé dans ses propres réflexions, c'est pourquoi lorsqu'un son inhabituel parvint aux oreilles de la rouquine, il ne lui échappa aucunement et elle tourna instinctivement la tête vers sa provenance pour voir une ombre mouvante dans un angle de la pièce chargée de bibliothèques qu'ils traversaient. Le brun avait ralenti le pas, flânant entre les rayonnages à la recherche d'ouvrages inconnus et instructifs. Selene lança l'obre luminescente au dessus de l'endroit d'où provenait le bruit suspect alors qu'au même moment une forme massive bondit de l'ombre en direction de l'herboriste, dont l'attention était dévoré par les livres. Réagissant par instinct, la rouquine se retourna brusquement, et tira le jeune homme en arrière jusqu'à le faire tomber à la renverser, chutant à sa suite. Ivy réagit au quart de tour et une seconde à peine son épée se planta avec un sifflement perçant dans la tête du monstre, l'empalant contre l'étagère la plus proche. La créature lâcha un râle sourd d'agonie en s'agitant puis son corps se relâcha d'un coup, inerte au moment où le silence retombait. La jeune mage se redressa rapidement et s'assura de l'état de son ami avant de se remettre complètement sur pied lorsque la guerrière récupérait son arme avec une moue de dégoût en observant le liquide noirâtre souillant la lame.

Selene n'eut pas besoin de s'approcher davantage de leur agresseur pour voir de quoi il s'agissait réellement et blêmit dangereusement face à cette découverte avant de jeter un regard rapide à Mason, assis par terre qui fixait la bête d'une manière similaire. Seule la brune semblait ne pas pouvoir mettre un nom sur la chose, n'ayant également pas la moindre idée de ce que sa présence pouvait signifier, et elle ne se priva pas pour manifester son mécontentement à ne pas savoir. -" Bon dieu, c'est quoi cette chose ?" - Ce fut Mason qui lui répondit d'une voix blanche tout en se relevant en prenant appui sur la bibliothèque la plus proche, les jambes tremblantes en observant les crocs imposants qui avaient frôlés sa tête quelques secondes plus tôt. - "Un molosse de la chasse …" -" Quelle chasse ? "- La rouquine fixait toujours la créature nimbée de la lueur bleuté trônant au-dessus de leur tête avant de répondre à la place de son comparse. -" La chasse sauvage. Ils nous ont retrouvés." - "Selene, on doit …" - "Oh j't'en prie, la chasse sauvage n'est qu'un mythe pour effrayer les gosses. C'est un warg un peu étrange, rien de plus." - La rouquine ricana, ce n'était pas la première fois qu'on refusait de la croire à ce sujet, et d'ailleurs, elle-même aurait très certainement préféré qu'il ne s'agisse en effet que d'un mythe, mais la réalité était tout autre. Elle s'apprêta à annoncer son désir de faire demi-tour pour retrouver les autres au plus vite lorsqu'un violente douleur lui assaillit la mâchoire, suivit d'une autre tout aussi rude au niveau de la tempe, si bien qu'elle en perdit l'équilibre sous la surprise et se prit la tête dans les mains comme si ce simple geste pouvait faire refluer le mal. Sa poitrine se serra lorsqu'elle comprit instantanément l'origine de sa peine et la panique menaça de s'emparer d'elle alors qu'elle tentait de se relever, s'agrippant à l'herboriste non loin  pour s'aider. Ce dernier lui portait un regard inquiet, la voyant clairement souffrir sans cause apparente et ne tarda pas à la questionner. - "Qu'est-ce que tu as ?" - "C'n'est pas moi Mace …" - Elle croisa les yeux du jeune homme qui mit un certain temps avant de comprendre de quoi il en retournait vraiment car Selene ne voulait pas se montrer plus précise en présence de la brune. Seule Mason était au courant de son lié vital avec le prince, et elle tenait à ce qu'il en demeure ainsi, c'était un fait qui à ses yeux étaient suffisamment dangereux pour eux deux pour ne pas s'amuser à aller le crier sur tous les toits, même à leurs compagnons de route. Malgré la confiance qu'elle avait fini par leur donner, l'herboriste restait le seul en dehors d'Aelendil à qui elle se sentait prête à confier leurs deux vies sans restriction. Une fois debout, la jeune femme posa ses yeux clairs sur le cadavre du molosse l'espace d'une seconde avant de pivoter pour partir sur le champ. -" Il faut retrouver les autres au plus vite." - "Hey, un de vous m'explique ?" - "Ca serait trop long. Si la chasse se trouve à Kaer Trolde, les autres sont danger. Magne-toi Ivy!" - Dégainant son arc, la jeune femme intima à Mason d'allumer une torche après quoi elle fit disparaître l'orbe bleutée. Si elle était amenée à se battre, le fait qu'un peu de sa magie ne soit aspirée par la lanterne ne l'aiderait pas, même pour une puissance aussi minime. Un fait dérangeait pourtant la jeune mage qui à mesure qu'ils retournaient sur leurs pas, réfléchissant à la présence probable ou non des cavaliers de cauchemars. Elle ne ressentait pas la pesanteur éprouvée la première fois qu'elle les avait vu dans l'antre des sorceleurs, ce qui signifiait que soit ils étaient peu nombreux, soit ils étaient peut-être déjà repartis. Néanmoins, sa moitié avait souffert, ça elle en été persuadée, et peu de gens pouvaient se vanter de pouvoir atteindre le prince, ce fait l'inquiétait plus que le reste. Plus que le molosse. Néanmoins, les minutes passaient et aucunes nouvelles douleurs ne se manifestaient, pour autant elle ne savait pas si cela était bon ou mauvais signe.

Il leur fallut une dizaine de minutes pour parvenir à l'endroit où se trouvait le prince, guère seul. Armé et prêt à combattre, le trio déboula sans s'arrêter dans ce qui semblait fort être une salle du trône, baignée d'une lueur dorée émanant de la conséquence montage d'or en son centre. Selene, légèrement en retrait derrière la brune prête au combat, tenait en joug les deux intrus présents dans la pièce avant de froncer les sourcils en détaillant davantage la scène. Aelendil se trouvait en retrait, appuyé contre un mur, une main sur la tempe. Rhydian tournait lentement autour des inconnus sous sa forme animale, mais ne semblait en aucun cas agressif envers eux pour autant. La plus grande des deux silhouettes se trouvait assise au sol, alors que la plus petite lui arrivant à peine à l'épaule, observait le loup et le prince tour à tour. Le premier regard de la jeune mage fût pour sa moitié qui tenait debout, donc n'était pas si mal en point qu'elle aurait pu le croire. Ivy avait déjà abandonné sa posture d'attaque et venait de ranger sa lame, considérant que les deux nouveaux n'étaient pas des menaces véritables, et s'approcha d'eux tranquillement. Selene finit par baisser son arme également et décocha sa flèche pour la ranger sans pour autant faire de même avec l'arc, puis leva un regard perplexe en direction de ses deux compères. -" C'est quoi ce cirque ? "- Ses yeux dévièrent vers les inconnus et elle fronça les sourcils, persuadée qu'il ne s'agissait pas de la chasse. Néanmoins à la posture et au visage tuméfié du plus grand, elle se douta de ce qui s'était produit et son regard se fit plus froid que prévu à l'attention du blond lui faisant face. - "Qui êtes-vous ? "- "Je pense qu'il s'agit de l'homme que nous cherchons Selene … "- Mason avait fini par se joindre au petit groupe une fois sûr que tout danger était écarté et observait celui qu'il apparentait au mage recherché avec curiosité. La rouquine soupira doucement avant que son regard ne fasse navette entre les deux blessés. - "Pourquoi diable vous êtes-vous battus alors ?" - Elle sentait un soupçon de colère la gagner, probablement en réaction à l'inquiétude sans fondement qu'elle avait éprouvé pour l'argenté faute de savoir ce qu'il lui arrivait, mais se reprit bien vite en songeant à un problème plus urgent que de savoir la raison de leur mésentente. Elle contourna Rhydian qui s'était placé contre elle depuis son arrivée et rejoignit le prince toujours à l'écart pour vérifier ses blessures, clairement moins grave que celles du mage. A l'évidence, l'un tapait nettement plus fort que l'autre … Elle enchaîna rapidement, la mine soucieuse. - "Peu importe, on verra cela plus tard. On a un plus gros problème, la chasse se trouve ici. Mace a bien failli se faire bouffer par un de leur molosse, mais ce qui est bizarre c'est que je ne ressens rien qui leur soit lié. Qu'est-ce que ça donne de ton côté ?" - Le mage ne laissa pas le temps à son agresseur de répondre et prit la parole, s'attirant des regards étonnés ou curieux au passage. -" La chasse n'est plus ici, ils sont partis pratiquement au moment où j'arrivais aux abords de la cité, je pouvais ressentir leur présence d'assez loin. Le molosse qui s'en est prit à vous à dû s'égarer durant leur passage." - L'explication du blond tenait la route, et coïncidait également avec l'absence totale de perception de la jeune mage, néanmoins savoir que deux puissances néfastes se disputaient cet endroit n'était pas vraiment pour la rassurer, d'autant plus que deux de leurs comparses manquaient toujours à l'appel. Plongée dans ses réflexions, la jeune femme ne s'était pas aperçu que le loup s'était à nouveau glissé entre elle et le prince, l'éloignant discrètement de ce dernier, en la poussant délicatement en direction du mage blessé, mais le manège n'échappa pourtant pas aux deux autres qui en vinrent à se questionner sur ce qui s'étaient réellement passé durant leur absence. Le petit être qui jusque là s'était montré silencieux s'avança finalement pour prendre la parole, et Selene recula d'un pas lorsqu'elle le reconnut. Le celicole lui avait tenu compagnie une nuit lorsqu'elle était encore captive du dragon, mais pas un seul instant elle ne se serait imaginée qu'il serait resté en ces lieux. A l'évidence, il la reconnut également et lui offrit un sourire ravi en tapant dans ses mains fines. - "La jolie dame est revenue aussi  ! Je ne pensais pas vous revoir depuis que le seigneur Dragon est parti ! Quelle belle surprise !" - Elle lui retourna son sourire, légèrement amusée, avant de s'arrêter sur un mot en particulier, lui faisant perdre sa bonne humeur. - "Attends, pourquoi tu dis « aussi ». Quelqu'un d'autre que tu connais est revenu ici il y a peu de temps ?" - Le gamin se mordit la lèvre sous les yeux perçants de la jeune femme avant de secouer négativement la tête après une longue hésitation. - "Non, pas depuis votre départ avec l'homme en armure. "- Elle soupira de soulagement, rassurée à l'idée qu'Asloth ne soit pas revenu ici avant eux dans l'idée de leur tendre un piège. La plupart des dangers semblaient donc écartés en ces murs, pour autant, elle aurait préféré lever le camp rapidement. Elle soumit l'idée à ses comparses mais le celicole insista longuement pour qu'ils demeurent ici pour le restant de la nuit, prétextant que leur présence lui était agréable. Ils se déplacèrent pourtant dans une autre pièce, l'ancienne salle de banquet dotée d'une immense cheminée. Après quelques recherches, ils trouvèrent de quoi faire un bon feu au moment où Varric et Barrenthir finirent par les retrouver. Le petit groupe désormais au complet, ils se posèrent sans rechigner. Selene et Mason s'attelèrent à soigner le mage qui de son propre aveu n'était pas versé dans la magie médicinale. L'herboriste lui confectionna rapidement un antidouleur efficace, ainsi qu'un baume cicatrisant pour les plaies ouvertes. Selene quant à elle tenta de se charger des blessures plus profondes, les os brisés. La jeune femme avait des bases dans beaucoup de domaine concernant la magie, néanmoins elle n'avait jamais eu le cran de s'y essayer sans la moindre supervisation de sa tante, hormis pour quelques sorts sans conséquences. Son récent changement la poussait désormais à faire preuve de davantage d'initiatives, et elle avait donc proposée son aide au blond. C'était également un bon moyen à ses yeux pour l'éloigner du reste du groupe et pouvoir converser avec lui en toute quiétude.

"Nous vous cherchons depuis un moment." - "J'ai cru comprendre. Pour quel raison ?" - "Eh bien … Il se trouve que je sui-... "- "Je sais pertinemment qui vous êtes Selene, ce que j'ignore en revanche, c'est la raison ayant pu vous pousser à fuir en compagnie de votre beau-frère accusé de régicide. "- La rouquine lui lança un regard noir et en oublia momentanément son sort, tirant un gémissement de douleur au mage, avant qu'elle ne se reprenne. - "Il se trouve que le prince et moi-même somme lié par la magie. Lornell a sacrifié sa puissance pour créer ce lien, or nous cherchons actuellement à nous en défaire. Après plusieurs semaines de recherche, une aide nous a fournit le nom de votre maître, ainsi que le votre. Aelendil et moi avons besoin de la puissance reconstruite de la loge pour pouvoir nous séparer, rien de moins, et en cela j'espérais que vous pourriez nous aider." - "Je n'ai rien à voir avec la loge. Et quand bien même … Ce genre de sort ne se défait pas à la légère, même pour des sorcières aussi puissantes. Avez-vous une idée de l'énergie et du pouvoir que cela nécessite ? Il faut séparer en deux corps distincts ce qui ne forme qu'une seule et même entité à présent. Mêler deux sangs est bien plus simple que de les diviser. Pardon de vous dire ça de manière aussi franche, mais votre tutrice aurait dû y songer plusieurs fois avant de générer un tel lien. "- Le regard de la jeune femme s'assombrit brusquement et elle baissa les yeux sur l'arrête nasale du mage qu'elle s'acharnait à rectifier. - "J'ai bien peur que ce ne soit justement le cas. Elle savait pertinemment qu'on ne pourrait s'en défaire si facilement." - "Pourquoi vouloir le faire dans ce cas ?" -" Puisque vous semblez si bien renseigné, vous savez de quel famille je descend n'est-ce pas ? "- "Oui, et alors ?" - "Et alors je ne peux me permettre de mettre davantage en danger la vie d'un autre lorsqu'une telle menace pèse sans cesse sur la mienne." - Le blond eut un rire amer et rétorqua aussitôt, un soupçon de moquerie dans la voix. - "Ne vous inquiétez pas trop pour lui. Celui de vous deux qui se trouve le plus en danger n'est probablement pas celui que vous croyez." - La voix du mage mourut lentement dans sa gorge alors qu'il levait les yeux derrière la rouquine sans pour autant bouger. Selene sentit au même moment la présence du prince proche d'elle et reprit la parole sans sentir la tension croissante entre les deux hommes, trop concentrée à accomplir son travail correctement. - "Je pourrais m'occuper de toi après si tu veux."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Mer 6 Déc - 23:32

Le bas de sa paume droite plaquée sur sa tempe ouverte, le dragon levait un regard blasé en voyant débarquer le trio de Selene. Quelque peu agacé par sa position, il grognait légèrement tandis que son amie s'enquérait de la situation. Aelendil ne justifiait rien, délaissant le mage prouver sa parole. Notre ami redoutait que son secret ne soit dévoilé autrement que par lui et sa volonté. La légère bourde de Zoldike lui avait attiré un coup d’œil accusateur de la part du prince. Le celicole se reprit vite et plutôt bien en écartant l'intrigue de ses insinuations. Le sujet écarté momentanément, Aelendil gardait sa position en retrait en cherchant à se faire petit. Son regard ne cessait de croiser le tas doré scintillant, attiré. Il repensait à un détail, Selene et Zoldike se connaissaient. Voilà qui n'avait rien de rassurant. Lorsque Selene l'approchait d'une mine inquisitrice, l'argenté défit sa main pour lui montrer son égratignure bénin d'après lui. Il le fit nonchalamment sans la moindre once de mauvaise humeur pour une fois. Elle était en droit de savoir ce qui devait lui picoter le front. Il s'apprêtait à lui fournir une excuse emplie de cynisme mais elle l'interrompit. La présence de la Chasse lui donnait un coup de fouet qui le fit se détacher du mur lentement, sourcils fronçés. Aussitôt, le mage rebondissait en écartant tout danger. Al reportait son attention sur la rouquine après avoir jeter un regard au blond. La jeune mage déviait aussitôt ses pas sans plus d'égard non sans le vexer. A côté de l'autre bagarreur, il était juste éraflé. Pourtant, le mage s'y était donné à cœur joie avant d'être stoppé radicalement.

Pendant que Mason et Zoldike tentaient de convaincre Selene de rester la nuit à la forteresse, Ivy tentait de comprendre ce qu'il s'était passé auprès du prince. Al lui fournissait une réponse imprégnée d’effronterie alors qu'il lui adressait un demi sourire où on pouvait lire le sarcasme d'après d'après la grimace déformant sa joue brièvement.

-Hin... pouffait-il. Nous avons appris à nous connaître...
-Humhm... Je vois... C'est bien un truc de mec ça. Répondait-elle un brin sceptique. J'espère que vous ne scellerez pas votre amitié en vous tuant. Plaisantait-elle en lui souriant, enjouée.
-... Hey... il est hors de question de passer la nuit ici ! S'exclamait-il en changeant subitement de sujet en ayant entendu une bride de conversation à côté. La décision étant déjà prise, le sujet fut très vite clôturé et son avis avec.

Le groupe changeait de pièce sans connaître l'influence malveillante que dégageait l'or ainsi réunis et autrefois couvé par la colère d'Iggnir. Il avait détruit tout ce que Skellige avait et leur avait en plus volé leurs richesses afin de détruire tout espoir aux survivants. Un acte abominable auquel il commençait seulement à réaliser. A force d'entre plus que de voir, son esprit ne cessait de nourrir toutes sortes de réflexions digne d'un humain. C'était énervant, pesant, il avait l'impression que ça lui bouffait son énergie presque. Il fut l'un des premiers à quitter la pièce pour suivre Zoldike toujours aussi enjoué, gaie et insouciant. Chemin faisant, le dragon rappelait au celicole de bien vouloir garder leur passé commun pour lui et ces murs. Sa froideur à son égard était plutôt extrême et pourtant, le garçonnet ne s'en souciait guère. Il l'avait vu bien plus virulent et le trouver d'ailleurs extrêmement changé.
Aelendil se chargeait de dépoussiérer meubles et fauteuils avec une aisance qui laissait penser qu'il avait déjà fait cela. Il répété en effet des gestes passés dans cette-même pièce où il avait séjourné quelques jours. N'étant pas l'endroit favoris du celicole, il avait rangé la pièce et l'avait redisposé comme à son origine en attendant que le dragon ne revienne un jour sous forme humaine. Il avait longtemps espéré trouver l'endroit dérangé dans l'espoir de revoir notre ami grognon. Aelendil retrait les draps, découvrait les meubles pour pouvoir user des chandeliers. Offrant plus de luminosité au comité, il allait ensuite se poster près du feu une fois celui-ci allumé. Selene et Mason s’attelaient à fournir les premiers soins au mage amoché. Son nez cassé ainsi que son avant-bras gauche le rendait pas aussi désagréable qu'il aurait pu/dû l'être. Croiser la route du Sang Ancien était presque un honneur quelque part. Il cachait bien son jeu, mais, il était un grand fanatique d'histoire et plus particulièrement l'époque des Sorceleurs. De plus, maintenant qu'il avait un bras en moins, il était beaucoup moins efficace et un brin dépendant. Cependant, il était outré par la présence du prince dragon, encore sous le choc d'une telle nouvelle. Il avait la nausée rien qu'à le regarder, ne trouvant que la force de le tolérer dans un premier temps. Il représentait bien trop de choses qui le rebutaient.  Toutefois, il s'était engagé à garder le secret jusqu'à ce que leur coopération soit achevée. Quant à Rhydian, il avait imité le mage en donnant le même délais au dragon pour prendre son courage en main et avouer ses crimes à la jeune mage. C'était de loin l'une des pires choses qu'il n'avait été donné de faire en tant qu'humain. Comme quoi, les mots pouvaient être dangereux aussi immatériels fussent-ils. Alors l'argenté observait le brasier sous les bûches improvisées en songeant à cet ultimatum. Les deux hommes estimaient en toute logique que le secret ne pouvait être gardé, tout comme ses actes impunis. Il était d'accord, seulement, il appréhendait. Le mieux aurait été de lui dire une fois leur lien brisé, les choses auraient été alors beaucoup plus faciles pour Selene. Il était désireux de tenir sa promesse envers la mage, désireux également de la voir maîtriser son pouvoir. Au bout de dix minutes, l'argenté changeait de position, alpagué par Barenthir, étrangement. Le vieux soldat lui confiait ses idées concernant les plans de Selene et par conséquent, le destin des survivants de Skellige. Varric et Ivy les rejoignit très vite en prenant part de loin à la discussion. Al n'avait pas encore d'avis tout formulé, cherchant encore à lutter contre son avarice. Il n'arrivait pas encore à se faire totalement barrière à ce sujet. Une contradiction avec son désire récent et grandissant de réparer ses erreurs. Loin de vouloir plaire, il sentait au fond de lui qu'il avait besoin d'assumer entièrement pour se pardonner et l'être. Il se sentait ridicule, il avait l'impression de faiblir. Ils décidèrent d'en reparler plus tard en sentant l'absence de l'argenté et la fatigue globale. Encore une journée pleine de stresse, d'autant plus que l'absence des deux acolytes les avaient pesé. Ils commençaient à se séparer, Al se trouvait non loin de Selene et son blessé.

Posté derrière la jeune femme en plein soin, l'argenté restait un court instant silencieux à examiner la scène d'un air distrait. Selene lui proposait de penser ses blessures et il détournait le regard sous celui agacé du mage. Pris au dépourvu, l'argenté sortit de ses songes en répondant avec monotonie. « … Ca devrait aller... »  Il croisait le regard de Rhydian assis non loin à les observer. Agacé, il reportait son attention sur la jeune femme qui lui tournait le dos. « Je vais prendre l'air...Ne m'attendez pas pour dîner... »  Sur ces mots il tournait les talons tranquillement pour sortir de la pièce sans attirer l'attention générale.
Le pas un tantinet pressé, il gagnait l'une des sorties pour quitter le château. Dehors, il marchait un long moment et stagnait même le pont gigantesque rénové et améliorer de Kaer Trold. Autrefois cité réputée, elle était une ville portuaire très animées où la vie y était agréable. Il contemplait la mer assombrie par l'absence de lumière.avant de gagner la grande tour et ses geôles. En entrant dans la tour, le dragon pouvait entendre le cerecole chantonnait de sa voix agréablement douce. On aurait dit un enfant de chœur tant il s'employait parfois à changer sa voix. Zoldike est venu se réfugier ici en attendant le retour de notre ami. Il avait un message à lui transmettre, loin de lui l'idée de vouloir importuner plus le prince. A la vue du dragon, le celicole s'arrêtait tranquillement. Il ricanait, plaisantin en indiquant au dragon qu'il l'attendait. Il lui révélait avoir vu deux des soldats de la Chasse Sauvage sans avoir pu les informer comme ils le souhaitaient. Ils l’épargnèrent en lui demandant de transmettre quelques mots si un jour le dragon revenait. Zoldike prit un air théâtral et malgré tout sérieux pour annoncer mot pour mot ce qui avait été dit. Il se raclait la gorge, le visage un brin fermé pour cet être d'ordinaire jovial. « Bientôt, le clair de lune ne saurait plus nous empoisonner. N'aie crainte fils de l'hiver, un nouveau soleil va se lever. »  Les yeux écarquillés, Aelendil fixait le messager avec une appréhension étourdissante. Il ne répondit à aucune des interrogations  pertinentes du garçonnet. Au lieu de ça il se perdait dans de nouvelles méditations. Il  n'était pas effrayé par la Chasse Sauvage à proprement parler. Ce qui l’effrayait, c'était la perte de liberté pour lui et sa moitié. Aussi, il se refusait de laisser le pouvoir de Selen entre de mauvaises mains. Alors comment pouvait-il être amené à les servir ? Il se le demandait. Il se demandait aussi si la Chasse comptait l'aider à retrouver son pouvoir. Si l'idée lui plaisait, la forme beaucoup moins. Les deux capturés, il y avait moyen aisé de faire pression sur les deux acolytes. Il redoutait toujours les choix, sachant que le libre arbitre humain était cruel. Les siens pouvaient être dévastateurs, tout comme Selene. Quand il revint, bien quatre heures plus tard, Aelendil vagabondait dans le château en finissant son tour dans la salle du trône. Le froid avait stoppé les hémorragies de son visage sans qu'il n'ait nettoyé quoi que ce soit. Le froid extérieur l'avait épargné de ce genre de détail. Dans la salle du trône, l'argenté n'avait plus la tête à songer. Las d'être en alerte, il voulut presque regagner sa neutralité de départ.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Jeu 7 Déc - 14:57

Si Selene s'était bel et bien attendu à ce qu'il refuse sa proposition, habituellement peu enclin à quémander de l'aide, tout particulièrement à sa moitié lui semblait-il, elle fut pourtant surprise lorsqu'il lui annonça son désir de quitter l'endroit, l'incitant à ne pas l'attendre en lui faisant ainsi comprendre qu'il serait probablement bien long. Délaissant sa tâche, elle baissa légèrement les mains en déportant son regard sur la silhouette du jeune prince s'éloignant dans la pénombre, quelque peu inquiète, à la fois qu'il ne se déplace seul, mais également à cause de son attitude distante et renfermée. Aelendil était loin d'être quelqu'un d'extrêmement loquace, elle en avait bien conscience et avait apprit à l'accepter depuis qu'ils avaient tous deux pris le temps et la peine de s'expliquer franchement. Pour autant, ce n'était pas habituel de la part du jeune homme de s'éloigner ainsi du reste du groupe, d'elle en particulier car cela représentait probablement un trop grand risque. Quelque chose chez l'argenté ne tournait pas rond depuis qu'ils avaient mis les pieds dans ces lieux, elle en aurait aisément mis sa main au feu si cela avait pu lui donner la raison de ce changement soudain. Mais alors qu'elle fixait l'ombre mouvante du jeune prince, son patient se racla doucement la gorge, la ramenant à son occupation première en un léger sursaut et elle se remit à sa tâche, les mains posées sur le visage du blond, une ride soucieuse barrant son front alors qu'elle tentait de se reconcentrer totalement sur ce qu'elle était en train d'accomplir pour ne pas lui ressouder les os de travers. - "Vous semblez bien soucieuse". -" Je le suis. Mon ami m'inquiète." - Le mage fronça les sourcils à l'entente de l'appellation du prince et laissa planer un léger silence avant de reprendre, piqué par sa curiosité et son ressenti vis à vis du dragon. -" Comment la fille de Cirilla peut-elle être ami avec un assassin de son type ?" - Selene poussa un profond soupir, lasse de toutes ces accusations et paroles sans fondements ou connaissances. Sans pour autant relever les yeux de la petite lueur dorée s'élevant de ses doigts engourdis, elle lui répondit d'une voix froide, n'appréciant que moyennement l'obstination dont il faisait preuve par rapport à l'argenté. - "A l'évidence, vous ne semblez pas si bien informé que vous le prétendez. Ma mère était loin d'être une sainte, comme beaucoup de gens, elle a traversé une période extrêmement sombre, tuant par plaisir durant un certain temps. Les humains ne peuvent pas être irréprochables. Et qui plus est, vous ne devriez pas croire les ragots qui courent à droite, à gauche, Aelendil n'a pas tué son père." - Le regard insondable, le blond répondit pourtant avec assurance. -" Je le sais, je ne parlais aucunement du roi Alesseï. "- Piquée au vif par ses propos, Selene releva brièvement les yeux vers ceux du mage et fronça les sourcils pour souligner son incompréhension. - "Quand bien même … pas une personne ici présente ne pourra vous dire n'avoir jamais ôté la vie à quelqu'un. A l'exception de Mason peut-être, mais ce garçon est bien trop bon pour être un simple être humain, je le soupçonne de venir d'un autre monde !" - Un léger sourire vint éclairer le visage de la jeune femme avant qu'elle ne retourne à son travail presque achevé, espérant avoir fait taire le blondinet cette fois. Mais manifestement, ce dernier se trouvait être têtu et ne put s'empêcher de renchérir une nouvelle fois, tout en restant bien vague. - "Bien sûr, la vie de mercenaires n'est pas de tout repos, je le conçois. Mais je vous parle du meurtre d'innocents Selene." - La rouquine retira ses mains lorsqu'un craquement sec retentit, tirant un gémissement de douleurs au mage alors qu'elle se redressait, ayant achevé ses soins, quoi qu'un peu brutalement peut-être. Elle le fixait d'un regard sombre, incapable de comprendre où il désirait véritablement en venir, elle avait seulement l'impression qu'il prétendait mieux connaître le prince qu'elle-même, ce qui était parfaitement improbable. Elle reprit finalement la parole d'une voix mauvaise, de moins en moins convaincue que cet homme pourrait leur venir en aide en fin de compte. -" J'ignore ce que ces propos signifient vraiment, néanmoins je vous conseille fortement de garder vos suspicions pour vous. Je connais le prince depuis plus de vingt ans, je sais pertinemment ce qu'il est et ce qu'il n'est pas, et ce ne sont pas les paroles d'un inconnu qui me feront changer d'avis. Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, je vous invite à rejoindre Mason pour votre main pour l'instant." - Sans attendre de réponse, la jeune femme se releva et délaissa le blond, visiblement mécontent de voir que la jeune femme n'avait pas la moindre idée de ce qui pouvait bien se tramer.

Il s'apprêta à obtempérer pour rejoindre l'herboriste et quérir son aide lorsque Rhydian, qui avait reprit forme humaine entre temps et avait pour une fois eu la décence de passer quelques vêtements le rejoignit en deux enjambés, lui empoignant l'avant-bras qu'il avait d'intact pour l'attirer dans un recoin sombre de la grande salle pour les dissimuler momentanément du reste du groupe avant de prendre la parole avec une once d'agressivité qu'il lui était difficile de masquer. -" N'essayez pas de la forcer à deviner. Pas encore, ce serait trop dangereux, pour nous tous, en particulier pour elle. Vous avez promis au dragon. "- Le mage incendia l'hybride du regard sans pour autant chercher à se dégager, faisant presque une tête de moins que ce dernier, avant de rétorquer sur le même ton. -" J'ai promis de ne rien dire de manière directe, mais si elle vient à deviner seule, je n'aurais trahis personne." - Un léger sourire satisfait s'affiche sur le visage désormais intacte du blond, simplement souillé par le sang séché qu'il n'avait pas encore eut le temps de retirer, qui disparut pourtant bien vite lorsque le loup restreignit encore la distance les séparant en se faisant cette fois plus menaçant. - "Je vais être clair. Plus un mot concernant le dragon face à Selene. Pas une allusion, rien. Je sais très bien de quoi elle est capable lorsqu'elle perd le contrôle, et croyez moi, vous ne voudriez pas en être victime. S'il a demandé du temps, il l'aura, étrangement, je suis persuadé que lui non plus ne veut pas lui faire de mal. Mais faite la souffrir inutilement, et je vous égorge sur le champ. Suis-je assez direct ?" - Loin de se démonter, le mage tentait de se redresser au maximum pour ne pas plier devant l'aura menaçante du changelin, pour autant il ne parvint pas à prononcer le moindre mot, à la fois surpris et quelque peu inquiet qu'il en vienne à exécuter ses menaces. Face à l'expression stupéfaite du blond, Rhydian recula d'un pas et esquissa un sourire entendu avant de reprendre, un peu plus léger. -" Croyez bien que je désire qu'il paie tout autant que vous, et qu'elle s'éloigne enfin de ce monstre, mais lorsque ce sera le bon moment." - "Soit, je ferais preuve de patience … Mais de votre côté ayez bien conscience du danger que représente cet être aux côtés du sang ancien. Igniir est la chose des Celebor avant tout, c'est même étrange qu'ils ne l'aient pas rappelés plus tôt avec ordre de ramener leur reine. "- La mine soucieuse, le loup réfléchit aux paroles pleine de bon sens du mage, lui non plus ne comprenant pas ce qui avait bien pu pousser le nouveau roi à ne pas contraindre son frère, et également meilleure arme, à revenir avec sa proie. L'idée que le dragon ne soit pas aussi soumis que le prétendait la famille royale lui traversa l'esprit, auquel cas, cela pouvait être une bonne comme une mauvaise chose. Depuis toujours le changelin se méfiait de l'argenté, plus encore maintenant qu'il savait ce qu'il était vraiment, pour autant il n'était pas entièrement convaincu non plus que sa présence soit un réel danger pour Selene en fin de compte. Sa présence était peut-être précisément la raison pour laquelle Asloth tardait temps à leur remettre la main dessus finalement. L'esprit du loup avait tendance à s'embrouiller, et cela l'agaçait au plus haut point, lui qui était un adepte de simplicité et non de prises de tête de la sorte, si bien qu'il soupira et se détourna du mage maintenant qu'il avait fait passer son propre message, dans l'idée de rejoindre les joyeux lurons de la bande pour aller boire un coup. Le blond quant à lui se rendit auprès de Mason pour quérir de l'aide concernant sa main toujours abîmée et qui commençait sérieusement à la faire souffrir.

La rouquine regardait filer le temps en observant la trajectoire de la lune au travers des immenses fenêtres de la salle dans laquelle ils avaient tous établis le campement, jetant parfois des regards nerveux dans son dos pour quérir le retour de l'argenté, mais seule la pénombre se faisait connaître, sans le moindre mouvement perçant au sein de cette dernière.  Se massant la tempe encore douloureuse, elle en vint même à demander une légère dose d'anti douleurs à Mason pour contrer ce détail gênant, qu'il lui fournit non sans quelques questions passagères. Prises dans ses réflexions, la jeune femme répondit vaguement, parfois à côté, avant de se mettre à faire les cents pas dans la pièce, de plus en plus inquiète de l'absence désormais longue du jeune prince. Elle retourna auprès de l'herboriste discrètement et prétexta avoir besoin de ses services une nouvelles fois avant de lui chuchoter à l'oreille pour n'être entendu de personne d'autres, plus particulièrement du loup qui ne cessait de lui jeter des coups d'oeil réguliers depuis qu'ils s'étaient retrouvés dans la salle du trône. - "Je vais chercher Allen, couvre-moi auprès des autres, on sera vite revenus. "- L'interpellé fronça légèrement les sourcils sans pour autant détourner l'attention de l'élaboration du baume destiné aux phalanges explosés du disciple d'Erhyne. -" Pourquoi tu ne leur dis pas simplement que tu y vas ? "- "Ils sont bizarres … Surtout Rhydian, il n'arrête pas de me surveiller depuis qu'on les a retrouvés. Et je n'ai pas envie de subir ses questions pour le moment. S'il te plaît Mace … "- Le brun serra les mâchoires, indécis, avant de lâcher un infime soupir de frustration, incapable de dire non à la rouquine. - "Fait vite alors … Sinon je lance toute la troupe à vos basques pour vous retrouver, compris ? "- Un sourire satisfait éclaira le visage de la jeune femme qui serra l'avant-bras du jeune homme de sa main libre pour le remercier avant de se relever en feignant d'avaler le contenu d'une fiole qu'il lui aurait fournit. Elle profita d'un moment d'inattention passager de la part du loup pour s'extirper de la zone illuminée et se fondre dans la pénombre, ayant pris soin de d'embarquer discrètement un manteau au passage sans même savoir s'il s'agissait du sien. C'était en réalité celui de Barrenthir, bien trop grand pour la rouquine, mais également bien chaud, ce qui la conforte dans son idée de le garder le temps de chercher sa moitié.

La petite orbe bleutée dont elle se servait si souvent dans la pénombre trônait dans sa main alors qu'elle avançait tranquillement, seul le son de ses bottes se répercutait dans les couloirs. Il n'y avait pas le moindre signe pouvant prouver que le jeune homme ait pris cette route, elle poursuivit pourtant, indécise sur l'endroit où il avait bien pu se rendre. Elle comptait bien faire la citadelle dans son immensité pour le retrouver, soucieuse. La solitude lui faisait pourtant du bien, apaisant son esprit un peu trop agité ces dernières heures, et ses pas la menèrent naturellement jusqu'à la salle du trône où ils avaient débusqués le mage. Son regard se riva sur l'océan de richesses brillant face à elle jusqu'à ce qu'elle ne s'en rapproche, piquée par la curiosité. Persuadée d'être seule, elle s'arrêta lorsque son pied heurta plusieurs pièces, produisant un son métallique typique de la monnaie avant qu'elle ne s'agenouille doucement. Sa main libre plongea dans le métal onéreux et elle en ressortit une pleine poignée qu'elle observa un moment, réfléchissant à l'absurdité de laisser un tel trésor dormir ainsi sans raison. L'idée lui vint que si le dragon n'était plus en ces murs, les insulaires n'avaient plus la moindre raison de ne pas venir récupérer leur bien, et s'en servir ainsi pour pouvoir reconstruire de manière convenable leur pays. Elle rejeta finalement les pièces dans le tas lorsqu'une petite voix s'éleva dans son dos, la faisant sursauter. -" Vous ne devriez pas y toucher ma dame, le seigneur Dragon n'aime pas qu'on y touche." - Les yeux clairs de la rouquine se posèrent sur le celicole qui sautait d'un pied à l'autre, tout en l'observant joyeusement malgré sa mise en garde et elle esquissa un sourire amusé avant de répondre. - "Tu m'as bien dit que le dragon n'était plus ici n'est-ce pas ?" - Le petit être hésita avant d'acquiescer, les yeux fuyants, jusqu'à ce qu'elle reprenne en se redressant. - "Alors ne t'inquiète pas, il n'en saura rien." - "Je ne m'inquiète pas !" - Il gonfla le torse en la toisant avec défi avant de reprendre. - "Je protège la mer dorée quand il n'est pas là ! "- Selene soupira doucement et se détourna du trésor pour rejoindre le gamin qui se stabilisa face à elle, les deux mains croisées dans son dos dénudé. - "Tu sais, ce n'est pas à lui tout ça, c'est aux gens qui vivaient sur l'île avant lui. Ils en ont besoin pour vivre … "- "Oui mais …" - Il jeta un regard triste à la montagne d'or avant de se détourner, raclant le sol de ses pieds sombres, semblant réfléchir à ce qu'il comptait dire. -" Mais quoi Zoldike ?" - "Messire Dragon ne l'a pas volé. C'est l'or qui l'appelle. "- La rouquine plongea sa main libre dans la poche de son manteau bien trop large et se dirigea vers la sortie, suivant ainsi le celicole tout en le questionnant. - "Comment ça, l'or l'appelle ?" -" C'est comme une maladie. L'or appelle les dragons, depuis toujours. Comme le miel appelle les ours. C'est pareil." - La jeune femme quitta la salle, pensive, ses pas suivant ceux du garçon tranquillement alors qu'elle songeait à ce mal dont elle avait lu une ou deux fois le nom dans des ouvrages, des années plus tôt. Le si bien nommé « mal du dragon ». Son origine n'était donc pas une simple légende, mais un fait réel … Ses pensées dévièrent et elle se surprit à questionner à nouveau le petit être, poussée par la curiosité malgré toute la rancoeur qu'elle pouvait éprouver pour le reptile. -" Pourquoi tu restes ici ? Tu as peur de lui ? "- "Oh non ! Je l'aime bien. Il dormait beaucoup avant, il me laissait faire comme je voulais dans le château contrairement aux humains d'avant lui. Il est pas méchant vous savez ! Il ne m'a jamais grondé quand je chantais. "-" Tu chantes souvent ?" - "Oui, j'aime beaucoup chanter ! Je connais plein de chansons ! "- Tout en discutant, ils avaient gagnés le pont menant au donjon où la jeune femme avait été maintenue captive, et elle ne résista pas à l'envie d'y retourner, mêlée à une certaine appréhension également. Durant plusieurs semaines après son retour à Wyzima, la jeune femme s'était régulièrement demandé si elle n'avait pas inventé son passage à Kaer Trolde tant il lui semblait improbable. Mais dès lors qu'elle eut posé les pieds sur les premières dalles de la tour, elle fut forcé de se rendre compte qu'il n'en était rien. Pour preuve de son passage, elle retrouva une petite dague similaire à celle qui trônait contre sa cuisse actuellement jonchant le sol. Dans son dos, le celicole avait commencé à chantonner d'une voix douce, relatant la vie du dragon dans ces murs, la jeune femme écoutant ces paroles d'une oreille distraite. Elle finit par se retourner vers lui lorsqu'il eut terminé et reprit finalement la parole tranquillement. - "Quand est-il partit d'ici exactement ?" -" Quelques jours après vous je crois. Il a dit qu'il avait des choses à faire et qu'il reviendrait plus tard." -" Et il est revenu depuis ?" -" Ou- … non! "-" Tu es sûr ?  "- Le gamin se mordit la lèvre et se détourna, comme prit en faute en se tordant les mains. - "Je l'ai pas revu." - La rouquine fronça légèrement les sourcils, désormais convaincue à la voir agir ainsi qu'il lui cachait quelque chose délibérément, elle qui croyait les célicoles incapables de mentir se posait donc désormais de sérieuses questions. Elle s'agenouilla et posa une main douce sur l'épaule nue du gamin pour l'inciter à lui faire face avant de lui sourire gentiment. -" Tu veux le protéger, c'est ça ?" - Il acquiesça doucement sans lâcher la jeune femme de ses grands yeux sombres en guettant ainsi sa réaction, mais Selene ne perdit pas son sourire pour autant. Elle connaissait quelque peu ces êtres, et si Zoldike était à ce point fidèle au dragon, il y avait probablement une raison qui pour le moment lui échappait totalement. Elle reprit néanmoins, sans se départir de sa gentillesse. -" Pourquoi ? Tu sais ce qu'il a fait ici n'est-ce pas ?" - "Oui … Mais il l'a fait parce qu'il était triste !" - Haussant un sourcil, la rouquine sentait son dos devenir douloureux à rester ainsi accroupie pour être à son niveau, et oublia la bienséance pour s'asseoir complètement sur le sol froid. -" Explique-moi ça s'il te plaît."- Visiblement content que la jeune femme s'intéresse au dragon, le celicole se mit à lui raconter ce qu'il savait au sujet de son ancien colocataire, en omettant évidemment de dire qu'il se trouvait en ces lieux en ce moment précis. Selene l'écoutait avec attention, soigneusement emmitouflée dans le manteau épais du guerrier, elle laissait la petite orbe bleuté flottait au-dessus d'eux tout en découvrant un pan insoupçonné de l'esprit du reptile qui remettait une nouvelle fois beaucoup en question dans l'esprit de la jeune femme, sans pour autant excuser le moins du monde le massacre qu'il avait perpétué dans ces contrés. Seulement une fois encore, les choses n'étaient pas aussi simples et tranchées qu'elles ne le paraissaient. Prise dans les nombreux récits du gamin, la jeune femme avait laissé courir le temps, oubliant au passage la parole donnée à l'herboriste concernant son temps d'absence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Jeu 7 Déc - 20:30

Dans la salle du trône, le silence régnait durant quelques secondes avant que des bruits de fonds parasitent le calme. Étrangement, ce ne furent ni les rires, ni les cris de soûlards du groupe qui l'intriguaient, mais, le bruit d'une rixe. D'abord désintéressé, il aurait été capable d'ignorer le brouhaha si ses intérêts n'y étaient pas liés. Il tournait donc d'un quart pour abandonner son butin qu'il avait prudemment observé de loin. Son humeur étant moins assombrie que précédemment, il comprenait que l'or avait une grande part d'influence. Le pas nonchalant, il rejoignait donc le groupe  agité. Chemin faisant, il entendit les voix se hausser, puis des cris avant que des coups ne retentissent dans le mobilier. Quel bordel, se disait-il, tout de même intrigué. Quand il apparut, il sentit aussitôt la pression spirituelle pesante qui embaumait la pièce. Il balayait l'assemblée d'un regard en analysant brièvement le contexte. Le mage manquait à l'appel ce qui amenait le prince à toutes sortes de suspicions. De plus, Selene et Zoldike aussi n'étaient pas présents, nourrissants d'autres hypothèses inquiétantes. Les échanges pris au vol lui permirent d'en déduire qu'ils étaient tous fous. Fous de rage pour des raisons plus ou moins tordues de manières générale. Malgré le départ en aucun rapport avec l'or, à présent il en était aussi question surtout. Il fit quelques pas dans l'enceinte du ring, quelque peu distrait en ayant l’impression d'être invisible. Contre toutes attentes, Rhydian se ralliait à sa rancœur en croisant le regard de l'argenté. Sans perdre du regard notre ami, le brun s'avançait avant de se saisir d'un chandelier en argent massif non allumé pour le balancer dans la trajectoire d'Al. Ayant vu la scène arriver, l'argenté avait reculé de quelques pas d'un air peu confiant. Il rattrapait de sa main gauche l'objet in-extremis sans avoir pour autant sourciller ou bouger la tête. Rien ne pouvant plus ébranler sa nonchalance de retour, il levait un sourcil tandis que le coupable commençait à déblatérer avec une fureur venimeuse. Une mains dans son dos l'attirait en arrière sans qu'il n'ait le temps de se retourner, la voix du mage lui indiquait de sortir de là. Ce qu'il fit après s'être retourné sans apercevoir son complice.

Jefferson se trouvait plaqué contre le mur près de l'entrée, une fois que notre ami lui apparut, il l'intimait de le suivre en vitesse. Aelendil suivit le mage non sans hésitation, déjà il le questionnait lorsque soudain, Mason sortit le premier en hurlant. Le jeune prince s'arrêtait, stupéfait par l'image d'un Farfadet enragé et menaçant. C'était de loin la chose la plus imprévisible qu'il voyait jusqu'à maintenant en plus de Selene et ses ambitions.

-Aeeeleeendiiiil !!!! C'est twaaaa qui a bu mes décoctions ! Elles ne se sont jamais volatilisées !!Il approchait avec le chandelier ramassé à terre dans un but précis lui aussi.
-...  Al l'observait de cet air à la fois sceptique et choqué. Enfoiré d'clébard... T'a-t'il dit qu'il avait pissé dans l'une d'elles ? Demandait-il avec une soupçon d'enjouement en oubliant le contexte alarmant, amusé par la scène.

Mason prit un air horrifié en imaginant avoir fourni ou pire encore, bu lui-même une des fioles infectées par l'urine de Rhydian. Il avait aussitôt tilté, sachant que le changelin l'avait une fois prit sur le fait et inversement. Pendant ce temps, Jefferson avait tourné complètement les talons pour récupérer notre ami distrait. Agacé, il saisissait l'épaule de l'argenté pour le forcer à se retourner et le rappeler à l'ordre fermement. Al, observait le visage colérique du blond, de profil aux deux autres. Au même moment, Varric débarquait en grognant comme un buffle prêt à charger. Le mage s'interrompit, très peu rassuré soudainement tandis que l’herboriste se décidait à balancer son arme. « Ne m'ignorez paaaaaas !!!! »  Le mage s'était abaissé par réflexe alors que le dragon avait une fois de plus réquisitionné l'objet, au-dessus de sa tête cette fois. Il prit une profonde inspiration, prêt à se mêler à la bagarre plus par mécanisme que charme malveillant. Jefferson annonçait se tirer et Al se rappelait la situation dans un éclair de lucidité.

-Selene, où est Selene ?! 
-Je ne sais pas !

Sur ces mots, les deux hommes s'enfuirent en empruntant divers chemin pour finir par gagner l'étage. Très vite à l'abris de la furie de leurs compagnons, les deux hommes échangèrent sur la situation.

-C'est le Mal du dragon... Vous savez, toute cette rage et …
-Je sais ce qu'il est, rétorquait-il strictement en le dépassant d'ans un regard noir.

Aelendil se postait directement à l'une des fenêtre pour tenter d'apercevoir la jeune femme. Quelle fut donc sa surprise de voir les deux silhouettes s'introduire dans le bâtiment. Avec cela, il coupait court à l'envie bavarde du mage. Aussitôt l'argenté se mit en mouvement dans le but de récupérer la rouquine avant qu'elle ne soit happée par les enragés. Jefferson indiquait restait sur place, inutile comme il était à cet instant.
Le temps qu'il n'arrive, Selene était déjà en ligne de mire d'un membre qui semblait désireux d'en découdre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Jeu 7 Déc - 21:48

Prise dans sa conversation, la jeune femme ne tenait plus compte du temps, et ce ne fut que lorsque la lueur pâle de l'astre lunaire s'immisça dans la tour en les éclairant délicatement qu'elle se rendit compte que l'heure avait dû tourner plus que de raison, et que si Mason avait dit vrai, il y avait actuellement toute une troupe disséminée dans les couloirs à leur recherche. Pour autant, elle n'avaity pas réussi à remettre la main sur le jeune prince, fait qui la dérangeait tout particulièrement. Soucieuse également de ce qu'elle venait d'apprendre la jeune femme se terrait dans le silence désormais sous le regard mitigé du célicole qui semblait avoir momentanément perdu sa bonne humeur face à la mine contrite de la jeune femme. Elle se releva finalement en époussetant distraitement le long manteau sur ses épaules et tourna ses yeux clairs en direction du petit être. - "Je dois retourner avec les autres .. avant cela, tu n'aurais pas croisé l'homme aux cheveux blancs par hasard ?" - Zoldike imita la jeune femme et se remettant également sur pieds et retrouva bien vite son sourire en acquiesçant. -" Si, il est passé pas longtemps avant vous en réalité." - Elle leva les yeux au ciel, blasée de l'avoir ratée de si peu, avant de songer à l'hypothèse qu'il eut finalement rejoint la troupe alors qu'elle le cherchait inutilement, ils s'étaient donc sûrement croisés. Afin d'éviter que Mason et les autres ne se mettent en tête de retourner entièrement la citadelle pour parvenir à la dénicher, elle reprit la route en direction de la salle principale, décidée à les rejoindre, le gamin sur les talons. Elle appréciait sa présence, malgré l'apparence naïveté enfantine dont il faisait preuve, le célicole parlait avec une étrange sagesse, rendant ses propos, quelques fois maladroits, mais touours pertinents. Ce qu'il lui avait conté concernant le dragon n'était pas sans conséquences, même si aux yeux de la jeune femme cela n'excusait en rien ses agissements passés. Simplement, il apparaissait qu'à l'image des hommes, les draconides aussi pouvaient éprouver certains sentiments à l'image de la haine ou de la tristesse, fait qu'elle n'aurait jamais soupçonné auparavant. Elle-même n'était pas sans reproche, il lui était arrivé plus d'une fois de céder à des pulsions violents pour ne pas dire meurtrières à l'encontre de certains individus, néanmoins, elle n'avait pas à l'époque le même potentiel de destruction qu'un dragon. Cela l'amenait également à réfléchir à sa propre situation et à sa réaction violente lorsqu'elle avait découvert le massacre de Skellige. A ce moment là, elle s'était sentie prête à briser et détruire tous ceux pouvant se mettre en travers de sa route dans sa quête de vengeance. Il avait fallu les paroles sages et apaisantes de Mason pour la faire revenir à la raison, la présence du prince également. Sans s'en rendre compte, la petite troupe constituait pour la mage une sorte de protection contre elle-même, empêchant ses trop puissantes capacités de prendre le contrôle de son esprit souvent fragile. Si par le passé elle avait considéré cette dépendance comme une faiblesse notable, elle revoyait peu à peu son jugement désormais au contact d'autres personnes.

Ses pas la menèrent jusqu'à l'entrée de la bâtisse principale tout en devisant parfois avec Zoldike qui s'était mis en tête de lui poser à son tour diverses questions, certaines pertinentes, d'autres complètement farfelues, elle prenait patience à répondre à tout pourtant, tout en laissant son regard vagabonder autour d'elle dans l'incertitude de croiser le prince au détour d'un couloir. Toutefois, lorsqu'ils parvinrent non loin de l'entrée de la grande salle, de violents bruits de luttes ainsi que des cris la mient en alerte et elle pressa le pas, soudain inquiète. L'idée d'une attaque lui sembla improbable, surtout que tout ces comparses étaient rassemblés et en parfaite possession de leurs moyens en théorie, la nuit n'était pas encore assez avancée pour qu'ils puissent s'être ennivrés, et l'endroit ne s'y prêtait pas vraiment d'ailleurs. Elle chercha à ouvrir la porte, mais un individu qu'elle n'identifia pas immédiatement lui coupa la priorité en défonçant cette dernière brusquement, s'effondrant sur le sol en même temps que le bois brisé. Un rapide coup d'oeil lui apprit qu'il s'agissait de Varric, ce dernier peinant à reprendre ses esprits alors qu'après un impact pareil, la jeune femme aurait pu jurer qu'il se serait trouvé dans les vappes, mais les nains étaient réputés pour leur extrême résistance après tout. Le bordel régnant dans la pièce l'incita à le délaisser après s'être assurée rapidement qu'il était toujours conscient pour rentrer dans la pièce en courrant presque avant de s'immobiliser devant un spectacle indéfinissable. Pas d'ennemis en vue, ses comparses se battaient les uns avec les autres criant des menaces, hurlant des insultes sans queue ni tête, et sans que la moindre explication ne semble plausible. Figée par ce qu'elle voyait, la jeune femme ne se rendit pas compte qu'une menace se profilait à sa droite en la personne de l'hybride qui se manifesta finalement en l'accusant de méfaits dont elle ne comprit même pas la nature avant de lever son arme de fortune pour la frapper, soit le pied d'un banc défoncé gisant désormais sur le sol. Instinctivement, Selene leva le bras pour protéger son visage, faute de pouvoir se défendre plus efficaement sans être armée lorsqu'une poigne s'abattit sur son épaule pour la tirer rudement en arrière, loin de l'assaut de Rhydian. La seconde suivante, celui-ci s'étalait sur le sol, inconscient, la tempe ouverte par la droite magistrale que venait de lui asséner l'argenté après avoir mis sa moitié à l'écart. Sans attendre plus longtemps face à la folie qui semblait s'être emparée de leurs comparses, il traîna la jeune femme hors de la pièce, rejoignant le couloir où le mage patientait, l'air maussade, après quoi il incita les quelques sains d'esprit à s'éloigner de l'endroit rapidement avant de finir à nouveau en victime potentielle. Lorsqu'ils finirent par s'arrêter à bonne distance de la salle même s'ils entendaient toujours aisément les bruits de lutte, la jeune femme leva un regard sonné en direction de sa moitié, ne prenant conscience qu'à l'instant que Rhydian avait bien failli la tuer sans la présence de l'argenté. - "Qu'est-ce qui leur prend ?" - Son premier réflexe en retrouvant quelque peu ses esprits fut de se tourner vers le blond, visiblement le seul rescapé de la folie qui avait prit court après le départ de la rouquine et le fusilla du regard, convaincue qu'il n'était pas étranger à cette situation. -" Qu'est-ce vous avez fait ? "- Sans s'en rendre compte, Selene avait abandonné tout contrôle sur sa puissance latente, si bien que son aura s'était déployée d'un seul coup, alourdissant nettement l'atmosphère autour d'elle sans qu'elle n'en ait réellement conscience. Le mage le ressentit quant à lui fort bien et recula d'un pas face à la jeune femme qui pourtant semblait presque frêle face à lui malgré l'expression menaçante inscrite sur son visage. -" Rien ! Je n'y suis pour rien, c'est ce reptile qui est la cause de tout cela !" - "Le dragon n'est pas ici, ne vous fichez pas de moi !" - "Son trésor ! La montagne d'or, voilà ce qui les pousse à la folie ! Ne vous méprenez pas, cet or est maudit, empreint d'une magie sombre qui corromps ce qui se trouve proche." - "Alors pourquoi n'êtes-vous pas infecté vous-même ? Vous avez passez du temps en ces murs ces derniers jours n'est-ce pas ?" - "Les mages n'y sont pas sensibles. L'énergie qu'ils manipulent les protège. Vous non plus n'êtes pas atteinte, n'est-ce pas ?" -" Et le prince ? Il n'est pas mage que je sache !"- "…. Demandez-lui. " - Le blond jeta un regard sombre à l'argenté toujours en retrait derrière la rouquine tout en appréhendant la réaction de cete dernière, mais Selene ne releva pas le provocation sous jacente, trop préoccupée par le sort de ses compagnons. Soucieuse, elle se détourna du mage, se frottant le frond d'une main avant de s'enquérir de l'aide de sa moitié silencieuse en levant un regard passablement perdu vers le visage du jeune prince. -" Qu'est-ce qu'on fait ? Ils vont finir par s'entretuer si on n'intervient pas … Si c'est effectivement l'or, il faudrait les faire sortir de là." - L'idée qu'un simple métal puisse être la cause d'une telle perte de contrôle lui semblait ridicule, ses congénères n'avaient rien de draconnique, l'influence de l'or lui semblait donc improbable, néanmoins c'était là la seule option dont ils disposaient réellement, si elle acceptait de croire que le mage n'y était pour rien. En y songeant rapidement, il n'avait pas le moindre intérêt à s'en prendre à la troupe au final, c'est pour cette raison qu'elle accepta sa version des faits, du moins pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Ven 8 Déc - 18:35

Guidé par ses sens, Aelendil retrouvait Selene proche de leur appartement de l'instant. La situation avait dégénéré encore un peu plus à l'évidence. Sans réfléchir, l'argenté s'était lancé à l'assaut de la jeune mage pour la rapatrier à l’abri. C'est en s'élançant dans l'ombre de la rouquine qu'il aperçut le changelin sur le point de fracasser le joli minois de celle-ci. Il doublait ses pas alors qu'il traversait à l'espèce de vestibule qui précédait la pièce qu'ils devaient sagement occuper à la base. Notre ami parvenait à écarter la jeune femme bien avant que le coup de se rabatte. Au même moment il avait balancer tout son élan dans son bras afin de stopper à coup sûr le membre le plus dangereux et puissant des enragés. Après coup, il observait rapidement le brun à terre avant de reporter son attention sur la mage. L'entraînant à sa suite à l’abri du carnage, il répondit à son interrogation, sentant l'affolement dans sa voix. « Je n'en suis pas sûr... » Al ne poussait pas plus les explications, attendant d'être à l'écart de l'agitation pour en parler. Très vite ils gagnèrent l'étage supérieur où es attendaient Jefferson, porte ouverte, mine inquiète. Il refermait la porte derrière le duo avant d'être aussitôt accusé par le jeune mage, toute aussi apprenti que lui. Aelendil exécutait brièvement les cent pas derrière son amie. Il se figeait dés l'instant où l'aura de Selene fit pression sur l'atmosphère, il lui jetait un regard, scrutant son profil à peine visible depuis sa position. Il se contenait toutefois d'écouter le bref échange quelque peu pimenté. Il relevait les insinuations douteuses du blond qui semblait jouer sur la formulation de ses phrases pour insinuer quelques idées ainsi. Il craignait son influence sur la jeune femme qui risquait d'avoir besoin de conseils avisés pour s'améliorer. Selene ne relevait pas, elle n'avait très certainement pas la tête à songer. Ce genre de subtilité passaient à la trappe dans le contexte actuel. Au lieu de ça, elle semblait même abandonner le dialogue avec le mage pour se diriger lentement vers notre ami.

Lui qui avait dévié le regard depuis quelques secondes déjà, il sentit toutefois celui de son amie sur lui. Persuadé qu'il allait subir aussi ses nerfs à vif, il s'y préparait en se tournant même face à elle. Là, il relevait un regard sur elle, menton un brin penché alors qu'elle reprenait la parole. Ravi qu'elle ne le questionne pas personnellement, il rétorquait aussitôt, nullement affolé. « On pourrait les attirer et les neutraliser un par un... son regard déviait du visage inquiet de son amie pour croiser au fond de la pièce le sourire ignare du celicole qui lui adressait un salue entre deux versets. Sinon... il reportait son attention sur la jeune femme, le visage un brin plus expressif. Farfadet possède peut-être un soporifique dans son attirail à moins que l'un de vous ne soit doué de manipulation mentale... il levait un sourcil à son attention, une mine passablement blasée en marquant un court arrêt pour ajouter. N'est-ce pas ? »

Décision prise, le trio décidait d'envoyer Zoldik qui n'avait été à aucun moment pris pour cible. Invisible aux yeux des enragés, l'idée fut d'envoyer le celicole chercher les affaires de Mason. Selene s'était souvenue d'une fiole pleine de spores soporifiques dans la collection de l'herboriste. Le plan fut simple et quelque peu osé malgré tout. Aelendil avait insisté pour y aller seul avec Zoldik seulement, la jeune mage ne l'entendit pas ainsi. Prêts à partir, Jefferson alpaguait Selene de sa voix grave. « Selene. Il attendit qu'elle daigne lui prêter attention pour poursuivre. Servez-vous des signes, vous parviendrez à les ralentir un peu sans violence. » Le Mal du dragon noircissait le cœur de son hôte en le rendant irrationnel. Il n'était pas de ces mal qui éveillaient les frustrations et autres rancœurs, non. Il rendait mauvais sans fondement, poussait à l'égoïsme et la paranoïa. Aelendil se tenait devant la porte, une main engagée sur la poignée. Il avait écouté en leur tournant le dos et lorsqu'il comprit que l'échange était terminé, il sortit le premier.
En bas, le groupe s'était séparé, se cherchant tous pour s'acharner, le duo revenait dans le vestibule. Là, plus haut à plusieurs mètres au milieu se trouvait encore Rhydian assommé, parti pour une petite heure de sommeil. C'était une bonne chose. Ils ignoraient combien des quatre étaient encore actif. Al jetait un œil à l'intérieur de la pièce pour s'assurer qu'elle fut vide. Une fois rassurés, ils laissèrent Zoldik leur ramener le sac de l'herboriste. Le duo se cachait dans le couloir en parallèle de la pièce en question où se trouvaient leur camp. En effet, au fond du vestibule, se trouvait donc leur appartement et deux couloirs se formaient alors. Un à droite, un à gauche, chacun dans le prolongement de l'autre malgré l'absence de mur au centre. A gauche, c'était l'endroit qu'avaient emprunté notre ami et le mage plus tôt avant que Mason ne les attaque. Al se tenait adossé au même pans de mur que l'entrée du camp. En face de lui, Selene gardait un œil sur l'encadrement privé de sa porte ainsi que le couloir en face tandis que l'argenté guettait le vestibule et ses quelques débouchées. C'était silencieux depuis plusieurs minutes, à croire que le groupe s'était parsemés. Il songeait, las, à l'idée que cela ne finisse en chasse à l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Ven 8 Déc - 20:20

La jeune femme grimaça face aux propos du prince, n'appréciant clairement pas l'idée d'avoir à neutraliser ses comparses, ce qu'elle traduisait en premier lieu par une action violente, mais en déduisit pourtant rapidement qu'ils n'auraient certainement pas le choix pour parvenir à les faire redevenir eux-même. Il proposa pourtant de lui-même une solution n'ayant pas un seul instant effleuré l'esprit de la jeune mage, et l'idée était loin d'être bête en réalité. Elle chercha dans ses souvenirs sur 'lherboriste était bien en possession de ce genre de fragrance, et il lui revint en mémoire qu'il en avait dégoter auprès du druide avant qu'elle ne prenne la tangente. A savoir s'il les avait toujours cependant, c'était une autre histoire, néanmoins, cela valait probablement la peine d'essayer plutôt que de leur taper dessus comme Rhydian jusqu'à ce qu'ils perdent connaissance les uns après les autres. Selene ne put pourtant s'empêcher de perdre le fil de sa réflexion lorsque l'argenté évoqua un fait qu'elle aurait préféré oublié, s'attirant un regard blasée de la rouquine. -" Je doute que ce genre de manipulation suffise … Va pour les spores. "- Elle tourna les talons et se défit de son manteau trop lourd qu'elle abandonna sur un fauteuil couvert d'un drap probablement blanc à l'origine qui avait désormais une teinte grisâtre. Jefferson illuminait la pièce à l'aide d'une torche qu'il avait réussi à dégoter, c'était amplement suffisant en plus de la lueur lunaire pour pouvoir s'y retrouver, elle n'avait pour l'instant pas besoin de faire appel à sa propre magie. Aelendil balança finalement l'idée de s'y rendre seul en compagnie du célicole, ce à quoi elle mit immédiatement son véto, prétetant qu'il n'avait pas la moindre idée de le forme que revêtait les dites spores, et elle craignait même qu'il n'agisse avec les autres comme il l'avait fait pour Rhydian, le sachant pas toujours très délicat. Elle s'imposa donc, délaissant le mage en arrière, ce qui ne la dérangea pas outre mesure tant sa compagnie lui déplaisait pour le moment. Ce dernier néanmoins ne put s'empêcher un commentaire à l'attention de la rouquine, cherchant visiblement à lui venir en aide, mais Selene n'était pas vraiment d'humeur à voir les marques de sympathie qu'il s'acharnait à laisser filtrer et se contenta d'un simple signe de tête pour le remercier de son conseil avant de rejoindre les deux énergumènes à la porte. En réalité, il n'y avait que deux signes qu'elle serait en mesure d'utiliser sans risques sur ses amis, l'unique être empreint de magie au sein du groupe pouvant être neutralisé par son piège était actuellement dans les nuages, probablement pour un bon moment encore.

Le regard rivé sur le dos imposant de l'argenté qui ouvrait la marche, la jeune femme l'observait, en proie à une impression étrange de déjà vu. Le petit garçon qui prenait les devants lorsqu'ils étaient gosses, et jouait les protecteurs à son égard face à sa faible carrure déjà à l'époque ne lui semblait pas si loin lorsqu'elle le voyait agir de la sorte. Clairement aux aguets, elle le voyait observer les moindres recoins tout en s'assurant de ne pas la laisser le dépasser, allant jusqu'à passer sa tête dans la pièce où le campement de fortune avait été établi en lui intimant d'un geste de rester en arrière en compagnie de Zoldik pour s'assurer qu'il n'y avait plus de danger imminent. Une fois rassuré, le célicole se précipita dans la salle désertée à la recherche de la besace du brun alors que les deux fuyards surveillaient chacuns un pan du couloir. Le silence les entourait si bien que le crépitement de la cheminée, pourtant éloignée, leur parvenait pourtant de temps en temps. La jeune femme ne se privait pas pour observer son acolyte lorsque celui-ci avait le regard détourné, car même si le moment ne s'y prêtait pas vraiment, elle ne pouvait s'empêcher de se questionner à son sujet. De son propre aveu, il lui cachait certaines choses, probablement suffisamment importantes pour qu'il n'aacepte de lui dévoiler que sous certaines conditions difficilement atteignables. Pour autant, et sans parvenir à en comprendre réellement la raison, elle ne lui avait probablement jamais autant fait confiance depuis qu'ils étaient adultes. Elle esquissa un léger sourire en observant son visage avant de reprendre sa propre surveillance, consciente qu'il ne faudrait que quelques secondes à l'un de leur comparse enragé pour leur tomber sur le râble. Le célicole poussa un cri de victoire et revint quelques secondesplus tard, un lourd sac de cuir à la main, et un sourire joyeux habillant son visage si particulier. Délaissant son poste, Selene le rejoignit et fouilla dans le contenant en faisant s'entechoquer diverses fioles dans un bruit cristallin. Elle serrales dents, espérant que cela n'attirerait pas le courroux d'un des maudits avant de continuer son exploration lorsqu'un cri de rage retentit au bout du couloir. Relevant ses yeux clairs sur l'intrus, elle déglutit en reconnaissant Mason, se sachant bien incapable de s'en prendre à lui pour le neutraliser si le besoin s'en faisait sentir. Ce dernier fixait le trop avec une rage débordant de son regard d'ordinaire si calme, et qui sembla décuppler en apercevant ce que la rouquine tenait dans les mains. -" Saaales voleurs ! Bande d'ingrats ! Je ne vous laisserais pas m'enlever mes trésors !!" - Il se rua en avant au travers du couloir et Selene accéléra brusquement le rythme de sa recherche en sentant l'argenté se mouvoir à côté d'elle. - "Attends ! Ne le touches pas !" - Elle se retourna dans la seconde suivante et jeta une petite fiole de verre sur le sol qui se brisa en libérant un nuage violacé dans l'air. Pendant se temps, la jeune mage s'était déjà relevé en abandonnant le sac au sol pour obliger le prince faisant pourtant bien une tête de plus qu'elle à se détourner et à reculer pour ne pas subir les effets des spores. Zoldik avait quant à lui réagit rapidement et se trouvait déjà au fond du couloir, loin de la zone d'action du soporifique. La main accrochée au col de l'argenté poru l'attirer à sa suite, elle couvrait son visage de son bras libre tout en fuyant l'endroit rapidement, entendant les râles de colère de l'herboriste se faire de plus en plus faibles. Lorsqu'ils furent assez éloignés, elle lâcha sa prise et se retourna pour voir le brun affalé contre un mur, et visiblement profondément endormi. Ironie du sort, s'il glissait davantage, il finirait par se retrouver sur le loup. La jeune femme soupira doucement. - "Un de calmé … Mais c'était la seule fiole dont il disposait. Il va falloir trouver une autre solution pour les autres … et déjà parvenir à mettre la main dessus." - Elle jeta un coup d'oeil rapide aux deux inconscients au travers de la légère brume colorée encore visible tout en réfléchissant. La citadelle était immense, s'il fallait tout couvrir pour les débusquer, ils pourraient bien y passer le reste de la nuit, et même davantage. La jeune femme avait toujours pour possibilité de tenter de retrouver leurs esprits mais craignait trop fortement que la folie qui s'était emparée d'eux ne puisse l'atteindre par cette connexion dénuée de toute barrière.  

Le mage qui les avait suivis à bonne distance en fin de compte les rejoignit au détour du couloir et après s'être vu rapidement exposé la nouvelle situation soumis l'idée par impossible que les trois compères restant se soient rendus à l'origine même du problème, soit le trésor, très certainement attirés par la magie malsaine qu'il dégageait. Peu encline à s'y rendre si la puissance de l'or était telle qu'il le prétendait, elle dut toutefois reconnaître que l'idée était loin d'être stupide, et accepta de mauvaise grâce de suivre le petit groupe jusqu'à la salle où se trouvait le problème. Force lui fut d'admettre rapidement que Jefferson avait bel et bien eut raison car avant même de se trouver face à la porte de la pièce, ils purent tous entendre résonner dans les couloirs des bruits d'armes et des paroles hurlées totalement incompréhensibles depuis leur position actuelle. Pressant légèrement le pas, la jeune femme dépassa les hommes pour aller s'enquérir au plus vite de la situation, et voir si les trois membres du trio étaient encore intacts, bien que mentalement bien atteins s'ils pouvaient en croire le bordel qu'il provoquait. Le cliquetis métallique des pièces que l'on fait bouger brusquement n'échappa à personne et Selene ne fut pas vraiment surpris de trouver les trois mercenaires plongés dans l'or jusqu'à la taille tout en essayant de s'étriper les uns les autres. Hésitant à pénétrer dans la pièce, elle resta un moment à la porte entreouverte, indécise, en laissant les autres prendre les devants. Comment calmer une telle fureur sans fondement et surtout sans violence ? Cela lui paraissait bien compliqué …
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Ven 8 Déc - 22:29

Zoldik de retour, Aelendil lui adressait en silence un signe gratifiant de la tête sans quitter sa position. Quant à Selene, elle s'était empressée de fouiner dans le sac pour y trouver la fiole convoitée. C'est derrière-lui qu'il entendit les pas de l'intrus enragé, soit Mason. Encore lui, Al se retournait lentement tandis que l’herboriste brayait. Sans tergiverser, l'argenté se redressait dans le but d'aller calmer une bonne fois pour toute le brun. Seulement, la jeune mage qui achevait ses fouilles l'en dissuadait brièvement. Un tantinet ébahi, il jetait un regard à son amie avant de soupirer, frustré tiens. Il lui en aurait bien collé une à lui aussi.  C'était toujours gratuit...  Finalement Selene prit la situation en main en libérant aux pieds du brun le contenu d'une fiole. Aussitôt la belle attirait notre ami en arrière pour prendre la fuite. U nuage de fumé violet commençait à prendre de l'ampleur. Le prince se laissait traîner par le col un instant sans daigner couvrir son visage. Il se croyait immunisé contre tout. Plusieurs plus loin, ils s'arrêtaient pour constater le résultat. La rouquine annonçait alors qu'elle venait d'utiliser tout le contenu de l'unique fiole. Al qui réajustait son col avec agacement figeait son geste un instant en braquant un regard noir sur son amie. Irrité par cet acte inutile, il stoppait définitivement son geste pour grogner. « Tsss... On a perdu tout ce temps pour rien... il pointait de l'indexe l'endormi, bras tendu, visage un brin colérique, tu vas pas me dire qu'on pouvait pas le maîtriser ! » Sans attendre de réponse il tournait les talons en soupirant à nouveau.  Il prit la tête de la marche, subitement agacé par la faiblesse de leurs acolytes.

Dans la salle du trône, Aelendil était offusqué par ce qu'il y vit. Les trois amis de longues date en train de se déchirer pour l'or maudit. Ca éveillait en lui l'avarice autrefois éprouvée. Une certaine colère vint bousculer le sang à ses temps, la mâchoire serrées, il sentit sa propre aura augmenter. Il n'était pas tenté de succomber à cause de l'absence de son alter-ego. Pourquoi prendre le risque de se dévoiler ? Il jugeait stupide de se voir à son tour possédé. Le trio n'ayant pas encore remarqué nos intrus, Al méditait sur le spectacle qui s'offrait à lui. Il ressassait les paroles de Jefferson lors de leur aparté avant l'arrivée de Selene. Le mage avait réussi à le faire cogiter sérieusement en lui révélant comment dissiper l'aura maléfique enveloppant le tas d'or. Lui seul en était capable et pour ce faire, il lui fallait abandonner tout intérêt quel qu'il fut. En l’occurrence, il devait se défaire de cette jalousie possessive. Il ignorait comment faire en réalité. Et alors qu'il y songeait, Varric fut prit d'assaut par les deux humains enragés. Il était évident qu'ils devaient faire quelque chose, Selene s'émouvait en le ramenant à la réalité. Il croisait son regard, le sien étant indéniablement froid et cruel pour un tel instant. Varric fut grièvement blessé et Ivy profitait de cette ouverture pour ensuite surprendre le vieux soldat. Ils jouaient avec leurs armes pour de vrais, tenant chacun des propos éloignés de la raison. Leurs mouvements étaient maladroits à cause de leur acharnement et du terrain mouvant. Sous leurs pieds se dérobait fréquemment les pièces et autres objets. Rassasiée, la mage voulut arrêter elle-même les deux duellistes prêts à s’entre tuer. Le mouvement de la jeune femme fit réagir l'argenté qui lui barrait instantanément la route de son bras droit. Dans la foulée il s'élançait en direction des enragés sans un regard pour son amie. A cet instant, il était partagé par beaucoup d'émotion. Las de devoir encore payer le prix de ses erreurs passées. C'était pourtant là que le début...

-Zoldik, retournes à l'étage. Ordonnait-il d'une voix glaciale dans une attention protectrice bien que ferme.
-Oui, maître, rétorquait aussitôt le gamin sans faire attention au titre employé, il était si formelle parfois que ça pouvait être ignorer.

La culpabilité avait fini par se frayer un chemin dans son cœur de glace, libérant ainsi le regret et les remords. Le jeune prince ne désirait pas voir l'amitié du trio se briser à cause d'une colère qui n'était pas la leur. Un tas de gens souffraient, heureusement qu'ils anéantissaient pas un pays à chaque fois, se disait-il. Or, c'était l'amitié et au delà de ça, la vie d'une centaine de rescapés, vestiges d'une culture en disparition qui souffraient encore de sa haine. Il s'était jusqu'à maintenant torturé l'esprit à savoir quelle attitude adoptée, à présent il savait qu'il se devait de mesurer ses actes. Et tandis qu'il s'apprêtait à séparer les deux amis à mains nues, il eut l'intime conviction qu'il devait aider Skellige. Ainsi, il romprait le cercle vicieux de l’orgueil et la colère dans lequel il n'arrivait pas à voir le tourment des autres. En voyant ces deux-là, il sut qu'il était en faute en agissant comme il l'avait fait jusqu'à maintenant. Les sentiments négatifs rendaient impulsifs et irréfléchis bien que puissants... Il en avait toujours eu conscience, d'où ce désire de neutralité. Il avait revu ses priorités et principes depuis. Al saisissait le poignet de Barenthir, le plus lent des deux, et fit volte face pour ensuite immobiliser l'épée d'Ivy en train de s'abattre à la vertical. Du bout des doigts il avait saisi lame en repliant le bras pour amortir le coup. Là, le bras gauche à hauteur de son épaule, ses yeux clairs firent furtivement navette entre les deux corrompus. Il ne leur laissa pas le temps de réagir et renvoyait simultanément les deux enragés. Le dragon les avait au passage désarmé, gardant fermement l'arme d'Ivy dans sa main tandis qu'il avait dérobé la garde de celle de Barenthir. Les deux amis heurtèrent violemment le sol instable avant de se relevés chacun à son rythme. Dans un mouvement bref et habile il saisissait au vol la garde de l'épée de la guerrière pour ensuite les tenir en joug de leur arme chacun. Ivy était virulente, les yeux quasiment exorbités de rage, elle fut remise dos à terre par le pied gauche du prince sur son torse. Ignorant Selene et sa réticence à la violence, il fit une moue approbatrice accompagnée d'un léger mouvement latéral de tête avant d'assommer la brune d'un coup de talon. Suite à cela, Barenthir tentait une vaine escapade en roulant sur le côté en faisant brayer l'or. L'argenté le rejoignit en quelques pas lents avant de lâcher une épée pour asséner une droite au doyen. Il méritait plus d'égard celui-ci. Le danger écarté, le dragon demeurait inerte un instant, dos à la rouquine. Il restait planté debout, songeur sans ressentir une réelle gêne dans la paume de sa main tranchée. Celle-ci gouttait avec lenteur dans l'or, Al ressentait son propre pouvoir ainsi en contact de son trésors. La sensation était loin d'être désagréable, aussi, il avait le sentiment qu'il pouvait absorber toute l'aura malveillante sans pour autant connaître les représailles. Il devait le faire, un point c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Mar 12 Déc - 15:08

Le combat s'éternisait sans que les intrus ne réagissent vraiment, incapable de savoir quel solution adopter pour calmer le jeu, jusqu'à ce que deux des membres du petit trio ne finissent pas se liguer momenatément contre le dernier, le blessant suffisamment pour qu'il ne vienne pas quérir sa part du trésor. Selene se tourna en direction des deux hommes près d'elle mais le regard qu'elle aperçut chez le prince lui tira un frisson inexplicable tant il semblait empreint de profonde noirceur l'espace d'un instant. Elle recula par instinct, mettant une certaine forme de distance entre eux, mais face à son absence de réaction affolante, elle se décida finalement à rejoindre les bastonneurs pour les arrêter avec les moyens dont elle disposait. S'ils finissaient par se tuer, ce serait toujours plus douloureux qu'une vague dénergie un peu trop mal dosée. Sourcils froncés, elle fit deux pas en direction du trésor transformé en arène jusqu'à ce qu'un bras ne lui bloque la route fermement, la heurtant presque tant elle ne s'y attendait pas alors qu'il prenait finalement les devants en l'imitant pour rejoindre la rixe. La rouquine l'observa  avec surprise, les seuls mots qu'il prononça furent à l'attention du célicole qui obtempéra dans l'instant à l'ordre clair qu'il venait de recevoir, avant qu'elle ne se détourne du jeune homme, décidément bien étrange, pour rejoindre Varric dans un sale état, cherchant vainement à se redresser pour rejoindre le baston malgré son hémorragie. Selene recula d'un bond lorsqu'il tenta de la taillader de sa hache en braillant comme un forcené, attisant quelque l'agacement et la colère de la jeune mage qui tenta plusieurs approches successive en le sermonant sur son idiotie jusqu'à faire une pause pour décider d'une autre tactique. Un rugissement colérique et les bruits de luttes attirèrent son attention, mais ce qui la fit s'enquiérir de la situation fut la douleur qui lui irradia la main durant quelques secondes. A distance raisonnable du nain toujours énervé visiblement, elle jeta un regard regard à l'argenté qui tenait en joug les deux mercenaires désarmés. Il se débarassa rapidement de la brune sans la moindre délicatesse et se tourna vers l'aîné alors que la jeune femme reculait encore d'un pas pour éviter la hache tranchante. La méthode du dragon ne lui plaisait pas, mais elle était forcée d'admettre que c'était probablement la seule valable, c'est pourquoi elle surprit le guerrier blessé en usant de souplesse pour esquiver l'arme et le rejoindre avant de lui offrir un coup de coude dans la tempe, le mettant ainsi hors circuit. Varric assomé, elle s'agenouilla près de lui et repoussa la lourde hache, dont le poids la surprit car elle ne l'imaginait pas aussi pesante, et observa avec plus d'attention la plaie ornant le flanc du centenaire. Les nains étaient réputés résistants, néanmoins ils avaient également leurs limites comme tout à chacun, et un coup d'épée dans les côtes en faisait probablement partie. Les yeus de la jeune femme aperçurent le mage en train de la rejoindre en prenant bien soin de s'écarter du trésor, alors qu'elle posait sa tête sur le torse du blessé pour quelques vérifications rapides. Aucun organe ne semblait touché, sa respiration bien que rapide, n'était pas sifflante ce qui aurait pu indiquer une perforation du poumon, et c'était un bon point. La lame avait simplement tranchée chair et muscle, rien d'irréparable au niveau de la rouquine. Toutefois, lorsque Jefferson l'eut rejoint, elle l'alpaga aussitôt et lui intima de s'assoir proche d'elle alors qu'elle posait sa main indemne sur le flanc blessé de son comparse. -" Je n'ai plus la moindre énergie après vous avoir soigné tout à l'heure, vous allez devoir m'aider. Me donner la vôtre, juste assez pour que je puisse arrêter l'hémorragie et remodeler suffisamment la chair pour éviter toute infection. Le reste, son corps fera le travail quand il sera réveillé." - Le blond l'observa les sourcils froncés, peu convaincu des propos de la jeune femme, et ne manqua pas de le lui faire savoir. -" Je n'ai jamais partagé ma magie avec qui que ce soit, j'ignore même comment s'y prendre." - Elle le fixa quelques secondes, passablement surprise étant donné que c'était là l'une des premiers choses que Lornell lui ait enseigné, puis esquissa un infime sourire avant de reprendre. - "Dans ce cas, je ne suis pas aussi ignare que je le pensais." - Sans laisser le temps au blond de rétorquer, ce qu'il comptait bien faire au vu de son air vexé, elle reprit en reportant son attention sur le nain. - "C'est simple, vous n'aurez rien à faire si ce n'est rester immobile et mettre votre main sur mon épaule." - Il s'exécuta et la jeune femme chercha la magie comme elle l'aurait fait dans le sol, mais cette fois elle en puisa la source directement au sein du mage, comme si elle le vampirisait de son énergie en fin de compte. Ce contact poussé lui permit également de découvrir qu'il avait une réserve de magie nettement plus conséquente que le maximum dont elle était capable, et que la puissance qui devait en découler devait être impressionnante, ce qui piqua sa curiosité. Elle se promit de le questionner davantage dès lors qu'ils seraient tous sortis de ces murs. L'énergie du blond étant également particulièrement puissante, elle mit bien moins de temps à soigner Varric qu'elle n'avait passé de temps à s'occuper de son nez avec sa propre magie.

Une fois la blessure refermée, la jeune femme se laissa tomber au sol, bien plus éreintée qu'elle ne daignait le laisser voir et tourna enfin son attention vers l'argenté, toujours immobile au milieu de ses victimes, surplombant l'or comme un prédateur surveille son nid. Il faisait dos aux deux mages, et ne réagit pas lorsqu'ils se redressèrent finalement, effectuant quelques pas pour le rejoindre. Jefferson observait le trésor avec une inquiétude notable sur ses traits fins. - "J'ignorais que le mal du dragon pouvait également toucher les hommes. J'envisageais de le rendre aux rescapés pour qu'ils puissent se reconstruire enfin, mais avec un tel sort planant dessus, ce serait achever le peu de civilsation qu'il reste à Skellige. Je comprends mieux également pourquoi Asloth n'a pas chercher à venir le prendre, il doit savoir ce qui l'attends. "- Le blond ricana et jeta un regard vers l'argenté avant de tourner ses yeux vers la jeune femme. - "Votre mari n'est pas un sot Selene, il sait que l'or n'a que la valeur qu'on lui donne, qui plus est, il n'a pas besoin de plus de richesses que ce dont il dispose déjà. C'est une autre forme de trésor qu'il veut, et je ne peux que le comprendre." - L'interpellée plissa les yeux, toujours aussi méfiante vis à vis du mage même si ce dernier lui était venu en aide quelques minutes plus tôt, mais il ne lui laissa pas le temps de commenter et enchaîna bien vite en posant son attention sur le trésor. -" Pour ce qui est de l'or, Il ne sera pas forcément inutile aux réfugiés, mais cela ne dépends hélas pas de nous." - "De qui alors ?" - "Du dragon. Le mal vient de lui, il est le seul à pouvoir l'en défaire. "- "Mais il n'est plus ici !" - "Peut-être reviendra-t-il, et à ce moment-là, il imitera son roi et trouvera une autre forme de trésor, abandonnant ainsi celui-ci au profit des insulaires." -" Il n'y a aucun autre moyen ?" - "Non, aucun. Mais rassurez-vous, votre passage ici sera probablement déclencheur du retour d'Igniir. "- La jeune femme se détourna en se massant les temps d'une main, en proie à une migraine grandissante face à tant d'incertitudes et répondit en maugréant. - "Je ne suis pas convaincue que son retour soit une bonne chose à vrai dire." -" Il n'est pas bon de porter de jugement trop hâtif ma reine, vous seriez surprise de voir combien celui-ci peut s'avérer trompeur. "- Elle leva les yeux au ciel, agacé par tant de formalisme, avant de reporter son attention sur le prince qui demeurait silencieux ,bien qu'ayant finalement bougé, puis reprit, enchaînant sur autre chose. - "Peu importe cet or, qu'est-ce qu'on fait pour eux ? Il faut les sortir de là avant qu'ils ne se réveillent, ou le problème sera le même. Rhydian et Mason se trouvent également en haut, mais à trois et sans chevaux, nous n'iront pas bien loin … Et je suis parfaitement incapable de créer le moindre portail pour sortir de la citadelle plus rapidement !" -" Enfin un domaine où je peux me montrer utile donc ! Néanmoins, vous avez dévorée mon énergie pour les quelques heures à venir, je ne peux rien faire durant ce laps de temps. Mais je doute fort que ceux-là se réveillent jusque là étant donné la correction qu'ils viennent de se prendre. "- La jeune femme fit mine de réfléchir, l'idée de rester dans cette pièce ne lui plaisait pas, elle y sentait une tension palpable et particulièrement désagréable. C'est à ce moment-là seulement qu'elle sentit également autre chose, désormais plus portée sur ce qui l'entourait, et remarqua la très légère aura que dégageait sa moitié, une première depuis qu'elle le fréquentait. Constatant pourtant la froideur de ce dernier, elle garda sa constatation pour elle, convaincue que c'était probablement son imagination qui faisait des siennes, et se repencha sur le sujet présent avant de reprendre. -" On va les ramener en haut, le temps que vous récupériez suffisamment pour nous sortir d'ici, après quoi nous quitterons cet endroit maudit. Y revenir n'était pas une bonne idée, j'aurais dû m'en douter …" - Se détournant du blond, elle s'approcha du prince, s'arrêtant à deux bons mètres de lui pourtant et prit la parole pour attirer son attention cette fois, tout en observant les inconsciens gisant sur l'or. - "Varric est inconscient également, blessé au flanc. On va les remonter le temps de pouvoir sortir d'ici." - Elle osa à peine lever les yeux vers le jeune homme, mais détourna bien vite le regard lorsqu'elle aperçut ses traits durs, le laissant décider de ce qu'il comptait faire quant à lui, et fit quelques pas en direction d'Ivy, probablement la seule des trois qu'elle serait capable de porter jusqu'en haut sans trop de peine. Saisissant un des poignets de la pisteuse, elle la hissa tant bien que mal sur son dos, et gagna la sortie, les pensées se bousculant furieusement dans son esprit.

Assise près du feu, la jeune femme fixait les flammes avec persistance, n'ayant pas le reste du petit groupe étendu de part et d'autres de la pièce en attendant un réveil quelconque. Elle avait délaissé les deux hommes pour se plonger dans sa concentration et la maîtrise de son aura, quitta à avoir du temps à tuer. Les fluctuations l'entourant lui parvenaient parfaitement bien, et elle fut clairement capable de savoir où était placés les deux éveillés dans la pièce sans même devoir se retourner. Pour autant, elle ne parvenait pas à se plonger pleinement dans sa transe et l'arrivée de Zoldik la tira définitivement de sa torpeur, l'esprit fatigué.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Sam 13 Jan - 20:21

Le regard dur, le dragon se laissait lentement happer par l'aura malveillante, vestige de sa colère passée. La culpabilité l'avait poussé à mettre un terme au déchirement de leur guilde, usant d'une violence atténuée malgré tout. Mais, maintenant qu'il s'était échauffé, il semblait désireux de plus de sang. L 'esprit embrumé, Al ne savait plus trop comment réagir ni quoi penser. Plongé dans ses pensées, son fort intérieur grondait de rage, dévorant peu à peu sa lucidité. Il secouait légèrement la tête lorsqu'il entendit derrière lui les deux mages parler à voix basse. Il fit volte-face avec précipitation avant de croiser le regard de Selene, le sien étant à présent teintés d'un voile rosé. Même leur contour semblait essuyer de lourdes larmes qui pourtant n’existaient pas. Son visage arborait cet air mauvais qui traduisait parfaitement son état d'esprit en pleine ébullition. Jefferson démarrait l'incantation d'un portail tandis que Selene tentait de loin de s'enquérir de l'état de notre homme. Ce dernier grognait de mécontentement avant d'annoncer ouvertement, talons au trois quarts tournés. « Fous-moi la paix... j'en ai ras l'cul de ces boulets vaniteux... » Sur ces mots il serrait son poing, ignorant la douleur de sa simple volonté. Il terminait de leur tourner le dos tandis que Jefferson achevait d'invoquer un portail magique. Selene qui n'avait alors su quoi répondre, surprise par ce changement radical se contentait simplement d'inciter notre ami à quitter l'endroit. Dans un premier temps, Al ne répondit pas, ses yeux bleus pâles retournait se perdre dans l'étendue dorée. Il plissait les yeux, se demandant pourquoi et en quel honneur il partagerait après tout. C'était là la dette de Skellige envers lui. Son orgueil s'imposait d'avantage et bientôt, Al n'aurait su reprendre la route en compagnie de tant d'humains. C'était comme si qu'à chaque fois qu'il faisait un grand pas en avant, une force malsaine le rappelait à l'ordre. Depuis toujours, rien n'allait en sa faveur hormis quelques riches amitiés en maigre quantité. Encore aujourd'hui, alors qu'il était à deux doigts de racheter ses fautes il avait fallut d'un rien pour qu'il ne régresse. Al refusait catégoriquement de suivre le groupe, ce fut Jefferson en personne qui saisissait le bras de l'argenté pour l'envoyer à travers son art.

Le groupe réapparaissait au sein du camps de réfugié rencontrés en premier. Al étant le premier à passer le portail, il s'éloignait aussitôt arrivé à bon port. Le mal du dragon n'avait pas encore fini de changer son humeur pour plusieurs heures encore sans remède. Par conséquent, le jeune prince s'était empressé de disparaître jusqu'à la tombée de la nuit. Ses disparitions n'inquiétant plus personne depuis des semaines maintenant, il avait eu tout le loisir de ruminer en une heure et demie. Un laps de temps pendant lequel il avait un tour au temple de Freya où il y avait rencontré une vieille prêtresse aveugle, isolée avec sa petite fille adolescente. La Déesse continuait d'être adulée bien qu'elle ne les avait pas protégé, seulement sauvegardé. La chamane reconnaissait l'aura maléfique et fut soudainement prise d'une crise d'angoisse hystérique. Incapable de formuler une phrase concrète, elle priait, invoquant ses ancêtres et autres futilités. Face aux suppliques désespérées de la vieille, l'argenté s'agaçait. Il n'avait pas besoin de cela dans un tel moment. Il lui ordonnait vulgairement de se taire d'un ton calme. Figée d’effroi, la vieille femme demandait à ce que sa petite fille soit épargnée. Ce qui aurait dû l'alarmer et le toucher le répudié. Le garçon n'étant pas en état d'éprouver la moindre compassion ou once de pitié. Ce fut le dégoût qui le fit passer son chemin sans le moindre représaille envers les deux humaines. Un épisode qui le confortait dans l'idée que les humains étaient minables et faibles. Il commençait à désespérer concernant la noblesse dont ils étaient soit disant dotés. Seule Selene sortait du lot, son ascendance elfique était d'après lui la raison. Dans son bras se trouvait bien plus de courage que l'armée du Nilfgaard. Repenser à la rouquine le ramenait toujours au doute, à ses motivations. Perdu, il se voyait comme un instrument de guerre, le bouc émissaire dans toute cette histoire. De plus, sa fierté se vexait à l'idée qu'on ne lui reprenne l'or pour le redistribuer. Il s'en voulait presque d'avoir envisagé d'aider Skellige l'ingrate. Il était bien remonté bien que sa colère déchantait lentement. Le destin qu'il avait tant contourné ne cessait de le rattraper d'une manière ou d'une autre. Seuls les protagonistes changeaient.Une vie d'esclave en soit, c'était là le sentiment qu'avait révélé le mal du dragon.  

Plus tard, Aelendil retournait au camps, le mal du dragon lui dévorant encore un peu l'esprit, il avait envie de clamer haut et fort ses envies à lui. Soit, laisser l'or à sa place. Et tandis qu'il se dirigeait d'un pas déterminé à travers sa nonchalance, Selene l'alpaguait. Elle l'avait guettait au coin d'une façade entre deux maison rafistolées. La verdure ayant proliféré, notre ami ne vit pas la jeune femme arriver. Quelque peu cachés par la végétation et la pénombre le duo tentait une fois de plus de s'expliquer. Selene remettait sur le tapis les précédents propos du dragon. Curieuse de savoir ce qu'il entendait par là dans son ras le bol des boulets vaniteux. Peu ravie d'apprendre qu'il considérait peu les membres les accompagnant. C'est au tac-au-tac qu'il rétorquait en menaçant presque la rouquine de son attitude. « Je ne veux plus rien à voir à faire avec eux, ils nous ralentissent, ils ne servent à rien. Et ne valent pas plus qu'ils ne méritent, tous ! » avait-il balancé avec conviction dans son regard pâle, il n'avait pas haussé le ton mais avait serré les dents de colère. Son venin sorti, il détourna le regard, agacé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Sam 13 Jan - 21:31

Rappatriant les maigres affaires dont ils disposaient encore, Selene incita son comparse à faire de même alors que Jefferson s'attelait à manier le portail qui les tirerait de ce traquenard. Elle se figea toutefois lorsqu'il lui répondit d'une voix venimeuse, comme si elle l'eut agressée en premier, relevant ses yeux de jad en direction de profil de l'énervé, l'incompréhension marquant son visage pâle. Jamais de la vie elle ne se serait attendu à de tels propos venant de lui, même s'il paraissait plus sombre ces derniers jours, rien ne laissait présager un tel revirement soudain. Lâchant le sac qu'elle s'acharnait à fermer jusqu'alors, elle le fixa, incapable de trouver une parole pour rétorquer tant la surprise l'avait prise de court. Le mage leur annonça la finition du portail, ramenant la jeune femme à l'urgence de la situation, et elle se détourna de l'argenté pour balancer le premier sac au travers de ce dernier, sans même faire attention à ce qui se trouvait de l'autre côté. D'une voix froide, elle intima au jeune prince de passer pour prévenir les habitants de leur retour un peu rapide, celui-ci s'y refusa catégoriquement et argua qu'il ne les suivrait pas là-dedans. Il fallut l'intervention de Jefferson qui le tira rudement en avant pour l'obliger à passer le portail avant de ne se tourner vers Selene pour s'emparer du premier inconscient. Lentement mais sûrement, ils firent passer tout le petit monde avant de s'y engoufrer eux-même, s'éloignant enfin de la zone maudite. Mais lorsque la rouquine posa à nouveau le pied sur un sol tangible, et releva immédiatement le regard pour chercher la crinière opaline de son comparse, elle ne croisa que les regards surpris de quelques insulaires et lâcha un soupir d'agacement. Les sautes d'humeur de l'argenté étaient de plus en plus fréquentes, elle était convaincue qu'il avait probablement pris la tangente pour ruminer et ne s'en inquièta pas vraiment, reportant son attention sur le reste du groupe inconscient.

Avec l'aide des rescapés, le petit groupe fut placé dans la maisonnée la plus vaste du petit village, allongée sur les quelques lits disponibles, ou sur des paillasses à même le sol faute de mieux. Varric fut examiné par l'un des doyens, également médecin dans son jeune temps, et déclara que le nain s'en sortirait sans soucis, résistant comme il l'était. Selene s'attarda aux côtés de Mason et de Rhydian un peu plus longuement avant de finalement quitter l'endroit, laissant ses comparses au bon soin des habitants et de Jefferson, elle avait besoin d'air, de solitude, et surtout d'explications de la part de sa moitié et de son étrange comportement. Mais malgré la tombée du jour, ce dernier tardait à réapparaitre, laissant tout le temps à la jeune femme de réfléchir, arpentant le petit village comme un lion en cage, sa chevelure emmêlée malmenée par le vent rude des îles nordiques. Le crépuscule s'approchait lorsqu'elle sentit à nouveau la présence proche du jeune prince et partit à sa rencontre pour le cueillir à la sortie est du village, émergant de la végétation pour le surprendre et éviter toute esquive. Sans délicatesse, elle le prit par le bras et l'incita à la suivre à couvert pour ne pas être dérangés par des oreilles indiscrètes. Une fois à l'écart, elle s'arrêta, le relâcha promptement et porta son regard indécis sur le visage glacial du jeune homme. - "Qu'est-ce qui te prend ? Depuis quand considères-tu tes alliés comme des boulets ?" - Elle s'attendait à ce qu'il se reprenne, qu'il explique avoir dit ça sous le coup d'une quelconque colère, néanmoins, ce qu'elle vit briller dans le regard pâle du jeune homme n'annonça rien de bon et les paroles qui suivirent ne firent que confirmer ses craintes. Les propos du jeune homme étaient totalement insensés et surtout parfaitement incohérents avec ses précédentes prises de position. Les lèvres entrouvertes sous la stupéfaction, elle resta quelques secondes à le fixer, interdite, avant de ne réagir par réflexe lorsqu'il se détourna après avoir laisser sortir sa hargne. La gifle partit avec toute la force dont la jeune femme était capable, c'était tellement viscérale qu'elle en oublia au passage leur lien particulièrement étroit et serra les dents en sentant la douleur irradier sa propre joue. Elle n'y avait pas été de main morte et ne laissa pas pour autant le temps à sa victime de réagir, enchaînant sur le même ton qu'il venait d'employer. - "C'est toi qui a insisté pour qu'on reste avec eux ! Et on leur doit la vie, au moins à deux d'entre eux ! Pour qui te prends-tu prince du Nilfgard pour te permettre de dénigrer ainsi des gens qui n'aspirent qu'à t'aider sans rien demander en retour ? Sans Mason, ton frère nous aurait reprit, sans compter qu'il a tout abandonné pour nous suivre ! Sans Rhydian, nous serions morts face à la chasse, tous les deux  ! Et tu te permets de les piétiner ainsi ? Espèce d'ingrat, tu ne mérites même pas la loyauté qu'ils te portent !" - Elle parlait autant avec ses mains qu'avec ses paroles mauvaises et détourna le regard, à la fois perturbée par le changement radical auquel elle assistait, et en colère à cause de ses paroles injustes. Elle reprit en le fusillant du regard, ne craignant guère les représailles de sa part. - "Je ne les laisserais pas tomber parce que tu décides qu'ils n'en valent plus la peine. Ni le groupe, ni les rescapés.  Demain, j'irais rendre à Skellige ce qui lui appartient. Et si tu tiens tant que ça à continuer seul, va donc commencer par leur dire en face ce que tu penses, ais au moins la décence d'assumer tes propos face aux concernés. A moins que même ça tu n'en sois pas capable …" - La jeune femme serra les dents, profondément déçue et irritée, mais n'insista guère davantage, le regard insondable et mauvais qu'elle percevait chez le jeune homme lui laissait clairement comprendre qu'il n'était pas en état d'être raisonné pour le moment. Elle soupira et détourna le regard dans l'idée de le planter là, peu désireuse de s'attarder en sa compagnie désormais.

De sombres pensées se bousculaient dans l'esprit de la rouquine. Il y a quelques jours à peine, tout allait bien, elle avait l'impression que tout s'était enchaîné bien trop vite dès l'instant où ils avaient posés les pieds dans cette citadelle maudite. L'arrivée du mage, la mal du dragon, et maintenant ça … Elle qui croyait pourtant avoir retrouver un semblant de quiétude en compagnie de sa moitié imposée, elle se rendait compte à présent qu'il n'en était rien et que ce dernier semblait aussi changeant et virulent que le vent glacial qui frappait ces contrées hostiles. Néanmoins, elle ne parvenait clairement pas à comprendre ni à digérer son changement soudain d'opinion concernant leurs compagnons de voyage. Lorsqu'elle-même avait voulu s'éloigner de peur de les blesser ou pire, il lui avait clairement fait comprendre que leur présence était utile, et qu'il était plus sage de voyager en leur compagnie. A quel moment son opinion avait-elle changé si radicalement sans que personne ne parvienne à s'en rendre compte ? Quelque part, elle se sentait presque coupable de ne pas avoir sentit le vent tourner concernant son ami, si la colère ne prenait pas le pas sur le reste. Elle s'apprêtait à rejoindre le reste du petit  groupe dans l'idée de les informer de sa décision dès lors qu'ils auraient reprit conscience. Le dragon avait pris la vie des îles, il était normal et juste qu'il finisse par en payer le prix un jour, tel était la logique de la rouquine, son or permettrait ainsi aux habitants de se reconstruire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Mar 16 Jan - 16:28

La joue rougie par les longs doigts de la rouquine, Aelendil mit deux à trois secondes avant de réaliser ce qu'il venait de se passer. Un regard emprunt de noirceur se soulevait alors sur le visage tiraillé de son amie. En temps normal, cette gifle lui aurait remis les idées en place. Or, à cet instant , sa rage n'en était que plus ravivée. Incapable d'être rationnel, il délaissait sa lucidité dans les bras d'une colère refoulée. Selene l'incendiait avec légitimité et sagesse tandis qu'il la jaugeait. Oh il l'écoutait attentivement, cependant, il trouvait ridicule de reconnaître la valeur de leurs compagnons. Riant passablement, il en devait presque mesquin, se disant qu'il était dans leur intérêt à tous d'être utile. Il délaissait la jeune mage lui tournait le dos une fois son discours achevé. La détermination de Selene avait redoublé, tout comme son courage. Notre ami en était conscient et au lieu de s'en réjouir, il développait une sorte de rancœur entremêlée à la jalousie. Ce fort intérêt dissimulé qu'il lui vouait était comparable à celui pour l'or. Possessif, le dragon n'acceptait pas cet affront de la part de son unique amie. Enragé, il serrait poings et dents en observant sa silhouette s'éloigner. Elle l'avait planté-là dans un dernier regard presque dédaigneux qu'il lui avait rendu dans toute sa splendeur glaciale. « Tsss... C'est ça... Tu n'as qu'à continuer de t'entêter... » se contentait-il de lui répondre d'une voix vide de toute animation. Après quoi, l'argenté détournait le regard et les talons à sa suite pour emprunter le chemin opposé à la jeune femme. Il ressassait brièvement les propos de cette dernière en concluant aveuglement sur des faits. Ainsi, Selene avait choisi leurs guilde plutôt que lui. Soit, il n'aurait cas les devancer pour l'or dans un premier temps. Jamais il ne se rabaisserait à allé exprimer sa pensée auprès de leurs compagnons. Ce serrait ridicule et puis sans aucune importance. La colère l'ayant détaché du monde, il n'aspirait plus qu'à rejoindre Kaer Trold pour empêcher d'une manière ou d'une autre le pillage de son butin.

Enragé, Aelendil s'en était retourné dans la forêt, l'unique en état. Le pas pressé, il se mit du temps à démarrer, trottinant dans un premier temps pour ensuite filer à toute vitesse en direction de Kaer Trold. Le mal du dragon ne l'avait pas quitté, il était toujours plongé dans cet état second qui le rendait impulsif et irréfléchi. La gifle de Selene avait cessé de lui chauffer la joue et il l'avait dés lors oublié. A peine avait-il franchi le grand pont qu'il sentit l'aura impressionnante des mages de la Chasse Sauvage. Le froid l'avait saisi instantanément dés lors qu'il avait franchi leur périmètre attractif ou repoussant. En l'occurrence, Al n'avait plus peur de rien, de retour là où tout avait commencé, il ne pouvait que se sentir intouchable. C'est pourquoi, il n'en fut que plus excité. Il comptait bien protéger son trésors, persuadé qu'ils étaient là pour  ses richesses , pourtant des moindres pour des êtres de leur trempe.
C'est d'un pas nonchalant et confiant que notre prince entrait dans le château. Son regard s'attardait légèrement sur les décors givrés. C'était comme si le mobilier et les fondations étaient en cristal tant tout scintillait. Le pas mécaniquement dirigé vers l'ancienne salle du trône changée en salle au trésor, Al ignorait les chiens immobiles lui libérant le passage au fils de ses pas. Il eut le sentiment qu'on l'attendait et il se ruait la tête haute dans la gueule du loup.

Présomptueux, le dragon se permettait une entrée dénuée d'une quelconque cérémonie. Son attitude nonchalante n'échappait guère aux trois membres de la chasse. Leur souverain présent ce jour-là, il s'était assuré la réussite de cette mission en l’exécutant par lui-même et sur place. Avallac'h était un être extrêmement calculateur qui ne laissait jamais rien au hasard dans son sillage. Sa prise de pouvoir lui avait donné accès à bien plus de puissance. Tapis dans l'ombre depuis des années, personne n'eut imaginé qu'il avait assassiné Eredin pour prendre sa place jusqu'à ce jour. Même le peu de cavalier restant de la Chasse Sauvage ignorait cette tragédie. Par conséquent, si le mensonge venait à être révélé, bon nombre des cavaliers du cauchemar se rebelleraient contre Avallac'h. Sa mégalomanie ayant atteint son apogée, il se mettait enfin à l’œuvre. Pour ce faire, il lui fallait reprendre le fils d'Isilbeth l'unique sœur d'Eredin ,  soit l'enfant dragon qu'elle avait mit au monde en ignorant les sombres desseins d'Alesseï Celeborr. A la demande de ses cavaliers et seuls compagnons, Avallac'H avait accepté par soucis de loyauté d'allait reprendre au Nilfgaard ce qu'il leur avait dérobé en mémoire d'Eredin. L'enfant dragon était considéré d'office comme l'un des leurs. Certains aspiraient même à retrouver les gênes de leur ancien chef à travers le garçon. Son destin ainsi avancé, Aelendil ne pouvait qu'être influencé et conquis par cette nouvelle famille. Ralentissant le pas à l'approche des trois cavaliers, notre ami ne fut pas celui qui brisait le silence.

-N'aie crainte de la morsure du froid, il est un privilège que seul quelques élus peuvent adopter et... Il se trouve que tu sois l'un de ces élus, jeune dragon. Ton sort est lié au notre et le notre au tiens.
-Je crains de ne pas être à louer... annonçait-il tranquillement d'un air arrogant.
-Écoutes ce que j'ai à te proposer...La voix d'Avallac'H était déformée par la magie tout comme son apparence.

A travers leur armure cauchemardesque, des anciens elfes se battaient pour une cause en soit teintée de bon sens. N'ayant connu que la violence et le goût de la domination, ils se pensaient justes. Nullement intimidé, notre ami observait et écoutait attentivement les trois cavaliers.

-Il est temps de te rendre ton libre arbitre, ta… liberté. Disait-il en maintenant un certain mystère dans son attitude. Ainsi, l'elfe marquait une pause pour re-saisir le comportement désinvolte du dragon. N'aspires-tu pas à plus grande ambition que l'or ?
-... Si, bien sûr... rétorquait-il, peu sûr de lui contre toutes attentes.
-Tu n'es pas ce genre de dragon simpliste, tu es un sang mêlé ! Un humain élu pour perpétuer la lignée des dragons.
-Hmpf... Tsss... Je crois que j'en ai assez... sagaçait-il de nouveau en réalisant quelques maigres pas pour s'approcher d'avantage. Paranoïaque comme jamais, Al se refusait d'écouter ce genre de discours sous peine de se faire endormir pour mieux être volé. Ainsi, il précipitait un peu les choses en provoquant bêtement de son air nonchalant mais toujours aussi noir. Qu'en savez-vous, sa Majesté Givrée, êtes-vous venu pour me voler ou bien me border  ?
-Ton insolence m’indiffère, tâche de respecter ton sang et contentes-toi d'accepter la proposition que j'ai à te faire.
-...
- Je me contenterais de t'offrir le libre choix à tes transformations en échange de quelques services.
-... Al fronçait les sourcils, subitement face à une once de lucidité. Je n'aurais plus à subir le crépuscule ? Demandait-il d'une voix peu convaincue.
-Ni le crépuscule, ni le Nilfgaard ne sauraient plus te contraindre.
-Et les services ?
-Des moindres, ils ne te mèneront aucunement à la asservissement régulier ou une quelconque mort.

Au fond de lui, le jeune dragon avait parfaitement compris les termes de cet accord. Il avait choisi de fermer les yeux sur le fait qu'il soit question tout de même d'asservissement bien qu'elle ne serrait pas régulière comme l'avait précisé le souverain cadavérique. A mesure qu'il y songeait, Avallac'H avait franchi le peu de distance les séparant pour envelopper notre ami dans son aura corrompue. Étouffant ainsi celle lumineuse du dragon il parvint ainsi en quelques secondes à se hisser un chemin à travers le cœur et l'esprit d'Aelendil. Lui, qui était grandement intéressé par la proposition ne fit point barrière à la corruption. Alors, une fois que le roi des ténèbres eut fini de le rassurer, Al acceptait l'offre. Il était loin de se douter que les trois hommes s'étaient mis à l’œuvre pour corrompre le dragon en le baignant ainsi dans leur propre noirceur. Tel un enchantement, l'argenté tandis son bras droit pour répondre à la poigne de main tendue par Avallac'H. Dés l'instant où l'ancien elfe l'empoignait, il plaquait son autre main libre sur le front du prince. Là, il sondait son esprit, cherchant ses faiblesses, ses craintes ou encore ceux qu'ils aimaient et surtout ce en quoi il croyait le plus. Figé dans un cocon télépathique, l'argenté ne pouvait plus bouger, lui-même replongé dans ce que le souverain cherchait à exploiter. Et tandis qu'une vague d’énergie impressionnante commençait à dégrader l'environnement, le vil elfe exprimait sa joie.

-Je hais l'humanité, je hais encore plus leur utilisation de la magie... Il va falloir retirer manuellement certaines entraves... la magie s'annule au contact de ce maudit métal.... disait-il en terminant de corrompre l'esprit et l'aura du dragon dont l'inconscience le guettait.
-Vite, partons d'ici avant d'avoir à éliminer nos sacrifices prématurément.
-Je doute que le Sang Ancien ne prenne un tel risque... Ouvres le portail au lieu de fabuler. Ce soir, nous fêteront la naissance de notre nouveau né, c'est une certitude.

Aelendil sous le coude, la Chasse Sauvage quittait la forteresse à travers un portail dimensionnel qui les conduisit sur la terre ensanglantée des elfes. Sur place, notre ami fut aussitôt pris en charge par Avallac'Het ses sbires afin de supprimer les entraves à sa transformation. A son réveil, Aelendil entamait le rituel qui lui permit de se libérer de la malédiction de sa vraie mère, Isilbeth. Le pacte passé avec Avallac'H, le jeune homme jouissait d'un nouveau pouvoir bien plus sombre et avide qu'il ne le pensait. L'esprit parasité par l'enchantement du vile elfe, le garçon n'était plus encombré de son empathie ou encore d'une quelconque gentillesse. Il restait de son plein grès auprès d'Avallac'H en qui il trouvait un nouveau mentor et même un ami fidèle. La vie auprès des cavaliers de la chasse étaient bien moins morbide qu'on ne pouvait l'imaginer à leurs heures perdues. Al avait appris pour son affiliation sans l'avoir réellement réalisée de par son esprit vaincu. Il vouait une haine sans nom envers les Celeborr, plus désireux que jamais de supprimer les derniers Celeborr. Bientôt, Avallac'H avait réussi à faire germer l'envie dans son cœur. En effet, le dragon aspirait quelque peu à prendre de droit le trône que son petit frère couvait avidement. Quant à Selene, leur amitié et son souvenir était comme voilé par un filtre sombre empêchant ces remémorations. Sans elles, il se perdait un peu plus chaque jour dans la noirceur et la solitude, ne voyant plus que la Chasse comme étant les seuls vrais lutteurs. Le reste était futile et ne faisait que profiter du monde sans lui être redevable.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans la pénombre de l'Archipel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witcher - Next Gen :: Pays Limitrophes Temeria-