AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans la pénombre de l'Archipel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Mer 17 Jan - 16:17

Peu encline à s'attarder face à l'orgueil dont faisait preuve son ami, Selene prit la tangente rapidement, désireuse de rejoindre le village et de mettre de la distance entre eux le temps qu'il reprenne ses esprits. Elle l'entendit à peine proférer quelques paroles à son départ mais ne les releva pas, convaincu qu'il était plongé dans une colère dont l'origine semblait incompréhensible à la rouquine, et que réussir à le raisonner dans cet état d'esprit semblait impossible. Laisser la nuit passer lui semblait être la solution la plus sage pour ne pas qu'ils en viennent à des extrémités plus violentes, chose qui ne serait clairement pas bénéfique pour aucun d'eux. Frappant rageusement dans les cailloux parsèment sa route, les mains profondément enfoncées dans les poches de son manteau, elle gardait un visage fermé, en proie à une multitude d'interrogations concernant le revirement soudain de son acolyte. C'était bien la première fois qu'elle le voyait réagir ainsi concernant les personnes les accompagnant. Elle ne pouvait qu'être d'accord avec lui sur un point, pour la sécurité de leur petite troupe, il aurait mieux valu que la reine déchue et son beau-frère voyagent en solitaire, mais c'était bien le seul point où elle parvenait à le comprendre. Dire que leurs alliés n'étaient que des boulets à leurs chevilles n'avaient cependant aucun sens, chacun d'entre eux étaient capables de se gérer seul et de se débrouiller seul également, et en aucun cas leur présence n'avait encore posé problème. Portée par ses pas, la jeune femme s'était légèrement éloignée du village, contournant presque ce dernier pour s'enfoncer dans le forêt débouchant non loin sur la plage sur laquelle ils avaient tous abordés. Profitant de la brise marine, elle trouva refuge sur une avancée rocheuse surplombant l'océan et s'y posa en quête de quiétude, l'esprit encore trop en ébullition. C'était l'origine de la colère de l'argenté qu'elle ne parvenait pas à comprendre, et perdue dans le silence nocturne, elle y songea un long, très long moment. Certaines créatures rôdaient non loin, elle pouvait les entendre, et même ressentir faiblement l'aura de certaines, mais pas une d'entre elles ne s'approchèrent de l'endroit où la jeune mage avait élue domicile, lui laissant ainsi tout le loisir de se perdre dans ses sombres réflexions. La lune était déjà en phase descendante lorsqu'un lien ténu mais bien présent fini par se forger dans son esprit, la faisant se redresser d'un coup alors que son corps se laisser tranquillement aller à la caresse du vent frais. La colère, c'était là le nœud du problème. Elle avait déjà vu Aelendil en colère, plus d'une fois dans sa vie d'ailleurs, mais jamais de cette manière. Et à y réfléchir, il n'était pas le seul en cette journée à avoir éprouvée ce sentiment destructeur qui ne lui ressemblait pas. C'était précisément ce qui avait frappé tous les autres membres de leur petite escouade. Selene se releva d'un bond de son perchoir et se laissa souplement retomber sur le sol tout en pestant contre elle d'avoir mis tant de temps à comprendre les raisons de cette étrange attitude. Sans ménager ses jambes engourdies par la station assise trop prolongée, elle regagna rapidement le petit village alors que l'aurore commençait doucement à poindre au travers des cimes. Le mal du dragon avait fait une victime de plus, seulement, même si la jeune femme ignorait toujours pourquoi, il avait mis bien plus de temps à se déclarer chez le prince que chez ses comparses. Peut-être à cause de tous ces symboles étranges bardant son corps se dit-elle, néanmoins elle ne chercha pas davantage, convaincue qu'elle devait le retrouver rapidement avant qu'il ne perde autant la raison que les autres.

"Eh fillette ! On se demandait où vous étiez passés encore !" - Le nain qui fumait tranquillement sa pipe à l'extérieur de la maisonnée, sur ordre de la propriétaire de cette dernière qui ne supportait pas les diverses substances qu'ils pouvaient consommer ainsi, accueillit la rouquine revenant d'un pas précipité d'un sourire qu'il perdit rapidement pourtant en constatant le visage fermé de cette dernière et surtout sa solitude manifeste. Sans s'arrêter pour s'inquiéter de l'état de santé du centenaire, qui semblait d'ailleurs tenir une bonne forme pour quelqu'un d'aussi blessé qu'il l'avait été la veille, elle pénétra dans la demeure sans même frapper, esquissant un signe à Varric pour qu'il la suive, et se retrouva face à une multitudes de regard, soit surpris soit endormis. Sans prendre de pincette, la jeune femme balança les mauvaises nouvelles. - "On va avoir une autre problème à régler. Je vais la faire courte, vous avez tous été victime hier de ce que l'on appelle le mal du dragon. Un enchantement qui vous a fait perdre la tête. "- "Ouais, blondinette vient de nous l'expliquer. "- Le mage visé par cette appellation peu glorieuse lança un regard noir à Rhydian qui venait de parler, s'étirant au passage sans vergogne sur le lit qu'il partageait jusqu'alors avec Barenthir, manquant également de le faire tomber, avant d'enchaîner l'air enjoué. - "Mais ça va, on est tous sortis d'affaire si j'ai bien compris, non ?" - La rouquine grimaça et porta son regard sur Jefferson qui attendait visiblement la suite, comme les autres, moins confiants que le loup. - "Eh bien, pas tous non. Je crois que le prince est également atteint, même si cela a mis bien plus de temps à agir chez lui. "- Le mage se leva, les traits tirés et s'approcha de la jeune femme. -" Où est-il ?" -" Je n'en sais rien. On s'est disputé hier soir, il était … assez remonté, et depuis je ne l'ai pas revu." - Le blond échangea un regard étrange avec Rhydian qui avait définitivement perdu son sourire, conversation muette qui n'échappa pas à la jeune reine, avant de ne reprendre à son intention. -" Il faut le retrouver, et vite." -" C'est aussi ce que je pensais … En voyant les dégâts que cela a fait sur eux, je n'imagine pas ce que cela pourrait provoquer sur Allen." - Le blond acquiesça, visiblement soucieux, et s'apprêta à partir sur le champ à la recherche de l'argenté, mais Selene le stoppa en lui barrant la route avant de reprendre. -" Il y a autre chose … Le trésor de Kaer Trolde … Je veux le rendre aux habitants. Qu'ils puissent avoir une chance de se reconstruire." - Jefferson fixa de ses yeux perçants le visage blême de la rouquine avant de répondre assez froidement. -" Le trésor ne ferait que provoquer un massacre de plus Selene. La malédiction du dragon est toujours là, et j'ai bien peur qu'elle y reste un long moment encore. "-" Mais vous disiez hier..." - "Peu importe ce que j'ai pu dire, les choses changent vite. De toute façon, c'est là que je comptais aller chercher votre ami dans un premier temps, vous pourrez constater mes dires par vous-même. "- La rouquine soutint son regard avant de finalement le détourner, sentant la situation lui échapper, et se contenta d'acquiescer avant de libérer le passage au mage qui s’engouffra dans l'ouverture sans un mot de plus. Plus soucieuse qu'elle ne le paraissait, la jeune femme tourna les talons dans l'idée de le suivre avant de sentir un mouvement près d'elle l'incitant à relever les yeux pour croiser le visage tranquille de l'herboriste. Esquissant un infime sourire désolé, elle secoua la tête de manière négative. -" Non, tu restes là Mace. Tout le monde reste là, si Jefferson dit vrai, vous êtes tous vulnérables là-bas. On sera vite revenus, et si ce n'est pas la cas, Rhydian saura nous retrouver rapidement." - Mason sembla hésiter un moment puis enlaça finalement la jeune femme doucement avant de la laisser filer à la suite du mage.

Gravissant la montagne tant bien que mal pour rejoindre plus rapidement la route menant à la citadelle, Selene se décida finalement à briser le silence pesant qui régnait entre eux deux. -" Pourquoi ne pas avoir fait un autre portail pour retourner là-bas ? Nous aurions gagnés pas mal de temps, et ce sans fatigue." -" Je vous croyais plus endurante que cela ma chère. "- Il lui adressa un coup d’œil rapide avant de reprendre d'un ton plus sérieux. -" Je tiens à économiser mon énergie.  J'ai un mauvais pressentiment concernant le prince, et je n'avais pas envie d'attirer l'attention avec un flux de magie en plein centre de la citadelle. "-" Allen n'est pas mage, il ne peut pas la ressentir. Et a priori, personne d'autre ne s'y aventure."-" A priori n'est pas un élément que je considère comme fiable jeune fille." - Selene lui renvoya un regard blasé avant de forcer l'allure pour rejoindre le premier pont. Mais à peine eurent-ils posés les pieds sur le lourd plancher de bois brut permettant de traverser la ravine que le froid les assaillit violemment. Sans échanger le moindre mot, les deux mages savaient pertinemment quelle en était l'origine, mais loin de tourner les talons, la jeune femme força l'allure, prise d'une inquiétude grandissante. Son ami n'était pas mort, elle ne serait également plus de ce monde. Il n'avait pas non plus souffert, elle aurait été la première à le savoir. Mais c'était plus inquiétant que cela en vérité. Elle ne ressentait plus du tout sa présence. Depuis la mise en place du sort de Lornell, qu'importe la distance qui pouvait les séparait, elle ressentait toujours sa présence dans un recoin de son esprit. Comme si la mage avait implanté une chose lui paraissant si naturelle qu'elle ne s'en était même pas rendu compte avant. Mais là, il y avait comme un manque, un vide qui ne se comblait pas, comme si son être n'était pas tout à fait entier, et avec le temps, Selene avait apprit à reconnaître le « lien » qui même ténu lorsqu'ils étaient loin l'un de l'autre existait tout de même. Là c'était comme s'il était parti ailleurs. La crainte la prit au ventre et elle se mit à courir pour franchie les derniers mètres du pont gelé, ignorant les mises en garde pourtant sensées du blond derrière elle. La grande porte était fermée et également prise dans les glaces, ce qui n'arrêta pas pour autant la jeune femme qui ne mit qu'une seconde à effectuer un ancien signe de sorceleur avant qu'une vague d’énergie ne fracasse quelques planches brisant la glace et la ferraille dans un bruit sourd. Elle se glissa souplement dans les débris de la porte éventrée et  se dirigea immédiatement vers la salle où elle se souvenait avoir vu dormir le trésor maudit, persuadée qu'il s'agissait là du nœud du problème. La déception s'inscrivit sur son visage lorsqu'elle trouva l'endroit vide, l'or formant une marée glaciale étincelante sur laquelle elle grimpa avec précaution pour vérifier les moindres recoins de la pièce. Mais rien ne prouvait que l'argenté était bien passé par ici. Sur la montagne dorée, son regard accrocha une lueur rubis près de ses pieds, vestige de la lutte de la veille et sa gorge se serra alors que régnait un silence poignant, simplement entre coupé des bruits de pas du mage qui la suivait plus calmement. Un faible gémissement attira soudain son attention et il ne lui fallut guère longtemps pour découvrir le célicole en parti prit par la glace avide blotti contre les pieds du trône derrière ce dernier. D'un éclat de voix elle attira le brun à la suivre et s'agenouilla près de la créature enfantine qui luttait tant bien que mal. Jefferson les rejoignit en quelques pas et fit apparaître rapidement quelques flammes au sol près du gamin dans l'espoir vain de faire fondre le gel. Mais la magie de la chasse sauvage résistait sans peine à quelques flammes, et le blond ne pouvait tenter quoi que ce soit de plus sans risquer de mettre le feu au blessé. Il était difficile de ne pas comprendre que la vie n'était pas loin de quitter le petit être dont la peau d'ordinaire grise avait pris une teinte presque translucide sous l'action de l'hypothermie avancée. Néanmoins, presque rassuré de voir des têtes connues, il s'échina à prendre la parole. - "Les cavaliers noirs … Ils sont revenus le ch-cher-chercher." - "Qui ? Ils sont venus chercher qui Zoldike ? Le garçon aux cheveux blancs qui étaient avec nous ?" - Le célicole acquiesça doucement, autant que sa nuque raidie le lui permettait et reprit douloureusement. - "Messire Dragon n'est pas méchant madame … m-m-mais ils l'ont ren-rendu mauvais." - Selene resta perplexe un instant, ce fut suffisant pour que la petite créature ne ferme définitivement ses grands yeux, ayant utilisé ses dernières forces pour prévenir les deux mages du danger qui les guettait et du sort funeste de son ancien maître et ami. Elle fixa silencieusement le visage désormais paisible du célicole tout en répétant inlassablement ces derniers mots dans son esprit, ne sentant pas Jefferson se relever près d'elle pour s'activer. -" Si la chasse s'est emparée du dragon, nous sommes en grand danger.  Il nous faut partir majesté, maintenant. "- Sans attendre l'avis de la rouquine, et visiblement plus inquiet pour leur sécurité que pour son énergie, il invoqua pour la seconde fois un portail pour fuir rapidement. Selene croisa simplement les mains du celicole sur son torse, faute de mieux, et se redressa pour s'adresser à son accompagnateur. - "Quel rapport entre le prince et le dragon qui a ravagé l'île ? "-" Plus tard, nous devons partir." - Sans ménagement, il l'attira par surprise et la força à passer le rideau lumineux, l'exposant une nouvelle fois aux troubles inconfortables d'un portail avant qu'elle ne sente à nouveau la terre sous ses pieds.

Jefferson eut à peine le temps de retrouver son équilibre qu'un masse flamboyant se précipita sur lui et le plaqua contre le mur le plus proche, un bras sur son torse pour le bloquer malgré sa taille clairement plus petite. -" Expliquez-vous ! Vos allusions commencent à m'agacer, soyez clairs pour une fois ! Pourquoi Zoldike évoque-t-il le dragon en parlant d'Aelendil ?" - Le petite groupe qui était sortit en entendant le vacarme provoqué par l'ouverture du portail tomba sur l'étrange spectacle alors que Rhydian saisissait sans mal le problème. Le blond lui porta un regard, lui qui était visiblement le seul à avoir eu vent de la nature véritable du prince puis soupira doucement alors que le loup rejoignait la jeune femme pour poser une main apaisante sur son épaule. - "Selene … calme-toi s'il te plaît." -" Que je me calme ? Hors de question,, pas tant que je ne comprendrais rien à ce qu'il se passe !" -" Celui que vous prenez pour votre ami n'est autre qu'Igniir, le dragon ayant réduit cet endroit en cendres. Et aux dires du célicole, je doute que la chasse l'est effectivement enlevé, je dirais plutôt qu'il les a rejoint volontairement. "- De stupeur, la jeune mage relâcha sa prise et recula jusqu'à se heurter au loup derrière elle. - "Ça n'a aucun sens … c'est du délire !" -" Écoute … je sais que ça peut te paraître étrange, mais je peux te jurer qu'il dit la vérité. "- L'esprit de la jeune femme faisait barrage, incapable d'accepter autant de nouvelles perturbantes d'un seul coup, et se retrancha dans la seule issue qu'elle avait toujours connue, la colère, qu'elle dirigea cette fois contre l'hybride en lui décrochant une droite violente lorsqu'elle fit volte-face. -" Pas un seul d'entre vous n'est capable d'être franc alors … Pourquoi tu l'as caché ? Pourquoi tu n'as jamais rien dit ?" -" J'ai essayé, même si tu ne t'en souviens pas ! Puis il m'a fait promettre de ne rien te dire, il voulait te l'avouer lui-même. Je n'ai jamais apprécié le prince, mais je ne pouvais pas lui enlever ça non plus. Mais si Jefferson a raison … Alors cette promesse n'a plus de sens. "- Le brun se massa la mâchoire là où le poing de la jeune femme avait apposé sa marque et il fronça légèrement les sourcils. -" Tu frappes fort pour une fille quand même … "- "Redit ça et tu t'en manges une autre abruti." - La jeune mage n'était pas d'humeur à rire, ni à supporter l'humour du loup. Elle ne savait plus trop où elle en était, tournant comme un lion en cage, elle prenait peu à peu conscience de la situation et de ce que cela signifiait. Toutes ces années elle avait été trompée, manipulée sans limites. Si Jefferson disait vrai, Aelendil était celui qui l'avait livré à son frère, celui qui avait déclenché toute cette folie. Il avait sur les mains le sang de milliers d'innocents. Détournée du reste du groupe, elle encaissait la nouvelle douloureusement, incapable d'affronter le regard de ses pairs de peur d'y trouver une forme de pitié ou de compassion quelconque. La voix grave du mage la tira de ses pensées. -" Selene … Nous ne pouvons rester à Skellige. C'est trop dangereux, le prince sait que vous y êtes, la chasse également, s'ils nous tombent dessus, nous ne pourrons peut-être pas vous protéger. Je pense qu'il est préférable pour vous de quitter l'archipel au plus vite. "- La jeune reine sentait abattement la gagner, sa moitié imposée venait de leur tourner le dos volontairement, ce qui les mettait tous en danger. Par le passé, elle aurait baissé les bras, attendant la jour funeste où la cavalerie maudite débarquerait pour la récupérer, ou bien elle serait partie à la rechercher de son ami, sans même savoir où chercher vraiment. Mais pas cette fois. Elle porta son regard à nouveau teinté d'une froideur notable sur ses acolytes et acquiesça aux propos du mage sans un mot de plus. -" Je vais faire en sorte que les choses soient claires pour tous ceux présents ici. Aelendil et moi-même sommes liés de manière vitale par un sort conçu par ma tante. Malheureusement, ce sort risque également d'agir comme une balise, et il sera désormais extrêmement simple pour la chasse de me trouver, où que je sois. Me suivre mettrait donc vos vies bien plus en périls qu'elles ne le sont déjà, c'est pourquoi je vous incites tous à partir tant qu'il est encore temps. Je ne saurais avoir vos morts sur la conscience." - Elle sonda du regard chaque personne face à elle suite à ses propos mais aucun ne bougea ou ne fit mine de prendre peur, c'est pourquoi elle fronça les sourcils et reprit, de manière un peu plus direct. - "En gros, vous allez tous mourir en me suivant, c'est plus clair comme ça ?" - "Et alors ?  Il faut bien y passer un jour, alors que ce soit à cause de toi ou d'un autre, qu'est-ce que ça change." - Mason esquissa un sourire et acquiesça. -" C'est assez bien résumé." - Selene soupira davantage et passa une main sur son visage déconfit. - "Vous êtes tous des idiots. Vous ne pourrez pas dire que vous n’étiez pas prévenus !" -" Ahem … il faudrait vraiment partir Selene." - La jeune femme leva les yeux au ciel et se détourna, vaincu par l'obstination du groupe réuni.  Elle obtempéra et céda à la demande du mage de vider les lieux rapidement, non sans avoir remercier autant que possible les rescapés mais ne put malheureusement guère faire plus que cela. Après quoi ils quittèrent tous l'archipel via un épais portail aux reflets mauves que Jefferson invoqua pour les conduire sur le continent. Le cas du prince ne fut pas plus évoqué, la petite troupe préférant ne pas pousser Selene trop loin dans ses retranchements, sur conseil de Mason.

Les jours passèrent, puis les semaines, et les mois. La petite troupe était sans cesse en mouvement, ne se posant que très rarement plus de deux jours dans le même endroit. Ils parcourent une grande partie de la Rédanie avant de rejoindre Kaedwen. Selene voulait revoir sa tante, elle avait besoin de quelques informations supplémentaires, mais celle-ci avait quitté Vlaremir pour s'en retourner à Kaer Morhen où sa retraite se passait bien, et était bien plus calme. Les jours filaient et la jeune femme se distançait de plus en plus du reste du groupe. Il n'était pas rare qu'elle passe plusieurs journées de marche à prendre suffisamment d'avance pour ne plus voir le groupe pendant un bon moment. La trahison de son ami, du moins l'eut-elle ressenti ainsi, lui avait ouvert les yeux sur la vacuité des relations humaines qu'elle quelle soit, et son instinct lui dictait désormais de ne plus s'ouvrir à quiconque. Elle leur faisait tous confiance, jusqu'à une certaine limite pourtant, et ne faisait que redoutait l'instant où ils finiraient tous par montrer leur vraie visage. L'adage stipulant qu'on ne peut compter que sur soi-même lui semblait en cette période sombre particulièrement vérifiable. Elle redoutait également le moment où elle sentirait la mort arriver par son intermédiaire, ne la craignant par pour autant. A dire vrai, elle se surprenait parfois à songer qu'il s'agirait là plus d'une délivrance que d'un véritable problème. Pour autant, elle ne s'inquiétait pas du sort de sa moitié, pour elle un dragon ne pouvait mourir, par sans une dose de magie extrêmement puissante. Et avec la protection de la chasse, il ne risquait probablement pas grand chose en fin de compte. Le décès du prince ne pourrait provenir que de son trépas à elle. Se terrant au fil des semaines dans une épaisse carapace de glace emplissant également son esprit, elle songeait de moins en moins au jeune homme, traçant simplement sa route pour rejoindre son but.

Plus de trois mois s'était écoulé depuis la disparition d'Aelendil, et comme à son habitude depuis des jours, Selene chevauchait en solitaire, à l'avant du petit groupe qui prenait son temps. Elle devait avoir deux bonnes heures d'avance sur eux, ouvrant la voie après leur avoir indiqué un point de chute. Si quelques uns avaient bien tentés de l'accompagner ou de l'en dissuader, ils avaient vite renoncés devant la froideur et l'attitude presque menaçante de la rouquine. Même son apparence avait changé. Entièrement vêtue d'une tenu de cuir souple sombre, elle avait constamment les cheveux noués serrés, dissimulé sous une capuche ou un bonnet quelconque, peu importait le temps. La saison hivernale lui facilitait la tâche. Elle avait le visage impassible la plupart du temps, ses yeux d'émeraude ressemblant à deux pierres sans vies, scrutant les environs en se semblant pourtant rien voir qui pourrait animer quelque peu ses traits. Elle ne quittait plus ses armes également, ne faisant que rarement usage de sa magie, elle portait en permanence son arc en bandoulière, deux dagues effilées le long de ses cuisses ainsi qu'une épée courte en travers de ses reins, dissimulée par carquois positionné au même endroit. Fort heureusement, les sentiers qu'ils empruntaient leurs évitaient la plupart du temps les mauvaises rencontres.  La jeune femme avait commandité le vol des chevaux qu'ils montaient désormais au sein même d'un camp militaire nilfgardien, à la frontière de la Rédanie, s'emparant des montures nécessaires à leur route avant de libérer celles restantes dans la nature, leur accordant un peu de répit ainsi. Mise à mal par les longues heures de monte, Selene se décida à prendre un peu de repos non loin des vestiges d'un ancien village ravagé par les goules, depuis longtemps parties se repaître ailleurs. Elle attacha sa monture à l'arche d'une maison envahie de ronces et gagna l'unique puit au centre du village pour s'approprier un peu d'eau fraîche. L'endroit était désert, et particulièrement silencieux, ce que la jeune femme attribua au passage de nécrophages, fut-il lointain désormais et ne s'en inquiéta pas outre mesure. Après s'être désaltéré, elle dénicha une ancienne assiette creuse, entièrement faite de bois brut et apporta un peu d'eau à sa monture tout en observant les environs, appuyée contre un arbre proche. Depuis des semaines, son esprit peinait à se concentrer sur quelque chose, comme si elle se refusait à réfléchir, ce qui restait en soi le plus confortable. Ne pas se frotter à la réalité pour ne pas en affronter les conséquences douloureuses. Sa jument la tira de ses songes en relevant brusquement la tête avant de renâcler bruyamment, soudainement agitée. Selene lui flatta doucement l'encolure pour la calmer tout en observant les environs avec attention, sa main libre posée sur la garde de son épée. Ce n'était pas le groupe, l'animal connaissait l'odeur des autres équidés. Une créature sauvage probablement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Lun 22 Jan - 17:34

Terminé les longues nuits de pêche, les chasses ou encore les veillées de garde. Terminé le voyage en quête de rébellion, à présent, il vivait de nouveau dans le confort. Le royaume d'Avallac'H et son palais étaient dignes de sa mégalomanie non pas par son étendue mais sa splendeur. Ses nombreux voyages influençaient l'architecture du palais et son mobilier. Dans ce monde-ci, celui des Aen Elle, il n'y avait que des elfes unis sous un seul roi. Avallac'H était bien plus que le roi des Aulnes ou de la Chasse Sauvage, il se hissait au rang de Dieu.  
Aelendil se laissait aller à un nouvel idéal, celui d'unir tout les royaumes sous le commandement d'un seul Dieu, ainsi plus de guerre. Un plan noble dans son esprit corrompu. Le voile noir qui obstruait sa personnalité le rendait vide comme une coquille. Les instructions ainsi que le façonnage d'Avallac'H avaient porté ses fruits, le dragon lui était dévoué. Ce dernier était comme dépourvu de son passé, comme si rien de son ancienne vie ne pouvait plus l'atteindre. Il agissait avec plus de froideur qu'auparavant, adoptant une aptitude des plus hautaine à l'égard du restant du monde. C'était là l'état d'esprit du faux dieu. Pour y parvenir, il avait tout de même du céder un quart de son pouvoir afin de prendre le dessus sur l'esprit incandescent du prince. La corruption lui avait coûté mais, c'était encore peu pour un être comme lui. Il était confiant en son influence, persuadé que ces mois d'apprentissage lui assuraient sa loyauté. Cependant, il lui fallait plus pour tester sa nouvelle arme, il lui fallait le confronter à son unique espoir, soit son amie. Pour cela, Avallac'H usait et même abusait du lien entre nos deux acolytes comme passerelle pour pister le Sang Ancien. Avallac'H nourrissait une haine malsaine envers Ciri et ses descendants depuis qu'elle l'avait repoussé, contré et même vaincu. Sa mère l'ayant fait avant elle. La jalousie qu'il éprouvait étant bien plus ancienne que Ciri, il ne put encaisser un nouveau refus. Cette fois, il se disait qu'il s'emparait de Selene et ferrait d'elle son épouse soumise à coup sûr. Elle assurait alors plusieurs descendances façonnables avant de réduire la mage à d'uniques expériences. En entrant dans l'esprit de notre ami et en scindant celui-ci pour en extraire que le mal, l'ancien elfe connaissait beaucoup des affections du dragon. Par conséquent, l'affection éprouvé pour Selene lui avait sauté à la tronche, conscient que ce serrait un obstacle conséquent. Alors, Avallac'H n'avait eut d'autre choix que de céder une partie de son pouvoir pour obstruer cette émotion puissante. C'est pourquoi, il redoutait de confronter ces deux-là. Le temps défilait différemment dans le monde des Elfes, ce qui ressemblait à trois mois chez les humains fut bien plus court en Aen Elle. Pourtant, cela fut suffisant pour qu'Aelendil endosse son rôle à merveille.

Durant son séjour, Aelendil avait appris à contrôler son aura sous forme humaine. Manipulateur d'un feu bleu glacé, il ne cessait d’occuper ses journées à la perfection de son art. Son niveau était effrayant tant il ne cessait de grandir. Un pouvoir quitte ou double qui n'allait pas tardait à faire ses preuves outres les missions qu'il avait déjà effectué.
Avallac'H avait annoté sur une carte épingler à un mur les déplacements de la jeune mage. Il tentait d'anticiper ses mouvements, leurs pauses tout en attendant le moment propice pour la coincer. Seulement, depuis deux semaines qu'elle semblait avoir rencontré la loge ou l'une de ses survivantes le lien était devenu étroit. Le vile elfe ne parvenait plus à voir clairement le Sang Ancien. En insistant, il attirait l'attention en blessant le dragon dont la douleur serrait alors automatiquement répercuté sur la mage. Il la savait isolée de ses camarades et bien plus perdues que jamais, c'était le moment bien que ce fut encore trop tôt. Ainsi, Avallac'H conviait son bras droit et Aelendil à cette victoire avancée. Le restant de ses cavaliers resteraient en attente de traverser selon le déroulement du plan. En attendant, l'ancien elfe comptait d'abord convaincre la jeune mage de le rejoindre avant d'user de force. Il comptait sur l'effet psychologique que pourrait créer leurs retrouvailles, sur la fragilité émotionnelle de la jeune femme. Cependant, le démon était loin d'imaginer que Selene était capable de surmonter tout cela également à sa génitrice avant elle. Alors, il s'attendait à pouvoir s'emparer de son esprit pour ainsi la contrôler avant qu'elle ne lui échappe. Il avait appris de ses erreurs et échecs passés.
Le jour de la capture arrivé, le trio passait le portail dimensionnelle afin d'atteindre la frontière Nilfgaardienne  où se reposait le Sang Ancien.

Ce fut Aelendil qui fut envoyé pour démarrer cette entrevue à travers le froid mordant de la Chasse. Selene le démasquerait aussitôt et baisserait suffisamment sa garde face à un dialogue sans effet auquelle elle se heurterait probablement. L'unique moyen de tenir la jeune femme en place même quelques courts instants. C'était suffisant pour Avallac'H désireux de la surprendre pour mieux la corrompre. Il ne lui offrirait nul choix, tout comme notre ami. Il se contenterait de scinder son esprit à elle aussi même si pour cela il devait sacrifier plus de la moitié de son essence vitale. Il était prêt à tout. Dissimulé sous une armure digne de la Chasse Sauvage, le jeune dragon avançait lentement en direction de celle qu'il avait oublié comme étant son amie. Ne voyant que l'aura majestueuse qu'elle dégageait dans un halo chaleureux, il traversait la végétation givrée au rythme de ses pas. Sans avoir besoin d’écarter les branches, il sortit de la pénombre dans un halo bleu enflammé. Son armure entière était semblable à celle d'Eredin, l'ancien Roi. Contrairement à son oncle, la sienne était argentée. Quand il fut repéré, Al cessait déradiait les flammes de son corps, laissant uniquement brûler les ouvertures de son casque pour se dissimuler. Cet Al-ci se délectait de la peur, dénué d'empathie ; il n'aspirait plus qu'à réaliser les souhaits de son nouveau maître. De quoi lui refiler la nausée pendant des mois si un jour il venait à se reprendre. Sous ses pas, la neiges fondaient pour aussitôt se reformer en signe d'éternité. Rien ne pouvait faire fondre le pouvoir de la Chasse Sauvage depuis qu'Avallac'H en avait prit la tête. La neige elle-même était formée par l'aura malsaine de l'ancien elfe dont les réserves dépassaient l'entendement. Aelendil s'arrêtait à quelques pas de la jeune mage qui semblait avoir déjà percé à jour son identité, comme prévu. Avallac'H se mettait donc en mouvement tandis que son bras droit venait se placer à l'opposé pour encercler la mage. Tout les deux encore dissimulés à plusieurs mètres, il ne fallait qu'une fraction de secondes à Avallac'H pour surprendre Selene au moment opportun. Cette dernière s'étonnait ouvertement de l'identité du cavalier en nommant le prince dans l'incertitude. Il ignorait son propre prénom comme s'il eut oublié qui il était. Il s'arrêtait net à plus d'un mètre de la rouquine avant de prendre la parole, paroles guidées par le faux dieu. « Viens à moi Hirondelle, l'heure est venue pour Aen Ithlinnespeath, embrasse ta destinée avant qu'elle ne te détruise. » son ton était neutre sa voix bien plus ferme et rauque que d'ordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Mar 23 Jan - 16:37

La solitude avait désormais pris une place imposante dans son quotidien, et ce malgré la présence de ces compagnons de route dont elle fuyait le contact malgré tout. Le vide laissait en elle par le départ du jeune homme ne se refermait pas, elle pouvait le sentir, même si elle s'échinait à l'ignorer, considérant toujours malgré les dernières paroles de Zoldike que le prince les avait délibérément trahis cette fois-ci. En premier lieu en leur cachant à tous, ou à la plupart, sa véritable nature, puis en rejoignant la chasse de son plein grès. Il était difficile voir impossible de cacher une quelconque blessure infligé à Aelendil à la jeune femme, et il n'était pas homme à se soumettre aussi aisément lorsqu'il ne le désirait pas, ce qui faisait définitivement croire à la jeune femme que c'était un choix de sa part. Voilà pourquoi elle s'efforçait de ne pas éprouver d'inquiétudes ou de regrets le concernant, Lornell s'était fourvoyée le concernant, elle ne voulait pas commettre la même erreur. Essayant toujours vainement de calmer sa monture anxieuse, la jeune femme jetait de régulier coup d’œil autour d'elle avait de ne sentir l'air autour d'elle se faire plus froid en l'espace de quelques secondes à peine. Les sourcils froncés, il lui fût aisé de comprendre l'origine de ce changement soudain tant la chasse et ses membres parcouraient régulièrement son esprit. S'approchant de la tête de sa hument avec des gestes mesurées, elle détacha lentement les rênes retenant l'animal et la fit pivoter pour se placer face à la direction d'où elles venaient avant de lui asséner une grande claque sur la croupe. L'animal détala en poussant un hennissement sonore et s'enfonçant sous le couvert des arbres proches, quittant ainsi rapidement la zone rendue glaciale pour se précipiter en direction de ses acolytes probablement peu éloignés désormais de sa position. En voyant débouler sa monture, nul doute qu'ils comprendraient rapidement qu'un problème s'était posé, et Selene espéra qu'ils prennent ainsi plus de précautions avant d'arriver sur les lieux. L'animal s'éviterait ainsi une mort douloureuse. Sourcils froncés, la jeune femme délaissa le petit chemin de terre du regard et se tourna à nouveau vers le petite village à demi-détruit par la temps. Un détail troublant la gênait, même si elle se trouvait encore incapable de mettre le doigt dessus. Ce ne fut que lorsqu'elle aperçut une imposante silhouette sortir du couvert des arbres ayant détruit une maisonnette en s'effondrant dessus, qu'elle comprit. Le vide dans son esprit avait disparu, elle se sentait à nouveau entière. L'être face à elle, entièrement vêtu d'une armure aux éclats d'argent rappelant sans mal la couleur de la crinière de son ancien ami, s'avançait dans sa direction d'un pas calme, une lueur bleutée s'échappant des quelques orifices du casque imposant qui l'habillait. La rouquine ressentit néanmoins l'aura qu'il dégageait, qui ne s'apparentait à rien de ce qu'elle avait pu connaître. Son regard de jade braqué sur l'inconnu, elle ne bougeait pas, laissant le sol autour de ses pieds prendre cette aspect miroir que le gel pouvait provoquer. Un silence de mort régnait sur les lieux, seulement entrecoupé par le crissements des bottes métalliques du nouvel arrivant.  Si la jeune mage ne bougeait pas, c'était parce qu'elle se concentrait à la fois sur la sensation de plénitude qui l'irradiait, ainsi que sur l'aura étrange de la personne lui faisant face, et elle finit par comprendre qu'il s'agissait ni plus ni moins du prince dont la présence inquiétante n'était plus que violence et froideur désormais. Sa gorge se serra alors qu'au même moment il prit la parole, sa voix caverneuse résonnant de manière gutturale au travers du métal masquant son visage. Soupirant doucement, la jeune femme bougea enfin, déplaçant sa main gauche pour s'emparer de la garde de son épée reposant à l'horizontale contre ses reins. Tout en la tirant doucement, elle prit finalement la parole à l'attention de celui qui n'était plus que l'ombre d'un homme qu'elle avait apprit à apprécier. - "Toi qui haïssait tellement ton frère … tu as fini par céder à la même folie  simplement pour le pouvoir et la puissance que cela peut t'octroyer … Si tu crois que je vais te suivre sagement, il est temps de te faire redescendre sur terre Aelendil. "- Le regard froid, elle fit un pas en direction du garçon, en position d'attaque, sans réellement savoir qu'elle était le but de sa manœuvre. La jeune femme n'avait pas oublié ce qui les liait, mais elle éprouvait actuellement une rancoeur non négligeable à son égard, et nourrissait pourtant toujours l'espoir de pouvoir le faire revenir.

Mais à l'instant où elle se mit en branle pour le rejoindre, un mouvement à sa droite, légèrement derrière elle, attira son attention. Ce n'était pas un mouvement physique, mais un changement d'aura, comme si une entité se trouvait là, dissimulant sa présence jusqu'à présent, jusqu'à ce qu'elle ne tente quelque chose. Instinctivement, Selene jeta un coup d'oeil rapide dans cette direction et aperçut l'éclat sombre d'une seconde armure, dissimulée pourtant adroitement parmi le feuillage verglacé. Elle vit également un amas d'énergie non négligeable, dont elle était très probablement la cible, et dans un réflexe idiot se jeta en avant , en direction du prince corrompu, pour éviter la salve qui se relâcha au même moment. Selene se maudit intérieurement, stupide qu'elle avait été de croire que la chasse enverrait un seul être à ses trousses. La panique la prit alors qu'elle voyait toutes ses portes de sorties disparaître lorsqu'un troisième armure sombra brisa le décor pour l'encercler. Son esquiva l'avait amené à lâcher son épée, et elle se trouvait désormais non loin de l'argenté qui n'aurait plus qu'à faire un pas et tendre le bras pour la stopper. Les yeux de la jeune femme croisèrent les orbites flamboyants du jeune homme avant de se tourner vers les deux autres dont le masque d'acier ne laissait rien entrevoir, la peur gagnant peu à peu son esprit alors qu'elle ne voyait plus le moindre espoir de victoire désormais, sachant les cavaliers de la chasse doté d'une puissance non négligeable. Bien décidée pourtant à ne pas finir en marionnette sans âme à l'instar de son ancien ami, la jeune femme était prête à détruire tout cela. Joignant ses mains devant son ventre, elle redressa fièrement la tête, consciente de ce qu'elle allait faire tout en ignorant quelles pourraient en être les conséquences, elle reprit brièvement la parole. -" Plutôt détruire le sang ancien que de laisser quiconque mettre la main dessus." - La jeune femme accumula le plus d'énergie possible avant de retirer l'anneau assurant son contrôle pour le balancer le plus loin possible. L'afflux de puissance irradia son corps et son esprit comme si elle était jusqu'alors retenu par une digue salvatrice. L'aura brillante de la jeune femme s'intensifia davantage alors qu'elle perdait tout contrôle. S'attendant à  une explosion semblable à celle s'était produite à Kaer Morhen, elle fit un pas en direction du jeune homme, tentant encore de retenir le plus de magie en elle. Ce ne fut que lorsque sa main se posa sur le métal glacial qu'elle relâcha toute son énergie, consciente que cela les tuerait probablement sur le coup. Elle ne laisserait pas le dragon aux mains de la chasse ainsi. Le contact de la jeune femme fit se dissoudre l'armure tant elle ne maîtrisait rien, laissant à nu la peau du jeune homme, ce fut la dernière chose que vit Selene avant que sa vision ne se brouille brusquement, comme si elle venait de prendre un violent coup sur la tête. Elle partait néanmoins avec la satisfaction d'avoir sauvegarder l'héritage de sa mère pour que ce dernier ne tombe pas en de mauvaises mains, à défaut d'avoir pu l'utiliser à des fins plus honorables. Plusieurs cris et hurlements retentirent encore à ses oreilles quelques secondes, elle sentit vaguement un contact sur son épaule qui se dissipa très rapidement, et elle finit par relâcher sa prise sur la prince, se laissant aller à ce qu'elle espérait presque être le néant.

Les deux cavaliers arpentaient la forêt tranquillement, devisant d'une voix basse pour ne pas attirer l'attention. Un coassement sonore leur imposa le silence et ils échangèrent un sourire entendu avant de donner des jambes pour inciter leurs montures à accélérer un peu l'allure. Leur proie n'était plus très loin, son nid non plus à l'évidence. La jeune fille avait une liasse de papiers suspendus à sa selle déjà bien chargée, et sur le premier était visible la tête d'une wyverne maladroitement dessinée par les habitants qui en étaient victimes. Un contrat parmi tous les autres, rien qui n'allait les mettre en péril tant ils étaient tous deux habitués à ce genre de bêtes voraces. L'homme, bien plus âgé que sa voisine, stoppa finalement sa monture au détour d'un bosquet et fit signe à son acolyte de faire de même dans un silence religieux. Mettant pied à terre, il avança prudemment parmi les feuillage avant de piler en voyant la créature volante tourner autour d'une masse au sol, ressemblant fort à un être humain. Les sourcils froncés, il retourna vers la jeune femme qui patientait tranquillement en prenant soin d'attacher leurs montures à un arbre à couvert. - "Qu'est-ce qui t'arrive ? Il y en a plusieurs ? "- "Non, mais il y a quelqu'un … On ferait bien de se dépêcher, avec un peu de chance ce malheureux est encore en vie. "- "Tu es bien optimiste … s'il l'a ramené à son nid, je doute qu'il ne l'ait pas mâchouillé un peu pendant le trajet. Enfin, allons-y!" - Dégainant leurs épées de concert, les deux individus se séparèrent dans le but d'encercler la créature et la prendre par surprise, résultats de nombreuses années de coopération.

La douleur irradiait sa tête, lancinante, sourde, et omniprésente. La jeune femme bougea lentement les mains, et constata avec soulagement qu'elle était libre de ses mouvements malgré son mal de crâne, signe qu'elle avait réussi sans trop savoir comment à se tirer de ce guêpier. Ouvrant difficilement les paupières à cause de la lumière irradiant l'endroit où elle reposait, son regard tomba instantanément sur les pattes griffus d'une créature qu'elle n'avait pas croisée depuis un moment. Par réflexe, et sans trop savoir dans quel état elle pouvait bien se trouvait en état si près d'une wyverne, Selene referma les yeux et diminua sa respiration au minimum en tentant de se faire passer pour morte. Elle sentit le souffle putride du draconnide près de sa joue avant qu'elle ne se dégage brusquement. N'osant pas bouger de peur de se faire dévorée vivante, des bruits de voix se firent soudain entendre, et un combat sembla s'engager non loin, ponctué dans hurlements agacés du monstre. Silencieuse, parfaitement immobile, la rouquine se concentrait sur les sons qui lui provenait, faute de pouvoir voir. La peur lui tenaillait encore le ventre, elle redoutait que ceux qui se trouvait en train de combattre le montre ne fassent partis de gens à ses trousses, car les voix lui étaient inconnus, tous comme ce qu'ils dégageaient. La lutte sembla prendre fin brusquement, Selene entendit soudain un long râle d'agonie, rapidement suivit d'un bruit sourd alors que le sol trembla sous son corps endoloris. Pour autant, elle ne bougea pas davantage, le visage à demi-tourné vers le sol, elle attendait. Patientait jusqu'à se sentir à nouveau seule. Les pas s'approchèrent pourtant d'elle, et une présence se fit sentir au-dessus de sa silhouette abîmée. Un léger silence puis une voix féminine s'éleva dans l'air non loin d'elle.

"Je pense qu'elle est encore vivante mais … y'a un truc bizarre. Viens voir. "

L'autre inconnu s'approcha et elle le sentit s'agenouiller pour l'observer, se retenant presque de respirer désormais. -" C'est ton école … Je croyais qu'il n'y avait jamais eu de femmes parmi les sorceleurs de Kaer Morhen." - Un mouvement proche de son cou la fit cependant réagir, et dès lors qu'elle sentit sa chaîne bouger, Selene ouvrit les paupières, sa main libre s'emparant de sa dague avant de balayer le sol pour faire tomber l'inconnu pour se jeter sur lui, son arme plaquée contre la peau d'Adam du curieux. Quasiment personne ne connaissait encore l'existence et les écoles de sorceleurs, ces gens étaient forcément suspects. Et potentiellement une menace donc. Mais Selene n'eut pas le temps de prononcer la poindre parole qu'un contact froid se fit sentir contre son propre cou, la voix froide de la jeune femme encore debout s'élevant dans l'air. - "Lâche-le. Tout de suite." - La rouquine serra les dents, et au lieu de céder à l'ordre qu'on lui imposait accentua la morsure du métal contre la gorge de l'homme, croisant au passage ses yeux qui la laissèrent un instant perplexe. Des pupilles verticales, semblables à celles d'un félin, et une étrange couleur dorée. Une chevelure neigeuse, éparpillée à cause de la violence dont elle avait fait preuve, et une barbe de la même teinte. S'il n'avait été plus âgé, elle aurait presque pu le confondre avec le prince. La panique pouvait aisément se lire dans les yeux de la jeune mage qui n'était pas certaine d'avoir vraiment un choix à faire compte tenu de la situation. L'inconnu remarqua bien vite l'attitude apeurée de la rouquine, maladroitement dissimulée derrière son agressivité et malgré sa position de faiblesse leva une main apaisante en direction de sa compagne. - "Doucement Ciri. Je pense qu'on a simplement effrayé cette jeune fille, rien de plus. N'est-ce pas ? "- L'interpellée se mordit la lèvre, indécise, avant que son cerveau ne prenne finalement conscience du nom qu'elle venait d'entendre. Oubliant totalement son prisonnier actuel, elle tourna la tête en direction de celle qui la tenait toujours en joug et se trouva face au portrait craché de sa mère telle qu'elle l'avait vu dans les souvenirs de Lornell. Mis à part cet expression froide et presque mauvaise qui habillait ses traits. Choquée, Selene relâcha sa prise et recula sa dague pour se laisser tomber au sol sans cesser de fixer la jeune femme. -" Ciri … Cirilla ?" - L'argentée fronça légèrement les sourcils et baissa quelque peu son épée en direction du sol sans pour autant se détendre. - "D'où tu me connais ?" - Sans répondre, elle lâcha son arme et ses yeux se tournèrent vers l'homme qui venait de se redresser en position assise, en massant son épaule, observant la rouquine avec curiosité. -" Geralt de Riv … ? "-" Lui-même jeune fille." - Il avait dit cela avec un infime sourire qu'il perdit rapidement en voyant l'expression de panique pour ne pas dire de terreur qui traversa le visage abîmé de la rouquine. La plus jeune s'approcha de son acolyte et lui tendit le bras pour l'aider à se remettre sur pieds et fit de même à l'attention de la jeune mage qui fixait désormais le sol, les yeux dans le vague. -" Non … c'est impossible … Qu'est-ce que j'ai fait ?" - Ciri planta son épée au sol et s'appuya dessus, sa main toujours tendue en direction de la rouquine avant de lancer d'un ton légèrement sarcastique. -" Y'en a qui sont morts comme ça … "- Selene sursauta au terme de mort et releva les yeux avant de comprendre. Elle hésita pourtant à se saisir de la main tendue et y renonça, se relevant seule, incapable de se faire à l'étrangeté de la chose. Dans la panique, elle avait perdu son épée, et certaines de ses armes. Sa tenue était clairement abîmée, déchirée par endroit, et sa tignasse formait désormais un rideau flamboyante le long de son dos. Mais rien de tout cela ne l'importait alors qu'elle essayait de comprendre ce qui avait bien pu se passer. Mais ils ne lui en laissèrent pas vraiment le temps, la questionnant sans attendre. -" D'où tiens-tu ce médaillon ? C'est un symbole qui n'est utilisé que par les sorceleurs. Et il n'y a pas de femmes parmi les leurs. "- Selene croisa le regard d'émeraude de celle qui semblait être sa propre mère, alors âgée du même nombres d'années qu'elle à première vue, et ses yeux descendirent sur son torse où dansait la même petite tête de loup que celle trônant au beau milieu de sa poitrine. - "Tu en portes bien un toi … "-" Le cas de Ciri est un peu particulier … Il n'y a pas de femmes parmi sorceleurs, c'est un fait." -" Je crains que le mien le soit également … Vous risquez de ne pas me croire à vrai dire." - Maintenant qu'elle venait d'en parler, elle sentit son médaillon chauffé désagréablement contre sa peau, presque à l'en brûler. Selene le retira rapidement et sans trop savoir pourquoi, l'approcha de celui de l'argentée qui eut un mouvement de recul instinctif avant de voir son propre talisman se soulevait de lui-même, comme attiré par son jumeau. Dès l'instant où les métaux se touchèrent, ils fusionnèrent pour ne former qu'une seule entité. Les médaillons des deux femmes n'étaient en réalité qu'un seul et même objet à deux époques différentes, ils ne pouvaient subsister tous deux dans le même espace temps. Selene prit conscience qu'elle avait en réalité remonter le temps pour parvenir à l'époque où vivait sa mère, sans pour autant savoir pourquoi ni comment elle avait pu faire cela. La rouquine soupira devant le regard stupéfait de sa mère et se pencha pour ramasser son arme qu'elle range finalement contre ses reins. - "Tu ne me connais pas encore Cirilla … Et tu ne me connaîtras pas longtemps d'ailleurs … "- "Attends, je ne suis pas sûre de bien comprendre ." - "Tu peux voyager dans le temps et l'espace, n'est-ce pas ?" - L'argentée acquiesça doucement, stupéfaite que quelqu'un d'autre que Geralt et ses amis proches ne connaissent ce fait, avant que la rouquine ne reprenne en baissant les yeux. - "Eh bien moi aussi …" -" Qui es-tu pour savoir tout ça ?" - La jeune mage ricana et releva les yeux pour fixer les deux sorceleurs. - "Tu devrais t'asseoir je crois." -" Cesse ta comédie et explique-toi ! Personne mis à part mes proches ne connaissent ces faits." -" Je suis ta fille Cirilla. Dans quelques années, tu te lieras à un elfe du nom de Lyreth An Elvillar, et ce qui en ressortira se trouve devant toi. "- La seule réaction qu'elle obtint fut deux paires d'yeux stupéfaits qui la fixaient comme si elle venait d'annoncer la fin du monde.

"Alors la chasse est revenue ?" - Selene acquiesça doucement, maussade. Ils étaient assis tous les trois autour d'un feu de camp improvisé non loin du corps sans vie de la wyverne et de son nid. Après le choc de la nouvelle, Ciri avait fini par accepter la chose face à l'évidence des faits, et aux arguments infaillibles qu'avança sa fille. Geralt lui se remettait du fait que sa petite protégée soit devenue mère, même si cela devait se produire bien plus tard par rapport à sa propre époque. Selene leur avait brièvement exposé la situation à l'époque d'où elle-même venait, ainsi que le sort de Lornell, l'apparition de la chasse, la traque dont elle faisait l'objet constamment et la trahison du dragon. L'héritière de Cintra prenait conscience de la destinée maudite de son sang face à sa descendance semblant passablement brisée par ce qu'elle avait déjà dû affronter, la ramenant au passage à son propre passé douloureux. Elle soupira longuement, observant sa fille à la lueur dansante des flammes. Quel sensation étrange de connaître son enfant adulte avant même d'en avoir rencontré le père ! Elle reprit après un léger silence. -" J'ai bien failli me laisser avoir par Avala'cdh par le passé, mais je n'aurais jamais cru qu'il prendrait la tête de la chasse, lui semblait voué à la combattre jusqu'alors." -" Je ne le connais pas aussi bien que toi, mais il s'est alloué les services d' un allié non négligeable pour me trouver. Lornell, à qui tu m'as confiée avant de … partir, à lier nos vies, au départ pour me protéger. Mais Aelendil, cet allié qui s'avère être un dragon … a fini par rejoindre la chasse pour me traquer. A cause de ce sort, il peut me trouver où que je sois." -" Je vois … Je n'ai connu qu'un seul dragon, mais il ne s'intéressait pas aux histoires des hommes, préférant son confort et son trésor." - "Les choses changent, j'en ai peur. La corruption touche toute les créatures dans mon monde." -" Enfin … tu ne risques rien ici à priori, le temps qu'Avala'ch ne comprenne où tu es, nous aurons trouver une solution." - La rouquine grimaça et reprit peu assurée. -" Je crains de ne devoir te contredire … Je pense que je ne suis pas venue seule ici." - "Tu étais seule lorsque nous t'avons trouvés. "- "Je tenais le dragon lorsque j'ai provoqué ça. Je doute qu'il ait pu s'extraire de là avant qu'il ne soit trop tard. Nous avons dû être séparé. De plus …" - Elle marqua une pause et se concentra légèrement avant de soupirer. -" A cause de ce lien, je peux sentir s'il se trouve dans le même espace que moi. Or il n'y a pas ce vide que j'ai ressenti lorsqu'il a rejoint la chasse, il est venu ici. J'ignore juste où il est." -" Effectivement, cela risque de compliquer les choses." - Cirilla fixa le feu longuement alors que le silence les gagnait à nouveau, avant de reprendre après un regard rapide échangé avec Geralt. - "Laissons la nuit passer, tu as besoin de repos, je pense que tu dois être exténuée." - Selene esquissa un léger sourire, les yeux fatigués et s'allongea sans demander son reste, pleinement confiante pour la première fois depuis des lunes. La sommeil la gagna sans tarder, laissant les deux argentés veiller à sa place. Ils laissèrent passer de longues minutes avant de se remettre à parler. -" J'en reviens pas d'avoir été assez stupide pour infliger ça à quelqu'un d'autre !" -" Ciri … tu es trop sévère avec toi. Il a des choses qu'on ne contrôle pas forcément." -" Je l'ai abandonné Geralt, cette petite a grandit seule la majeure partie de sa vie apparemment !" - "Cette petite a ton âge …" - "Tu as compris ce que je voulais dire, ne fait pas l'idiot. "-" Toi aussi tu as été vite orpheline." -" Justement,  je sais ce que c'est et je ne le souhaites pas à personne. Sans toi et les autres, il y a belle lurette que je ne serais plus de ce monde, et tu le sais." - " Je doute qu'elle ait été seule tu sais … Lornell a veillé sur elle, comme Yen l'a fait avec toi. "-" Peut-être … "- Cirilla posa son regard sur le visage endormi et désormais serein de la jeune reine avant de reprendre. - "Mais elle respire la solitude, il suffit de voir comment elle a réagi face à toi, c'est quelqu'un qui a l'habitude d'être agressée. "- Elle repoussa d'une main légère les quelques mèches rousses sur le front marqué de sa fille et soupira doucement. -" Qu'est-ce que je suis censée faire Geralt ? J'ai envie de lui dire de rester ici, avec nous … "-" Tu ne peux pas. Et tu le sais. Même si tu as – et manifestement ta fille aussi- cette capacité de traverser le temps, elle ne peut pas demeurer ici, et doit regagner son monde. Toi-même tu en as fait l'expérience,  il n'est pas bon de changer le cours du temps." - "Je sais … Mais je devrais la renvoyer à une vie de proie ? Sans rien faire ?" - "Peut-être peux-tu l'aider d'une autre manière … "-" Hm … Si elle est effectivement lié à un dragon ayant rejoint la chasse, il faut trouver le moyen de les séparer, ou de le ramener à la raison. Les dragons sont facilement corruptibles, c'est pourquoi je ne comprends pas trop la décision de Lornell … Enfin, on verra cela plus tard. S'il est corrompu et dans le coin, il se manifestera bien vite. "- Les deux argentés continuèrent encore un moment à parler du sort de la nouvelle arrivante, mais leurs propos s'ils étaient entendus par des inconnus resteraient parfaitement incompréhensibles aux oreilles de la plupart des gens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Mar 30 Jan - 14:43

Et tandis que le mage noir tentait sa chance, c'est à cet instant précis que le plan d'Avallac'h échoua, car Selene ne fit pas profil bas face à son ami corrompu. Examinant sans mal le problème plutôt que d'en être figée d'effroi, la jeune mage se préparait à lutter pour sa survie, plus remontée que jamais. Les limites elle les improviserait face à cet adversaire particulier, elle n'avait pas le temps de réfléchir aux représailles tant elle devait agir vite. Pour cela, elle se débarrassait de son fourreau puis projetait son aura qu'elle semblait condenser pour mieux dilater.  La magie noire d'Avallac'H fut momentanément bloquée, suffisamment pour clouer le dragon sur place.Notre ami qui résistait de part la sienne assombrie tentait de dégainer sa lame lorsque la paume de Selene le toucha. La lutte fut vaine tant l'aura de la mage était puissante. L'aura maléfique  qui composait l'armure typique des mages de la Chasse que portait Al fut réduite à néant. A cet instant, l'argenté était figé de stupeur face à la force prodigieuse du Sang Ancien. Son esprit corrompu l'incitait à repousser ses propres limites pour stopper la force destructrice, il voulut se transformer en dragon.. Aucune pensée positive ne l'effleurait, le vide total, seule la réussite comptait. Agissant de manière presque mécanique, Al tentait de lutter contre l'aura imposante, comme si la gravité elle-même avait changé il ne pouvait que se défendre. Les tissus  nobles de sa tunique s’étaient tous quasiment désintégrés et il craignait que sa chaire ne subisse le même sort. Avallac'H qui ne pouvait qu'observer de loin laissait éclater sa frustration sous un océan de colère qui vint envelopper la sphère magique que représentaient les deux acolytes. Hors de question que les deux se détruisent alors il tentait de séparer les deux entités.. Le mage noir tentait de renvoyer l'argenté en Aen Elle sauf que les pensées de la mage furent plus puissantes et matérialisèrent un passage à travers le temps et l'espace qui les envoyait tout les deux dans un passé pas si ancien.


Aelendil ouvrait les yeux nez face contre terre, l'odeur nauséabonde typique d'un marais lui assaillit les narines. Sa chaire mise à nue, il se sentit désagréablement mouillé, souillé. Aussitôt l'argenté se redressait à l'aide de ses deux bras. Debout bien trop rapidement il perdit l'équilibre pour finir fessier à terre dans la terre molle. Il se remémorait aussitôt sa tentative de transformation, encore pris dans le feu de l'action il cherchait autour de lui. A nouveau sur pied, le garçon serrait poings et dents en ne trouvant aucune trace de son maître ou du  Sang Ancien. Il gardait son calme, cherchant instinctivement à continuer sa mission.
Furieux et dépourvu de patience depuis sa nouvelle vie, Al se transformait péniblement en dragon. Il prit son envole sans se soucier des alentours et brisait plusieurs arbres et constructions en tentant de se stabiliser. Il n'eut pas besoin de parcourir de longue distance pour tomber sur un premier village aux pieds des montagnes. De la magie noire l'attirait dans un endroit ciblé qu'il rejoignit très rapidement. Une fois à terre, il déployait à nouveau son aura pour reformer son armure maléfique.  Le froid ne l'affectait pas sous son armure démoniaque contrairement à la faim et la fatigue.
Notre ami atteignait le village reclus en même temps que le soleil se cachait derrière les montagnes pour baigner prématurément quelques paysages dans le crépuscule. Une délicieuse symphonie enchantait l'endroit,  le vent lui fit parvenir la voix fluette d'une adolescente récitant un rituel morbide. Le dieu qu'ils louaient étaient morts depuis des lunes et à la place, c'étaient des viles sorcières qui protégeaient les villageois. Pour cela, elles demandaient toujours la plus belle fille du village. C'était monnaie courante chez les démons. Tout comme la Chasse Sauvage qui enlevaient aussi des jeunes gens pour plus tard les renvoyer. En l'occurrence, c'était une moire, la dernière des survivantes face au sorceleur Geralt et son élève Ciri deux ans plus tôt. Contrainte à fuir, elle avait repris ses activités dans ce nouvel endroit en se contentant pour le moment d'une centaines de villageois. Alors quand la présence du jeune prince fut ressentie, la moire fit envoyer ses espions pour le guider. Attiré par la magie noire de la moire, le dragon se jetait dans la gueule du loup sans craindre de pouvoir y succomber. Au contraire, il eut le sentiment qu'il serrait à l'abris.

L’accueil fut mitigé, on incitait les musiciens à continuer tandis qu'un sale type venait l'accoster. Aelendil fut aussitôt considéré comme un seigneur, comme si les villageois connaissaient son appartenance à la Chasse. L'échange fut bref, sans avoir à menacer qui que ce soit, notre ami fut aussitôt conduis au sentier fermé qui menait droit à la demeure de la moire. En entrant, il découvrait une sorcière immonde comme il n'en avait rarement vu. Tout son être était répugnant, jusqu'au son de sa voix. En voyant notre homme elle eut un énorme doute et se mit à genoux avant de ramper à ses pieds pour s'y frotter ou encore les embrasser. « Messire Eredin ! Vous n'êtes... » la fin de sa phrase fut interrompue par le rabattement sec de la botte en fer du dragon sur sa nuque disgracieuse.   « Dans quel monde sommes-nous ? » de là, la moire cessait tout bavardage inutile et se concentrait sur les réponses qu'elle devait formuler. Car dans un premier temps, la sorcière déchue crut pouvoir manipuler cet être qu'elle pensait complètement désorienté. En réalité, c'était elle qui était perdue  dés l'instant où elle tenta de le manipuler.  Répondant partiellement aux attentes de l'argenté, ce dernier ayant perdu patience en même temps que son esprit la réprimandait violemment. Aelendil aspirait l'énergie vitale de la sorcière, retrouvant au passage suffisamment d'énergie pour squeezer encore une nuit de sommeil. Cette nuit-ci, il l'a passait à questionner la moire affaiblie et enchaînée qui fut réduite au rang de chienne. Une image qui secouait bon nombre de ses fervents humains qu'elle avait élu comme étant ses familiers. Aelendil avait cloisonné tout ce petit monde pour éviter de perdre ses potentiels soldats en train de festoyer des centaines de mètres plus bas. Assit dans la demeure ensanglantée de la sorcière gémissante, l'argenté songeait à ce qu'il allait bien pouvoir faire maintenant qu'il connaissait sa condition. Il devait retrouver le Sang Ancien avant toute chose, c'était elle qui les avait probablement conduit ici. Il se disait résoudre bon nombre de problème en lui mettant la main dessus. Pour cela, il tentait de reproduire la passerelle d'Avallac'H, il tentait de trouver l'esprit de Selene ou ne serait-ce que son aura. Autrefois, il y serrait parvenu d'instinct. La moire lui apporta aucune aide dans ce domaine mais, elle put lui affirmer que Selene chercherait à retrouver Ciri. Elle tentait un marché pour sauver sa peau mais, ce fut sans intérêt pour le dragon qui refusait catégoriquement. A la place, il lui proposait de le servir et de lui ramener le Sang Ancien même si pour cela elle devait envoyer tous les nécrophages, vampires et autres damnés pour retrouver et ramener Selene. Al n'avait pas l'intention de se salir les mains. Il était devenu le chef qu'on attendait de lui. La Chasse devait vite démarrée avant que les deux Sang Anciens ne se retrouvent.
C'est donc sans perdre de temps qu'Aelendil déscendit au village avec ses esclaves humains et sa sorcière pour prendre touts les enfants du villages. Il y eut une grande révolte que notre ami calmait avec une simple démonstration de son pouvoir. Le plus courageux de tous fut brûlé et réduis à l'état de cendre en moins de dix secondes, suffisamment de temps pour faire naître l'horreur dans les cœurs. L'imprudent s'était élancé en direction de l'argenté et n'avait put parcourir que quelques pas. Ainsi, Al gagnait pleinement l'attention de la foule et annonçait de sa voix grondante.

-Vos enfants vous seront rendus quand vous serrez revenus avec le Sang Ancien. Maintenant disparaissez, emportez vos fourches et vos casseroles si cela vous chante mais, disparaissez tous.
-...Mon...Mon seigneur... De...devons-nous tous y aller ? Je veux dire... Est-ce que nos vieillards et infirmes aussi doivent partir ?
-...Puisque vous insistez... s'gaçait-il en pensant avoir été pourtant clair.

Il y eut une nouvelle vague d'angoisse dans la foule qui fit gémir bon nombre de faibles. Al n'était ni du genre à se répéter, ni à revenir sur sa parole alors il considérait le dialogue terminé et s'en retournait dans les hauteurs. Une demie heure plus tard, le village était désert, la moire s'en était allé quérir l'aide de ses dernières ressources. Elle ne pouvait ignorer la demande de la Chasse Sauvage bien que son intermédiaire lui était inconnu. Elle croyait fort en la réincarnation d'Eredin, croyant le voir très jeune et cela lui suffisait pour espérer revoir le bon vieux temps. Depuis la victoire des sorceleurs, ils étaient tous oppressés. A présent seul, Al quittait la demeure de la moire pour allait s'installer au sommet de la montagne. Là, planté debout face au vide, il méditait. Quand il crut sentir quelque chose il s'assit sur un énorme rocher qu'il joignit d''un bond sans avoir à faire plus d''effort. Le jeune prince retardait volontairement sa transformation pour éviter d'attirer l'attention des mages de l’époque bien plus nombreux et puissants qu'il pouvait imaginer. Si Selene retrouvait sa génitrice et ses camarades, il mettait fortement en doute ses capacités à les maîtriser. C'est pourquoi il avait envoyé ses émissaires piller et enlever tous les enfants de chaque village bordant leur route. Ainsi, il  fit pression sur un chantage affectif qui rendit mauvais bon nombre des paysans. La fin justifiant toujours les moyens, Al s'était crée une armée sans avoir à bouger. La course contre la montre enclenchée, il ne fallut qu'une semaine et demie pour qu'une armée de paysans désespérés n'envahissent les grandes villes. Le message fut passé, Al regroupait pendant tout ce temps un maximum d'allié en se préparant au pire. Il comptait affronter séparément ses ennemis pour en extraire sa proie principale. Peu importe quel détentrice il pêcherait tant qu'il parvenait à ses fins. Il ignorait encore comment retourner à leur époque et misait de grande espérance sur le Avallac'H de l'instant. Alors pendant que ses hordes déchaînées tentaient vainement d'acheter la vie de leurs enfants en arrachant celle d'un autre, Aelendil attendait patiemment dans sa nouvelle forteresse. Plusieurs mages noirs l'avaient rejoint, satisfaits de pouvoir agir librement au grand jour. Ils avaient construit chaque parcelle de cette forteresse en y imprégnant toute la noirceur qui les animait. La forteresse surplombait les lieux, nichée au sommet le plus haut de la chaîne montagneuse. Il avait demandé à ses mages de construire un escalier qui joint ouvertement et directement son palais à la terre ferme. Autant dire qu'il y avait des milliers de marches... Passage facile pour inciter n'importe qui à venir le rejoindre. A l'aide de ses mages, il pouvait suivre les nouvelles concernant la chasse à l'homme qu'il avait lancé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Mar 30 Jan - 17:41

Une jolie brune observait le clairière, appuyée contre un chêne majestueux étendant sa ramure au-dessus de l'endroit comme une protection naturelle. Non loin d'elle, négligemment assis à même le sol, le sorceleur à la chevelure de neige et une demoiselle rousse à l'apparence bien plus jeune conversaient tranquillement, ne se souciant pas du spectacle qui se déroulait un peu plus loin et dont les échos envahissaient sans peine une bonne moitié de la forêt. Les deux dernières représentantes du sang ancien se disputaient, l'une épuisée et démoralisée, l'autre acharnée à obtenir un résultat probant concernant les progrès de son élève.  La brune soupira doucement, dédaignant une fois de plus l'invitation des deux autres à prendre place en leur compagnie, elle n'avait pas le moindre envie de se salir dans cette herbe humide et préférait de loin garder son poste d'observation actuel. La situation l'inquiétait probablement plus que les quatre autres réunis, peut-être car elle était une des rares à avoir pleinement conscience de ce qui se trouvait sous ses yeux. La fille de Ciri irradiait son pouvoir à des dizaines de lieux à la ronde, n'importe quel être doté d'un semblant de magie ou capable de flairer une aura pouvait trouver le petit groupe, et elle était toujours incapable de camoufler ce détail on ne peut plus gênant et compromettant. - "Yen, détends-toi un peu. Nous sommes quatre à pouvoir la défendre si quelque chose se profile. Profite du moment, ce n'est pas commun de voir la progéniture de sa fille adoptive, tu ne crois pas ?" - "Il faut bien qu'il y ait une personne qui s'inquiète de la situation puisque vous semblez tous avoir perdu la raison. "- "Tu dramatises toujours … "- "Triss ! Cette enfant est une bonne à retardement, tu en as conscience ? "- La rouquine lui fit signe de baisser le ton pour ne pas être entendue par la concernée avant de lui lancer un regard entendu. - "Je le sais. Mais te ronger le frein ne l'aidera pas. Et ne changera pas non plus ce qu'elle est. "- "Et toi tu ne dis rien ?" - Le sorceleur qui jusque là écoutait les deux sorcières discuter de manière houleuse haussa les sourcils et se détourna, faisant mine de ne pas avoir entendu. -" Geralt ?" - "Je ne suis pas suicidaire à vouloir trancher entre vos avis mesdames. Maintenant, si vous voulez bien m'excuser toutes les deux, je m'en vais avant de finir en dommage collatéral." - Il se leva prestement pour rejoindre les deux descendantes en train de hausser le ton également, s'attirant un regard blasé des deux mages en s'enfuyant de la sorte. -" Toujours aussi courageux dit donc … Enfin, peu importe." - La rouquine se releva et épousseta rapidement son pantalon de lin en rejoignant son amie dont le regard restait soucieux, bien qu'aussi froid que d'habitude. - "Qu'est-ce qui t'inquiète au juste ? Nous pouvons gérer si la chasse revient, nous l'avons déjà fait, et Cirilla a grandement acquis en puissance depuis." - "Ce n'est pas ça. Geralt m'a dit qu'elle n'était pas venu seule. Ce dragon m'inquiète Triss. J'ai rencontré un dragon, il se trouve que je lui ai même sauvé la vie en réalité, mais je sais surtout à quel point ils peuvent être puissants et manipulateurs lorsqu'ils le souhaitent. Le fait de savoir cette fille liée à un être aussi dangereux réduit en esclavage par la chasse, et qui plus est qu'il se trouve ici avec elle, cela ne présage rien de bon." -" Quelque part, cela assure la sécurité de la petite, tu ne crois pas ?" -" Non, ce que je crois c'est que s'il nous tombe dessus, elle va souffrir autant que lui si nous voulons le stopper. On n'arrête pas un être corrompu avec de belles paroles, et tu le sais." - "Hm … Vu ainsi. Il vaudrait mieux en effet qu'il ne la retrouve pas.  "-" J'ignore pourquoi Ciri traîne autant à la renvoyer dans son monde, mais cela ne me plaît pas. "- La seconde mage garda le silence, portant un regard mitigé vers la chevelure argenté de celle qu'elle considérait depuis toujours comme sa petite sœur, ne comprenant pas non plus ce retardement volontaire. Si  ce dragon leur tombait dessus, il aurait deux descendantes au lieu d'une.

"Je n'y comprends rien ! Tu me parles d'un flux, j'en vois des dizaines, comment tu veux que j'y arrive ? "- Le regard de jade de sa mère la fixait, colérique alors qu'elle s'épuisait en vain à tenter de canaliser un flux d'énergie au milieu d'un flot beaucoup trop vaste. Cirilla se frotta le front sans vraiment décroiser les bras et soupira. Elle ne parvenait pas à comprendre comment Selene parvenait à voir une telle multitude de flux alors qu'elle-même n'en visualisait qu'un seul, bien visible et surtout solitaire, il était ainsi impossible de se tromper. Elle changea de tactique et reprit. - "A quoi ils ressembles les autres ?" - "A quoi ils … Mais j'en sais rien ! C'est des genres de faisceaux lumineux, mais je ne les vois pas directement, c'est comme un truc imprimé dans ma tête." -" Tu vois les veines de la magie Selene." - Les deux jeunes femmes se tournèrent vers la brune qui approchait d'un pas rapide. -" Quoi ? "-" Vous n'arrivez à rien toutes les deux parce que tu es mage, ce que Ciri n'est pas." - La rouquine écarquilla les yeux en observant sa mère, plus que surprise et reprit les dires de la sorcière comme un écho. -" Tu n'es pas mage ? "- L'argentée secoua la tête une moue amusée sur les lèvres avant de répondre. -" La seul magie que je connais, c'est celle qui coule dans mes veines, et elle est instinctive. Je n'ai jamais appris à la maîtriser ou à la contrôler, je la manipule quand j'en ai besoin, sans y penser. "- "Ton problème Selene, c'est que la magie de ton sang n'est pas la seule que tu manipules, et cela te demande beaucoup plus de concentration que pour ta mère. Tu dois composer entre celle que tu puises dans la terre, dans l'air, dans les arcanes, et celle qui t'habite déjà. Et c'est là que ça coince, car ta magie a un degré de puissance tel que rien n'existe de semblable dans le reste du monde. Et tu paniques parce que tu ne sais pas ce qui est de toi et ce qui est extérieur à toi." -" …. Je ne savais même pas qu'on pouvait utiliser la magie ancienne sans être mage. Lornell ne m'a jamais rien dit là-dessus. "- "Probablement parce qu'elle l'ignorait elle-même. Pour pouvoir maîtriser ton aura, et à terme, ta puissance, tu dois parvenir à dissocier ce qui est à toi de ce qui est au monde qui t'entoure." -" Comment tu veux que j'y arrive ?! Il y a des des dizaines de réseaux !" -" Arrête de geindre pour commencer, et concentre-toi. Tous les flux ont un sens, une couleur, un sensation différente. Mais il y en a un qui fait parti intégrante de toi, il est sûrement plus lumineux, ou plus gros, je ne sais pas. Mais c'est quelque chose où tu n'as pas besoin de te concentrer pour t'y connecter puisque tu l'es déjà." -" Je dois tous les essayer du coup ?" - "Tu vois une autre solution jeune fille ? "- "Mais ça va prendre des jours  Je n'aurais jamais assez d'énergie !" -" Raison de plus pour t'y mettre maintenant alors." - Selene leva les yeux vers le ciel commençant à se teinter d'une lueur rougeoyante avec le crépuscule naissant et se détourna du petit groupe pour se retirer dans son coin, épuisée par avance de ce qu'elle allait devoir accomplir. Prenant place dans un recoin légèrement en retrait de la clairière, elle s'assit en tailleur et se concentra pour se lier à un flux, utiliser sa réserve d'énergie pour chercher à l'utiliser, et ainsi de suite. Cirilla qui était resté silencieuse jusqu'alors reprit la parole à l'attention de la mage brune. -" Si j'avais réfléchi, nous aurions fait appel à toi plus tôt au lieu de perdre du temps." - "Tu ne vois pas les lignes de magie, comment aurais-tu pu comprendre de quoi elle parlait ?" -" Je ne vois même pas vraiment son aura, je la ressens simplement. Comme si c'était une extension de moi au final." -" Justement … Tu n'es peut-être pas la plus apte à l'aider tant qu'elle n'aura pas pris le contrôle de sa magie. Ensuite, ça sera autre chose. "-" Tu as sûrement raison. Je vais au moins rester avec elle." -" Hm … "- Les yeux violets de la brune suivirent sa fille adoptive alors qu'elle-même rejoignait son enfant. Malgré ses craintes, elle n'avait pas eu le cœur de les soumettre à la jeune sorceleuse, déjà suffisamment préoccupée par le sort de sa progéniture.

Deux longues semaines avaient passés depuis la découverte du problème majeure gênant Selene dans sa maîtrise d'elle-même. Elle avait mit une bonne semaine à trouver le flux représentant sa propre magie, s'épuisant presque jour et nuit pour cela, malgré les réprimandes du petit groupe au sein duquel elle demeurait, mais avait finalement réussi, épuisée et ravie. Parvenant désormais à camoufler son aura au yeux du reste du monde, et ce, sans la moindre entrave autre que sa propre volonté, elle avait entreprit de développer sa propre puissance en compagnie de sa mère, les deux jeunes femmes restant ensembles constamment, laissant les autres rejoindre la civilisation pour chercher de quoi se nourrir et dormir. Cirilla ne voulait pas exposer inutilement son enfant avant de la renvoyer chez elle, et les villages, les villes représentaient une risque trop important aux yeux de cette dernière. Elles bougeaient peu, mais restaient rarement au même endroit deux nuits de suite, profitant des nombreuses forêts de Velen comme abris. Le bruit des lames résonnaient dans les arbres, bientôt couvert par le résonnement sourd d'une cavalcade proche. Selene se déconcentra légèrement pour sentir la nature des nouveaux arrivants, suffisamment pour se prendre un revers de la garde en plein tempe, la faisant lourdement chuter au sol. -" Traîtresse, tu n'as donc aucune pitié pour ta fille ? "- "Pas pour toi non ! Tu t'es déconcentrée ! "- "J'essayais de savoir qui arrivait … "- "Tu dois pouvoir faire les deux à la fois maintenant." -" Tsss …. T'aurais pu taper plus doucement quand même." - Plantant son épée dans le sol, la rouquine appuyait sur sa tempe entaillée pour stopper le saignement léger tout en se tournant vers les trois cavaliers. D'abord contente de les voir, elle changea vite de point de vue en observant leurs visages fermés. Sa mère la devança et s'approcha du sorceleur dont elle stoppa la jument en saisissant la bride. - "Qu'est-ce qu'il y a ?" - Geralt jeta un regard rapide en direction de la rouquine qui l'observait également mais ce fut Yennefer qui prit la parole non loin derrière. - "On a retrouvé le dragon. "- Immédiatement, le visage de Selene se ferma, elle se sentait si bien en leur compagnie qu'elle en avait presque oublié sa moitié maudite, espérant même qu'il ne l'ait pas suivi en fin de compte. Sentant une colère sourde la gagner à la simple évocation de son ancien ami, elle prit la parole d'une voix froide qu'ils ne lui connaissaient pas encore. -" Où est-il ? "-" Ce n'est pas important." -" Si ça l'est !" -" Non, regarde ça …" - Triss lui tendit du haut de sa monture un parchemin dont les marbrures sombres par endroit ne laissaient que peu de doutes quand à leurs origines sanglantes. S'en emparant brusquement, la jeune mage détailla le contenu qui ne s'étendait pas vraiment et son teint perdit le peu de couleur qu'il détenait encore. -" C'est pas vrai …" -" Ton ami monte les villageois en prenant leurs enfants pour qu'ils te retrouvent. Et n'hésitent pas à massacrer ceux qui refusent. "- Les mains de Selene tremblèrent avant qu'elle ne froisse le parchemin brusquement, le réduisant en une boule informe avant de le balancer loin sous les regards tendus et inquisiteurs des autres personnes présentes. -" Je vais le tuer …" -" Ne soit pas idiote, tu mourais aussi ! "- "Et alors ? Tu crois que je vais le laisser massacrer des innocents encore une fois juste pour rester en vie ? Hors de question !" -" Encore une fois ?" -" Attends Selene, il n'est peut-être pas utile d'en arriver là. Si nous pouvions le ramener à lui, il reste un peu d'espoir. Tu nous as dit qu'il n'avait pas toujours été comme ça, ce qu'il est doit avoir subsister quelque part dans son esprit, c'est la chasse qui le contrôle." -" J'aimerai en être encore sûre … Mais il nous a déjà tellement menti … peut-être est-ce ça le véritable Aelendil en fin de compte, Avala'ch n'aura fait que le libérer." - Cirilla fronça les sourcils et saisit l'épaule de sa fille, mécontente qu'elle doute à ce point. - "Avalla'ch est capable de retourner n'importe qui, il l'a fait avec moi il n'y a pas si longtemps. Ton ami n'était pas invincible." -" Ce n'est pas mon ami." -" Peu importe, la chasse est plus puissante que tu ne le crois." -" Je m'en fous ! Il n'est pas question que je mette ma mère et ses amis en patûre !" - L'argentée soupira et passa un bras autour des épaules de son enfant à venir pour l'éloigner un peu de l'attention générale avant de reprendre d'une voix plus douce. - "Selene, je suis passée par là aussi. J'ignore beaucoup de choses de la vie que tu as eu. Ou aura, enfin bref. Mais je me doute que comme moi, ton héritage t'a coûté cher. J'ai eu mal en voyant mes proches tomber pour me protéger au mépris de leur propre existence. Moi aussi j'ai voulu me battre seul pour ne plus être responsable de la mort de quiconque. Mais c'est là que je me trompais, et que tu te trompes également. Je n'étais pas responsable, pas plus que tu ne l'ais, c'est un choix qu'ils font. Et peu importe ce que tu diras ou feras, cela ne changera pas leur décision." - Elle s'arrêta et brisa son étreinte pour faire face à la rouquine et prendre son visage entre ses mains pour fixer son regard dans les yeux de la jeune mage. -" Tu es ma fille, il est hors de question que je te laisse périr avant même de t'avoir mise au monde. Et fait moi confiance, personne ne mourra. "- Selene fixa sa génitrice, lui trouvant une sagesse et une intelligence remarquable malgré son jeune âge, et malgré la situation étrange, elle fut contente d'avoir pu rencontrer cette mère qu'elle n'avait encore jamais connue. Elle répondit à la tendresse de la sorceleuse et l'étreignit doucement en gardant le silence.

Deux jours plus tard, le petit groupe chevauchait en direction de la forteresse nouvellement née surplombant la barrière montagneuse entourant Velen. Après de longues discussions, ils avaient décidés d'abandonner les forêts pour avancer à découvert, sur les sentiers, où ils prirent également l'ampleur de la situation au fur et à mesure qu'ils approchaient du repère. Le dragon avait détruit des villages entiers, massacrés des gens, laissant les corps à même le sol dans certains endroits, et ce paysage glauque n'était pas sans rappeler les dégâts à Skellige perpétrer par le reptile dans centaines d'années plus tard, et ne faisait que renforcer la détermination de la rouquine. Même si elle doutait fortement du fait de revoir un jour le jeune prince, elle n'avait pourtant pas d'autres solutions à proposer et ne pouvait décemment pas rester les bras croisés alors qu'il s'adonnait à tant d'atrocités. Dans son armure, il était difficilement atteignable par la magie des sorcières, Geralt avait donc décidé de l'acculer le plus possible pour le pousser à se métamorphoser. Triss se joindrait à lui pour lancer des assauts éloignés. Ciri, Yennefer et Selene comptaient rester en retrait jusqu'au bon moment, Selene ayant déjà sa petite idée en tête qu'elle avait finalement partagé avec sa mère. Cette dernière, peu encline à acceptée l'idée, s'y plia pourtant face à l'insistance de la jeune femme. La rouquine avait acquis suffisamment de maîtrise en si peu de temps pourtant qu'elle parvenait désormais à camoufler son aura pour rester indétectable par ce biais. La forteresse paraissait lugubre, et affreusement désertique, pourtant il s'en dégageait une sensation de noirceur étouffante. Le petite groupe se sépara au pied de la citadelle. Les leurres entrèrent sans discrétion dans les lieux, détruisant, tailladant sans prendre garde tout ce qui pouvait se dresser devant eux jusqu'à tomber sur le maître des lieux pour le mettre en colère. Selene et Cirilla suivirent la mage qui s'orientait dans les couloirs en prenant grand soin justement de ne pas se faire remarquer, l'objectif étant de monter au plus haut sommet de l'endroit où elle s'attendrait tôt ou tard à tomber sur son ami, ou sur le dragon si le stratagème du sorceleur avait fonctionné. Le silence régnait sur l'endroit, pesant, étouffant, pourtant elle sentait la présence du prince, comme ancrée profondément dans sa propre chaire, telle une marque au fer rouge. Elle le savait présent ce qui ne faisait que renforcer sa propre détermination et son désir de mettre la main dessus, ce qui l'incita à forcer l'allure. Elle entendait les bruits de luttes résonner dans quelques couloirs du château, mais savait également qu'ils ne l'avaient pas atteint, elle n'avait pas encore souffert. Un poigne lui retint soudain le bras à un embranchement attirant son attention. -" Le dernier sommet se trouve en haut de l'escalier. Nous passerons par derrière sans nous faire voir." - Yennefer se tut et fixa le minois fermé de la petite rouquine avant de reprendre. -" Pas d'imprudence, nous arriverons coûte que coûte. Contente toi de gagner du temps, on se chargera du reste." - "Ouais, compris. "- Selene se dégagea doucement mais fermement et prit l'escalier, lasse des leçons de morale. Elle n'escomptait pas mourir ici, mais si c'était l'unique solution qui se présentait à elle, alors elle y songerait peut-être. Gravissant les marches trois par trois, elle retrouva la lumière pâle du soleil des hauteurs ainsi que le froid glaçant de la montagne en posant un premier pied sur la surface plane marquant la fin de la citadelle. Dans d'autres circonstances, la jeune femme se serait sûrement extasiée sur le panorama hors du commun qui s'étendait sous ses pieds. Cette fois-ci elle s'empara de sa dague la plus effilée, la fit danser entre ses doigts en patientant sagement. Elle se concentra sur ses sensations, cherchant à ressentir les déplacements du prince, sans pour autant y parvenir. Toutefois un bruit reconnaissable entre mille résonna dans l'air glacial, lui tirant un frisson d'effroi malgré elle. Le pâle soleil fût rapidement masqué par l'imposante stature du reptile en approche et elle se retourna finalement pour lui faire face, son arme dans les mains. Elle leva ses yeux sur la créature à la fois magnifique et effrayante lui faisant face, songeant qu'elle avait si souvent rêvé d'un tel instant durant son enfance, détaillant les moindres parcelles de cette masse de puissance fascinante avant de finalement croiser le regard si particulier du monstre. Loin d'afficher de la peur, la jeune femme esquissa un sourire mauvais à l'encontre du dragon et leva sa dague pour la plaquer contre sa propre gorge. -" Bonjour Aelendil, j'ai cru comprendre que tu me cherchais. Et bien tu m'as trouvé. Avala'ch sera triste, il va perdre à la fois son arme et son butin … Mais tu ne me laisses plus le choix. " - Pour prouver ses dires, et contrairement à ce qu'elle avait assuré à sa mère, la jeune femme s'entailla légèrement la gorge, pas suffisamment pour atteindre la jugulaire, mais assez pour sentir un liquide chaud couler sur sa peau, guettant les réactions du dragon. Elle doutait qu'il puisse réellement avoir une crainte de quoi que ce soit, mais si cela permettait de l'occuper suffisamment pour le déconcentrer, ce serait parfait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Mar 30 Jan - 20:03

Le jour semblait être enfin venu, l'Hirondelle venait à lui. Aucune armée ne lui avait mit la main dessus, ils avaient seulement servi de prétexte. En sacrifiant ainsi bon nombre d'innocent, Aelendil savait pertinemment que le Sang Ancien repiquerait. Ce genre de pensées étaient instinctives, comme tout ce qu'il exécutait. Très vite la venue du célèbre sorceleur et d'une sorcière rousse firent leur apparition. Al crut dans un premier temps qu'il s’agissait de Selen dont il avait oublié les traits qu'il avait pourtant appris par cœur.. Il ordonnait à ses sujets de laissait passer les deux intrus sans imaginer qu'une diversion était en cours. Il voulait se mesurer au sorceleur, mesurer son nouveau pouvoir et surtout la force de son alter ego. Avalac'h l'avait prévenu qu'il serrait protéger des sorts de mages et sorcières à condition de rester dans son armure. L’anneau qu'il portait était la source de cette armure maudite. Cependant, l’égocentrisme du dragon corrompu l'incitait à se métamorphoser pour prouver sa grandeur. C'était comme plus fort que lui, lui qui était défait de réel libre arbitre. Alors les échanges furent rapides, Al était désireux d'en découdre et le sorceleur semblait plus que déterminé à le défier. Une joute des plus palpitante démarrait entre les deux forces, sans s'y attendre, l'argenté subissait les attaques à distances de la mage rousse qu'il avait vite oublié. Incertain qu'elle fut le Sang Ancien malgré la présence ressentie, l'argenté se retranchait dans sa fierté. Poursuivis par le sorceleur qui brandissait une lame argentée menaçante dont les éraflures étaient bien plus douloureuses qu'elles n'auraient dû l'être. Alors notre prince reculait d'un pas joueur en narguant d'un rire démens les deux humains. Le sorceleur fendit l'air à l'horizontal pour ne serrait-ce que tenter de blesser un peu plus son adversaire. Sa lame tranchait la chevelure dénouée du prince sur une trentaine de centimètres. Le prince chutait du haut de sa tour en entamant une nouvelle transformation avant de ne toucher terre. Il projetait son aura noircie qui l'enveloppait un cours instant avant de ne hurler de hargne pour forcer l’achèvement de la métamorphose.

Iggnir surgissait rapidement, balayant sa citadelle de rafale de vent il déversait une giclée de lave bleue avant de prendre son envole les sens aux aguets. Il sentit le Sang Ancien mieux que jamais. Approchant l'aura familière il allait se percher au sommet de sa forteresse où l'attendait son amie. Menaçante dés le départ, Aelendil se contentait de balancer sa queue en direction de la jeune mage afin de détruire le mur derrière elle. Par réflexe, la rouquine cessait sa menace pour s'éviter une mort stupide sous une pierre ou écrasée quelques mètres plus bas. Le dragon lui demandait alors de cesser ses futiles menaces et de bien vouloir les ramener à leur époque avant qu'il ne change à jamais le cours de l'histoire. Vicieux, notre ami cherchait à semer le trouble, prêt à conclure une trève tant qu'il pouvait retourner à leur époque. Là bas, il serrait plus apte à maîtriser le Sang Ancien le temps que le renfort n'arrive. C'était là ses espérances, incapable de se projeter sans les noirs desseins de l'elfe noir. Une nouvelle joute débutait durant laquelle, Iggnir proposait à Selene de lui offrir cette mort tant voulue si elle ne se décidait pas à les ramener. La mort ne l'inquiétait pas, il croyait en son pouvoir, influencé par les manipulations d'Avala'H. Or, il ignorait combien il avait tord ainsi corrompu. Très vite, l'autre rouquine ainsi que le sorceleur vinrent prêter main forte à Selene qui semblait soudainement prête à mourir pour cesser cette rixe. Le sorceleur ne l'entendant pas ainsi, le refort fut approprié et leur permit de gagner quelques secondes de plus à leur plan. En effet, Iggnir fut quelque peu sonné par l'attaque combinée du binôme. Il revint très vite à la charge, se rendant vite à l'évidence que contre leur magie il avait plutôt intérêt à redevenir humain. Le terrible avantage que lui procurait son armure le rendait tout à fait capable de rivaliser. Avec le manque de maîtrise de Selene, il savait que seul le binôme comptait. Il avait tord une fois de plus, sentant que la situation pourrait probablement lui échapper, Aelendil conviait ses sbires à la fête.

Là, de nouveau humain, il annonçait une fois de plus vouloir regagner son époque aux côtés du Sang Ancien pour daigner poser les armes. Une promesse qu'il évoquait sans réelle croyance, cherchant à remplir ses intérêts. Le trio enclenchait le dialogue pendant que deux autres sorcières se préparaient à le surprendre. Aelendil matérialisait son aura sous forme de flamme qu'il balançait avec précision pour séparer le trio, lasse des échanges. Al s'acharnait à matérialiser un tas d'offensive qui facilitaient parfois la tâche à ses sbires. Puis lorsqu'il crut être débarrassé du sorceleur, Al relâchait quelque peu sa garde alors qu'il levait sa main arborant l'anneau maudit convoitée par l'une des sorcières tapies dans l'ombre. L'autre Sang Ancien, ce fut elle qui apparut une fraction de seconde devant lui pour lui sectionner deux doigts et ainsi le priver à coup sûr de son armure magique. L'instant d'après, avant même de réaliser la douleur, le prince fut happé par le portail dimensionnel des deux sorcières dissimulées. Il eut à peine le temps de jeter un œil derrière-lui qu'il disparut dans le vide pour être transporté dans les terres neigeuses de Kaer Mohren. Le pas un brin chancelant, il se reprit rapidement avant de faire volte-face, ignorant ses doigts et l'absence de son armure, conscient qu'il était en grand danger. Il enclenchait mécaniquement sa transformation alors qu'une flèche géante venait percer son aile tout juste sortie. Aussitôt, Al esquivait la seconde slave avant de dévier à terre. Les deux compagnons furent paniqués à l'idée d'avoir échouer dans leur mission en attendant que les autre ne traversent le portail pour les rejoindre et achever leur plan. L'un des types s'éloignait de son arbalète géante pour se saisir d'une autre flèche et bondit sur le dragon en face de lui. Al qui luttait pour extirper la flèche de son aile ne vit que trop tard l'inconnu se fondre derrière lui pour lui planter une seconde flèche. Cette fois, l'argenté à demi métamorphosé cessait de bouger face à la annihilation de son pouvoir, ne comprenant pas qu'il avait été piégé depuis le début. La seconde flèche de dimeritium était plantée dans son abdomen, juste au niveau des côtes flottantes. Un trous énorme dans son torse développé parsemé d'écailles. Genoux à terre, il vit débarquer les cinq acolytes d'un portail fraîchement apparut tandis qu'il tentait d'achever sa métamorphose en oubliant la douleur atroce que générait le dimeritium dans sa chair imprégnée de magie. Là, incapable de faire quoi ce soit de plus que de se mutiler désespérément pour tenter de fuir vainement, l'argenté grognait. Il était enragé, la douleur le rendait d'avantage vorace, sa transformation complètement dissipée, il était à moitié nu une fois de plus. Aucun tissus n'avait supporté les transformations car seule 'armure le protégeait de la nudité. Sa chevelure inégalement coupée ne suffisait plus à le dissimuler même dans la pénombre nocturne. Le nain qui l'avait cloué au sol était revenu à la charge pour tenter d'immobiliser d'avantage le dragon malgré les réprimandes des sorcières. En effet, dans le feu de l'action, le nain avait oublié le lien étroit unissant la fille de Ciri et le dragon. Immobilisé, notre ami ne s'avouait pourtant pas vaincu en tentant encore et encore de retirer ses entraves. Il y laissait beaucoup d'énergie, barbotant dans son propre sang sans la moindre once d'inquiétude dans son regard dénaturé. Pendant ce temps, quatre de ses ennemis dont Selene l'avaient encerclés pour démarrer une lourde incantation que semblait diriger l'unique brune. Al les observait un à un de son regard pesant en accusation, il avait l’impression qu'on lui arrachait son pouvoir. Ses forces s'atténuaient à petit feu, son esprit semblait se débattre tandis que l'incantation s'attardait. Avant de pénétrer son esprit, il leur fallait purifier l'aura du dragon qui faisait barrière à toute intrusion.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Mar 30 Jan - 22:04

Manifestement la petite provocation de la rouquine avait eu l'effet escompté, à savoir mettre le dragon en colère, car ce dernier ne tarda pas vraiment à répliquer en détruisant d'un simple balayage de sa queue massive les murs de pierre se dressant dans le dos de la mage, la forçant ainsi à mettre fin à sa menace irréfléchie. Roulant pour éviter les chutes de gravats, la jeune femme ne lâcha pas sa prise sur la dague pour autant et se rattrapa in extremis avant de finir sa course dans le vide. Un genou au sol, l'autre jambe pliée pour maintenir son équilibre, elle releva les yeux vers la créature juste à temps pour apercevoir l'éclat de noirceur dans son regard si étrange. Il lui intima de les ramener dans leur temps tout le deux, arguant même pouvoir la tuer si elle refusait de se plier à son ordre. La jeune femme fronça légèrement les sourcils face à ses propos, se demandant s'il n'avait vraiment plus conscience de quoi que ce soit hormis de ce qu'avait pu lui mettre le roi de la chasse dans l'esprit, y compris le lien si tenace qui les unissait. Toujours seule face à son ancien allié ou ami, Selene sentit sa poitrine se serrer, persuadée qu'ils ne parviendraient plus à le ramener désormais, et se laissa tomber sur les fesses tout en portant son arme au niveau de son torse, quelque peu sous sa poitrine, prête à l'enfoncer malgré ses précédentes paroles auprès de Yennefer. Elle était bien incapable de ramener quiconque à bon port, ne sachant même pas comment elle avait bien pu les faire atterrir ici, et ne pouvait pas laisser un tel être dans une dimension qui n'était pas la sienne au risque de détruire sa propre famille avant l'heure. Lorsqu'il se répéta soudain de sa voix caverneuse résonnant lourdement sur les parois froides, elle esquissa un sourire alors que ses muscles se contractaient tant ce qu'elle s'apprêtait à faire était contre nature. Sans même lui porter un regard direct, elle lui répondit  avec une pointe de lassitude. -" Ne te donne pas cette peine, je m'en charge très bien seule. "- Mais elle n'eut pas le temps de prolonger son geste que deux attaques eurent lieu simultanément en direction du dragon, le forçant même à reculer légèrement face à la puissance déployée et à l'effet de surprise. Sensible à la magie sous cette forme, Triss s'acharna sur lui alors que le sorceleur rejoignait la jeune mage encore à terre, l'obligeant à reprendre pied en la soulevant presque de terre de sa poigne puissante, non sans un regard réprobateur. - "Tu n'es pas la fille de Ciri pour rien, vous êtes aussi obstinée l'un que l'autre. Oublie cette idée folle et aide-nous, Triss te soutiendra." - Quelque peu surprise par le arrivée tonitruante, la jeune femme acquiesça en rangea sa dague pour rejoindre la mage manipulant le feu à la perfection pour en inonder le dragon. Mais un autre problème se posa, la créature ne luttait pas seule, et bien vite, un groupe de goules émergea de l'escalier par lequel elle était arrivée. Délaissant le duo, elle se contenta de leur barrer l'accès en lacérant les chairs putréfiés de sa lame avide et précise. La mage rousse tentait de garder un œil sur la plus jeune alors que le dragon encaissait de plus en plus, repérant par instant des signes de souffrances avant-coureur chez cette dernière, notamment lorsqu'elle manqua de se faire éventrer par une main griffue en s'étant courbée en deux sous le mal irradiant son dos. Elle délaissa le reptile au bon soin de Geralt et commença à puiser dans sa magie pour bloquer les capteur de douleur de la petite rouquine, lui permettant ainsi de continuer à se battre malgré ses blessures et le mal que l'on infligeait à Igniir.

Reprenant forme finalement forme humaine, il tenta de séparer le trio qui venait de se regrouper pour échanger brièvement sur la conduite à tenir. Les aides de camp du prince se faisait de plus en plus nombreux, et ce dernier ne semblait pas réellement faiblir en puissance. Mécontent, il les attaqua de front à l'aide de sa magie glaciale, obligeant les combattants à se séparer brusquement et créant ainsi une brèche dans le flot de sbires que Selene s'acharnait à contenir. Ces derniers se focalisèrent sur elle, oubliant les autres menaces, si bien que ses comparses disparurent momentanément de son champ de vision alors qu'elle continuait d'abattre son arme avec rage pour dégager les charognards. Elle croisa le regard sans vie du prince qu'elle vit jubiler en la croyant désormais esseulée, avant qu'il ne lève sa main armée du fameux anneau qui lui offrait une partie de son pouvoir. Cirilla fit preuve d'une efficacité redoutable et surgit de nulle part pour trancher d'un geste chirurgicale le dit anneau ainsi que deux des doigts du maudit. Selene sentit la douleur lui vriller la main une demi-seconde avant que Triss ne reprenne son sort la couvrant., mais sa magie faiblissait alors qu'elle tentait de juguler tant bien que mal également le flot de créatures surgissant de la porte et semblant interminable. Les blessures de la rouquine commençaient à se réveiller, elle peinait davantage, serrant les dents à s'en briser les mâchoires pour ne rien laisser voir. Perdant une part de son contrôle, elle repoussa une vague d'assaut en irradiant de sa propre magie, réduisant en cendre les ennemis sur un bon mètre autour d'elle. Les autres hésitèrent légèrement avant d'approcher, suffisamment pour que Geralt ne leur fasse rapidement sauter la tête d'un mouvement parfaitement calculé. Pendant ce temps, Yennefer était intervenu pour repousser le dragon blessé et affaibli dans un portail qu'elle venait de former en direction de la tanière des sorceleurs. La jeune femme s'élança pour le traverser également avant d'être brisée par une douleur perçant son dos comme si elle avait prit un fer chauffé à blanc sur l'omoplate.  La mage avait momentanément relâchée son sort et elle le ressentait douloureusement. Le petit groupe approchait du halo lumineux pour passer au travers jusqu'à ce que l'argenté n'aperçoive la jeune femme au sol pliée de douleur, se précipitant sur elle pour l'aider à se relever. Mais à peine Selene eut-elle remit les deux pieds d'aplomb qu'un autre douleur plus violente encore lui perfora le ventre, lui tirant un cri de douleur parfaitement audible cette fois-ci. - "TRISS !" - La rousse qui venait de prendre conscience de son erreur rejoignit le duo mal en point tout en concentrant toute son énergie pour bloquer les récepteurs de douleur de la plus jeune une nouvelle fois, la laissant tremblante de peur de ressentir à nouveau ce mal. Elle se releva avec l'aide de la mage sur qui elle s'appuya le temps de récupérer de ce passage particulièrement peu agréable avant de se remettre debout seule. Selene savait pertinemment que lorsque le mal affluerait à nouveau, sa virulence n'en serait que décuplée, mais pour l'instant, elle était prête à l'endurer, il y avait plus important. Ils passèrent le portail les uns après les autres, Triss restant proche d'elle pour ne pas perdre le contact et donc le contrôle sur sa douleur, et ils trouvèrent en arrivant le dragon en piteux position. Sa gorge se serra une nouvelle fois lorsqu'elle le vit peiner dans son propre sang, se débattant comme un animal prit au piège, ce qu'il semblait être en fin de compte, lorsque lui revint en mémoire les cadavres des dizaines de personnes qu'il avait massacré sans scrupule, et sa compassion baissa d'un cran. Prenant place avec les autres êtres dotés de magie en encerclant le dragon ainsi mutilé, elle se plaça entre Yennefer et Ciri, l'une guidant le groupe sur ce qu'il fallait faire, l'autre soutenant tant bien que mal sa fille. Triss ne pouvait qu'à moitié être utile alors qu'elle gardait la plupart de son esprit focalisée sur Selene, mais la puissance de cette dernière sous le contrôle partielle de la mage brune remplaçait largement les pertes de puissance qui y étaient liées.

Le rituel dura un moment, Geralt surveillant constamment le captif au moindre signe de rébellion un peu trop violent, n'hésitant pas à faire usage de ses lames si nécessaire. La nuit était tombée depuis de longues heures déjà, Selene fatiguait lourdement, Triss également, mais la plus âgée les incita à garder le cap encore un peu, ils touchaient presque au but. Ils achevèrent le rituel au premier rayon du jour. Sitôt que Yennefer leur annonça, Selene décrocha et sombra dans l'inconscience, incapable de lutter davantage. Elle fût portée dans la salle principale par le sorceleur alors que les trois mages s'attelèrent à libérer le dragon d'un partie de ses entraves, les plus douloureuses, après lui avoir soigneusement liés les bras et les jambes de chaînes de dimeritium pour empêcher toute rébellion. Cirilla rejoignit l'intérieur également, Triss s'endormit non loin du cercle, adossée contre un parapet de pierre, pendant que la brune s'attelait désormais à accéder à l'esprit du dragon pour en comprendre l'étendue de la corruption. L'esprit du jeune homme semblait plongé dans une inconscience, englobée d'une aura noire et opaque. Sans crainte, elle força le passage, sachant qu'elle le ferait probablement souffrir une nouvelle fois, mais il n'y avait pas d'autres issues au mal qui le rongeait. Avalla'ch était puissant, mais elles avaient réussis à briser sa protection principale à elle quatre, maintenant elle devait simplement le diriger hors de ce brouillard aveuglant. Sa main posée sur le front du prince, elle le sonda pendant plusieurs heures, sous la protection de Geralt qui l'avait rejoint, et finit par trouver l'esprit du jeune homme, brisé, fragilisé, mais bien présent. Elle découvrit d'autres choses qu'elle n'était pas sûr de vouloir ébruiter, notamment sa filiation possible avec Eredin, ce qui expliquerait l'attrait d'Avalla'ch pour cet être. Lorsqu'elle le relâcha enfin, il s'écroula au sol, inconscient, et elle eut bien du mal à ne pas faire de même, de rencontrant pas la pierre rude simplement grâce à l'intervention du sorcelleur. Les traits tirés, le visage creusé par les efforts conséquents qu'elle venait de fournir, elle resta blottie contre l'argenté pour reprendre ses forces. -" Je pense que c'est bon. Mais s'il n'avait pas été doté  de sa magie, il serait mort depuis plusieurs heures déjà. La chasse l'a brisé, Encore quelques mois et il aurait probablement été impossible de le ramener. Maintenant monte moi dans ma chambre je te prie, j'en peux plus. Il va dormir un bon moment je pense." - L'interpellé acquiesça doucement et souleva sa bien-aimé doucement pour la conduire à un repos bien mérité. Les deux hommes ayant accueillis le dragon à son arrivé le surveillèrent le temps que le sorceleur revienne jusqu'à ce qu'un cri de douleur ne retentissent sur les murs bruts. Il se précipita vers la salle mais fut stoppé par Triss qui le força à reculer. - "C'est normal … Avoir bloquer sa douleur si longtemps, elle va souffrir un moment maintenant. Surveille-le. Amène le dans un endroit plus confortable, j'ai entendu Yen, et je lui fais confiance. Si elle dit que c'est bon, on a probablement plus rien à craindre de lui, mais mieux vaut être prudents. Garde le à l'écart pour le moment. "- "Je songeais la même chose. Je vais l'amener à la tour pour le moment. "- "Bien. Je garde un œil sur Selene, mais je ne peux pas continuer à bloquer sa douleur, le reflux finirai par la tuer. "- "Fait ce que tu peux." - Il tourna les talons et alla récupérer le jeune homme à la chevelure aussi neigeuse que la sienne pour le conduire à l'intérieur de la tour avant d'y allumer un léger feu pour se réchauffer de la froide journée hivernale. Malgré son ressenti premier vis à vis du garçon, Geralt savait se montrer délicat et à aucun moment il ne brusqua le prince, le déposant doucement sur l'unique paillasse habillant l'endroit. Quelque part, cela l'arrangeait, rester en compagnie de quatre femmes épuisées et potentiellement énervées ne lui disaient rien de bon. Au moins son voisin restait silencieux pour le moment, il s'assura tout de même qu'il respire encore.

Pliée en deux, incapable de trouver une position où la douleur s'avérerait moins pénible, Selene luttait contre son propre corps et le reflux de magie qui amplifiait ses sensations. Elle savait que cela ne durerait pas, Triss ne cessait de lui répéter, caressant sa tignasse emmêlée pour tenter de l'apaiser d'une manière ou d'une autre. Les larmes roulaient sur les joues déjà striées de la jeune mage, rarement elle avait eu aussi mal, et jamais elle n'en avait encore pleuré, mais la sensation que son torse et son dos cherchaient à se déchirer en deux étaient simplement horribles. Mais heureusement, et confirmant les dires de la mage, la douleur reflua moins d'une heure après son éveil, la laissant épuisée et pantelante sur son lit, la sueur trempant ses vêtements déjà abîmés par les combats. Elle se sentait pourtant incapable de se lever, et ce fut Triss qui l'y aida pour l'amener se doucher et se changer avant de tomber malade. Chancelante, elle se laissa déshabiller et se glissa tant bien que mal dans la baignoire emplie d'eau fumante. Elle aurait pu s'y endormir sans peine mais ne s'y attarda pas, la vapeur lui remettant l'esprit un peu plus alerte, elle se redressa d'un bond avant de questionner sa voisine. -" Le dragon ! Qu'est-il devenu? Où est-il ?" -" Oh doucement ! Tout va bien, Yennefer a réussi à  le libérer de l'entrave de la chasse, mais il va lui falloir du temps." -" Du temps pour quoi ?" - "Pour qu'il se réveille déjà. Ce genre d'action n'est pas sans dommage, et s'il avait été humain il serait déjà mort." - "Je vois …. Triss … je voudrais retourner avec ma mère." - Quelque part, elle ne parvenait pas à se réjouir de la situation. Selene avait conscience que malgré leur réussite, Allen aurait bel et bien disparu ainsi que leur lien si particulier. Quelque chose s'était brisé lorsqu'elle avait su. Elle ne voulait même plus retourner dans son propre monde, préférant celui-ci qui lui offrait une famille, sa vraie famille. La mage ne rechigna pourtant pas et l'aida à se rhabiller puis à rejoindre l'endroit où se reposait Cirilla. Cette dernière dormait toujours, lovée comme un félin sur le lit épais. Selene prit place sur le fauteuil ornant un coin de la pièce et l'observa longuement en silence, même après le départ de la rousse, finissant par trouver le sommeil au beau milieu de sa méditation.

"Tu ne peux pas rester …. J'aimerai aussi, mais ce n'est pas le court naturel des choses Selene." -" Je le sais bien mais … rien ne m'attends là-bas. Ma famille c'est toi, c'est vous tous, pourquoi je voudrais retourner dans un monde où tout le monde veut ma tête ? Où mon seul ami à chercher m'a trahi un certain nombre de fois pour finalement vouloir me tuer ? Non, il n'y a rien pour moi là-bas, je veux rester avec toi." - La sorceleuse esquissa un sourire triste et attendrie face à sa progéniture aussi entêtée qu'elle pouvait l'être elle-même. Ses yeux si particuliers étaient le portrait craché de son propre regard, et elle était presque fière de voir ce que deviendrait son enfant à venir, et pourtant elle sentait son cœur se déchirer face à cette requête qu'elle ne pouvait accepter. Elle prit les mains de sa fille dans les siennes doucement et soupira avant de reprendre. -" Tu n'es pas si seule là-bas, je me trompe ?" -" Oui, tu te trompes. "-" Yen m'a pourtant parlé d'un petit groupe avec qui vous voyagiez tous les deux avant que la chasse n'intervienne. "-" Yennefer est bien trop bavarde. Ils … ils ne sont là que parce qu'ils me prennent pour un genre de salut pour eux. Rien de plus. "- "Ma fille … Décidément, tu comptes passer par toutes les erreurs que j'ai faite. Peu importe pourquoi ces gens te suivent, ils le font. Tu n'es pas seule, alors appui toi là-dessus. "- "Ca veut dire que tu refuses ?" -" Oui Selene. Je refuse de te garder ici. Tu as ta propre vie à vivre, et elle n'est pas ici, mais dans ton monde. "-" Mais !" -" Non, écoute-moi. Je suis plus heureuse que je ne pourrais te le dire d'avoir pu te connaître et voir la personne que tu es devenue, et pour cela je te remercie. Mais crois-moi, c'est mieux ainsi. Je tâcherais de t'aider comme je le peux désormais, depuis ici, et dans l'avenir. Mais tu dois repartir avec ton compagnons. "- La jeune mage baissa les yeux et retira doucement ses mains, à la fois déçue et consciente que sa mère était dans le vraie. Plus elle resterait ici, plus le court du temps en serait altéré. Cirilla reprit doucement la parole à l'attention de la jeune femme. -" Tu as encore un peu de temps, je n'ai pas assez récupéré pour ça, et je suis la seule à pouvoir ouvrir la brèche ici. Profitons de ces dernières heures ensembles, rejoins donc les autres, j'arrive un peu plus tard. Je vais tenter de dormir encore un peu, ça fait longtemps que je n'avais pas puisé autant dans mes réserves ! "- Elle esquissa un sourire avant de voir sa fille se redresser pour quitter la pièce, soucieuse. Selene descendit doucement l'escalier, passa près de la porte donnant sur la pièce centrale d'où des voix enjouées lui provenaient mais changea de direction pour rejoindre l'endroit où elle savait le jeune homme reclus. Elle s'arrêta devant la porte, hésita à frapper, puis y renonça et entra sans vraiment prévenir pour se retrouver face à son ancien acolyte lui faisant dos. Encore incertaine, elle resta sur le pas de la porte à le fixer, de peur de voir ressurgir ce regard froid et cauchemardesque s'il venait à se retourner. Elle se contenta de l'interpeller d'une voix hésitante. - "Allen ?" - Sa rancoeur n'avait pas disparu, loin de là, mais elle ne pouvait pas tirer complètement un trait sur cet homme, elle en était incapable. Et puis, des explications s'imposaient probablement avant qu'elle ne tourna la page concernant l'affection qu'elle avait pu lui porter, et qu'elle éprouvait toujours malgré elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Jeu 1 Fév - 14:48

Au bout d'une heure de rituel, son enveloppe charnelle commençait déjà à souffrir, sa peau se protégeait d'instinct et bientôt il fut recouvert d'écaille. Ensuite ce fut son aura qui changeait de forme et de couleur. Une sorte de spectre se matérialisait comme si l’énergie prêtée par l'elfe noir fut dotée de sa propre conscience. Les efforts combinés des sorcières firent leur effet tandis que le soleil pointait ses premiers rayons pour baigner la terre de son crépuscule matinale. Aelendil qui s'était relevé depuis deux heures déjà tombait brusquement à genoux. Le rituel ayant finalement eut raison de l'emprise maléfique, l'argenté revint à lui une poignée de seconde durant lesquelles il observa brusquement autour de lui sans parvenir à distinguer autre chose qu'un voile noir à travers lequel brillaient cinq âmes. Son regard s'arrêtait sur l'aura de Cirilla et Selene qui était bien plus imposante que les trois autres. Le dragon tendit le bras en direction de son amie dont l'aura l'attirait indéniablement avant d'être à nouveau plonger dans les ténèbres, privé de la vue. Le premier réflexe du sorceleur fut de pivoter pour trancher le bras du dragon au moindre signe belliqueux. Cependant, voyant que notre ami se débattait à nouveau avec son mal il abandonnait son geste, main encore agrippée à sa garde. Le jeune prince luttait de toutes ses forces pour ne pas s’effondrer mais lorsque la corruption disparue complètement, il perdit connaissance instantanément. Ainsi s'achevait le rituel tandis qu'un nouveau jour se levait.

Installé dans cette cellule confortable, Aelendil reprenait lourdement conscience. Il ouvrit les yeux, nullement gêné par la luminosité tant il faisait sombre. La flamme d'un feu de camp faisait onduler les ombres autour de lui. Il restait un long moment sans bouger, sans s'inquiéter de sa situation. Il avait vécu tellement de chose que cette douce paillasse et le feu allumé à son attention ne pouvaient en rien l'inquiéter. Pas même les fers qui lui liaient poings et pieds. Il s'en fichait pour le moment, profitant de cette quiétude pour faire le point. Il ne savait par où commencer et alors ses pensées se tournèrent toutes vers Selene. Sa gorge se serra avant qu'il ne daigne bouger son enveloppe meurtrie pour se placer sur son front. Fixant la pénombre de sa cellule, il se fit barrière pour ne pas repenser à ce qu'il avait bien pu encore faire. Il songeait à tous ce qu'il avait réussis à entreprendre depuis leurs retrouvailles et à tout ce qu'il avait détruit en moins de temps. Une vague de colère lui fit monter le sang à la tête et l'argenté se redressait vivement, difficilement avant d'envoyer valdinguer deux trois objets. Il remarquait aussitôt que son aura était dissimulée non pas de son fait mais de celui de ses fers. Agacé, il commençait alors à s'éveiller doucement, émergeant petit à petit avec tous les brides de souvenirs qui lui revenaient. Il voulut se relever, déjà prêt à se tirer lorsque son abdomen et son biceps gauche le firent atrocement souffrir. Un faux mouvement qui l'amenait à prendre conscience de son état, il jetait alors un œil irrité à son ventre bandé. Il commençait à étirer son bandage pour constater sa blessure. Il y découvrit une ribambelle de fil noir barrant son torse déjà en train de se régénérer. Il en eut une sueur froide alors qu'il tentait encore de se lever. Aelendil n'avait plus conscience du temps, ni des détails de ses actes si ce n'est qu'il avait causé beaucoup de morts même si ce fut pas directement de sa main. Il savait en partie ce qu'il avait fait, cependant, il tardait à se rappeler de son histoire ou encore sa nouvelle malédiction.  Le réveil de garçon fit un petit vacarme qui attirait l'attention du sorceleur très vite pendu à sa cellule. « Hey...Calmes-toi, tu es en sécurité ici, ces barreaux sont une précaution pour toi comme pour moi. » Al s'était tapis dans le coin le plus sombre de sa cellule, incapable de marcher pour le moment. Il préféra se terrer dans le silence, incapable de prononcer le moindre mot tant que sa mâchoire n'aurait pas desserrée. Pourtant il était curieux de savoir à présent. « Bien, tu préfères garder le silence... le sorceleur se détachait nonchalamment des barreaux pour s'installer tranquillement derrière lui. T'as pas tord, je doute que tu sois très intéressant comme type. » ironisait-il en feintant de reprendre sa lecture. Craignant que le jeune prince ne se morfonde dans la noirceur du regret il reprit la parole.

-Crois-moi gamin, tu n'arrivera à rien en recasant dans ta bulle.
-Lâchez-moi... bordel, demandait Al de sa voix lasse emprunte de monotonie, j'ai mal au crâne...
-Hin hin, ne sois pas aussi désagréable ou je te laisserais dans ta misère, tu n'as plus personne à impressionner ici, si ce n'est ta loyauté.
-Tsss... qui êtes vous ? Que m'voulez-vous ?
-Geralt de Riv, je suis sorceleur et nous nous trouvons à Kaer Mohren, dans les terres …
-...Kaer Mohren ?! S'étonnait l'argenté en sortant légèrement de la pénombre. Où... commençait-il à formuler en ayant presque honte de poser la question qui suivit. Où est Selene ?
-... Elle est ici, répondit le sorceleur en abandonnant son livre pour se pencher en avant avec lenteur face à l'intrigue. Si tu réponds à mes questions, je te laisserais peut-être la voir.
-Hmpf... soupirait le dragon, peu convaincu que cet entretiens à venir soit une bonne idée.

En effet, le jeune prince était tellement partagé par tout un tas d'émotion qu'il décidait de se concentrer uniquement sur l'unique être ayant un intérêt à ses yeux. Il aurait tout le temps de méditer sur ses actes, en attendant, il était plus inquiet pour la jeune mage que pour lui. Il se rappelait l’avoir délaissé sur un coup de tête, animé par une colère impulsive qu'il n'avait su éteindre. Cependant, il savait d'instinct que la rouquine était en sécurité étant donné que le sorceleur face à lui était le célèbre héros d'une époque révolue. Un soulagement énorme, d'autant plus que lui même n'avait probablement rien à craindre. Naturellement sur la défensive, l'argenté répondit d'abord partiellement face aux questions pertinentes de l'argenté âgé. Il lui demandait à son tour qui le dragon pensait être et ce qu'il était. Une double question qui permettait à l’aîné de psychanalyser un tantinet le prince.  Voyant que ce dernier n'était pas aussi désespérant qu'il semblait l'être, le sorceleur suspendait son interrogatoire dans le but de mettre d'avantage à l'aide le dragon semblant plus perdu que dangereux pour le moment. Alors il lui proposait de se décrasser allant jusqu'à ouvrir la cellule pour allait chercher le maudit. La lumière que procurait la torche lui brûlait les yeux, sensible à beaucoup trop de chose depuis son éveil. Telle une renaissance, il était vidé de toutes émotion, arborant cette neutralité nonchalante qui traduisait son état d'esprit blasé. Plus que lasse, il se sentait affaibli autant physiquement que psychologiquement, une sensation désagréable qui eut tendance à le faire flancher. Il était lasse d'avoir à se voiler la face, il était temps d'accepter tout ce qu'il réprimandait par égoïsme. Il se rendit à l'évidence que son destin était lié à celui de Selene avec ou sans le sort. Son affiliation avec la Chasse et le Nilfgaard ne pouvait que lui assurer une place le cul entre deux chaises.
L’orgueil du dragon le fit refuser la main tendue, préférant s' époumoné à se dresser seul. Les précédentes interrogations du sorceleur lui taraudaient l'esprit. C'est vrais, qui était-il ? Le plus gros du travail passait par cette acceptation. Une situation que seule Selene pouvait comprendre au fond.
Geralt se servit du bac récupérateur d'eau de pluie pour en faire chauffer tour à tour des chaudron d'eau chaude. L'argenté avait quitté sa cellule pour gagner le centre de la tour où se trouvait l'unique grille d'évacuation. Il s’était assis sur un tabouret, le dos voûté tant il semblait éteint. Sa chevelure neigeuse était quasiment immaculée sur son crâne tandis que ce qu'il restait de ses longueurs étaient empruntes de son propre sang. Sa coupe était ravagée par la lame du sorceleur qui avait tenté de l'affliger d'avantage précédemment. Al restait immobile sans daigner retirer ses bandages, il songeait, conditionné dans sa bulle. Il ne semblait même plus entendre le sorceleur qui lui faisait la conversation. Geralt était un homme sage et très subtile capable de prouesses digne de légende, le dragon en face de lui était un nouveau défit. Le plus éprouvant étant passé, il restait encore le plus dure. Geralt lui demandait de retirer ses bandages, il n'hésitait pas à taquiner notre ami en se fichant bien de ce qu'il pouvait être ou non. Mais, Al ne réagissait pas, au lieu de ça,il se contentait d'exposer à voix haute ce qu'il était, demandant l'avis du sorceleur dans son regard éreinté. « Je suis le fruit d'une supplique... d'une récompense, d'un mensonge ou encore d'une malédiction. Hé hé...Hé hé hé... » riait amèrement l'argenté en réalisant combien sa simple existence était un foutoir permanent, une lutte acharnée ou encore le poids de l'équilibre des forces. Il comprenait d'où lui venait ce sentiment d'être indéniablement impliqué dans le Destin du Sang Ancien. C'était inscrit dans ses gênes comme beaucoup d'autre influences égoïstes. De son côté, Geralt demeurait silencieux, un brin soucieux, il s'était éloigné tranquillement pour saisir le chaudron à peine tiède dans un but précis. Il aspergeait l'argenté cadet qui cessait aussitôt ses pensées moroses pour grogner avant de se tordre de douleur. « Argh...ça brûle...? » s'étonnait Al en barrant son abdomen recousu. Geralt levait un sourcil avant d'esquisser une moue détachée.

-Erf... peut-être qu'il restait encore de la rouille...
-Quoi ?! Rétorquait Al sur la défensive, reprenant du poil de la bête en cet instant précis en sortant enfin de sa bulle. Espèce de vieux débris taré !
-Ben voyons... s'amusait le sorceleur en croisant les bras.
-Ne restes pas planté là ! Je risque l'infection avant même d'avoir pu... Ahhh ! Ce fut à cet instant qu'il réalisait pour de vrais l'absence de ses deux doigts qui lui procurait un mal de chien. Qu'est-ce que...
-Arrêtes un peu de t'agiter comme une fillette, une de mes amies, et la tienne si tu t'en montre digne, a plus ou moins enchantée cette eau pour qu'elle t'aide à guérir. Disait-il nonchalamment en remettant à chauffer une autre marmite. Alors, tu vois, tu n'es pas en danger ici. Peu importe le sang qui coule dans tes veines, tu en es l'unique propriétaire, ne le réfute pas car il fait de toi ce que tu es aujourd'hui.
-Tsss... Et que suis-je si ce n'est la marionnette de ma propre force ? Demandait-il calmement, désireux d'échanger à présent.
-Ne demandes pas aux autres de te juger. C'est à toi de le décider, ne soit pas stupide. L'avis des autres ne peut t'influencer indéfiniment sans finir par te perdre. Ne l'as-tu pas encore compris?
-Je crains d'être trop faible pour faire ces choix... J'ai déjà échoué plusieurs fois.
-On ne peut reproduire que ce que l'on a été longtemps conditionné, à moins de ne briser délibérément ses chaînes.
-Tsss...tu parles comme un vieux barbe.
-Et toi tu te plains comme une fillette.
-Hmpf... Al réprimandait sa répartie, cette insulte gentillet il l'avait lui-même plusieurs fois reproché à Selene et cela l'amusait dans sa monotonie barbante.Tu as peut-être raison au final... il terminait de défaire ses bandages et demandait en changeant de sujet un instant, apporte moi l'eau, je me fiche qu'elle soit froide.
-Hmm...Comme tu le sens, peut-être que cela suffira à te remettre les idées en place.

Geralt faisait les aller et retour pour doucher le jeune prince quelque peu bavard. Al le laissait s’occuper de ses cheveux qu'il tentait d'égaliser sans trop s'aventurer. Il allait même jusqu'à démêler partiellement la chevelure du prince pour faciliter le savonnage. Le tout en échangeant sur les erreurs du dragon qui s’efforçait à reconnaître les raisons sans à se trouver d'excuses. Une attitude que le sorceleur jugeait de responsable et censé pour cet être déchiré. Il lui trouvait une force de caractère bien plus imposante qu'il n'y paraissait derrière son air abattu et ses doutes. Notre argenté confiait pendant des heures ce que le sorceleur cherchait à savoir pour se faire son idée. Al avait passé beaucoup de temps à observer le ciel à travers le trous dans le toit. Après ce long échange constructif, il se sentit bien moins désarmé, retrouvant peu à peu sa nature nonchalante, un état d'esprit quelque peu stabilisé. Il retournait dans sa cellule pour dormir, remerciant son aîné d'avoir été juste envers lui. Aelendil se traînait jusqu'à sa paillasse où il s'allongeait, avachis, épuisé. Il fixait un instant le plafond baigné d'une lumière orangée avant d'interpeller Geralt.

-Que va t-il advenir de Selene ? Allez vous la renvoyer à son époque ?
-Vous y retournerez tous les deux, jeune prince, que dis-je, jeune roi.
-Yennefer ?
-Allons bon, tu t'inquiète pour ta moitié par soucis d'intégralité ou bien pour ton intégrité ?
-Aucun des deux je le crois.
-Tu mens, tu as simplement peur de justifier ce que tu ne t'expliques pas, d'où le dénie constant dont tu fais preuve. Elle aussi d'ailleurs... Geralt, laisses-nous dont, j'aimerais discuter avec notre invité.
-Yen, s'approchait Geralt pour qu'elle seule n'entende leur échange. Qu'est-ce que tu fais ? Je crains que tu ne le braques en remettant le couvert.
-Ne t'en fais pas, je vous ai entendu, je crois savoir ce qu'il doit entendre.

La sorcière se positionnait près des barreaux sans prendre la peine d'ouvrir. Elle l'interpellait de sa voix à la fois ferme et douce. Al qui avait recouvert son visage d'un avant bras feintait de l'ignorer. Cela ne durait pas longtemps car la sorcière sut comment l'interpeller et capter son attention.

-Ecoutes-moi gamin, tu es un dragon et tu es un humain à la fois. Tu n'es pas le fruit d'une malédiction mais d'une bénédiction. Lornell l'a toujours su, elle seule saura t'apporter la vraie version de ton histoire sans un avis prédéfini.
-Yennefer...
-Il le sait déjà Geralt, il n'a tout simplement pas la bonne version. Elle reportait son attention sur notre argenté qui s'était lentement redressé, curieux. J'ai lu dans ton esprit comme dans ton cœur et je sais ce que tu redoute le plus. Et bien saches que ton salut se trouve encore à porté de main, il te suffit simplement d'assumer ce que tu es, ce que tu as fait et ce que tu dois faire. Tu n'es pas influençable parce que tu es faible mais parce que tu choisis la facilité. Ton humanité est un cadeau, un plus pour pouvoir maîtriser ton pouvoir. Mais, pour cela, tu dois être prêt à faire des choix conséquents.
-Vous parlez tous de choix comme si c'étaient de simples portes à franchir ! Je ne peux pas régler mes problèmes par la simple volonté de mes choix. Il y a des forces supérieur capablent de …
-Je sais de quoi elles sont capables, je sais également que tu es capable de dépasser ta nature draconnide pour lutter contre ses pulsions.
-Vous l'avez lu en moi ? Conneries ! Je n'ai pas su lutter contre mon propre mal et encore moins contre la Chasse !
-Parce que tu n'étais pas prêt à assumer.

Voilà qui concluait bien sur les doutes du dragon qui fut frustré d'avoir à se remettre autant en question. Il savait pertinemment tout ce que cela impliquait. Il craignait de devoir confronter tôt ou tard Selene. Il se trouvait stupide, agacé par sa propre bêtise. Il méditait longtemps sur les paroles du sorceleur et de la sorcière qui avait résumé le tout avec une grande pertinence et efficacité. Il trouvait le sommeil que plus tard après s'être épuisé moralement à réfléchir.
Il avait recommencé à ressasser, méditant sur le choix de Lornell après avoir étudié les mensonges de son père. Lornell avait toujours su ce qu'il était, elle savait pour son affiliation et pourtait avait jeté ce sort. Elle était persuadée que le dragon saurait faire les bons choix, convaincue qu'il ne choisirait jamais de suivre les chemins tracés. Chacun de ses actes l'avait prouvé un bon nombre de fois ce qui l'avait conduit à se détacher des  sombres desseins du Nilfgaard au final. Or, s'il n'avait pas été aussi égoïste et effrayé par ses émotions, peut-être auraient-ils pus tous éviter le Mal du Dragon, ou bien  le massacre de nombreux innocents, et ce jour-là, peut-être aurait-il évité de conduire Selene à ses bourreaux. Le regret était un sentiment noir qui n'avait rien de bon à mâcher. Il apportait la frustration et de là la colère au risque de continuer à s’empêtrer dans un chemin ténébreux menant droit à la noirceur. Il avait mis en garde et se préservait des ces sombres pensées en évitant de dramatiser. Il trouvait le sommeil sur cette note, bercé par un infime soulagement.

« Allen »

Aelendil ouvrit brusquement les yeux, croyant en un rêve il restait immobile reconnaissant la présence de sa moitié à quelques pas. Conscient qu'il ne rêvait pas éveillé il restait toutefois inerte. Le silence de la rouquine était esant tout comme sa présence. Il ne sut quoi lui répondre, ni même comment lui indiquer son éveil. Il ne se sentit pas encore prêt à confronter la rouquine à qui il avait causé tant de tord en tentant de la préserver bêtement. Il n'avait pas compris que plus il l'a fuyait et plus ils étaient tout deux en danger sur tous les plans, notamment. Il préférait donc se terrait dans le silence, déglutissant lentement. Peut-être qu'il vallait mieux qu'ils brisent leur lien à jamais, peut-être pas. Al ne savait plus quoi penser maintenant qu'elle était là. Jamais il n'avait éprouvé tant de peine à apprécier quiconque. Il s'en rendait compte depuis toujours mais l'avait toujours refoulé égoïstement. Ce n'était pas aujourd'hui qu'il allait changé, c'était encore trop tôt. Il avait encore trop de doute.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Jeu 1 Fév - 16:22

Le silence, pesant, étouffant, simplement ponctué par le sifflement lancinant du vent à l'extérieur de l'ancienne bâtisse fit frissonner la rouquine, qui pourtant ne savait pas vraiment à quoi s'attendre en débarquant ainsi sans prévenir après les derniers événements. La logique aurait voulu qu'elle le fuit, qu'elle lui en veuille, que la colère la ronge concernant ce qu'il avait pu commettre, les conséquences que cela avait eu sur elle, comme sur des dizaines d'autres innocents. Mais la logique n'avait pas sa place dans l'esprit de la jeune mage, et ne l'avait d'ailleurs jamais lorsque cela concernait le prince. Aucune de ses décisions à son égard n'avait jamais été ponctué de bon sens, seules ses émotions lui dictaient ses gestes, une fois encore c'était le cas. Au bout d'une bonne minute, la jeune femme soupira doucement et commença à tourner les talons pour s'éloigner de la grille, comprenant que le jeune homme était probablement toujours endormi, elle n'avait pas de raisons de s'attarder. Mais alors qu'elle retournait vers la porte dans l'idée de rejoindre la salle principale, la frustration de ne pas avoir pu décharger ses doutes l'assaillit. Un regard par-dessus son épaule la convainquit de s'attarder davantage, même s'il dormait, ça ne l'empêcherait pas de s'épancher. Elle n'aurait pas de réponse, mais son esprit s'en sentirait peut-être quelque peu allégé. Refermant la porte de la tour avec douceur, elle rallia la cellule et fit glisser la grille sur ses gonds pour y pénétrer et rejoindre le dormeur discrètement. Son sommeil serait un bénéfice en fin de compte. Son regard ne manqua pas de noter les fers ornant toujours les chevilles de son comparse, ainsi que ses poignets lorsque son champ de vision le lui permit. Elle-même n'était pas armée du tout pour une fois, et simplement vêtue d'une chemise en coton épais et d'un pantalon en cuir de daim. Elle s'approcha suffisamment du jeune homme pour pouvoir l'observer avec une certaine attention, avant de finalement cesser son inspection méticuleuse pour s'asseoir non loin de lui, son propre dos faisant face à celui de l'argenté, les jambes relevées contre son torse. Elle mit un moment à briser le silence, lui parlant comme s'il pouvait l'entendre bien qu'elle fût convaincue du contraire. -" Cet endroit me rappelle un peu la forteresse de Kaer Trolde où tu m'as ramené la première fois … Si tu savais combien de fois j'y ai repensé depuis que j'ai appris qui tu étais vraiment." - La jeune femme soupira doucement, comme pour évacuer une forme de souffrance qu'il était difficile d'expliquer, avant de reprendre sur le même ton froid, monotone. -" Je n'ai jamais compris pourquoi tu as fait, ce que tu as fait. Tu savais pertinemment qui j'étais en me ramenant à ton frère, pourtant tu l'as fait sans hésiter. Tu m'as répété plusieurs fois vouloir me protéger, pourtant tout ça c'est de ta faute. Depuis le début, tu m'as menti, manipulé, fait miroiter une confiance que j'avais réussi à replacer en toi malgré tout. Et puis tu t'es offert à la chasse, sans la moindre résistance. Je ne te comprends pas … "- Selene repoussa sa tignasse enflammée hors de son visage où se lisait une forme de détresse dont seuls les murs froids de la cellule seraient témoins. La déception était lourde à supporter, plus encore lorsque cette dernière ne parvenait pas à surpasser l'attachement qu'elle éprouvait pour le jeune homme. Son premier réflexe après ses crises de douleurs lié au contre-coup des multiples sorts qu'elle avait subit avait été de s'enquérir de l'état de santé du dragon. Elle pouvait encore ressentir un léger picotement dans son propre corps à l'endroit où le prince avait été embroché, et instinctivement porta la main à son ventre en y repensant. Le silence n'eut pourtant pas le temps de vraiment s'installer que la jeune femme reprenait son monologue en fixant le sol désormais. - "Je t'en veux tellement Allen. Mais pas pour les bonnes raisons, j'en ai peur. Et cela m'effraie un peu d'ailleurs. Je sais que je devrais te détester pour la mort et le chaos que tu as semé derrière toi, pour les mensonges, les manipulations, pour avoir failli nous tuer plusieurs fois, et il y a probablement un peu de ça en effet, mais mes raisons profondes sont bien plus égoïstes. "- Elle leva les yeux en direction du plafond, sans même chercher à retenir les quelques larmes de culpabilité roulant le longs de ses joues pâles alors que sa voix s'éleva, bien plus faible. - "Je t'en veux d'avoir briser l'espoir que tu représentais à mes yeux. Maintenant tout ce que j'entrevois pour l'avenir, c'est la guerre, la méfiance constante, c'est le sang et la mort, jusqu'à ce qu'Avala'ch, ou Asloth, ou un autre dégénéré du même genre ne finisse par avoir le dessus. Quelque part, je crois que c'est ta présence qui me poussait à vouloir avancer. Mais maintenant que je sais que tu es capable de sombrer à n'importe quel moment et pour n'importe qui, il ne reste rien." - Convaincue que son voisin dormait profondément, la jeune femme se laissait aller à des paroles qu'elle n'aurait probablement avoué que sur son lit de mort en temps normal. Mais prise dans ses pensées, et son besoin d'extérioriser ses doutes, elle se laissa complètement aller, le regard fixé sur la porte du donjon au cas où un invité surprise se profilerait. Menton posé sur ses genoux repliés, Selene se livrait sans grande retenue à la discrétion des parois de cette prison. - "J'ai besoin de toi … Et je suis perdue maintenant que je ne peux même plus me fier à toi. Lornell avait tort … j'ai eu tort. "- L'esprit un peu plus léger toutefois d'avoir pu mettre des mots sur ses sentiments contradictoires, la jeune femme essuya ses joues à peine humide d'un revers de manche et soupira une nouvelle fois. Elle était presque heureuse en fin de compte qu'il soit endormi, sans quoi elle n'aurait pas pu se permettre une telle liberté de parole. Sa langue un peu trop déliée s'était tarie, et elle décida de ne pas s'attarder davantage, elle aurait probablement tout le temps d'en reparler avec lui une fois éveillé. Sans un mot de plus, elle entreprit de se redresser sans même porter le moindre regard vers l'endormi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Jeu 1 Fév - 18:09

Le cœur lourd, Aelendil tentait par réflexe de se détacher de cette étrange sensation qui serrait la poitrine. Était-ce là le mal que procurait la culpabilité ? Il en doutait, car aucune mort ne l'avait autant accablé, ni aucune autre erreur de celle d'avoir gâché cette amitié. Ca paraissait pourtant anodin, un lien immatériel qui tirait sa force dans les émotions. Il respirait un bon coup avant de ne reprendre son calme apparent et feinter le sommeil. Entendre son amie le réjouissait au fond bien qu'il était d'avantage désorienté. Il n'aurait pas pu espérer qu'elle ne vienne à lui malgré tout ce qu'ils avaient traversé. Il l'entendit tourner les talons, trouvant plus juste qu'elle s'en aille. En effet, il ne sentait plus digne de pouvoir rester à ses côtés. Il comprenait parfaitement que la jeune femme en juge également ainsi. Contre toutes attentes, Selene fit demi tour pour une raison qui lui échappait. Lorsqu'elle ouvrit sa geôle, Al demeurait de marbre. Le pas léger, il sentit la mage approchée, il était serein, se fichant bien de ce qu'elle pouvait lui réserver si ce fut mauvais. Il l'aurait probablement mérité, Al était encore lasse de ses mois à jouer les durs, son cloisonnement dans cette tour lui apportait plus de sérénité que n'importe quel autre endroit. Allongé sur le dos, il était légèrement dissimulé dans la pénombre tandis que la rouquine prenait place à son côté, dos tourné. Il daignait tourné la tête que lorsqu'elle évoquait les multiples échec qu'elle éprouvait à son égard. Il fronçait légèrement les sourcils, cogitant sur l'image qu'elle avait de lui. La réaction de Selene, aussi imprévisible fut-elle, touchait une corde sensible chez le jeune dragon. Avec ce qu'elle lui annonçait dans cette confidence particulière, il reconnaissait l'égoïsme dont parlait le sorceleur et sa sorcière. Il détournait toutefois le regard après avoir examiné la silhouette de son amie, gêné par cette situation qui ne cessait d'amplifier.
Bientôt, Selene se déchargeait complètement au risque d'accabler d'avantage l'argenté. Loin de la haine et le mépris, elle lui reprochait des faits bien plus loyaux et précieux. Le visage tourné à l'opposé, Al se pinçait brièvement les lèvres en pensant à ce qu'il avait détruit chez la jeune femme. L'avoir privé ainsi de tout espoir lui était inconcevable, incapable de réaliser sur le coup ce que cela représentait réellement. Il avait du mal à comprendre qu'elle puisse s'être autant attachée envers et contre tout ce qu'il avait pu advenir jusqu'à maintenant. Un sentiment partagé qu'il pensait pourtant encore avoir l'exclusivité. C'était insupportable de la laisser se éprendre ainsi, cependant, l'argenté ignorait comment rectifier le tire. Il se contentait de fixer distraitement un point, affligé. Il se sentait incapable de justifier ses actes, apeuré à l'idée de se trouver des excuses. Il doutait que Selene serrait apte à entendre quoi que ce soit, rien ne pouvait vraiment effacer ses actes.

Les pleurs maîtrisés de la jeune mage lui prouvaient qu'il n'était pas dénué de sentiment. Le fait qu'elle fut aussi calme traduisait la lassitude qu'elle éprouvait également. Aussi, lorsqu'elle lui avouait avoir clairement besoin de lui dans un reproche presque suppliant, Al serrait d'avantage les poings. Il écarquillait les yeux, réalisant qu'elle était probablement prête à le pardonner. C'est vrais après tout, n'était-elle pas venue pour chercher à comprendre ? Son silence était peut-être ridicule, ça ne tenait qu'à lui de lui prouver le contraire. Il n'eut pas le temps de s'interroger que la jeune mage se relevait, visiblement décidée à quitter l'endroit maintenant qu'elle en avait terminé. Une unique larme roulait sur la joue de l'argenté alors qu'il se redressait précipitamment pour rattraper son amie. Irréfléchi, il laissait son instinct lui dicter le pas et dans un geste impulsif il s'extirpait de sa couche pour balancer ses bras en avant et s'emparer de la fuyarde. Sa chaîne n'eut pas le temps de grincer que déjà il entourait la rouquine pour l'attirer en arrière et reprendre équilibre  « Arrêtes ça... Lui demandait-il doucement en l'attirant d'avantage contre lui, totalement redressé. Tu n'as pas besoin de moi pour être celle que tu dois être. » Aelendil marquait une pause durant laquelle il se permit un instant de répit avant qu'elle ne réagisse. « Lornell et toi n'avez pas eu tord... Je me suis seulement égaré... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Jeu 1 Fév - 18:39

On dit souvent que les mots ne sont pas un remède efficace. Pourtant, la jeune mage se sentait plus sereine en se remettant sur pied, même si ses réflexions n'étaient au final destinées qu'aux murs la retenant en compagnie du dormeur. Son affliction n'était pas disparue pour autant, elle chancelait encore entre son affection et sa rancoeur, entre ce qu'elle se sentait prête à avouer et ce qu'elle se refusait à accepter. Les émotions étaient souvent un frein, un handicap, une faiblesse qu'elle supportait de moins en moins, la preuve étant que si elle ne s'était pas tant acharnée à quérir la compagnie du jeune dragon autrefois, les choses seraient probablement très différentes aujourd'hui. Elle avait fini par comprendre pourquoi il avait tant de fois affirmer vouloir la protéger des autres, mais de lui également, sans pour autant l'accepter pleinement, et c'était bien là le problème d'ailleurs. Avoir l'étrange impression d'être un être scindé en deux parties, l'une froide et réfléchie, l'autre impulsive et émotive, commençait parfois à lui peser lourdement, elle n'avait de cesse d'endosser un rôle qui ne lui seyait plus désormais. Pouvoir se libérer ainsi en toute discrétion était un soulagement non négligeable et elle se sentait désormais prête à faire face au jeune homme lors de la prochaine confrontation, prête à afficher à nouveau ce masque d'indifférence qu'elle lui  réservait la plupart du temps. C'est pourquoi lorsqu'elle entendit un mouvement précipité dans son dos, la jeune femme se raidit, ralentissant inconsciemment le pas une seconde avant de se retrouver prisonnière d'un étreinte aussi délicate que ferme. Tendue comme la corde d'un arc, Selene fixait droit devant,  bloquant presque sa respiration en comprenant que ses paroles n'avaient pas été énoncés dans le vide et que le captif avait tout saisi lorsque la voix de ce dernier résonna non loin de sa nuque, bien plus faible que le souvenir qu'elle en avait, mais redevenu celle qu'elle lui connaissait pourtant. Il resserra sa prise doucement, réduisant le peu de distance les séparant malgré l'immobilité implacable de la jeune femme et reprit dans la foulée, confirmant qu'il avait parfaitement tout écouté. Sentant que la situation lui échappait, la jeune mage fut prise d'un semblant de panique à l'idée de s'être autant dévoilée face à celui en qui elle ne pouvait plus se fier. Mais si elle resta de marbre les premières secondes, ce furent les dernières paroles qui achevèrent de mettre le feu à la frustration de la jeune femme qui se mua soudain en colère.

Les bras soudain tremblants, elle sera les poings et sa voix s'éleva grondante dans le silence froid de la petite pièce. -" Seulement égaré … Tu. T'es. Seulement. Egaré ? "- Sa colère n'était pas dirigée contre la bonne personne une fois de plus, c'était à elle qu'elle en voulait de s'être montrée aussi impulsive une fois de plus, mais c'était contre lui qu'elle se retournait cette fois-ci. Peu importe ce qu'il voulait dire par là, peu importe qu'il ait simplement mal formulé sa pensée, ce fût le déclic suffisant pour que le calme apparent de la jeune mage ne se transforme en hystérie chronique. - "As-tu seulement une idée de ce que ton égarement a coûté ? Des vies que tu as détruit ? Des conséquences que cela a engendré ? Est-ce que tu as conscience de ce que tu as fait ? Tu crois que ça suffira de dire que tu t'es « simplement égaré » aux victimes de ta folie ? Tu crois vraiment que ça va me suffire ? "- Achevant de se débattre contre son emprise qu'il ne chercha d'ailleurs pas à maintenir davantage, elle passa les bras du jeune prince au dessus de sa tête, pliant légèrement les genoux pour se dégager complètement avant de faire volte-face, le poing déjà levé, bien décidée à décharger sa frustration de manière plus efficace, et ce malgré sa position précaire. Au diable le sort de Lornell, au diable ce genre de considération stupide, les  coups qu'il prendrait, elle les méritait probablement aussi, pour bien d'autres raisons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Jeu 1 Fév - 20:37

Tenant encore la jeune mage en joug, l'argenté observait brièvement son profil détourné en l'écoutant répéter ses dernière paroles. Il plissait son regard pâle, comme s'il eut saisi la maladresse dont il venait de faire preuve. Lui qui n'avait jamais rien dramatisé se retrouvait au bord du gouffre actuellement. Son unique échappatoire n'était pas cette fois-ci le dénie mais l'acceptation. Il devait subir le courroux de la jeune femme, son jugement et même son mépris si cela lui permettait d'être pardonné. Il était bien trop distrait pour oser lui avouer qu'il avait également besoin d'elle pour ne plus s'égarer. Comment lui avouer une telle chose ? C'était risible d'après lui. Désemparé, l'argenté se sentit blêmir en constatant les tremblements de son amie. Une réaction mystérieuse qui fut aussitôt suivie d'une colère enragée. Al fronçait les sourcils en se sentant d'avantage impuissant face à cette femme. Vinrent alors les paroles qu'il redoutait tant depuis leurs retrouvailles. Il savait combien elle avait raison et c'était là le plus gros de son mal être. Il avait bien des choses à se faire pardonner et se sentait ridicule à l'idée d e les justifier par ce voile de colère et l'influence noire qui l'avait toujours animé. Le Ma du Dragon qu'il avait généré était bien plus puissant qu'il ne l'avait imaginé. Rien ne pouvait pardonner son arrogance et son manque de prudence en connaissant son degré d'implication. Pourtant elle était venue jusqu'ici afin de peut-être prétendre à un pardon. C'était l'espoir qu'il nourrissait depuis son réveil. Selene se retournait vivement, défaisant l'entrave qu'il représentait pour s’empresser d'armer son poing. Al la vit arriver sans pour autant lutter. Dans ces moments-là, il en oubliait souvent le lien les unissant. Se contentant d'encaisser sans la moindre résistance, le jeune dragon perdit l'équilibre face au poids de la jeune femme. Cette dernière qui avait pris appuie d'un pas en avant se vit happer par la chute à cause d'un appuie mal placé.  Par réfléxe, Al l'agrippait sans pouvoir l'empêcher de tomber mais, plutôt en l'entraînant avec lui.  Autant dire qu'ils furent deux dans cette maladresse.

Le fessier à terre, Aelendil se redressait que d'un côté, accoudé au sol. Il avait réceptionné son amie entre ses jambes, son buste quasiment affalé sur le sien. Pour le coup il n'eut pas d'autre choix que de croiser son regard. Plus surpris qu'affligé, il l'observait un court instant avant de sentir un flet d'hémoglobine s'échappait du coin de ses lèvres. Il s'essuyait d'un revers de main en détournant le regard tandis que la colérique tentait de vite s’extirper de ses filets. Étrangement, ou pas, son cœur s'était emballé, une gêne encore plus complexe que celles précédentes. Le moment était mal choisi pour ce genre de bourbe ambiguë. Toutefois,l'incident coupait le sifflet à la rouquine qui ne savait plus où poser ses mains l'espace d'un instant. Un revirement soudain de situation pendant lequel, l'argenté méditait sur les paroles de son amie. Il avait l'esprit bien trop distrait pour se laisser allé à ses émotions brutes. Au lieu de ça, il pensait déjà à comment formuler ses excuses. Elle était si remontée qu'il doutait qu'elle ne l'entende. Ca l'énervait en soit, il ne voulait pas laissé passer cette chance qu'elle leur offrait. Il la laissait se relever et fit de même à sa suite alors qu'il s'aventurait enfin... « Selene...Je ne voulais pas te causer de tord. » Le reste lui importait peu à côté de la jeune mage.  Détournant les talons pour lui offrir à nouveau son dos en guise de réponse, Selene annonçait qu'il était trop tard. Ce à quoi Al ne put se résoudre en la voyant ici. Alors il la rejoignit, brisant rapidement, trop rapidement la proximité les séparant. Cette fois-ci, la rouquine s'était retournée à temps ce à quoi il ne s'attendit pas en voulant saisir simplement son poignet. A croire qu'elle l'avait vu arriver. Elle rapatriait aussitôt sa main contre sa poitrine avant de lui accorder un dernier regard noire, rougie de larme. Aelendil dont le visage était d'ordinaire de glace, exprimait cette fois-ci une colère morose. Il s'arrêtait net face à elle avant de saisir ses épaules pour l'attirer contre lui. Une étreinte plus ou moins brutale qu'il lui imposait ouvertement cette fois-ci. Une étreinte qu'il avait longuement envié à son frère et qu'il volait. Son bras droit barrait le dos de la mage tandis que l'autre entourait sa nuque. Il l'a sentit se crisper, se fichant des représailles. La tête de Selene plaquée sur son épaule, il en profitait pour lui avouer ce qu'il avait tant de mal à cracher. « Pardonnes-moi... Je n'ai jamais été digne de ton amitié... Je regrette d'avoir été aussi égoïste, je pensais pouvoir te protéger en te mettant à l'écart. » Sa main gauche se hissait sur la nuque de la jeune femme qu'il serrait doucement, les dents serrées. Le moment lui était agréable malgré tout, voyant que son amie baissait un brin sa garde il reprit d'une voix bien plus basse. « Je n'ai que toi pour me rappeler qui je suis. Sans toi...sa gorge se serrait, honteux à l'idée de confier cela par manque de crédibilité face à cet être. Je ne pourrais pas non plus avancer... » soudainement enivré par son sentiment décuplé, Aelendil détachait la jeune femme, mains sur ses épaules. Au même moment, la voix du sorceleur retentit derrière la porte. Al repoussait la jeune femme à l’extérieur de sa cellule avant de refermer la porte lentement. « Je ne te décevrais plus, même si pour cela je devais te perdre à jamais. » Sur ces mots la porte s'ouvrit et notre argenté reculait lentement tandis que les deux intrus s'interpellaient de la présence de la jeune mage. Il en profitait pour retourner s'allonger nonchalamment, quelque peu chancelant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Jeu 1 Fév - 22:02

La colère avait décuplé l'élan qu'elle avait mit dans son geste, persuadé qu'il chercherait à la stopper, étant d'ordinaire aussi impulsif qu'elle pouvait l'autre face à lui, mais il n'en fut rien. La jeune homme encaisse la coup de plein fouet qui se répercuta au même instant dans la mâchoire de la rouquine qui serra les dents pour ne rien montrer. Mais l'amplitude de son mouvement et la force qu'elle y avait octroyé avait réussi à déséquilibré le prince qui tomba à la renverse, et faute d'appui convenable pour se rattraper, elle fut entraîné par le mouvement et se retrouva rapidement effondré sur le captif au sol, une main sur son ventre, l'autre cherchant désespérément à la redresser sans parvenir à trouver un autre endroit où prendre son appui que le torse du jeune homme, ce qui malgré la confusion et la situation ne s'y prêtant guère, lui tira un rougissant notable ce qui attisa davantage sa colère de se montrer aussi émotive dans un tel moment et elle finit par se débattre pour sortir de l'emprise du jeune homme et de sa proximité directe. Faute de mieux, elle se laissa complètement tomber en arrière afin de pouvoir prendre appui sur le sol et se redressait, pestant intérieurement contre sa propre stupidité. Une fois debout, elle ne l'écouta que d'une oreille en entendant ses propos, mais elle avait déjà trop écoutés ce genre de paroles stériles et sans fonds par le passé, trop de fois elle s'était laissé bernée ainsi, sa naïveté avait fini par disparaître. En venant le trouver, la jeune femme ne savait pas ce qu'elle espérait vraiment. ? Une réelle justification, une raison valable pour tout cela, un démenti, n'importe quoi. Mais pas des propos réchauffés, maintes fois entendus par le passé. N'ayant plus guère envie d'en entendre davantage, elle tourna finalement les talons, bien décidée à quitter l'endroit et abandonner au passage les derniers sentiments l'attachant encore au dragon, mais il se trouva bien plus rapide et entêtée qu'elle ne pouvait l'être. Le sentant bouger dans son dos et désireuse de ne pas se laisser saisir une seconde fois de la même manière, la jeune femme fit volte-face pour se retrouver nez à nez avec le jeune homme, remarquant sa main tendue ce qui l'incita à éloigner la sienne. Le seul sentiment encore visible sur le visage strié de larmes silencieuses de la rouquine était la colère, et elle ne s'embarrassa pas de mots futiles pour l'inciter à garder ses distances, lui offrant simplement un regard noir et particulièrement significatif. D'ordinaire, ce genre de réaction suffisait à marquer la distance, mais pas cette fois. Ignorant ainsi la mise en garde muette de la jeune mage, il franchit le peu de distance les séparant et la força à une nouvelle étreinte. Le corps raidie, elle ne se débattit pas pour autant, sachant qu'elle n'aurait pas le dessus sur la force brute, et se laissa happée, surprise, et presque curieuse de comprendre cette réaction incongrue. La tête posée contre son épaule, elle s'interrogeait, jamais il ne s'était montré ouvertement affectif de cette manière, et qui plus est dans ce genre de moment où elle était très clairement remontée. Un bras le long du corps, l'autre replié contre son propre tors,e elle ne fit pas le moindre mouvement pouvant laisser croire au jeune homme qu'elle acceptait l'échange, bien au contraire. Toutefois, lorsqu'il se décida de nouveau à prendre la parole, Selene sentit fondre son masque de colère froide, laissant place à une expression stupéfaite. Si les premières paroles d'Aelendil étaient prévisibles, celles-ci en revanche, tout comme sa réaction, ne l'était absolument pas. Inconsciemment, cet aveu la fit se décrisper légèrement et alors qu'elle relâchait une partie de ses muscles ainsi malmenés, le contact chaud de la main de son geôlier se fit sentir contre sa nuque, repoussant les longues mèches envahissantes pour l'étreindre davantage. Sans savoir si son impression ait pu être fondé, la jeune mage eut l'étrange sensation de saisir une forme de détresse à travers ce contact poussé, ce qui l'incita à vouloir observer le visage du dragon, ce qu'il empêcha en maintenant sa prise fermement, sans se montrer brusque pour autant.  Montrant pour la première fois autre chose que de la violence, elle posa ses deux mains sur le ventre bandé du garçon pour tenter de le repousser et pouvoir croiser son regard, mais cessa tout mouvement lorsqu'il sembla passer définitivement aux aveux. Selene sentit sa poitrine se serrer sans parvenir à en définir la raison précise alors que son esprit lui hurlait qu'elle se faisait probablement encore manipuler. Quelques secondes plus tôt, sans ses réactions, elle l'aurait probablement cru également. Mais pas là. Il accepta enfin de la voir en la libérant de son étreinte à l'arrière goût amer, pour simplement poser ses deux mains sur les épaules de la jeune femme qui leva vers lui un regard perdu. Mais elle n'eut pas le temps de prononcer la moindre parole qu'il la repoussa gentiment à l'extérieur de la cellule avant d'en refermer la porte, la laissant pantelante face à la grille métallique en lui offrant de dernières paroles aussi énigmatiques qu'inquiétantes,  lorsque la lourde porte de bois s'ouvrir derrière elle.

"Geralt, je croyais l'endroit fermé." -" Il l'était …" - Les deux arrivants observaient la rouquine encore de dos d'un air mitigé, la confrontation entre ces deux-là n'était pas prévue pour tout de suite, de crainte que l'un des deux ne craque. Sans se démonter, la brune s'approcha de la plus jeune et posa une main sur son épaule pour lui signifier sa présence face à son absence totale de réaction. Selene prit enfin conscience de la proximité des deux intrus et se redressa d'un seul coup, retrouvant un visage impassible malgré les restes de pleurs ornant ses pommettes légèrement rougies. La mage s'en aperçut et jeta instinctivement un regard au captif qui avait reprit sa position de dormeur isolé avant de froncer légèrement les sourcils à l'attention de la jeune femme. - "Tout va bien Selene ? "- Cette dernière lui offrir un sourire mécanique, faussement tranquille, avant d'acquiescer tranquillement. -"Très bien. Le prince et moi-même avions simplement certains détails à régler concernant notre départ proche, et c'est chose faite." - Yennefer leva un sourcil suspicieux mais n'insista pas sur le sujet, relevant un autre problème qu'à l'évidence Cirilla n'avait pas encore évoqué avec sa fille. Jetant un coup d'oeil au sorceleur non loin d'elle, elle reprit de sa voix naturellement froide. - "Parfait. Justement, concernant votre départ, il sera un peu retardé jeune fille. Tu vas devoir t'attarder quelques jours supplémentaires, le temps de pouvoir maîtriser davantage tes capacités. Hors de questions de te laisser retourner à ton époque sans être capable de te défendre seule. "- Ce fut au tour de l'interpellée de froncer les sourcils face à l'insinuation de la mage. -"Je suis parfaitement capable de me défendre pas d'autres moyens tu sais." -" Je n'en doute pas. Mais j'ai également plusieurs choses à voir avec ton compagnon." - Elle se tourna vers la cellule et en repoussa la porte sans grande discrétion. - "D'ailleurs, nous venons te sortir de là jeune homme. Il est temps de te trouver un endroit plus adapté pour te remettre. Et je ne doute pas que tu sauras bien te tenir." - Ce disant, elle jeta un regard à Geralt qui détourna le sien, peu convaincu au fond de lui que ce soit une bonne idée. Geralt n'avait pas la même expérience que Yennefer concernant les êtres draconniques et craignait donc que le gamin ne rechute, avec toutes les conséquences funestes que cela pourrait avoir. Selene quant à elle était soulagée quelque part de le savoir de nouveau libre, mais ne savait plus quoi penser de ses dernières paroles pour autant. Elle lui jeta un dernier regard alors que la mage brune le rejoignait dans son cachot avant de tourner les talons en silence, peu désireuse de s'attarder tant elle était incapable de savoir combien de minutes encore elle serait en mesure de jouer la comédie face à eux. L'envie irraisonnée de prendre une monture et de s'enfuir loin lui traversa soudain l'esprit, mais elle savait qu'agir sur un coup de tête ne serait pas bénéfique. De plus dans ce monde, elle devait impérativement rester en compagnie de sa mère, faute de quoi elle pourrait complètement fausser le cours du temps. Plus que jamais désireuse de solitude, Selene grimpa le long de l'escalier de ronde jusqu'à se trouver sur la muraille la plus isolée de la citadelle, en proie au vent glacial venu du nord. Ignorant l'assaut mordant des bourrasques, elle resta longuement figée ainsi à observer la chaîne montagneuse s'étendant sous ses pieds. Jusqu'à ce que le sommeil ne la rattrape une nouvelle fois et qu'elle ne se décide enfin à rejoindre son lit. Pas une fois malgré ses états d'esprits violents ces dernières heures, sa puissance ne s'était manifestée de manière intempestive. Signe que le contrôle était en bonne voie.

Postée sur une arbre non loin de la forteresse, la jeune femme dont la tenue grisonnante se fondait parfaitement dans le décor hivernale, guettait la moindre petite proie passant à sa portée. Oubliant momentanément les recommandations, elle avait quitté l'enceinte pour aller quérir un peu de gibier, lassée des sempiternels repas à bases de céréales et de vin. Elle avait faim de viande. Son arc en main, se mouvant avec la discrétion d'un trappeur, son regard accrochait le moindre mouvement imprévu pour s'offrir son prochain dîner. Un craquement la fit se retourner soudainement, son arme prête à tirer lorsqu'elle reconnut la chevelure brune d'un des sorceleurs habitant Kaer Morhen. -" Tire-toi de là, tu vas effrayer les bêtes." - L'interpellé a qui elle venait de chuchoter se contenta de lever les deux bras chargés de quatre lièvres, sans même prendre la peine de lui jeter un regard. - "Tu parles de celles-là fillette ?" - Selene afficha une moue passablement blasée et soupira bruyamment avant de quitter son perchoir, comprenant que la partie de chasse était finie. - "Il me semblait que tu devais rester là-haut non ?" - "J'étouffe … Je supporte mal les murs." -" Tu es sûre qu'il n'y a que les murs ? "- "Et les entraînements de ma mère … Elle va me tuer plus vite que la chasse si ça continue !" - Eskel se mit a rire doucement avant de lui jeter la moitié de son butin qu'elle rattrapa d'une main agile. - "Ta mère est passée par là avant toi. T'en fait pas, tu y survivras sans problème." - "Hmph …" - Devisant tranquillement, les deux chasseurs se mirent en chemin pour regagner la citadelle, enlevant ainsi la jeune mage à la tranquillité de la vie sauvage. A dire vrai, ce n'était pas tant les entraînements de Ciri la prenant par surprise pour mieux parfaire son contrôle qui la gênait, c'était l'inquiétude de se retrouver seule à seul en compagnie d'Aelendil maintenant qu'il était libre de ses mouvements. Deux jours étaient passés depuis leur étrange discussion, et depuis, toutes ces paroles ne cessaient plus de tourner dans son esprit tourmenté, la laissant indécise et incapable de savoir ce qu'elle devait faire. Incapable de savoir s'il se moquait toujours d'elle ou si leur situation était semblable en fin de compte. La méfiance lui dictait ses pas, pourtant elle voulait croire en la bonne foi du dragon, malgré tout. A peine eurent-ils franchit le portail qu'une tornade argentée l'assaillit sous le regard amusé du sorceleur qui s'éloigna de quelques pas. Uniquement armée de son arc, Selene para le coup de lame de sa mère et la repoussa avec force avant de canaliser son énergie pour chercher à la renverser. Elle avait l'avantage sur un point face à Cirilla, cette dernière ne voyait pas les flux d'énergie autre que le sien, c'est pourquoi tout en repoussant et esquivant les assauts continus de la jeune sorceleuse, Selene parvint tant bien que mal à la contourner à l'aide de sa magie pour en libérer une vague d'énergie et la repousser sur le flanc gauche avec assez de force pour la faire tomber et la désarmer. Mécontente malgré tout, la rouquine se planta devant son adversaire les mains sur les hanches et fronça les sourcils. -" On peut considérer que c'est bon cette fois non ?" - L'argentée esquissa un sourire satisfait et tendit la main en direction de sa fille pour quérir un soutien et se relever avant de lui offrir un regard joueur. - "Méfie-toi quand même la prochaine fois que tu prendras ton bain. " - "Raaah, sérieusement ? Je t'ai battu les deux dernières fois où tu m'as prise par surprise ? Ca ne suffit pas ?" -" Je ne suis pas convaincue non." - "Tu es épuisante surtout !" - "Je l'admets. Mais c'est pas mal, tu te débrouilles de mieux en mieux. "- Elle se  baissa pour ramasser le butin de la jeune mage et le lui rendre avant de reprendre, un brin plus sérieuse cette fois-ci. - "Evite quand même de t'aventurer trop dehors avant ton départ … Nous ne sommes pas les seules à pouvoir voyager dans le temps Selene, et je n'ai pas envie de voir Avala'ch débarquer ici." -" Je fais attention, je te le promets." -" Je n'en doute pas, ce n'est pas toi qui m'inquiète ... "- La rouquine ramassa son arc au passage et marque un temps d'hésitation en observant la cour vide avant de reprendre en feignant l'indifférence. - "Où est le prince au fait ?" -" Sous la surveillance de Geralt quelque part dans le château. Il a du mal à le laisser vagabonder seul pour l'instant … "- La jeune mage acquiesça et ne répondit pas, rejoignant la salle principal dans l'idée de s'occuper de leur gibier. Habituée à ce genre de besogne peu ragoûtante, elle ne rechigna pas à le faire contrairement à Yennefer qui ne supportait pas l'odeur de la tripe, même fraîche et ne manqua pas de l'inonder de commentaires excédés. Joueuse malgré elle, la rouquine prit donc tout son temps pour accomplir son travail avant de les laisser au bon soin d'Eskel pour la cuisson. Ses vêtements imprégnés de sang frais, ses mains et ses avant-bras recouvert de matières tout aussi peu ragoûtantes, la brune ne tarda guère à la renvoyer à l'extérieur avec ordre immédiat d'aller retirer tout ça. Ayant l'impression d'avoir parfois trois mères sur le dos au lieu d'une seule, la jeune mage soupira mais obtempéra pourtant de mauvaise grâce, se dirigeant vers la partie réservée aux ablutions, un genre de sources chaudes. La journée tombait déjà, l'endroit serait très certainement désert, à compter de cette heure, tout le monde avait tendance à se rassembler dans la pièce à vivre, une chance.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Lun 5 Fév - 5:17

Les deux intrus n'étaient autre que Geralt et Yennefer, toujours ces deux là, le hasard n'étant pas la cause. Après tout, Yennefer était majoritairement celle a qui il devait sa lucidité. Le duo vint le titillait un court instant avant de lui annoncer la décision unanime le concernant. Il allait être libéré, il avait eu assez de temps pour se remettre en question, ils précipitaient les choses car bientôt nos deux acolytes devaient repartir à leur époque. C'est légèrement passif qu'il se redressait de sa couchette pour observer la sorcière entrer.. La cellule était ouverte depuis le début et à aucun moment le dragon n'avait ne serrait-ce que songer à s'échapper. Affirmant la confiance qu'elle plaçait en lui, Yennefer le libérait de ses entraves. Pendant ce temps, l'argenté jetait un regard à son amie qui ne tardait pas à quitter la tour sans plus de cérémonies. Il s'interrogeait alors, le regard dans le vague, est-ce que Selene lui accordera son pardon ? Il en était majoritairement affecté, comprenant quelque peu qu'il en avait grand besoin pour émerger de sa culpabilité grandissante. Il se demandait aussi ce qu'elle avait pu en conclure en annonçant avoir fini de régler ses comptes. Il n'avait pas le sentiment d'avoir était suffisamment à la hauteur d'une quelconque crédibilité tant le poids de ses actes était chargé. Quand il franchit le seuil de sa cellule, Geralt se permit une menace à son égard, l'incitant à ne pas faire de vague au risque d'y perdre des membres. Yennefer en profitait pour renchérir de son air naturellement enjoué. « Oh ne crains rien, je pense que notre jeune ami saura retrouver la lumière... » Aelendil jetait un regard à la brune, quelque peu gêné par cette insinuation douteuse en soit. Car en effet, notre ami n'avait pu qu'identifier ces paroles à Selene.

En dehors de la tour, Al restait quelques secondes à contempler l'endroit qui lui était naturellement quelque peu familier. Son abdomen et sa main le titillaient un peu à cause de la météo glacée de l'époque. Le sorceleur le ramenait à la réalité tandis qu'il s'imprégnait de l'air extérieur comme s'il n'avait pas vu ni ressenti le monde depuis des mois. Le froid le fit frissonner et il se remit en marche à la suite du sorceleur qui lui présentait l'endroit et son histoire. Yennefer les avait quitté plus bas bien avant qu'ils n'arrivent enfin au bâtiment principal. Le devançant, l’aîné poussait les lourdes portes du bâtiment pour laisser passer notre ami qui entrait d'un pas peu animé. Il était encore dans sa bulle, difficilement sociable face à ces êtres à qui il devait beaucoup sans avoir rien demandé. Il leur était infiniment reconnaissant malgré sa frustration. Il savait pertinemment que ce retour à lui était un intérêt certain pour Selene. Par conséquent, tous considéraient le dragon comme allié afin d'offrir à la jeune mage toutes ses chances de survie. Il traversait l'immense hall en emboîtant le pas au sorceleur, il attirait les regards curieux des quelques âmes présentes. Sans un mot, les deux hommes s’arrêtèrent à hauteur de deux femmes. Deux ravissantes créatures comme il en avait rarement vu, c'était-là l'atout majeur et cliché des sorcières d'ailleurs. Geralt présentait aussitôt le dragon aux deux femmes qui restèrent muettes dans un premier temps. Al ne put s’empêcher de regarder Ciri dont le regard et les traits lui rappelaient indubitablement Selene. Elle lui rendit ce regard insistant sauf que elle, elle semblait le jauger fermement. L'autre était bien plus nonchalante, elle brisait même le silence en annonçant être ravie de rencontrer un dragon. Le concerné avait détourné un regard inquisiteur sur la rouquine qui renchérissait de plus bel. De quoi détendre un peu l'atmosphère car Ciri se permit également un commentaire -en soit accusateur-. Geralt remettait de l'ordre dans tout ça en revenant à un sujet primordial en s’adressant directement au prince.

-Tu serras principalement sous ma surveillance, tu te doute bien que nous ne prendrons aucun risque.
-Pourquoi me relâcher si vous ne me faites pas confiance ? La tour ne m'était pas désagréable... annonçait-il sans le soucis de plaire à ses sauveurs tant il était loin de tout cela.
-Parce que nous ne te connaissons pas dans un premier temps, et qu'ensuite, Yennefer semble croire en toi.
-Hmpf... l'argenté détournait le regard, agacé et accessoirement gêné par cet espoir que la brune misait en lui.

Ainsi débutait la cohabitation avec ce nouveau groupe et notre ami. Ce fut ses uniques contacts car désintéressé par les autres habitants de la forteresse, il s'isolait le plus souvent. La première journée lui accordait répit dans une chambre pour se remettre de ses blessures. Le lendemain, lui apportait de nouvelles perspectives en discutant avec Geralt et Yennefer. Ils tentèrent de dissiper les doutes du dragon, tentant de le ramener à une réalité stable qu'il ne fuirait plus. Ils discutèrent un quart de l'après-midi, il en ressortit la nécessité de rabibocher nos deux acolytes. Al avait comme conseil de ne pas fuir son amie et de se comporter en homme en faisant toujours le premier pas. Conseil que la sorcière avançait en en avisant son amour en face d'elle. Un détail qui terminait de blaser l'argenté qui se mit automatiquement sur la défense en craignant d'être jugé plus sur ce point. Riant face à l'attitude on ne peut plus humaine de notre argenté, Yennefer pouffait narquoisement avant d'ajouter sous ses airs d'entremetteuse.

-Si tu veux gagner le pardon et le cœur de Selene par la même occasion, il te faudra bien plus que des paroles justificatives.disait-elle en le prenant un brin de haut.
-J'en ais assez entendu... se dérobait Al en entreprenant de les laisser tous les deux dans leur délire fondé. Il était désireux de regagner la paix.
-Oh non, rustre comme tu es je crains qu'il ne faille bien plus de temps à cet apprentissage plus que d'autres...
-Hmpff... pouffait délicatement le sorceleur, amusé par le manque de tact de son amour.
-Si tu veux mon avis, reprenait-elle d'un ton presque hautain.
-Ais-je le choix... se désespérait le prince en ressentant le besoin d'en placer une. Aussi, il était lasse de l'entendre parler d'un amour qu'il ignorait encore l'existence à travers ce voile d'amitié pure.
-Tu n'es bon qu'à être une lame en agissant ainsi, tu ne serras jamais plus (+) que le souvenir d'une amitié, enchaînait Yennefer sans relevait l'enfantillage du dragon tandis qu'il s'éloignait lentement. N'oses espérer la paix sans regagner sa confiance.
-Je le sais ! S'impatientait Al face à cette morale embarrassante.

Dans un dernier regard significatif, l'argenté quittait le champs de vision du duo pour gagner à présent celui de Ciri en pleine méditation dans la cour déserte. « Où vas-tu comme ça ? » l'avait-elle alpagué d'un ton ferme sans perdre de temps. De tous, Ciri semblait la plus froide à son égard sans compter Selene qu'il n'avait pas croiser plus longtemps qu'un repas jusqu'à maintenant. Il soupirait de lassitude en imaginant que maintenant c'était au tour de Ciri de le sermonner. Il avait ralenti le pas jusqu'à s'arrêter complètement, là, il levait le menton en l'air, blasé. Il tournait d'un quart pour apercevoir l'argentée assise en tailleur à vingt mètres plus loin en hauteur. Al détournait le regard en lâchant de sa voix neutre.

-Je prends l'air, il relevait aussitôt son attention sur la jeune femme d'un air bien plus froid, en ais-je encore le droit ? Rajoutait-il d'un ton accusateur qui traduisait une certaine provocation.
-Tsss... Cela dépend jusqu'où tu comptes allait le chercher...  elle marquait une courte pause avant d'ajouter sur un ton venimeux, ton air.
-Loin du tiens en tout cas, rétorquait-il aussitôt en détournant les talons pour continuer de s'éloigner.

Il n'avait pas l'intention d'aller bien loin, suffisamment pour être en paix toutefois. Ciri se sentit un brin désarmée face à l'attitude aussi stricte du dragon. Elle lui rappelait la sienne quelque part. Dans un premier temps elle voulut l'inciter à dégager de son champs de vision cependant elle se souvint vite qu'il n'était peut-être pas bon de le laisser hors de vue. Alors elle abandonnait sa séance pour rejoindre le sol et alpaguer notre argenté. « Reviens par ici tu veux, je ne suis pas à ta disposition. » L'argenté roulait les yeux au ciel en ignorant la jeune femme derrière lui. Son tempérament lui rappelait celui de Selene, personne ne lui avait encore parlé du lien unissant son amie et cette femme. Cependant, c'était plus qu'évident qu'elles étaient parentes, il avait loupé tous les repas en commun, convalescent. Quelque part, c'était un privilège de vivre parmi ce groupe, il se doutait également combien Selene devait en être affectée. Il avait compris que la belle devait être heureuse de vivre ces quelques jours et aussi que c'était là son unique attention pour le moment, aussi légitime fut-il. C'est pourquoi, il s'était trouvé cette excuse pour s'éviter d'avoir à confronter de nouveau la jeune femme. Malgré tout, à aucun moment il n'avait cherché à se dissimuler lorsqu'elle fut proche. Il recommençait à attendre patiemment le bon moment, seulement il savait cette fois que le temps lui était compté compte tenu de ses précédentes erreurs.  Il commençait à assimiler la leçon, ses réflexions étaient bien moins obstruées qu'autrefois à présent. Il se permettait certaines remises en question délicate comme son affection pour la rouquine. L'avait-elle finalement pris au mot lorsqu'il lui avait affirmé ne plus la décevoir même au prix fort de renoncer à elle ? L'idée lui taraudait un peu l'esprit à ses heures creuses.
Ciri le devançait afin de lui barrer la route, elle qui avait la faculté de se mouvoir prodigieusement. Surpris, l'argenté s'était stoppé net en exprimant son agacement face à la jeune femme. Il l'observait un court instant avant de la dépasser délicatement en tournant le buste pour éviter de lui mettre un coup d'épaule.

-Bien, je n'aurais qu'à supporter ton air pollué...
-C'est toi qui as commencé en me provoquant, alors ne viens pas te plaindre ! Où comptes tu aller comme ça ? Ta chambre est à l'opposé et les autres aussi.
-Ohh... s'étonnait notre ami en continuant de marcher en direction du port quelques mètres plus bas une fois sorti de la cours. Alors on en est là... il fit une moue, amusé par le temps qu'il essayait de glaner en la titillant et reprit, nonchalamment en haussant les épaules. Je voulais rejoindre le ponton, rien de plus... Il disait cela en empruntant l'escalier qu'il descendait vite.
-Mais, tu sais pertinemment que tu ne dois pas échapper à notre vigilance, alors pourquoi ne pas m'en informer plus tôt au lieu de jouer au con ?
-... Il la laissait le rejoindre avant de répondre de son air détaché, bien évidemment... c'est pourquoi j'attendais que tu m'accompagnes.

Aelendil jetait un regard furtif à l'argentée qui venait de louper un pas face à cette manipulation grotesque. Elle ne pensait pas l'argenté aussi subtile, pensant avoir à faire à un être bien plus simpliste que ça. Elle le rejoignit vite et lui saisit le col tout en marchant à l'envers, bras tendu elle parvint à le faire légèrement dévier sans l'arrêter. Le regard noir pour dissimuler sa petite stupeur, elle lui dit en serrant les dents face un orgueil bien maîtrisé digne de respect.

-Ne t'avises plus de me balader ou je te couperais les autres doigts qu'ils te restent. Elle le relâchait et prit la tête de la marche un brin irritée.
-Hmpf... Allons bon, m'aurais-tu escorté ? Demandait-il en insistant le dernier mot bien choisi.
-Non. Répondait-elle sèchement en gardant le silence.
-Et en parlant de mes doigts... C'est toi qui me les as coupé? Tentait-il de s'informer d'un ton neutre alors qu'il lui jetait un autre regard en coin.
-Ciri ! Débarquait Triss en coupant court à la curiosité d'Al.
-...Triss ? S'étonnait Ciri en se retournant vivement comme prise sur un fait qu'elle n'avait pourtant pas commis.
-Je suis rentrée plus vite que prévu, un ami m'a ouvert un portail. Mais, dites moi ... elle terminait de les rejoindre pour continuer. Où allez-vous tout les deux ? Non pas que je sois déçue de cette entente. Elle levait un sourcil approbateur à son amie avant d'enchaîner,  je suis contente de voir que tout le monde commence à s'accorder.

Aelendil feintait fièrement l'indifférence en trouvant intérêt à scruter l'horizon, tête tournée. Ciri, quant à elle, son irritation était palpable bien qu'elle s’efforçait de ne pas relever pour simplement répondre en affichant sa réticence. « Je me suis malgré moi retrouvée à jouer la nounou, rien de plus. » elle avait rendu le mouvement de sourcil à la rouquine sans mimer l'humeur agréable. Triss décidait de les accompagner et la jeune femme en fut ravie, prétextant vouloir un rapport des nouvelles qu'elle apportait. Aelendil se retrouvait affalé dans son coin à chercher la quiétude tandis que les deux femmes bavasser au loin. Aucun son ne lui parvenaient d'ici, il était en plein calme, celui recherché et pourtant... La présence des deux créatures à cent mètres de lui le déstabilisait. Il n'arrivait pas à se concentrer, préférant de loin la présence du sorceleur. La situation l'agaçait et au bout d'une heure, le dragon rejoignait les deux jeunes femmes pour retourner au bercail. Chemin faisant, Triss changeait d'interlocuteur pour venir brancher notre argenté qui avait prit de l'avance.

-Aelendil !! Ralentis un peu ! J'aimerais te parler de quelque chose !S'écriait-elle en ennuyant plus qu'autre chose le concerné.
- Oh... Triss... Ciri fixait d'un œil mauvais la silhouette du garçon en parlant d'un ton bas, perspicace elle redoutaitla chose suivante, ne me dis pas que tu comptes attirer cet inconnu dans tes filets !
-Hin hin... ricannait délicatement la rouquine prise sur le fait. Je reconnais qu'il ne me laisse pas indifférente.
-Hm... l'argentée passait une main sur son front avant d'en dégager une mèche, désespérée.
-J'ignore si c'est le fait qu'il me rappelle indéniablement Geralt ou bien... Elle plissait les yeux en reluquant le dragon autant qu'elle pouvait, lui qui n'avait pas ralenti. Son regard pâle et pourtant si noir ou bien cette stature... il a l'air si puissant, je me sens attirée par ce qu'il est.
-Pitié, Triss... Tu as le chic pour mal jeter tes filets...
-Venant de toi ça ne me touches pas. Sachant ce qu'elle avançait elle la narguait de son air enfantin et jovial naturellement fréquent. Allez Ciri, ne me dis pas qu'il n'est pas à ton goût !
-Je n'y ai jamais songé pour être franche. Se mentait-elle, loin d'être désintéressée mais clairement plus discrète de ce côté.

Les deux jeunes femmes terminaient de s'accorder avant que Triss ne retente sa chance auprès du dragon qu'elle recommençait à interpeller. Aelendil ne supportait plus d'entendre ce prénom qui était le mensonge de sa vie. Alors il stoppait ses pas progressivement, agacé. Triss jetait un regard complice à sa voisine avant de se presser tout en l'incitant à reculer. « Pourquoi rebrousserais-je chemin alors que je le fuis ?! » grognait-il de profil en lui accordant un regard en biais. C'était une manière subtile de leur dire qu'il les fuyait elles. La rouquine rejoignit l'argenté et se pendit aussitôt à son bras en le ramenant aux pas. Elle lui imposait une cadence qui permit très rapidement à la retardataire de les rejoindre. Toujours en retrait malgré tout, Ciri s'en voulait d'avoir également un faible pour notre ami. Elle trouvait cela ridicule compte tenu de ce qu'il représentait justement.
Tentant de soutirer un échange avec le dragon, Triss énonçait l'idée suivante, sûre d'elle. « Peut-être pourrions-nous s'instruire mutuellement entre manipulateur de feu. » Soumettait-elle d'une voix suave en agrippant du regard le prince. Al levait un sourcil mitigé par de nombreuses suppositions et traductions de cette invitation. Une légère moue soulevait sa lèvre inférieure avant qu'il ne réponde en baissant le menton à son attention.

-probablement...
-Probablement ? S'étonnait la rouquine pendant que Ciri se moquait dans son coin en relevant cet instant blessant pour la charmeuse. Je ne me fies pas aux probabilités masculines, disons plutôt... à quatorze heures demain dans le vestibule.

Aelendil restait perplexe, n'ayant pas tout capté de cet échange aux allures ambiguës. Triss continuait toutefois de converser en embarquant Ciri dans ses sujets pour animer leur court chemin.  Elle en vint même à soumettre l'idée à Ciri d'arranger la tignasse du maudit. Ce à quoi la jeune femme consentit pour faire plaisir à son amie et avoir la paix.
Dans le grand hall, Selene, Geralt et Yennefer étaient absents.Al passait le restant de journée en compagnie des deux femmes avec qui il se familiarisait un peu pour son plus grand bien et celui du groupe. Il n'y eut pas de repas commun tant le groupe semblait occupé sur plusieurs front. Son repas englouti en compagnie de Triss, Al passait ensuite sa soirée seul à l'air frais en dominant les hauteurs de la forteresse. Sa contemplation de la voûte céleste fut interrompue quelques minutes, le temps que Selene ne rentre d'une de ses virées. Suivant la silhouette sur le parterre neigeux, il s'était  d'avantage tassé dans sa posture en proie à une nostalgie imprévisible.
Le lendemain, Al retrouvait pleinement la forme, une petite cicatrice marquait à jamais cet épisode de sa vie tandis que ses doigts avaient presque fini de se régénérer. Il rejoignit la rouquine comme convenu, n'ayant rien de plus constructif -si ce le fut- ou intéressant à faire.
Si Al fut pile à l'heure, Triss était en retard, se faisant volontairement désirer. Quand elle apparut, elle lui parut plus pimpante et attirante que les autres fois. En réalité, elle l'agaçait à cause de cette petite similitude concernant la chevelure. Un roux toutefois différent dans la teinte car ceux de Triss brillaient d'une nuance dorée au soleil. Ses yeux bleus et son visage enfantin tranchait avec celui de sa moitié. Triss était bien trop entreprenante dans son attitude pour qu'il n'en soit affecté. Cependant, elle quittait très vite ses allures de charmeuses pour s'avérer être un professeur compétent. Aelendil put reprendre les bases de son précédent apprentissage auprès d'Avalac'h. Ils s'affrontèrent, Al put relever le niveau sans qu'ils n'aient à se blesser mutuellement. Ce fut même un jeu auquel l'argenté prit plaisir à participer. Un défouloir efficace et instructif. Le restant de l'après-midi, ils le passèrent à discuter. Al  découvrait un peu plus de l'histoire extraordinaire de la sorcière. Elle comme les trois autres étaient de véritables légendes qui laissèrent un goût amer au prince. Ce soir-là, Aelendil participait à un repas commun, le groupe réuni, ils passèrent deux bonnes heures à table avant de se dissoudre. Nos acolytes demeuraient toutefois loin l'un de l'autre, notre ami déviait fréquemment un regard vers sa moitié dont le profil lui suffisait amplement à chaque fois.

Le jour suivant fut plus attrayant pour le jeune dragon qui trouvait nouveau maître auprès de Geralt pour une séance d'escrime puis Yennefer pour renforcer son esprit. Al n'avait osé reprendre forme draconnide depuis son retour à la réalité. Le temps passé auprès de la brune lui permit de mieux appréhender sa prochaine transformation. Il comprit que la maîtrise passait par l'état d'esprit et la raison pour laquelle et dans lequel il se transformait. En fin de soirée, il dînait seul avec le sorceleur tandis que les femmes tardaient à revenir de leur entraînement, comme prévu. Al savait que sa moitié s'entraînait non loin sans avoir daigné rester plus longtemps que cinq minutes. Dissimulant sa présence, comme beaucoup d'autre chose optimistes ou attentionnées concernant la rouquine.
Ainsi, deux jours s'étaient écoulés depuis sa libération, ses rapports avec les autres étaient nettement moins froids. Ciri s'était résolue à mettre de l'ordre dans la chevelure du dragon qui s'entêtait à les attacher négligemment. C'est donc en fin d'après-midi, lorsque chacun profitait du calme avant le début de soirée, qu'elle entreprit l'atelier coiffure. La sorceleuse se rendait compte qu'elle était peut-être un peu trop dure avec lui, surtout s'il fut celui que Yennifer et Lornell affirmaient. Installés dans le hall près de la cheminée, Ciri lui faisait un bout de conversation. Aelendil se terrait dans le silence, observant le feu dans la cheminée plutôt que sa coiffeuse improvisée. Un tas de réflexions diverses se bousculaient dans son esprit, il n'était pas à l'aise avec cette femme et craignait de la regarder à cause de ce qu'elle représentait. Elle même n'osait plus s'attarder après avoir reconnut qu'il était homme plaisant à regarder. C'était rien de plus qu'une image à ses yeux et elle le savait pertinemment pourtant elle en était quelque peu charmée. Et tandis qu'elle lui faisait face pour égaler l'avant de la tignasse travaillée, elle songeait à la probabilité que Selene pouvait être entichée de cet être dangereux. Ciri finit par se terrer dans le silence après quelques échanges variés. elle reprit sa concentration en mettant ces songes pour plus tard. Aelendil, pendant ce temps, s'autorisait un bref regard sur le joli minois proche de lui. Sentant ce regard sur elle, Ciri le fit sèchement tourner la tête d'une main sous le menton.

-Hmpff... pouffait délicatement le dragon soudain en proie à un instant de tendresse. Vous vous ressemblez tellement...
-Fermes-la, je ne voudrais pas te planter malencontreusement.
-Hun hun... riait-il amèrement, sans trop bouger, le regard dans le vide. Cela arrangerait peut-être nos rapports...
-... Ciri s'interrompit un bref instant avant de reprendre avec plus de délicatesse, quelque peu calmée. Détrompes-toi, je suis du même avis que Yennefer, seulement...
-Je sais... l'interrompait-il de sa voix toujours aussi monotone. Je suis le descendant de deux lignées ennemies de la votre...

Sur ces mots, l'atmosphère commençait à se détendre et bientôt les deux argentés parvinrent à converser plus que par cessions de cinq minutes et encore. Le jeune prince confiait ses craintes concernant son sang et aussi ce qu'impliquait d'être le premier né du Roi Alesseï. Asloth, son demi-frère ne pouvait pas prétendre au trône dans la logique tant que le dragon était en vie. Ce détail fut mis en avant par Ciri qui cherchait à comprendre sans pour autant s'informer au point d'altérer le futur. Il fit part de son désire monstrueux de vengeance, uniquement animé par ce désire sombre, il ne portait aucun intérêt au pouvoir d'un roi. Avec tout ça, elle songeait à la probabilité que l'union des deux acolytes permettrait une paix longuement attendue et espérée depuis des décennies. Le Nilfgaard sortirait alors la tête des nuages noirs du pouvoir. Raison de plus pour ne pas altérer le temps... Elle se dit qu'elle devait vite avoir une nouvelle conversation avec Yennefer.
Ciri achevait sa coupe d'un dernier coup de ciseau avant de s'éloigner pour examiner son œuvre. Défait de sa longueur, Al  était plus élégant quoi qu'un peu trop sévère ainsi. Ciri lui avait laissé une certaine longueur qui permettait à l'argenté de gominer ou non sa chevelure en lui laissant des mèches de plusieurs centimètres lui barrer le front. Il ne restait plus qu'à supprimer sa barbe de quinze jours pour avoir l'air séduisant. Ciri lui annonçait tout en se détournant définitivement de sa tâche accomplie. « Pour la barbe tu te débrouilles... Mais fais quelque chose... » Il prit note du conseil en remerciant la jeune femme qui mit un simple coup de balaie avant de partir. Al passait plusieurs fois la main dans sa chevelure en brosse avant de se lever pour l'aider. Après quoi, le garçon se mit à l’œuvre pour raser de près sa pilosité. Un geste qu'il n'avait pas oublié.

Le début de soirée entamé, Aelendil accompagnait le sorceleur pour un bain dans les sources chaudes qu'il n'avait pas encore essayer. Un bien fait qui le tendit suffisamment pour en oublier les précédents événements. Il s'était assoupi, le torse à demi immergé, bras étendus sur le rebord en pierres chaudes, menton levé. Il était assis sur une petite marche prévue à cet effet. L'heure défilait et Geralt quittait les douches en laissant barboter le dragon. L’entraînement avec Yennefer l'avait épuisé bien plus que tous les autres. Ce repos était mérité, le sorceleur en avait conscience et le lui avait concédé. Il gagnait les arrières pour se revêtir et alpaguait Triss sur le chemin du retour pour garder un œil même de loin sur le garçon. Elle qui favorisait les bains de minuit, décidait de faire une entorse à ses habitudes. C'est sans la moindre gêne qu'elle rejoignit les sources dans le but de se baigner. Dévêtue entièrement, elle se couvrait d'une robe porte-feuille pour gagner le bassin où se trouvait l'argenté. Le pas voluptueux,elle traversait le nuage de fumée où elle y aperçut la silhouette désirée. Ayant quelques plans farfelus pour patienter le dîner, elle laissait glisser le tissus en coton de ses épaules qui s’aplatit à ses pieds. Là, elle entrait lentement dans l'eau fumante dot les ondes délicates mirent peu de temps à atteindre l'endormi. Elle ouvrit ses paumes de mains afin de générer une chaleur plus prononcée qui accentuait l'effet de vapeur en inondant l'endroit de ce voile blanc. Immergée jusqu'au bassin, la sorcière approchait lentement jusqu'à ce que le dragon ne ressente cette intrusion. Il ouvrit soudainement ses yeux pâles délicatement réveillé par la chaleur un brin oppressante de l'endroit. Il redressait le menton tandis que la rousse s'était arrêtée à quelques pas de lui. Quelque peu embrumé autant par l’atmosphère que son éveil soudain, il eut un double mouvement de recul en percevant la silhouette face à lui. Pris de court, il fut complètement affolé en pensant voir Selene dans une telle posture. « Se...Selene ?! » C'était si surréaliste au fond et pourtant... En voulant se redresser, l'argenté glissait sur un côté en manquant de piquer une tête. Il se redressait vivement en observant la tête rousse qui rasait l'eau en approchant dangereusement. « ...Qu'est-ce que tu fous là ?! » s'alarmait-il en proie à une montée d'adrénaline extrême. Bien qu'il fut en tout point déjà au pied du mur, il tentait encore de reculer et glissait une seconde fois alors que Triss fondait sur lui sans lui laisser le temps de réagir. Il se redressait mécaniquement, jeune femme pressée contre lui il eut tout le loisir de la voir distinctement. Triss se délectait de l'attitude timide du garçon jusqu'à ce qu'il déchante subitement. « Toi ?! » S'étonnait-il en arborant un visage bien moins décontenancé. Sourcils à demi froncés, il l'observait avec agacement avant de soupirer d'aise et de se laisser glisser sur le côté pour atteindre une marche. Triss restait stupéfaite un court instant avant de sourciller mécontente. Elle réalisait très vite que cette méprise traduisait l'absence de place entre les deux acolytes. C'est donc taquine qu'elle lui balançait en levant lentement la main devant son visage « Et bien, est-ce plutôt celui-ci qui t’intéresse ? » disait-elle en ayant changer son visage en celui de Selene l'espace d'une poignée de secondes. Al avait détourné le regard sans avoir cherché à reluquer la jeune femme nue près de lui. Il soupirait de lassitude en reprenant son calme apparent. Il lui jetait une fine gerbe d'eau d'un revers de main détaché pour lui indiquer de partir.

-Je n'ai que faire de tes tours, laisses-moi, rétorquait le prince d'un air presque méprisant.
-Tête de lard ! S'écriait-elle en projetant à son tour une gerbe d'eau bien plus conséquente. Ne baisses-tu jamais ta garde ?! Et elle lui assénait un coup de poing dans l'épaule qui lui valut un regard noir, un de ceux qu'elle raffolait.
-Ne refais pas ça... lui conseillait Al d'un air mauvais.
-Serrait-ce une menace ?

La frustration de la jeune femme diminuait avec son caractère enfantin, particulièrement joueuse, la sorcière cherchait le contact. Ce genre d'enfantillage l'ennuyait et il en venait à la conclusion qu'il allait soit devoir la noyer, soit se tirer. La seconde option lui paraissant la plus judicieuse. Triss revenait toutefois à la charge sans que l'argenté n'entre concrètement dans son jeu par le biais de magie. La sorcière étant bien plus avisée que lui était parvenue à se hisser à son flan pour le coller à nouveau. Triss passait une main dans la chevelure du garçon qu'elle gominait d'un air taquin avant de lui demander. « Et maintenant ? Pourquoi ne pas jouer à un autre jeu... » Al repoussait la main de la rousse définitivement pas intéressé, d'ailleurs ni la brune ni même la sorceleuse ne lui tournaient la tête. Chacune étant symbole de sagesse plutôt que sexualité. Le dragon se dégageait de l'étreinte, en dégageant d'un bras celui entreprenant. « Tsss... Ça ne m'intéresse pas... » voilà qui coupait court à la situation car ceci disant il s'en retournait au rebord. Triss fut seulement un peu déçue, une légère frustration ne la rendit pas pour autant mauvaise et elle se mit à rire telle une canaille. Un rire franc qu'elle accordait au fait que le cœur en pierre du garçon était tout simplement déjà prit. N'imaginant pas une autre possibilité qui l'aurait remise en question...  « Ce n'est que partie remise... » annonçait-elle d'une voix suave pour continuer de le taquiner jusqu'au bout. Al sortit du bassin sérieusement agacé, ennuyé par cette sorcière qu'il jugeait trop gamine. Il saisissait son peignoir aussi banc que sa chevelure et regagnait le vestiaire commun et salle d'eau. Il se séchait tranquillement, il aurait la paix pour le moment, c'était certain. Il comptait s'en plaindre au sorceleur si jamais ce dernier lui adressait un commentaire sur son bain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Lun 5 Fév - 15:10

La sol dallé laissa rapidement place à un carrelage plus rustique, plus sombre également alors que la jeune femme s'enfonçait dans l'enceinte des bassins, pensive. Déjà l'hémoglobine avait pris une teinte plus foncée en séchant sur sa peau pâle, et lui donnait un aspect bien plus sauvage que d'ordinaire lorsqu'elle défit sa longue tignasse pour la laisser onduler tranquillement le long de son dos. Seul le silence se faisait entendre le long des murs de pierre, et elle profitait de la solitude et de la sérénité qui en découlait pour se replonger dans ses réflexions. Elle avait plus apprit ici en quelques semaines qu'elle n'y était parvenue en plusieurs années à sa propre époque, mais ne se sentait pas plus confiante, pour autant, bien au contraire. C'était une chance  inouïe d'avoir pu connaître véritablement sa mère, néanmoins plus la jeune femme songeait à l'instant de son départ, plus sa poitrine se serrait de peine et de crainte à l'idée de retourner dans son monde. La crainte que son ami ne cède à nouveau à l'appel du pouvoir, qu'elle ne parvienne plus à mettre en œuvre ce qu'elle avait pu apprendre ici, la crainte que certaines choses aient changées, et pas forcément en bien. Selene soupira, invisible au yeux de quiconque et laissa tomber son masque de froideur et d'indifférence pour enfin permettre à ses émotions de passer la barrière de son visage. Les traits tirés, les yeux dans le vague, la jeune femme se perdit quelques minutes, encore peu habituée à l'endroit, avant de finir par trouver ce qui servait de vestiaire pour se débarrasser de ses vêtements souillés. Malgré sa silhouette agréable en temps normal, la jeune femme apparaissait plus comme un vision cauchemardesque désormais dénudée et marquée de sang, ses cheveux rougeoyant ondulant au rythme de ses pas. Sans se soucier le moins du monde se couvrir, la mage avait perdue ce qui lui restait de pudeur depuis longtemps maintenant, elle traversa le petit couloir débouchant sur les sources chaudes et poussa doucement la porte de bois brut pour laisser s'échapper un épais nuage de vapeur, lui tirant d'agréables frissons à la simple idée d'aller se fondre dans la tiédeur de l'endroit. Refermant derrière elle, Selene s'approcha du bassin avant d'entendre une voix s'élever sans pour autant parvenir à distinguer le moindre visage. Néanmoins, la voix lui était plus que familière et elle reconnut sans peine la présence de sa moitié, visiblement pas seul. Hésitante l'espace de quelques secondes, elle contourna légèrement l'étendue d'eau par rapport à l'endroit où se trouvait supposément le jeune homme et s'approcha à pas de loups, suffisamment pour parvenir à le voir parmi la vapeur, ainsi qu'une chevelure rousse parfaitement reconnaissable, et à sa position, très clairement collée contre le dragon. L'esprit un peu trop galopant de la jeune mage observa la scène en retrait durant quelques secondes avant que la voix de Triss ne s'élève à nouveau pour proposer une autre forme d'amusement à son voisin. Comprenant la nature de ces « jeux », Selene tourna rapidement les talons, la poitrine et les poings serrés, quittant la pièce sans discrétion cette fois, même s'ils étaient probablement bien trop occupés pour s'en rendre compte. L'énervement prit rapidement le dessus sur la stupeur de la rouquine et elle se contraignit à se rendre au moins sous une douche pour se rincer, et ne pas déambuler, complètement nue dans les couloirs pour s'enfuir le plus loin possible. L'eau froide eut au moins le mérite de lui remettre une partie des idées en place et de la convaincre de ne pas faire demi-tour pour aller y mettre son grain de sel, mais la déception profonde qu'elle avait ressenti en comprenant ne s'était pourtant pas totalement évaporé, même si elle ne parvenait pas pour autant à se l'expliquer. Peu désireuse de croiser qui que ce soit dans son état d'esprit morose, la jeune femme passa une tunique propre, une paire de botte et prit la direction opposée à la salle principale, rejoignant ainsi le chemin de ronde malgré le froid tenace où elle finit par prendre place, assise sur les créneaux en observant la chaîne montagneuse dans le soir montant.

Une petite boule bleutée flottait au-dessus de sa tête, sans plus nécessiter qu'une vague attention de sa part désormais, alors qu'elle taillait un petit griffon dans une bûche d'if à l'aide d'un poignard émoussé abandonné non loin. La dernière fois qu'elle avait prit le temps de faire une telle chose remontait à l'époque où elle vagabondait dans les bois de nuit, sans autre but que de profiter de l'air sauvage. Ce soir, Selene était seulement désireuse de vider son esprit de toutes les tourmentes qui pouvaient l'atteindre, et c'était là le seul moyen qu'elle avait trouver en fin de compte. Son œuvre d'art ne ressemblait pas à grand-chose, mais avait le mérite de lui occuper la tête et les mains, sans qu'elle ne se concentre sur quoi que ce soit d'autre. En presque quatre heures, personne n'était encore venue la déranger, ce dont elle se félicitait, peu encline à devoir tenir une conversation, mais ce repos ne dura pas et elle entendit très clairement le claquement de bottes sur la pierre se rapprochait de sa position alors que la nuit s'était posée depuis un moment déjà. Sans daigner regarder le nouvel arrivant, elle en reconnut rapidement l'aura flamboyante et ne s'en inquiéta pas davantage. La seule personne qu'elle redoutait d'affronter se préoccupait très certainement d'autre chose à cette heure-ci. A cheval sur le rebord de pierre, une jambe dans le vide, Selene sentit sa mère prendre place près d'elle, s'adossant au créneau, en restant tournée vers l'intérieur de l'enceinte. Cirilla n'était pas d'une nature extrêmement bavarde non plus, c'est pourquoi elle sembla hésiter un moment avant de finalement briser le silence que lui imposait sa fille. - "Ça fait un moment qu'on te cherche." -" Je n'avais pas faim." -" Si tu le dis …" - L'argentée n'insista pas mais observa le profil de sa fille avec attention, saisissant sans mal le mal-être qui l'habitait, ses traits tirés parfaitement visibles à la faible lueur de l'orbe arcanique. Elle esquissa un sourire et détourna le regard avant de reprendre la parole. -" Tu ne sais pas mentir Selene … Un trait familial il faut croire." - La rouquine soupira mais garda le silence, s'acharnant toujours sur le petit morceau de bois qui ne ressemblait plus à grand-chose, si bien que sa voisine reprit de plus belle. - "Qu'est-ce qui se passe ? Personne ne t'as vu depuis que tu ais parti te rincer, et je te retrouve à ronger ton frein dans le coin le plus reculé de la citadelle. Tu vas me soutenir que tout va bien peut-être ?" - La rouquine soupira et cessa son manège en baissant les yeux sur la pierre froide, consciente que son mal-être était d'origine parfaitement idiote. Néanmoins, Cirilla était une des personnes présentes dont elle se sentait le plus proche et en définitive, une des seules à qui elle accepterait de se confier. Ramenant sa jambe à l'intérieur du rempart, elle croisa ses bras sur ses genoux et daigna enfin offrir un regard à sa mère tout en hésitant. - "Je suis tombée sur Aelendil et Triss dans les sources chaudes toute à l'heure … Ils s'amusaient bien à ce que j'ai pu entendre ...  "- A l'entente du nom de la mage sulfureuse, Cirilla releva la tête et croisa le regard triste de la jeune femme qui le détourna rapidement pour ne pas se trahir complètement. Selene avait compris depuis un certain temps déjà que son attachement au dragon n'était pas clair, qu'il dépassait la simple amitié sans qu'elle ne puisse clairement dire s'il s'agissait d'autre chose tant ses sentiments à son égards étaient complexes. Rancune, colère et confiance se retrouvaient étrangement entremêlés ce qui ne lui simplifiait pas la tâche, bien au contraire. Malgré tout ce qu'elle pouvait lui reprocher, malgré ses torts, elle n'avait pu s'empêcher d'espérer que cela finirait un jours par se tasser, pour qu'ils retrouvent leur complicité d'antan. Mais force lui était d'admettre au fur et à mesure des années que cela semblait un chemin bien impossible à emprunter. Le temps de l'enfance lui manquait parfois cruellement, comme ce soir, l'époque où ils n'étaient pas conscients de tout cela, où ils étaient juste deux mômes s'appréciant simplement pour ce qu'ils étaient. La sorceleuse soupira doucement en constatant que son aînée avait finalement réussi à mettre son plan à exécution en s'accaparant le dragon, un choix peu judicieux tant il semblait risqué à ses yeux. Qui plus est, elle avait également eu le temps de bavasser avec Yennefer qui lui en avait apprit davantage sur le lien étroit liant les deux jeunes gens, en partie à cause du sort de Lornell. La brune avait puisé une bonne part d'informations primordiales dans l'esprit du dragon en cherchant à le faire revenir, et si elle en avait conservé la majeure partie pour les premiers concernés, elle s'était toutefois permis d'en partager certaine en voyant le manège des deux jeunes femmes en compagnie de l'argenté un peu plus tôt. A l'évidence, si elle-même était au courant, ce n'était pas le cas de Triss, ou bien cette dernière avait simplement décidé de l'ignorer, ce qui au final ne l'aurait pas vraiment étonné. Fut une époque où elle et Yennefer se seraient littéralement battues pour s'accaparer le sorceleur, une attitude ridicule aux yeux de la jeune fille mais qui traduisait bien le peu de limites que les deux sorcières pouvaient avoir dans ce domaine. Yen avait vu l'attachement profond d'Aelendil pour sa fille, même s'il refusait encore de se l'avouer, cette affection subsistait depuis leur enfance à l'évidence, se muant au fil des ans en autre chose de plus puissant et profond. Compte tenu de leur passif commun, Cirilla n'aurait pas été tellement surprise que la même chose se produise du côté de Selene, et butée comme semblait l'être la jeune femme, elle aurait peut-être même plus de réticence à l'avouer encore que le jeune prince. Elle soupira doucement et repoussa ses mèches opalines derrière son oreille tout en fixant les lumières à l'intérieur de la bâtisse, vacillant tranquillement. Elle hésita puis reprit finalement. - "Et ? C'est ce qui te met dans cet état ?" - "Un peu oui ! J'ai du mal à concevoir qu'il puisse déjà s'octroyer du bon temps avec tout ce qu'il a fait … "- L'argentée esquissa un infime sourire pour elle-même avant de reprendre d'une voix posée. - "Laisse-lui un peu de temps Selene. Il revient de très loin, et toi aussi. Il a besoin de retrouver ses marques, et tu ne l'y aides pas vraiment pour le moment …" -" Je rêve ou tu prends sa défense ?" -" Absolument pas. Mais il faudrait être aveugle pour ne pas voir que tu évites sa présence depuis qu'il a quitté la tour. Pourquoi cela ? "- "Je crois … je crois que je ne suis pas prête à lui pardonner ce qu'il a fait." - "Cela peut se comprendre, mais toi il faut que tu penses aussi que tu es la seule à le connaître vraiment, et en qui il a réellement confiance. Il doit encaisser le fait d'avoir commis des atrocités après avoir perdu le contrôle de ce qu'il était, et de t'avoir fait souffrir. Si tu lui refuses ton soutien, il ne sait plus vers qui se tourner. Si Triss lui a offert l'épaule dont il avait besoin quand tu lui refusais, il est normal qu'il l'ait accepté, tu ne crois pas ?" - La jeune femme maugréa en détournant les yeux. - "J'pense pas que c'est de son épaule qu'il a le plus profité … "- Sa mère s'agaça légèrement et reprit, un peu plus froide qu'elle ne l'aurait voulu. - "Ne joue pas sur les mots je t'en prie. Si tu ne peux pas prendre sur toi pour l'aider, alors ne soit pas surprise qu'il finisse par se tourner vers d'autres. "- Comprenant les paroles de sa mère comme le fait qu'on lui remette presque sur le dos que c'était de sa faute s'il partait batifoler trois jours après avoir quitter son emprise cauchemardesque, Selene prit la mouche et la colère la gagna doucement. -" L'aider ? Pourquoi est-ce que je devrais l'aider ? Il m'a trahi, kidnappé, livré à son frère qui voulait m'assassiner, à détruit les îles de Skellige à lui tout seul, massacré une population entière, a rejoint la chasse pour essayer de nous détruire tous les deux en prenant des enfants en otages, et c'est moi la méchante parce que je refuse de le voir ? Y'a rien qui cloche d'après toi ?" -" Je n'ai rien dit de tel Selene. Simplement, d'après Yennefer, il a besoin de toi pour pouvoir se retrouver complètement." -" Et bien moi, je n'ai pas besoin de lui. "- "Pourquoi ai-je du mal à te croire ma fille ? S'il t'étais si indifférent, tu ne te morfondrais pas ici depuis des heures. Si Lornell a jugé utile de mettre en place ce sort malgré ce que cela lui en coûtait, c'est qu'elle avait une raison, et je commence bien à cerner de laquelle il pouvait s'agir." - La rouquine se releva finalement, agacer par cette conversation commençant à tourner en rond et à lui apporter des choses qu'elle ne voulait pas entendre, dans l'idée de quitter les lieux. -" Si c'est pour sortir des conneries du genre «  Vos destins sont liés, etc », épargne ta salive. Aelendil a fait ses choix, j'ai fais les miens. Qu'il les assume, je n'ai rien à pardonner. Et s'il trouve du réconfort ailleurs, tant mieux pour lui, qu'il reste ici s'il le désire, cela solutionnera probablement bien des choses. Sur ce, bonne soirée. "- Elle se défila avant même que la sorceleuse ne puisse la rejoindre et gagna la salle principale, excédée et surtout décontenancée par leur précédente discussion qui venait de semer un peu plus le trouble dans l'esprit de la jeune femme. Elle qui peinait déjà à mettre de l'ordre dans ses émotions en temps normal, l'intervention de sa mère ne venait qu'aggraver ses doutes. Et si elle était effectivement en tort, si cette fois il s'avérait vraiment capable de se montrer digne de confiance ? Elle ne pouvait plus se permettre de l'espérer, trop souvent trompée. Selene traversa la salle pleine en silence, saluant simplement d'un geste de la tête les individus présents tout en évitant soigneusement de tourner la tête en direction de l'argenté légèrement en retrait par rapport aux autres, puis gagna sa chambre pour s'y enfermer, pourtant bien éloignée du sommeil.

Au bout de quatre longues heures à fixer le plafond de sa chambre, incapable de trouver le sommeil, la jeune femme baissa les bras et se releva, bien décidée à s'occuper de manière plus intéressante que d'attendre sagement le point du jour. La jeune femme passa ses bottes en simplement accompagnement de sa chemise de nuit, par-dessus laquelle elle se contenta de passer une tunique légère. En sortant, elle éteignit l'unique bougie de la pièce et ferma délicatement la porte pour n'éveiller personne. Le claquement léger de ses bottes ne serait probablement pas suffisant pour tirer les gros dormeurs de leurs sommeils, et elle quitta la bâtisse sans but réel, se dirigeant dans le froid hivernal en direction du petit temple où les sorcières l'avaient déjà entraînées plusieurs fois, légèrement en retrait par rapport au reste de la citadelle. Elle alluma un des quatre luminaires présents avant d'observer les diverses décorations et armes ornant les murs de la pièce. En proie à une lubie soudaine, Selene décrocha l'une des lames aux reflets rubis et rejoignit le centre de la pièce où elle fit quelques passes simples, cherchant à se détendre et s'occuper l'esprit. Plongée dans sa concentration, elle se coupa peu à peu de monde extérieur, n'entendant même plus le hululement récurent des chouettes vivants dans les montagnes proches. Un délassement remarquable auquel elle s'offrit sans réfléchir, bien plus efficace que quelques heures de repos en fin de compte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Lun 5 Fév - 17:53

Vagabondant dans la cours, Aelendil s'apprêtait à gagner sa chambre lorsqu'il ressentit la présence de sa moitié à proximité. Un détail qui suspendit sa marche un court instant alors qu'il hésitait. Il avait une idée de l'endroit où pouvait bien se trouver la jeune femme et consentit donc à dévier ses pas. Il reprit sa marche en tournant d'un quart pour gagner l'aile droite de la forteresse et ainsi rejoindre l'espèce de sanctuaire des sorcières. L'unique endroit ajouté à cet endroit destiné aux sorceleurs de l'école du loup. Le fait que Selene fut encore debout et probablement active à une heure aussi tardive le ramenait au passé. Elle avait toujours eus ces insomnies...ne cesseraient-elles dont jamais ? Le pas lent, l'argenté se dirigeait vers son pressentiment, sentant à mesure de ses pas la présence de la rouquine, la seule qui comptait à ses yeux. Au loin il apercevait les ondulations d'une faible lueur provenant de quelques bougies, signe de présence dans le temple. Il empruntait la porte arrière où démarraient les premières colonnes construite magiquement. Aelendil pointait discrètement le bout de son nez en prenant soin de ne pas trop bouger pour ne pas être vu de suite. Il aperçut la jeune femme en avant de la pièce vers l'autel en train d’exécuter gracieusement un enchaînement à l'épée. Plus douée qu'il ne pensait, il restant un court instant à s'en délecter avant de se glisser épaule contre la première colonne. Désormais à deux mètres de l'entrée empruntée, il observait la jeune femme en silence, bras croisés. Sur le pans de mur derrière lui qui encadrait l'entrée se trouvait un petit autel avec le tableau d'un grand sorceleur cher au cœur du groupe. Aussi, son épée, et bien d'autre reliques ornaient le mur comme à beaucoup d'autre endroit. C'était un lieu de prière et de méditation. Au centre était prévu suffisamment de place pour quelques passes modestes et la rouquine ne s'en était pas privée. Elle maniait une lame enchantée qui scintillait d'un éclat écarlate. Visiblement emportée par l'ivresse de la relique elle activait malgré elle le pouvoir ancien de la lame rubis.

Il se passait pas plus d'une minute avant que la situation ne dégénère presque. C'était suffisant pour que notre ami remarque la tenue visiblement inadéquat de la jeune mage qui avait dû se perdre après avoir épuisé les moutons de Morphée. Il l'a détaillait brièvement en suivant bras, têtes, pieds et cheveux sur lesquels il s'attardait. Elle était celle qui possédait la plus longue crinière, à cet instant rougie par le peu de lumière il voyait se détendre les boucles de la mage en restant sous le charme. Et alors que la rouquine tournait sur elle-même en achevant son geste en fendant l'air à l'horizontal dans un aller retour elle déployait une espèce d'onde enflammée déchaînée qui se détachait dangereusement de sa lame. Réagissant d'instinct presque instantanément en sentant l'aura magique il s'était dressait face à la menace. Aelendil avait prit appuie jambes à demie écartées afin de contenir les flammes et les aspirer comme on aspire de l'air sauf que ce fut une vague d'énergie pure et chaleureuse pour le dragon qu'il était. On ne traite pas le feu par le feu quel qu'il soit. Mains écartées pour déployer et modeler son aura dans le périmètre souhaité. Il réalisait cette tâche en quelques secondes avant que ses manches ne soient entièrement consumées. Tâche achevée il s’empressait aussi nonchalant que d'ordinaire à éteindre le tissus en train de le consumer. Après quoi il eut un soupire de satisfaction bénin alors qu'il levait un regard sondeur sur Selene. « Pfuh... C'était moins une... » il s'essuyait le contour des lèvres comme signe d'épreuve lourdement achevée. Il détournait son regard de la jeune femme et aperçut une épée ornée le mur à quelques pas à son côté. Il lui jetait un bref coup d’œil avant de se défaire de sa veste mi-longue et repliée les manches ivoire de sa chemise ivoire. Il portait très bien les habits du sorceleurs tout comme ses pantalons, notamment celui de chasseurs. « Je ne pensais plus parfaire ton entraînement mais... Une fois ses manches convenablement retroussées, il saisissait l'épée lui ayant tapé dans l’œil. Il le fit en jetant un bref regard quelque peu aguicheur malgré lui. Si tu insistes. » se permettait-il d'ironiser pour prendre la température de cette situation. Épée en main, le jeune dragon revenait à sa position dernière, lame pointée au sol. Mécaniquement, l'argenté passait une main dans sa chevelure en brosse, redécouvrant à chaque fois sa nouvelle coupe. Al tentait d'agir naturellement, ne cherchant pas à se dérober cette fois. Il avait besoin d'éclair encore quelques points avec la jeune mage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Lun 5 Fév - 18:59

L'air nocturne s'insinuait légèrement par les quelques interstices de la bâtisse, accentuant l'état de détente de la jeune femme qui se laissait porter, les yeux mi-clos, par les mouvements qu'elle effectuait telle une danse martiale parfaitement bien chorégraphiée. Il était bien plus simple de se battre sans adversaire en face, et ne pas avoir l'angoisse de la mauvaise esquive lui permettait de se détendre bien mieux qu'elle ne l'aurait cru. Ses muscles se relâchaient lentement, son esprit se vidait au fur et à mesure qu'elle se mouvait dans la petite salle faiblement éclairée, même sa tenue inadaptée ne la dérangeait pas. Et quand bien même l'épée n'était pas sa discipline favorite, elle se débrouillait assez bien pour prendre une certain plaisir à ses gestes maintes fois répétés. Comme si elle répondait à l'attention de sa porteuse, la lame chauffa doucement dans la paume de la rouquine qui ne s'inquiéta pas vraiment de la sensation dans un premier temps, convaincue qu'il s'agissait là de l'échauffement normal d'une arme en pleine action. Il y avait longtemps que la jeune femme n'avait pas fait d'escrime, ses derniers combats s'étant souvent passés de manière bien trop rapprochés pour le permettre, ou bien encore marqué par l'usage de la magie, un usage très erratique d'ailleurs. La sensation d'une lame longue allongeant ainsi son bras lui était familière et pourtant quelque peu étrangère encore, comme si cette arme formait un corps étranger à part entière, presque douée de volonté propre. Selene ferma complètement les yeux l'espace d'un instant, se laissant porter par le mouvement et relâcha malencontreusement une légère vague d'énergie en achevant son geste. Si en soi cela n'avait rien d'inquiétant, ce fut la réaction de la lame qui la tira de sa torpeur lorsqu'elle sentit un pouvoir différent du sien s'activer. Les yeux à nouveau bien ouvert, elle eut la frayeur d'apercevoir une vague flamboyante s'échapper de la lame rougie pour partir s'écraser contre les colonnes les plus proches. Et contre celui qui s'y trouvait et qu'elle découvrait à l'instant. L'argenté l'observait jusqu'alors, et ne sembla pas particulièrement effrayé par les flammes le percutant de plein fouet. Si la jeune femme eut un mouvement de recul, ce ne fut pas tant à cause de la présence insoupçonnée du jeune homme que de sa réaction face à cette agression involontaire lorsqu'il avala littéralement la gerbe de feu arrivant dans sa direction. S'il y était insensible toutefois, ce n'était pas le cas de ses vêtements qui s'embrasèrent brièvement avant qu'il ne les éteigne dans la foulée. Suspicieuse, la jeune femme était toujours en position de défense, l'épée en garde haute au niveau de son abdomen et un pied légèrement en retrait derrière elle, signe que la confiance n'était pas vraiment là. A moins que cela ne soit dû à la surprise de la voir, et de constater qu'il avait plus en commun avec la salamandre qu'avec l'homme désormais. Toujours est-il qu'elle le fixait de manière intensive sans pour autant parvenir à décrocher les mâchoires, ce qu'il fit à sa place. Elle fronça légèrement les sourcils face à son absence totale de gêne, comme s'ils se retrouvaient simplement après un long congé. La seule réponse que la jeune femme lui offrit fut un soupir passablement agacé alors qu'elle abandonnait enfin sa posture défensive pour baisser légèrement son arme, curieuse malgré elle de son manège, et surtout de savoir ce qu'il pouvait bien faire ici à cette heure particulièrement tardive. Lorsqu'elle l'aperçut ôter sa veste non sans reprendre parole à son intention, la jeune femme haussa un sourcil stupéfait. Non pas qu'elle soit réticente à un entraînement, même nocturne, mais il n'était pas l'adversaire dont elle aurait pu rêvé en vérité, ayant encore bien à l'esprit l'autre genre de passes qu'il avait dû faire durant la soirée. Elle ne put s'empêcher de ricaner légèrement lorsqu'il acheva ses propos en se mettant face à elle sans la moindre hésitation.

"Il y a bien longtemps que je n'ai plus besoin d'entraînement … "- Etrangement, la jeune femme hésita tout de même, pourtant prête à le laisser en plan pour quitter l'endroit, elle y renonça finalement et se mit en position d'attaque, une expression satisfaite sur ses traits bien éveillés. S'il s'offrait à elle pour lui permettre de décharger sa frustration, pourquoi refuser en fin de compte ? L'observant plus qu'elle n'aurait probablement dû, elle se reprit et enchaîna, clairement moqueuse cette fois-ci, à l'attention de son adversaire. -" Chercherais-tu un moyen de t'occuper les mains après t'être fait jeté ?" - Sans lui laisser vraiment le temps de rétorquer, la jeune femme lança le premier assaut qui se solda par une esquive adroite du dragon. Elle s'y attendait, commençant à connaître une part de ses réactions malgré elle, mais le but n'était pas vraiment de toucher, simplement de se défouler, c'est pourquoi elle enchaîna plusieurs frappes à la suite, se soldant toutes par un échec. L'éclat des deux lames brillaient légèrement à la faible lueur des bougies, le tintement de leur rencontre résonnait agréablement aux oreilles de la jeune mage qui se plongeait dans cette rixe sans réfléchir ni même parler davantage. Elle réussit à placer un coup qui entailla la chemise ample du jeune homme, lui tirant un sourire de satisfaction avant de s'éloigner pour éviter tout riposte. Constatant l'ouverture ornant le vêtement, elle ne s'empêcha pas de se moquer de lui. - "Ou bien est-ce toi qui a besoin d'entraînement finalement ? Tu me sembles bien rouillé pour un combattant aguerri. " - A deux pas de lui, elle fixait ses yeux reptiliens, plus détendue qu'elle ne l'aurait cru malgré sa présence. Mais étrangement, ce genre d'échanges étaient bien plus simples à gérer dans son esprit qu'une discussion autour d'une table. Dans un combat, elle pouvait se protéger derrière sa lame, un échange plus cordiale n'offrait pas le même type d'échappatoire. Elle le toisa, provocante malgré sa tenue ridicule pour l'occasion, et patienta sagement qu'il daigne lancer la seconde phase de l'offensive cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Lun 5 Fév - 22:21

Jaugeant la jeune mage en face de lui, l'argenté se satisfaisait de la voir quitter lentement sa posture défensive. Elle s'abstenait de commentaire face à l'arrogance surjouée du dragon. Déjà lasse visiblement de ses provocations. Il connaissait parfaitement la rancœur de Selene à son égard et de ce fait il ne se laissait pas abattre. En effet, c'était monnaie courante de s'échanger des pics entre eux. L'âge adulte les ayant rendu bien plus orgueilleux concernant leurs émotions. Aelendil ne la quittait pas des yeux, il en avait fini de se sentir honteux, il voulait avancer. Maintenant qu'il était à couvert et planté devant elle, il attendait patiemment qu'elle lui accorde cet instant. Selene était celle des deux qui fuyait le plus le contact, se dérobant le plus souvent lorsque les événements les rapprochaient. Volontairement il n'avait jamais cherché à anticiper le comportement de la rouquine par respect pour elle. Cette fois c'était différent, car contre toutes attentes, la jeune mage ricanait sèchement l'instant d'après avant de rétorquer d'un ton qu'il trouvait consciencieux malgré la pointe d'ironie dans sa voix. Il gardait sa nonchalance, surpris sous ses airs implacables. Selene se mit en position d'attaque en ralliant notre ami momentanément désarmé. Il fronçait les sourcils devant l'attitude imprévisible de son amie. Ne sachant pas trop quoi penser de son insinuation douteuse il fit un gros effort cérébral pour remettre le contexte en ordre. L'esprit plus vif qu'on aurait pu le croire, l'argenté cogitait enfin en regardant la rouquine se préparer à attaquer. Avait-elle vu le manège de Triss à un quelconque moment ? Il ne pouvait imaginer qu'elle fut présente dans les bains et quand bien même, il avait décliné la partie. Il plissait les yeux d'un air perplexe avant d'hausser les épaules à son attention, il pensait avoir compris la nature de cette moquerie.Lui même s'était permis de tels insinuations à une certaine époque avec un certain hybride.
Selene démarrait les hostilités sans s'acharner à vouloir placer la barre haute. Al paraît automatiquement sans lever le pied dans un premier temps. Les assauts rapides et habiles de la jeune femme l'amenaient très rapidement à bouger. Il serrait légèrement la garde de son épée d'emprunt, il avait le sentiment de ne pas avoir manier de lame depuis des lustres. Sentiment justifié sur lequel il ne s'attardait pas face à la rouquine vivace. L’exutoire qu'il lui offrait portait ses fruits à tel point qu'il en oubliait de jouer sérieusement. Il restait toujours bon en esquive mais, ce fut sans compter sur les habitudes qu'elle lui connaissait. Anticipant un geste latéral du dragon, Selene parvenait à entailler sa chemise sans toucher sa peau. Surpris, l'argenté avait reculé de quelques pas pour s'enquérir avec amusement du point marqué. Menton baissé, Aelendil levait son regard pâle enjoué sur la rouquine qui recommençait à le titiller allégrement. Al relevait le regard de son amie placée à quelques pas de lui, remarquant à travers la pénombre cette lueur provocatrice dans ses émeraudes. Voilà qui le stimulait d'avantage en ces temps sombres.

A présent, c'était à lui d'attaquer, comme à l'époque où ils étaient gamins. Le jeu était de marquer un maximum de point en une offensive enchaînée. En l’occurrence, elle avait marqué un point en déchirant une infime partie de sa chemise. Il s'était alors vite dégager par réflexe en sentant son avantage flancher. Il revint lentement se positionner à hauteur de Selene tout en répondant à ses insinuations avec un amusement un brin perceptible. « Je crains qu'il n'y ait méprise mais... il retournait volontairement la situation à son avantage, remaniant ses propos, j'suis curieux d'savoir quelles occupations de mes mains tu proposes, vêtue ainsi... » disait-il en relevant le menton lentement avant de faire de même avec son bras armé. Il fendit l'air à la verticale puis à l'horizontal en cherchant une ouverture dans les gestes de la mage. Elle se mouvait rapidement en reculant souvent par mégarde. Autant dire qu'elle lui filait du fils à retordre. Il eut l'idée saugrenue de la débarrasser de l'attache de son manteau en la feintant pour dégager le champs. Les pans de sa tunique s'ouvrirent simultanément en dévalant dans la foulée des épaules de la jeune mage. Notre ami s'était empressé d'enchaîner pour cette fois entailler la robe de nuit de la rouquine. Ainsi, il fit preuve d'une certaine arrogance aussi provocante que celle de son amie en lui prouvant son habilité toujours présente. Sauf que la seconde fois la pointe n'atteignait pas le coin de tissus voulu pour rendre la situation un tantinet subtile. Selene avait reculé pour à son tour constater le résultat de cette manche. Ca devenait presque un jeu auquel il prenait un plaisir grandissant en empêchant la rouquine d'en placer une. L'atmosphère n'était plus aussi sombre et oppressante que les fois précédentes. Les choses s'étant plus ou moins éclaircies dans les deux camps, la jeune mage en était moins sur la défensive visiblement. Cela ne durait probablement pas car l'argenté se permettait dans un instant de répit de reluquer son amie. Délié de scrupule il levait un sourcil face à ce qui lui était permis de voir. Il repensait à ses premières paroles en la voyant traîner dans une telle tenue.  « Hmm... Finalement, j'ai peut-être une idée du genre d'entraînement dont tu as besoin... » Une fois encore il se plaisait à reprendre ses propos, s'aventurant sur un terrain risqué compte tenu des récents événements. Son culot le rendait mystérieusement enjoué, ses insinuations douteuses traduisaient ses réelles pensées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Lun 5 Fév - 23:23

Une nouvelle fois, la jeune femme se permit un rire passablement moqueur lorsqu'il feignit ne pas vraiment comprendre ses insinuations peu subtiles, arguant qu'elle faisait probablement erreur. Selene voulut rétorquer qu'elle savait parfaitement ce qu'elle pu entendre, toutefois il lui coupa l'herbe sous le pied rapidement en l'observant sans grande discrétion, avant de reprendre la parole, changeant la donne au passage. Si la rouquine avait cru le mettre mal à l'aise avec ses propos, non seulement, il n'en était rien, mais en plus la situation semblait se retourner contre elle alors qu'il s'interrogeait sur la nature de ce qu'elle lui proposait. Fronçant les sourcils, la jeune femme reprit sa position, piquée au vif sans vouloir l'admettre, c'était bien la première fois qu'elle l'entendait soumettre de tels propos aussi franchement. Visiblement pas choquée par le comportement de son adversaire, il se remit en position en l'imitant et lança la seconde partie du match sans vraiment tarder. Elle eut donc l'occasion de s'apercevoir qu'en effet, l'argenté avait perdu en rigueur durant ces derniers mois, sans pour autant en connaître la raison, mais il lui était bien moins difficile qu'auparavant de bloquer ou d'esquiver ses attaques, malgré la force qu'il y mettait. Elle recula néanmoins plusieurs fois sous la puissance des coups qu'elle amortissait, mais ne céda pas, le visage fermé par la concentration. Ce qu'elle ne vit pas venir pourtant, ce fut la feinte qui permit au dragon d'étendre le bras pile au bon moment pour sectionner l'attache de sa tunique, qui glissa presque instantanément le long de ses bras pour finir au sol. Surprise du geste et gênée par le vêtement à ses pieds, Selene se positionna mal et se contorsionna pour parvenir à esquiver la seconde qui toucha quand même au but, déchirant son vêtement de nuit sur toute la longueur de sa cuisse gauche, dévoilant la majeure partie de sa jambe à la faible lueur des flammes. Par réflexe, la mage recula brusquement afin d'éviter un troisième assaut problématique avant de lever un regard outré vers sa moitié dont les traits traduisaient clairement sa fierté d'avoir atteint son but plusieurs fois. Plus frustrée qu'elle ne daignait l'admettre, la jeune femme baissa ses yeux de jade sur son vêtement déchiré, dévoilant ainsi un peu trop de chair à son goût, avant de croiser celui inquisiteur du dragon en se redressant. Ce dernier ne se gênait pas pour l'observer, un infime sourire éclairant son visage désormais sévère depuis que sa crinière blanche avait été raccourcie. C'était bien la première fois qu'elle apercevait ce genre de regard venant de lui, et cela la mettait quelque peu mal à l'aise, surtout compte tenu de la situation. Une infime teinte rouge marqua ses joues, peu visible à la faible lueur des torches, mais pourtant bien présente, alors qu'il reprenait la parole d'une voix quelque peu suave. Si jusqu'ici Selene se retrouvait perplexe face au comportement ambiguë de l'argenté, elle retrouva pourtant son assurance lorsqu'il lui balança de nouvelles insinuations douteuses, comprenant qu'il ne faisait finalement que répondre à ses propres provocations, comme ils le faisaient avant.

Son arme toujours à la main, la rouquine se rapprocha de son adversaire, non pas pour le rejoindre, mais pour retirer son vêtement tombé au sol du milieu de l'arène improvisé pour ne pas être à nouveau gêner et risquer une défaite cuisante. Se faisant, un infime sourire s'était accrochée sur ses traits avant qu'elle ne daigne finalement lui répondre, quelque peu mesquine. -" Si la qualité de ton entraînement est la même que celles de tes attaques, je passe mon tour … "- Curieusement pourtant, la jeune femme se prenait au jeu, sans en mesurer les réelles conséquences. Si elle n'était pas sérieuse et simplement désireuse de pousser la provocation toujours plus loin pour le pousser dans ses retranchements, elle ignorait qu'il pouvait en autre autrement pour lui, et sans crier gare, elle relança un assaut bien plus brutal sur le jeune homme, enchaînant les tailles hautes et basses à toute vitesse pour ne lui laisser aucune ouverture. Le déconcentrer puis l'essouffler, une technique qui avait déjà fait ses preuves. Elle se recula à nouveau d'un bon en arrière et le toisa malgré sa tête de moins par rapport à lui, lui tournant peu à peu autour tel un félin alors que son sourire de prédateur ne s'effaçait pas, s'élargissant même davantage face à ce qu'elle s'apprêtait à lui dire. -" Et puis avec toute l'énergie que tu a dû déjà dépenser, je doute que tu sois très efficace. "- Pour parfaire ses dires, Selene se rua vers le jeune homme en feintant sur la droite avant de tourner sur elle-même pour que son arme ne se rabatte en taille droite le long du torse du jeune homme, déchirant sa chemise sur la hauteur. Si elle souhaitait simplement lui rendre la pareil, elle ne put pourtant s'empêcher de jeter un œil à la silhouette ainsi dévoilé de son ancien complice, détournant pourtant bien vite le regard en se redressant non loin de lui. Ses mouvements un peu trop amples avaient également étiré l'ouverture qu'il avait crée, et la chemise de la jeune femme s'ouvrait désormais sur la majeure partie de son flanc, flottant autour d'elle à chacun de ses mouvements comme un voile nacré. A ce rythme, l'un comme l'autre finirai complètement nu avant le lever du jour, et si l'idée en soi n'était pas tellement pour déplaire à la rouquine, les circonstances de leurs récentes retrouvailles étaient encore gravées dans son esprit, lui interdisant presque de baisser sa garde en présence du dragon, quand bien même puisse-t-il semblait bien différent désormais. Comme agacée par ses réflexions toujours trop envahissantes, la jeune femme repartir sans se préparer à l'assaut du dragon qui se défit sans mal de l'attaque pour rétorquer aussitôt avec une rapidité dont il n'avait pas fait preuve jusqu'alors, si bien que la mage prise par surprise n'eut pour seul réflexe que de mettre sa main libre pour repousser la lame s'abattant vers elle. L'acier trancha finement la paume de la jeune femme qui recula d'un pas, lâchant l'arme écarlate sous la surprise. Plaquant sa main indemne sur la blessure bénigne pour ne pas mettre des gouttes de sang sur le sol, elle jeta un regard noir au fautif, plus énervée contre sa propre impétuosité qui venait de lui coûter la victoire. Faute de mieux à portée de main, la jeune femme souleva un de pans tranchés de sa chemise, dévoilant ainsi la majeure partie du bas de son corps, uniquement couvert d'un sous vêtement désormais, pour presser le tissu fin contre la coupure dans le but de stopper plus rapidement l'écoulement, avant de relever un regard fier en direction du jeune homme, n'ayant clairement pas envie d'accepter sa défaite. Enfin, tel était son intention avant qu'elle ne pose les yeux sur la stature de l'argenté qu'elle avait oublié depuis le temps. Son torse était débarrassé des étranges symboles qui l'ornaient jusqu'ici, dévoilant davantage les lignes sinueuses de sa musculature bien visible. Elle croisa finalement le regard d'acier du garçon, clairement prise sur le fait, avant de détourner le sien en maugréant. - "Satisfait ? Tu peux aller occuper tes mains ailleurs maintenant ... "
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gin Evans

Messages : 172
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Mar 6 Fév - 2:38

Bien moins enjouée à cause des propos ambiguës de notre ami, Selene débarrassait nonchalamment le parquet de son manteau. Sans prendre le soin de le replacer sur ses épaules au risque d'en être encombrée sans attache elle le déplaçait non loin d'une colonne. Notre argenté l'observait se mouvoir en silence, attendant la suite de leur joute avec une patience enjouée. Au lieu de vite revenir à la charge elle le  plombait d'un nouveau reproche sur les performances qu'elle semblait lui inventer tout comme son aventure avec Triss apparemment. Il détournait le regard, définitivement amusé par cette confrontation plus qu'inattendue. Il esquissait un demi sourire, le premier depuis bien des lunes sachant que le dernier il lui devait également. Il levait le menton face à cette insinuation piquante, comme accusé à tord d'un méfait. Une fois de plus désarmé, sa répartie put faire ses preuves quant à son esprit... Il ne savait déjà plus trop quoi penser mais avec cela, il était persuadé de retrouver cette complicité étrange qu'il leur était propre. Même gamins ils se clashaient. À croire qu'ils se défiaient inconsciemment, poussant toujours l'autre à se rebiffer voracement. C'est donc d'un air hautain qu'il pouffait brièvement avant de reporter son attention sur elle, faussement blasé. Avec cette pique, Al entrapercevait une nouvelle perspective comme celle de lui soumettre de tenter l'aventure. Cependant, il réprimandait cette réponse et ces pensées intrusives alors qu'elle fondait sur lui sans crier gare. Un nouveau round débutait, Al remballait son demi sourire pour reprendre son air enjoué à travers sa fermeté naturelle. La jeune mage redoublait de mesquinerie sans lui accorder le moindre répit entre tous ses assauts accordés. Al se prit au jeu des enchaînements et ne vit que trop tard arriver le second point de la jeune femme finir de lui déchirer le haut. Délaissé sur place par la rouquine qui atterrissait en retrait à son côté. Sans jeter le moindre regard à son vêtement pendant, il l'arrachait d'une main, retirant sa chemise comme on retire une combinaison. Le tissus en lambeaux séparé en deux jonchait sur le sol aux pieds de l'argenté en train de rétorquer fièrement, loin d'être inquiet ou très sérieux pour ce qui concernait le plaisir charnelle. « Allons bon, tu ne devrais pas me sous-estimer... » il levait un sourcil, soutenant ses propos d'un regard insistant. Ses yeux bleus de glace en finissait de la dévisager pour examiner la progression de la fente dans sa nuisette en soie. Il eut l'image d'une Selene la nuit de ses noces avec Asloth venant s'épancher sur lui pour le délivrer dans un élan d'amitié étouffé. Une image qu'il chassait avant de se perdre dans les futilités que Yennefer tentait de faire resurgir. Faut croire qu'elle y était parvenue et maintenant qu'ils étaient là se jauger avec ambiguïté plutôt que férocité il se posait une nouvelle question. Celle-ci le détournait de sa concentration encore un instant alors qu'il se débarrassait de ses manches. Était-ce seulement son pardon qu'il voulait ? Le moment n'était pas opportun pour ce genre de réflexion bien que pertinent. La tenue de Selene n'arrangeait en rien sa concentration, distrait par cette nuisette fendue jusqu'aux côtes de la mage. Une chance -ou pas- que sa ceinture maintenait encore le tout...  

Selene fut la première à revenir à la charge, comme furieuse par les affronts du dragon. Étrangement, les mouvements de la rouquine furent pour la première fois brouillon voire même impulsif précisément. De quoi permettre à notre ami de parer pour contre-attaquer vivement derrière. Son manque de pratique ainsi que la récupération partielle de la mobilité de ses doigts repoussés furent la cause d'un incident bénin mais important d'une autre manière. Il dosait mal et surtout trop rapidement ce qui poussait Selene à contrer de sa main libre. L'entaille lui irradiait momentanément la paume libre avant de se stagner en une douleur légère. Le fracas métallique de la lame écarlate au sol annonçait la fin de cette rixe. L'argenté s'arrêtait net, la pointe de sa lame ramenée vers le sol on pouvait y voir perler une goutte de sang. De profil à la jeune femme il l'observait en arborant plus qu'un air sérieux. Ils échangèrent un regard silencieux durant lequel il put saisir l’expression irritée de son amie. Elle s'improvisait un bandage avec sa nuisette déjà peu riche en matière. Dés l'instant ou il entrevit son sous-vêtement, Al déviait le regard, tout en détournant la tête, gêné. Il se raclait la gorge avant d'entreprendre de ranger sa lame dont l'emplacement se trouvait non loin des deux vestes délaissées. Une vague de chaleur lui chauffer le visage jusqu'aux oreilles semblant brûler. Il n'en finissait de rougir et profitait de ce court déplacement pour se reprendre. Aelendil ramassait sa veste noire aux pans semblables au costume de l'époque de Skellige. Il l'enfilait lentement et l'ajustait brièvement avant de soulever le regard baladeur de la jeune mage. Un détail qui ne l’embarrassa point, bien au contraire, il n'avait jamais imaginé plaire à la gente féminine bien que celle-ci ne l'évitait plus à mesure du temps. Rien qui ne l'aurait sorti de sa bulle en tout cas. Certain d'être à son tour scrupuleusement reluqué, Al haussait délicatement un sourcil tandis qu'il croisait le regard émeraude de la mage. Celle-ci se détournait bien vite pour l'incendier avec une once agressive de frustration. Elle le renvoyait subitement sans plus de cérémonie avant de se détourner complètement de lui. Selene remettait en question son côté Don Juan inexistant en l'envoyant jouer ailleurs ce à quoi il ne répondit pas de suite. Il ramassait la tunique de la rouquine puis exécutait les quelques pas qui les séparait sans prendre le risque d'abandonner maintenant. En le voyant approcher elle s'était entièrement tournée comme pour se protéger au cas où. Constamment sur la défensive à son égard, Al comprit qu'il n'arriverait à rien sans gagner à nouveau sa sympathie avant tout. Une tâche compliquée. Comment devait-il s'y prendre ? Les conseils de Yennefer étaient une vraie torture psychique à laquelle il refusait de penser, surtout maintenant. Il méritait ce traitement et lui seul pouvait arranger les choses. Tant pis si elle fut réticente dans un premier temps, il tenterait d'agir avec toute sa spontanéité. Ce fut d'ailleurs exactement ce qu'il faisait en levant les bras pour détendre la veste et passer ses bras autour du cous frais de la rouquine pour y déposer le tissus trop léger pour la saison. En comprenant rapidement le geste du dragon, Selene se ravisait de se rebiffer.

Et alors qu'elle détournait le menton pour prouver son indocilité, l'argenté penchait la tête, genoux un brin pliés, pour la contraindre à lui faire face tant qu'elle n'insistait pas. Elle s'autorisait un regard qu'il jugeait d'impulsif en reprenant toute sa hauteur. « Tsss...  fit-il en secouant la tête négativement avec délicatesse avant de renchérir, pour quel espèce de dépravé me prends-tu ? » grognait-il légèrement de sa voix grave tandis qu'il s'était reculé de deux pas pour saisir son poignet. Un bref coup d’œil à son bandage l'avait informé sur la négligence de la chose. Était-elle si en colère pour s'oublier ainsi ? Al reportait son attention sur ses yeux verts qu'il examinait un court instant en profitant du contexte qu'il venait de planter. Le bandage défait, il se tâtait à l'abandonner pour arracher un autre morceau lui-même de la nuisette... Il n'avait pas relevé la réponse de Selene concernant son niveau de dévergondage. Il s'était même permit d'insinuer d'un regard et d'une phrase que le tissus devait être changé. Comprenant où il voulait en venir avec son air enjoué et ce sourire à peine visible au bord des lèvres, elle lui disait d'oublier vite son idée très farfelue. Voilà qui ramenait encore les deux acolytes à l’ambiguïté alors qu'il prenait le soin de refaire un bandage digne de ce nom à son amie. Plantés au centre du temple, ils ne remarquèrent pas que le ciel commençait à timidement s'éclaircir. Bien avant que la jeune femme ne puisse revenir à la charge avec de nouveaux reproches il lui coupait la parole pour lui dire de cet air un tantinet penaud. « Excuses-moi... Ils se jaugèrent une énième fois dans un court silence durant lequel le dragon reprenait en sérieux devant le mutisme de la belle. J'ai le sentiment de ne pas avoir manipulé de lame depuis bien trop longtemps... Il reportait son regard pâle sur son œuvre presque achevé avant d'ajouter pour terminer de dire ce qu'il pensait en jetant un regard à l'une des entrées pour affirmer ses doutes. Arrêtons ça un instant, et rentres avec moi, le jour ne devrais plus tarder et nous sommes à deux jours du départ... » annonçait-il en lui faisant comprendre qu'il comprenait ce que cela impliquait pour elle. A aucun moment il n'avait tilté sur sa demande à titre personnelle dans un premier temps. Il en avait oublié momentanément leur tenue peu orthodoxe et les précédents insinuations douteuses. Juste un bref instant... Il terminait de coincer l'extrémité du tissus pour ensuite ramasser l'épée rubis. Il n'osait même pas la brandir, craignant son pouvoir amplifié dans ses mains maladroites. Il sentit son aura aspirée au niveau de la garde qu'il agrippait. Un effet étrange qu'il ne cherchait pas plus à comprendre. Si Selene avait pu la manipuler,
c'est par ce que la lame enchantée se nourrissait d'énergie pour briller.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Aeryn Riannon

Messages : 151
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    Mar 6 Fév - 16:08

La mine fermée, légèrement détournée par rapport à l'argenté, la jeune mage frottait sa main endolorie, persuadée qu'il ne s'attarderait pas après ce dernier échange virulent, et soupira doucement le temps d'apercevoir un mouvement proche du coin de l'oeil. Elle se détourna pour lui faire face, les sourcils froncés, le mettant presque au défi d'approcher davantage alors qu'elle se trouvait désarmée, il lui fallut quelques secondes et apercevoir sa veste dans les mains du prince pour comprendre pourquoi il se rapprochait si près d'elle. Loin de se détendre pour autant, elle le fixa sans honte, tentant tant bien que mal de cacher l'expression de surprise qui se peignait lentement sur son visage en le sentant bouger près d'elle pour lui déposer délicatement le vêtement sur les épaules, la coupant un peu du froid de cette manière. Selene songea un moment que Yennefer s'était en partie loupée en ramenant l'esprit du prince, car clairement elle ne l'avait encore jamais vu se montrer aussi prévenant avec qui que ce soit, encore moins avec elle. Si l'on omettait l'époque où ils gravitaient tous deux à la cour d'Alesseï. Le souvenir de cette époque lui tira une mine morose et elle détourna la tête pour masquer son trouble et marquer son mécontentement de le voir si proche d'elle. Lui n'en tint pas compte et chercha de nouveau à capter son regard, ne s'octroyant ainsi qu'un coup d'oeil pour le dissuader de continuer son manège. Peu impressionné, il se redressa pourtant et recula d'un pas en reprenant la parole, se désolant de la mauvaise opinion qu'elle semblait avoir de lui. La rouquine ricana doucement et rétorqua au quart de tour en lui portant à nouveau attention. - "Pour le genre rapide en besogne. "- Elle se rendit compte au même moment qu'il avait saisit sa main abîmée pour en défaire le bandage de fortune, l'obligeant ainsi à desserrer ses doigts pour offrir la coupure à la vue de l'argenté. Guère convaincue de l'utilité de la chose, elle se laissa pourtant faire, probablement étonnée de le voir aussi … attentionné à son égard tout à coup. Cela ne ressemblait pas au prince froid et distant qu'elle connaissait avant qu'il ne s'égare. Enfin, pas complètement. Et c'était bien la le problème d'ailleurs, cela ne faisait que le rendre plus troublant encore. Alors qu'il observait la fine blessure, la jeune femme avait posée ses yeux clairs sur le visage du dragon dénué de colère et de nonchalance, cherchant à comprendre ce revirement étrange. Il releva la tête au même moment et croisa la mine curieuse de la rouquine qui ne daigna pas bouger pour autant. Ce ne fut que lorsqu'il insinua à l'aide d'un sourire discret qu'il vaudrait mieux changer le tissu qu'elle comprit ce qu'il avait véritablement à l'esprit, et son visage reprit son masque colérique, le fixant cette fois avec défi de mettre à exécution son idée stupide. -" N'y songe même pas." - Il  y renonça et récupéra un morceau de sa propre chemise gisant au sol pour s'atteler à bander  plus efficacement la main de la jeune mage, sous le regard attentif de cette dernière qui se trouvait partagée entre sa conscience et ses émotions une fois encore. S'il sentit l'observation de sa patiente, le jeune homme n'en manifesta rien et prit la parole plus calmement, sans cette note joueuse qui l'animait depuis qu'il avait débarqué dans le temple. Une fois encore il s'excusait, sans raison au yeux de la belle qui était l'unique fautive de cet incident sans gravité, ce n'était guère la première fois que son impétuosité lui coûté la victoire et quelques balafres. Elle secoua doucement la tête, baissant les yeux sur les doigts longs du jeune homme maniant sa main blessée comme s'il s'agissait d'un objet fragile, ce qui lui tira un infime sourire probablement invisible, avant qu'il ne reprenne la parole pour finir de la surprendre davantage, la ramenant également à une réalité douloureuse, celle de leur départ proche. Se gardant de tous commentaires, elle soupira pourtant, consciente qu'ils n'avaient de toutes façons pas le choix, et quelque part il avait raison, le temps ici était compté, il valait mieux cesser ce genre de futilités, ils avaient mieux à faire pour l'instant.

Elle resserra sa veste autour de ses épaules fraîches, et observa sa main pansée alors qu'il la rejoignait après avoir brièvement rangé les lieux. - "Tu dois avoir raison … "- Elle prit la tête, l'argenté non loin d'elle le temps de traverser la petite cour pour rejoindre la salle principale dans l'idée de retrouver les autres rapidement. Toutefois elle se souvint rapidement de sa tenue si peu adaptée et abandonna finalement le prince au pied de l'escalier principal pour rejoindre sa chambre et passer des vêtements plus corrects. A une heure si matinale, la jeune femme ne s'attendait pas à croiser qui que ce soit, pourtant elle aperçu la chevelure d'argent de sa mère à la lueur faible des lustres, cette dernière venant dans sa direction. Cirilla fronça immédiatement les sourcils en avisant la tenue en lambeau de la jeune mage, ainsi que sa main blessée, mais cette dernière esquissa un sourire rassurant avant même que la sorceleuse n'ait pu émettre le moindre son, ce qui ne tarda pourtant pas. - "Qu'est-ce que tu fais dans cet état ? Et dans cette tenue ? "- Selene rigola malgré elle face à l'absurdité de la chose maintenant qu'elle se devait de l'expliquer. - "Si tu as cinq minutes, accompagnes moi, je t'expliquerais. Pour l'instant j'aimerais juste passer quelque chose de plus chaud !" - Piquée par la curiosité et le manque évident d'inquiétude de sa fille, elle abandonna son idée première d'aller faire sa séance de méditation à l'extérieur pour suivre la rouquine dans sa chambre.

"Et c'est habituel ce genre d'échanges entre vous deux ? "- Assise sur son lit, la jeune mage démêlé tant bien que mal son longue crinière avec patience, malmenée depuis quelques temps déjà, tout en esquissant un sourire amusé. -" A vrai dire oui, ça l'était. Mais c'était très différent avant. Je te l'ai déjà dit, on se connaît depuis tous jeunes, et quand on était gosses, on se battait souvent, juste pour rire. C'est resté en grandissant, même si fut une époque où je crois qu'on avait trouvé que ça pour arriver à se parler." - En énonçant ses paroles, la jeune femme fut soudain frappée par une évidence telle qu'elle se sentit parfaitement stupide de ne pas y avoir pensé avant. Suspendant son geste dans le vide, elle fixa un point invisible lui faisant face en comprenant la raison pour laquelle Aelendil l'avait rejoint cette nuit et pourquoi il avait voulu se battre.  Il cherchait probablement un moyen de lui parler sans se heurter irrémédiablement à un mur de ressentiments, et ce genre de moments étaient les seuls durant lesquels Selene pouvait se montrer accessible. Elle reprit ses gestes un peu plus brusquement sous le regard inquisiteur de Cirilla qui se demandait comment sa fille pouvait supporter une telle masse à entretenir. Elle s'étira finalement, faisant danser la petite chaîne argenté au creux de sa gorge et esquissa un infime sourire satisfait. - "Je suis contente de voir que les liens semblent se refaire. "- "J'aimerais en être aussi sûre que toi … "- "Patience Selene, arrête de réfléchir pour une fois, et fait confiance à ton instinct. Tu sauras bien vite s'il est fiable ou non." - "Hmph …" - Consciente que la conversation avec sa fille touchait à sa fin, l'argentée se releva et prit congé de cette dernière pour aller se délier les muscles en extérieur, laissant la mage à ses réflexions plus ou moins complexes. De tous, c'était Yennefer qui pouvait prétendre connaître le mieux possible la prince, elle prendrait donc sur elle pour aller lui parler, ne supportant pas l'idée de repartir dans son monde avec lui et toutes les tourmentes dont elle était victime.

Elle passa l'après-midi en compagnie de la sorcière, discutant dans un premier temps du dragon et de sa fiabilité, puis enchaînant sur un entraînement assez poussé concernant sa maîtrise des arcanes ne lui appartenant pas. Yennefer tenta également de lui apprendre à lier les deux énergies, celle coulant de son sang, et celle habitant la terre, pour ainsi pouvoir utiliser une magie d'une puissance redoutable. Le premier test fut une catastrophe et un pan de mur de la bâtisse subit le courroux dangereux de la rouquine, pulvérisé par un sort mal contenu. Les incidents se succédèrent, si bien que la brune décida de continuer la leçon directement dans la forêt pour éviter de détruire entièrement Kaer Morhen avant le lendemain. Selene n'eut pas le temps de voir sa moitié de la journée, pourtant, et contrairement aux précédents jours, elle pensa régulièrement à lui, sans trop savoir si c'était positif ou non. La brune l'épuisa tant et si bien qu'elle s'écroula littéralement à la tombée du jour, incapable de se  relever pour rejoindre le château. Yennefer avait prévu ce genre d'effets secondaires, et un quart d'heures après à peine, les deux femmes virent un cavalier arrivé, suivi par deux chevaux à l'allure tranquille. Eskel jeta la première bride à la sorcière, puis descendit de sa monture pour aider la rouquine à grimper sur la sienne. Tous ses muscles la faisaient souffrir, son esprit également, elle avait l'impression d'avoir dû étirer sa tête pour pouvoir concentrer et canaliser sa magie et les arcanes en même temps. Epuisée, la jeune femme s'endormir sur son destrier durant le retour et ne se réveilla pas lorsqu'on la mit dans son lit après l'avoir débarrasser de sa tenue salie. Elle fit plus du tour de l'horloge et se réveilla le lendemain à midi passé, l'esprit encore embrumé. Il ne lui fallut pourtant que quelques secondes pour savoir quel jour on était et sa gorge se serra brusquement. Le désir de feindre le sommeil pour gagner une journée de plus la tarauda, mais elle savait pertinemment que sa mère ne lui laisserait pas ce luxe et viendrait la tirer du lit si elle ne se bougeait pas d'elle-même. Râlant en solitaire, la jeune femme se sortit tant bien que mal de sa torpeur et s'octroya une toilette rapide avant de s'habiller, nouant sa chevelure en un chignon désordonné. Elle observa la pièce et ramassa les maigres affaires dont elle disposait, principalement ses dagues, avant de quitter l'endroit probablement pour la dernière fois. Elle s'attarda pour manger un bout puis rejoignit l'extérieur le pas lourd, son manteau sur les bras, attachant tranquillement ses deux armes à sa ceinture. Contrairement à d'habitude, ils n'étaient pas tous disséminés à droite à gauche, et la plupart des habitants de la citadelle étaient regroupés dans la petite cour, observant Cirilla et Geralt dans un combat aux allures titanesques. Les deux sorceleurs étaient extrêmement doués l'un comme l'autre, pourtant la jeune femme avait toujours l'avantage et n'hésitait pas une seconde à faire preuve de ses capacités hors norme pour tromper son aîné et le prendre par surprise. Elle feinta l'argenté avant de se déplacer derrière lui à une vitesse vertigineuse pour lui emprisonner le cou d'une poigne ferme. La seule réaction du sorceleur fut un sourire satisfait et il cessa de lutter pour qu'elle le relâche. L'entraînement ne prenait de vacances pour personne à l'évidence. La rouquine toujours en retrait balaya l'assistance du regard, s'imprégnant du visage de chacun avec mélancolie jusqu'à ce que ses yeux ne tombe sur le prince, adossé à une barrière visiblement à l'aise parmi ces gens. Elle repensa à ce qu'elle avait dit à sa mère, peut-être serait-il effectivement préférable qu'il reste en leur compagnie. Son monde et elle n'aurait probablement rien de bon à lui apporter en fin de compte. Elle se décida à les rejoindre pourtant et se glissa entre Yennefer et l'argenté, se faisant immédiatement alpaguer par la brune. - "Bien dormi la marmotte ?" - "Tu m'as épuisée. "- "Tu manques d'entraînement."- "Ouais, on me l'a déjà dit ... . "- La sorcière esquissa un infime sourire avant de l'observer de ses étranges yeux améthystes. - "Je ne m'inquiète pas pour vous. Vous avez largement ce qu'il faut pour survivre maintenant." -" C'est rassurant" – La rouquine grimaça au moment où les deux combattants rejoignaient le petit groupe. Cirilla se délesta de sa veste en cuir, ayant visiblement trop chaud, avant de jeter un regard mitigé à la rouquine désormais assise sur la rambarde à côté du prince. Elle ne le fuyait plus, il y avait déjà du mieux. L'avenir n'était probablement pas si sombre qu'elle aurait pu le croire. L'ambiance restait tendue pourtant, aucun des membres présents n'avaient réellement envie de ce qui allait suivre, pourtant ils devaient tous s'y résoudre. Selene prit finalement les devants, conscientes que c'était encore elle la plus réticente, et ne désirant pas de tire-larmes ou d'adieux déchirants, elle se contenta de descendre de son perchoir pour s'approcher du prince. Contre toute attente et à sa propre surprise, elle glissa sa main abîmée dans celle du jeune homme et la serra légèrement pour se conforter dans sa décision avant de tourner le regard vers sa mère. -" Il est temps qu'on y aille." - Cette dernière esquissa un sourire et acquiesça doucement avant de lever les mains pour retirer la chaîne argenté pendant à son cou pour la passer à celui de la rouquine. -" Que tu l'ai maintenant ou plus tard ne changes rien. "- La rouquine posa sa main libre sur la petite tête de loup aux crocs dévoilés avant de sourire à son tour tristement. Ciri recula et fit signe aux autres de faire de même avant d'incliner ses paumes vers la voûte céleste avant de croiser le regard de son enfant probablement pour la dernière fois avant de longues années. Selene acquiesça en silence et serra la main de sa moitié sans pour autant oser l'observer. La sorceleuse rayonna subtilement d'un hâlo bleu pâle et ferma les yeux pour se concentrer, alors que les deux jeunes gens pouvaient déjà sentir la pression précédent un transfert de ce type. L'attention de la rouquine jusqu'alors portée sur la concentration extrême de sa mère se détourna lorsqu'une autre source de magie se fit ressentir non loin d'elle. Détournant les yeux, elle aperçut le halo typique d'un portail non loin de l'entrée et fronça légèrement les sourcils en guettant curieusement l'identité du nouvel arrivant. Ses prunelles s'agrandir de surprise lorsqu'elle reconnut le visage sans défaut de sa tante, avec bien des années de moins toutefois. Les idées se bousculèrent dans son esprit, elle ne pouvait pas partir, pas encore, elle devait lui parler. La pression s'accentuait sur son thorax, mais elle ne prit pas le temps de réfléchir et lâcha la main de son voisin pour faire un pas en direction de la brune avant qu'une cri ne résonne à ses oreilles. - "SELENE NON !" - La vision de la rouquine se flouta soudain et elle se plaqua les mains sur les tempes, en proie à une douleur vorace tant elle avait l'impression qu'on lui maintenait la tête dans un étau.

La sensation dura un temps indéterminé, après quoi elle heurta une surface dure, mais recouverte de ce qui semblait être de la mousse. Elle y plongea ses doigts avant d'ouvrir les yeux, incertaine, puis se redressa brusquement, cherchant le prince du regard qu'elle ne trouva pas. Elle ne le sentait pas, ce qui s'avérait déjà bien plus inquiétant. La pénombre régnait elle se trouvait à n'en pas douter dans un bois à l'aspect presque marécageux, et d'expérience se doutait qu'il n'était pas de s'attarder en ces lieux. Soucieuse, la jeune femme chercha dans sa mémoire pourquoi il ne se trouvait pas près d'elle, avant que ne lui revienne en mémoire son geste idiot à l'arrivée de Lornell. Elle avait rompu le contact avec le prince en cherchant à la rejoindre, or Cirilla devait travailler en considérant les deux jeunes gens comme une seule et même entité, ce qui avait du compromettre une partie du sort. Uniquement armée de ses deux dagues, la jeune femme se releva tant bien que mal et s'extirpa de l'endroit pour grimper le long du tronc d'un saule pour en gagner le sommet et obtenir une meilleure vision d'ensembles. La pénombre demeurait, l'air était lourd, un orage n'était pas loin. Et pas la moindre trace d'Aelendil dans les parages. Les premières gouttes de pluie s'écrasèrent sur le visage de la jeune femme alors qu'elle sentit sa belle confiance envolée, désormais complètement seule, incapable de savoir si elle était réellement revenue dans son monde, et à son époque, et surtout sans la moindre idée de ce qui avait bien pu arriver au dragon. Selene ne put s'empêcher de rager contre elle-même, persuadée qu'elle aurait du suivre sa conviction première de rester là-bas. Elle regagna une branche un peu plus à l'abri pour éviter l'averse et s'y installa à cheval, le dos contre l'épais tronc, le temps de réfléchir. Elle n'avait ni arme, ni monture, ni argent et se retrouvait désespérément seule, de quoi désespérer. Elle se demanda même l'espace d'une seconde si elle n'avait pas tout simplement rêvé son saut dans le temps, mais le bandage présent sur sa main la ramena à la réalité. Elle n'avait pas hallucinée. La jeune mage serra le poing à s'en faire mal, se disant que, où qu'il puisse se trouver, le jeune homme finirait par le sentir également. Mais avant même de songer à le retrouver, elle devait trouver un moyen de regagner la civilisation sans se faire connaître.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Dans la pénombre de l'Archipel    

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans la pénombre de l'Archipel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witcher - Next Gen :: Pays Limitrophes Temeria-