AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "J'ai besoin de nos chemin qui se croisent "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Selene Ashfield

Messages : 141
Date d'inscription : 24/10/2015
MessageSujet: "J'ai besoin de nos chemin qui se croisent "   Mar 6 Fév - 22:36

L'arc se détendit d'un seul coup et le lièvre qui jusqu'alors grignotait tranquillement son herbe s'effondra sans un cri, les yeux vitreux. C'était le deuxième qu'elle récupérait aujourd'hui, et cela suffirait bien pour son repas principal, elle comptait tout faire cuire pour ne pas avoir à recommencer l'exercice deux jours plus tard. Satisfaite, la rouquine descendit de son perchoir et se dirigea vers sa proie au sol en écartant les feuillages un peu trop envahissant pour progresser plus facilement. Elle entendit le hennissement de sa monture en contrebas mais ne s'inquiéta pas outre mesure, l'animal se faisait simplement connaître des autres bêtes de la forêt. Cela faisait presque deux mois que Selene avait remis les pieds dans ce pays, à son époque. Les premiers jours avaient été bien compliqués tant elle se sentait perdue et incapable de prendre une décision, jusqu'à ce que sa route ne croise un petit groupe de pillards. Ces derniers avaient pris deux gamines dans leurs filets en même temps qu'un butin de nature plus pécuniaire, et avait visiblement bien l'intention d'en profiter de la plus cruelle des manières. Ils avaient établis leur campement de fortune non loin de l'arbre dans lequel la jeune femme revenait dormir la nuit, un des plus imposants du secteur lui assurant une protection non négligeable. Ce fut le hurlement de terreur des fillettes qui l'incita à sortir de sa cachette, simplement armée de ses deux dagues et de sa haine pure. Les brigands de leur genre n'étaient pas spécialement connus pour leur vélocité, mais plus pour leur brutalité,  aussi lorsqu'ils  se rendirent compte qu'ils étaient attaqués malgré la nuit, la furie flamboyante avait déjà fait trois victime, frappant puis se retirant rapidement pour ne pas être repérée.  Il y avait une quinzaine d'hommes, et les rescapés se regroupèrent autour du feu pour ne plus être prit à revers, ce qui obligea la jeune femme à se découvrir. Lorsqu'ils s'aperçurent de l'origine de leur perte, un élan de colère noire s'empara des hommes dont la fierté venait d'en prendre un coup, mais ils n'eurent pas vraiment le temps de se mettre en branle que la jeune mage faisait déjà usage de son récent apprentissage, portée par une rage destructrice. Elle puisa dans le sol suffisamment d'énergie pour créer une cercle de flammes entourant les gueulards avant de le refermer brusquement sur eux, étouffant leurs suppliques désespérées. Si la jeune femme était doté de pitié la plupart du temps, elle n'en avait aucune pour les violeurs de leurs espèces. Une fois certaine que toutes les âmes néfastes furent brûlées dans ce foyer ardent, Selene reporta finalement son attention sur les deux captives, dont l'une d'elle gisait au sol, immobile. Sans un mot, elle s'agenouilla près de l'enfant à peine âgée d'une dizaine d'années et remarqua bien vite la ligne écarlate marquant sa gorge fine. Elle ferma les yeux de la petite d'un geste délicat et reporta son attention sur la fillette blonde tremblant à côté du corps, visiblement aussi terrifiée par la jeune femme que par ses tortionnaires. Selene avait dû déployer toute sa patience pour que la petite accepte enfin de parler sans pleurer, lui expliquant d'où elle venait, lui apprenant également que la fillette n'ayant pas survécu n'était autre que sa petite sœur. La jeune mage avait proposé à la petite de la ramener les seuls parents qui lui restait encore, sa famille ayant été massacrés par les voleurs. Portant le corps de la plus jeune, elle mit un peu plus d'une journée pour atteindre son but et remettre l'enfant à ses grands-parents après une multitude d'explications. Elle en profita également pour se renseigner sur la région où elle avait atterrie, ainsi que l'époque et fut rassurée d'apprendre qu'elle avait atteint son but, au moins sur ce point. La famille était loin d'être riche, mais ils lui permirent de passer quelques jours en leur compagnie en remerciement pour avoir leur avoir ramené les deux petites. Elle profita de la présence d'autres êtres vivants pour s'enquérir un peu de la situation depuis son absence, apprenant que la rébellion semblait avoir trouver un nouveau souffle face aux atrocités commises par le roi. Le couple n'étaient que des paysans sans prétention et sans la moindre envie de partir guerroyer, néanmoins ils soutenaient sans condition les courageux cherchant à se dresser contre le pouvoir. La rouquine apprit donc que des groupes armés se formaient de plus en plus dans l'ombre, menant des assauts sur certaines garnison, pillant les routes commerciales affectionnées par le roi et ses sujets les plus loyaux. Selene n'eut pas à réfléchir bien longtemps pour savoir ce que serait son objectif dans les jours à venir, nul doute que ces anciens compagnons avaient dû rejoindre la rébellion depuis un long moment, elle allait donc se mettre en quête d'un de leurs camps pour tenter de les retrouver. Ses hôtes lui donnèrent une monture pour qu'elle puisse rejoindre la ville plus rapidement ainsi que le peu d'informations dont ils disposaient afin de l'aider à trouver les rebelles. Elle voyagea plusieurs jours sans prendre de réel repos jusqu'à atteindre Velen, de là elle s'informa où elle le put de la situation politique du secteur, traînant dans les tavernes à la tombée du jour pour tenter de glaner de précieuses informations, tout en dissimulant précautionneusement son identité sous d'amples vêtements de vagabonde avant de rejoindre les sentiers sauvages après avoir obtenu ce qu'elle désirait.

La jeune femme avait trouvé refuge dans un repli rocheux non loin de la frontière, et se contenta d'un faible feu de camp, suffisant pour griller son gibier. Consciencieuse depuis qu'elle évoluait seule désormais, Selene répartissait sa nourriture en portion régulière qu'elle accrocha à la selle de sa monture se reposant actuellement à l'entrée de la petite caverne. Elle avait une bonne semaine sans avoir besoin de chasser à nouveau, ce qui lui permettrait ainsi d'avancer rapidement pour rejoindre le campement qui semblait $etre bien plus enfoncé dans la chaîne montagneuse si elle pouvait en croire ses dernières informations. Elle ne désespérait pas de retrouver sa moitié ainsi que ses comparses, mais concernant Aelendil, elle n'avait pas la moindre idée où chercher et préférait donc se concentrer sur ceux qui s'avéraient plus simples à pister. La jeune femme dormait peu, et la fatigue commençait à se voir sur son visage tiré, mais le sommeil la fuyait depuis son retour, elle craignait d'être surprise dans son sommeil. Aiguisant ses deux petites lames en silence, la rouquine releva la tête la mine soucieuse en entendant le hongre s'agiter à l'extérieur. Dans un réflexe salutaire, la jeune femme balança de la terre pour éteindre son maigre feu et récupéra son arc de fortune qu'elle arma sans attendre avant de se faufiler dans la pénombre à l'orée de son refuge. Flattant brièvement l'encolure de sa monture, elle l'abandonna et contourna l'endroit pour faire face à l'entrée avant de grimper dans un arbre en position d'attaque pour guetter un éventuel gêneur désirant investir sa tanière. Le silence nocturne seulement ponctué par les hennissements apeurés de l'animal, l'archère scrutait la pénombre avec attention, guettant le moindre son suspect, le moindre mouvement perceptible, jusqu'à ce qu'une masse sombre imposante ne se détache finalement du bois pour s'avancer lentement vers la petite caverne, faisant paniquer le hongre qui rua pour se débarrasser de la longe le maintenant captif. La rouquine retint son souffle en distinguant deux silhouettes bien humaines, surprise de voir que des curieux avaient daigner s'aventurer jusqu'ici. Ne flairant pas de menace dans un premier temps, elle relâcha légèrement la corde de son arc sans pour autant se départir du projectile qui s'y trouvait, et observa le manège des deux gêneurs qui à l'évidence étudiaient les lieux avec attention. Sa concentration sur les fouineurs brisa momentanément sa prudence, et pas un seul instant elle ne s'était imaginé qu'il puisse y en avoir d'autres, aussi elle sursauta brusquement en entendant une voix s'élevait du pie de l'arbre où elle se trouvait. Une femme blonde au visage fermé la tenait en joug à l'aide d'une arbalète, lui intimant de descendre de sa position sans histoire, faute de quoi elle lui trouerait la peau. Alerts par la voix de leur comparse, les deux hommes revinrent sur leurs pas et lui ordonnèrent plus ou moins la même chose, cernant le tronc pour éviter qu'elle ne file. Selene aurait probablement pu utiliser la magie que lui avait enseigné sa mère, toutefois la jeune femme redoutait de fait œuvre de magie tant qu'elle n'aurait pas retrouvé les siens, de criante d'attirer à elle la chasse une nouvelle fois. Aussi elle obtempéra plus ou moins docilement, sauta de son perchoir avant d'être rapidement maîtrisé par l'un des hommes, la fille la tenant toujours en respect. - "Qu'est-ce que tu fais ici toi ? Tu m'as l'air bien méfiante pour être juste une vagabonde. "- La rouquine fronça les sourcils, n'appréciant que moyennement la familiarité du type et songea un instant à l'idée de ne pas lui répondre, néanmoins, elle se trouvais cette fois clairement en position de faiblesse, aussi après réflexion, elle se décida à faire preuve d'une certaine honnêteté après les avoir rapidement observé. - "J'ai entendu dire qu'un camp de rebelle se trouvait dans les parages. Je viens me proposer comme volontaire." - Le plus vieux ricana et se frotta doucement la fine barbe habillant son menton tout en la détaillant des yeux. "- "Tu es bien naïve jeune fille. Crois-tu vraiment que les rebelles laissent rentrer n'importe qui ? Dans ce cas, qu'est-ce qui empêcherait le roi d'envoyer ses sous fifres pour les détruire de l'intérieur ?" -" Ca, c'est une chose que je verrais directement avec eux lorsque j'aurais trouvé le camp. Maintenant si vous vouliez bien me lâcher, je n'ai pas le moindre désir de vous causer du tort, étant donné que j'ignore qui vous pouvez bien être." - "Considère que tu as trouvé ton objectif alors ! Mais ne crois pas que nous allons te relâcher aussi simplement, tu vas nous suivre bien gentiment, et nous aviserons une fois un peu plus au calme. Luke, va chercher son cheval." - Selene soupira d'agacement, mais s'il disait vrai, alors il valait mieux qu'elle se montre coopérative. Elle n'avait pas grand chose à y perdre, et clairement ceux-là ne ressemblaient pas le moins du monde à de quelconques militaires. La blonde s'occupe de lui nouer les mains dans le dos, lui banda les yeux et l'aida à grimper sur sa monture. La rouquine dû faire appel à tout son sens de l'équilibre pour ne pas tomber car ils n'avaient même pas la peine de seller l'animal, aussi elle se maintenait assise uniquement à l'aide de ses jambes, faute de pouvoir utiliser le reste, et était bien incapable de prévoir les mouvements de l'animal ce qui ne l'aidait pas non plus. Privée de repères, elle n'eut pas la moindre notion du temps et fut bien incapable de dire s'ils avaient marchés pendant dix minutes ou trois heures, mais un murmure sourd de nombreuses voies retentit finalement à ses oreilles, s'amplifiant progressivement à mesure de l'avancé de sa monture. Cette dernière stoppa finalement, manquant de faire tomber sa cavalière alors que le leader du petit groupe à qui elle devait sa capture s'entretenait avec un autre à son sujet visiblement. - "Pourquoi tu l'as ramené ici ?" -" Elle nous a vu dans les bois, elle se serait doutée d'un truc et c'était dangereux de la laisser repartir comme ça." - "Pourquoi tu ne la pas éliminer alors ?" -" J'en sais rien... Elle n'a pas l'air dangereuse au fond, et je ne vois pas l'intérêt de tuer des innocents, c'est un peu contre cela qu'on se bat d'ailleurs je te rappelle." - "Mouais si tu le dis … Bon, et t'en fait quoi de ton paquet alors ?" - "On va l'interroger. Y'a peut-être moyen qu'elle vienne grossir les rangs si elle est fiable." -" Tu sais ce que je pense de la présence de filles pour se battre. "- "Oui, et je m'en tape. Tu ouvres maintenant ?" - "Le chef va tirer la gueule." -" Mais non ! Au contraire, il sera ravie du joli présent va !" - L'animal se remit à avancer sans prévenir, et une fois de plus Selene atterrit rudement sur l'encolure de sa monture, à deux doigts de finir au sol. Ses ravisseurs discutèrent encore à droite à gauche, se séparant finalement et ce fut le plus jeune des hommes qui l'aida à descendre avant de lui ôter finalement son bandeau pour lui permettre de voir. Elle plissa d'abord les yeux face à la lumière aveuglante, avant de chercher à analyser rapidement l'endroit une fois sa vue recouvrée. D'immenses parois granitiques s'étendaient tout autour d'elle, et la jeune mage comprit bien vite qu'elle se trouvait au sein d'une grotte immense dont la cavité avait été soigneusement aménagée pour accueillir de nombreuses personnes. Elle chercha l'entrée mais ne parvint pas à la trouver, ce qui lui laissa un sentiment d'oppression désagréable alors que certaines personnes passant non loin l'observaient avec une curiosité non feinte. Elle se tourna finalement vers son geôlier lorsqu'il reprit la parole. - "Tu vas rester attachée encore un peu, on ne peux pas prendre de risques. Le chef va sûrement venir te voir, il apprécie de pouvoir échanger avec les volontaires avant de prendre une quelconque décision, surtout lorsqu'il s'agit de femmes ! "- Il capta sans mal l'expression de méfiance soudaine de la rouquine et esquissa un sourire amusé avant de la rassurer – "Ne t'inquiète pas, nous ne sommes pas non plus des sauvages, il ne devrait rien t'arriver." -" Devrait … Je suis très rassurée." - Loin d'être inquiète pour autant, elle suivit docilement le type et fut mise à l'écart dans un espace clos, constitué d'immenses tentures tendues à même les roches pour former de curieuses tentes. Ses mains furent détachées de son dos pour être nouées à l'avant, et attachée à une chaîne plantée dans le granit, elle fut également fouillée rapidement et se vit ôter ses deux lames de secours avec une certaine appréhension. La solitude que lui offrit le type en quittant la tente lui permit de réfléchir posément avant l'arrivée du grand manitou. Elle se devait de bien choisir ses mots pour le convaincre qu'elle n'était pas un danger, et simplement à la recherche de ses amis. Il ne se passa pas longtemps avant que la tenture voilant l'entrée ne se soulève à nouveau, attirant son regard avant que son palpitant ne rate un battement sous la surprise des traits qui s'affichaient face à elle. Il avait les cheveux plus longs, une tenue bien différente ainsi qu'une barbe plus fournie que ce qu'elle n'avait jamais pu voir sur lui, mais c'était bien une tête connue qui se tenait face à elle. -" Rhydian ? "- Ce dernier marqua un temps d'arrêt en dévisageant la rouquine qui lui offrait un large sourire avant que ses lèvres n'affiche un air amusé malgré la joie qui brillait dans ses yeux sombres. -" A te voir enchaîner ainsi, j'aurais préféré que ce fut moins habillée … "- Il ne la nargua pas davantage et la rejoignit prestement pour lui ôter ses entraves avant de la serrer contre lui avec force, le visage enfoui dans sa chevelure indisciplinée. -" Considère-toi comme ma prisonnière tant que tu ne m'auras pas tout raconté." - Un léger rire lui répondit, mais rester sa captive ne la dérangeait pas outre mesure, ravie de l'avoir retrouvé aussi rapidement en fin de compte.    

Ils passèrent plusieurs heures à s'expliquer, Selene lui apprenant tout ce qu'il s'était réellement passé depuis sa disparition, lui apprenant que le prince avait retrouvé son esprit et sa condition. Elle lui expliqua également avoir retrouvé sa mère, et appris à maîtriser une partie de sa propre magie. Les discussions durèrent la majeure partie de la nuit sans qu'aucun des deux ne ressentent le besoin ni l'envie de dormir. Beaucoup de choses semblaient également avoir eut lieu durant son absence, et la jeune femme l'encaissa de plein fouet. Le groupe s'était momentanément dissout après sa disparition. Mason et Jefferson s'étaient associés en s'installant à Novigrad pour dispenser leur art afin de pouvoir en vivre. Le trio était repartis courir les routes ayant pour objectif de rallier un maximum de monde à la rébellion en cour contre le pouvoir. Et lui avait fait de même en tentant de chapeauter tout cela tant bien que mal. Les rebelles semblaient de plus en plus nombreux aux dires du brun, ce qui surprit la jeune femme. Le père d'Asloth n'était pas un tendre non plus, pour autant le peuple n'avait jamais eu de réelle ambition de se rebeller. Qu'avait donc bien pu faire son fils pour s'attirer une telle haine ? Peu lui importait au fond, elle était d'avis qu'il valait mieux le faire descendre rapidement de son trône pour ne pas risquer la destruction rapide du pays, voire pire. Elle lui demanda tout de même s'il n'avait pas eu vent de la présence du prince dans les environs, ou même de retour au palais – ce qui l'aurait surprise quand même- mais l'argenté semblait clairement s'être évanouie dans la nature. La jeune femme s'endormit finalement à l'aube, la tête posée sur l'épaule de son comparse qui la maintenait fermement contre lui de peur qu'elle ne disparaisse à nouveau. Il avait tellement espérer la retrouver qu'il avait du mal à croire que la jeune femme se trouve à nouveau contre lui, bien décidé à ne plus la lâcher d'une semelle quoi qu'elle puisse en dire. L'hybride ne ferma pas les yeux durant tout le temps où elle se reposa, caressant doucement les boucles sanglantes de la jeune femme endormie en déléguant son travail pour le moment et en envoyant paître tous les gêneurs pour le reste de la journée. Même s'il savait également le lien étrange unissant la belle et le dragon, il ne pouvait s'empêcher de se trouver satisfait que ce dernier ne se trouve pas à proximité pour le moment. Peu importe ce que pouvait dire Selene, le reptile avait plusieurs fois démontré qu'il était réellement dangereux pour elle. 

Après plusieurs discussions plus ou moins constructive, la jeune femme insista pour aller retrouver les deux scientifiques, désireuse de reformer leur petit groupe et convaincue que les capacités des deux compères seraient bénéfiques à la rébellion. Ils partirent donc pour la cité tous les deux, Rhydian déléguant sa fonction momentanément au doyen du campement pour pouvoir suivre la jeune femme, désireux de ne plus s'écarter d'elle désormais. Selene avait également tenu à garder son anonymat au sein de la petite troupe, passant pour une amie retrouvée du leader dans un premier temps. Les jours passèrent tranquillement alors que les deux comparses se rapprochaient de la grand ville dans le but de rejoindre leurs deux acolytes devenus commerçants. Ils voyageaient surtout de nuit, se reposant le jour le plus éloignés possible des sentiers. Rhydian redécouvrait avec plaisir la jeune reine, la trouvant changée et plus confiante qu'elle ne l'avait jamais été avant. Son propre tempérament n'ayant pas évolué le moins du monde cependant, il n'était pas rare qu'il la provoque, sérieusement ou non, se heurtant presque systématiquement au refus plus ou moins poli de la jeune femme, ce qui ne l'empêchait en rien de continuer son petit manège. Depuis le temps, il savait quand il devait cesser ce genre de choses, hors elle se montrait bien plus cordiale qu'auparavant. Il évoqua beaucoup la rébellion, l'incitant à y prendre part, et même à en prendre la tête en revendiquant son rang et son statut, si bien qu'elle commença à y réfléchir sérieusement lorsqu'ils arrivèrent aux abords de la grand ville après presque trois semaines de voyage. La compagnie du loup était agréable à la rouquine qui perdit sa retenue en sa présence, lui accordant une affection rarement acquise par ses pairs, mise à part le jeune prince des années plus tôt. Désireux de ne pas se faire repérés dans la cité, ils se grimèrent tous deux en marchands ambulants, Selene dissimulant sa longue chevelure sous une ample capuche sombre, courbant l'échine légèrement pour faire croire à un âge avancé, une main accrochée au bras du jeune homme à ses côtés pour feindre un besoin de soutien. La ville était bien plus froide que dans ses souvenirs, les rues étaient désertées, les mendiants disparus, et le marché ne se peuplait que de quelques étals à moitiés vides, et rares étaient les clients venus affrontés l'atmosphère glaciale des lieux. Ce n'était pas la première fois que le loup venait, et il se dirigea d'un pas rapide vers l'aile ouest de la ville où se trouvait l'échoppe de leurs deux comparses. Il laissa à Selene l'honneur de franchir la porte la première pour y découvrir une petite boutique surchargée de produits divers. Dans le fond, la silhouette de l'herboriste se dessinait au milieu des vapeurs des tubes d'essais alignés devant lui, sa chevelure ayant clairement gagné en longueur depuis qu'elle ne l'avait pas vu, savamment tressée dans son dos sur une tunique aux reflets pourpres. Elle se racla la gorge sans pour autant dégager son capuchon, et s'attira l'attention du jeune homme qui se tourna vers elle avec un sourire affable. - "Bonjour ma dame. En quoi puis-je vous être utile ? "- La jeune femme esquissa un sourire et dévoila son visage à la lueur des torches et des faibles rayons solaires perçants la devanture sous le regard ébahi du brun. - "Tes précieux conseils feront l'affaire mon ami." -" SELENE ! C'EST PAS VRAI !" - Il traversa la pièce en courant presque, manquant de tomber en se heurtant à une table avec sa maladresse légendaire et souleva la jeune femme de terre pour l'enlacer. Dans son empressement, la jeune garçon avait momentanément oublié que sa force physique n'était pas prête d'égaler celle de l'hybride qui était entré à la suite de la jeune femme, et commença à perdre l'équilibre, rapidement rattraper par le loup. - "Va falloir que tu te remplumes si tu veux pouvoir soulever les filles microbe." - L'interpellé l'ignora et se recula sans pour autant lâcher la jeune femme qu'il dévisageait avec attention. - "Nous pensions tous que tu avais disparue … ""Pas tous." -" Oui bon, presque tous. JEFFERSON REMONTE !" -" Doucement Mace … j'ai pas vraiment envie qu'on me repère. "- "Ah oui, pardon. Mais comment ? Depuis quand ? Qu'est-ce qui s'est passé ?" - La jeune mage s'apprêta à reprendre une fois de plus son récit, en un peu plus concis cette fois-ci lorsqu'une autre tête connue émergea de la cave, dardant que la revenante un regard énigmatique. -" Ca par exemple … Vous êtes pleine de surprise majesté. "- Selene lui balança un regard mitigé avant d'être à nouveau alpagué par l'herboriste. -" Et où est Allen ? Rhydian nous a dit que vous aviez disparus ensembles alors qu'il voulait te … enfin tu m'as compris. "- "Le prince va bien, du moins je crois. Il n'est plus sous l'emprise de la chasse, mais il se trouve que je l'ai perdu entre temps …  C'est un peu compliqué, je crains qu'il ne me faille plus que cinq minutes pour pouvoir t'exposer tout cela." -" Cinq minutes ? Tu restes ici maintenant ! On va fermer sur le champ, et tu nous racontes tout en détail, tu ne sortiras pas d'ici sans me passer sur le corps tant que je ne saurais pas tout." -" Elle n'aura pas de mal à te rouler dessus tu sais ?" -" La ferme Rhydian !" -" Ohoh, mais c'est qu'il mord presque !" - La jeune femme s'était défaite de son manteau, esquissant un sourire amusé devant le tempérament visiblement un peu plus affirmé qu'auparavant du plus jeune. Malgré ce qu'elle avait pu laisser derrière elle, elle prenait enfin conscience à quel point ses acolytes avaient pu lui manquer en fin de compte. Elle porta son regard perçant sur le mage légèrement en retrait qui ne cessait de l'observer avec attention, si bien qu'elle poussa le vice jusqu'à déployer volontairement son aura de manière appuyée pour qu'il prenne conscience des quelques changements ayant eu lieu, avant de la faire disparaître complètement avec un léger sourire satisfait. Jefferson haussa un sourcil et daigna finalement lui sourire en retour, sans pour autant émettre le moindre commentaire. 

Mason avait dégagé la plus grande des tables de la pièce pour y déposer plusieurs chopes ainsi que diverses bouteilles et un peu de fruits secs pour se sustenter durant le récit de la jeune femme. Rhydian avait déjà prit ses aises, visiblement n'importe où chez lui, et en était déjà à sa troisième choppe de liqueur, un bras posé sur le dossier de la chaise de sa protégée dans une attitude possessive à laquelle la jeune femme ne faisait même plus attention. Plongée en grande discussion avec le plus jeune des hommes, elle ne vit pas le temps passer une fois de plus, et s'imbiba peut-être plus d'alcool que nécessaire, déliant davantage sa langue que d'habitude. Il vint rapidement sur le tapis la fameuse rébellion dont lui avait maintes fois fait part l'hybride durant leur trajet, et Mason semblait en accord avec son aîné sur le fait qu'il était plus qu'important que la jeune femme aille rejoindre les rangs pour en prendre la tête. Beaucoup de gens parmi la bas-peuple semblaient prêt à suivre la reine fugitive et son amant maudit, du moins était-ce là la rumeur qui courait depuis son évasion avec le prince. Quelque chose toutefois la bloquait encore, le fait de ne pas savoir ce qu'il était vraiment advenu de sa moitié, elle craignait de prendre le risque de s'exposer de la sorte et donc se mettre en danger, ce qui l'aurait directement impacté où qu'il puisse se trouver. Mais cela, elle n'osait l'avouer à ses compagnons, et elle argua simplement ne pas être à la hauteur pour prendre le commandement de quoi que ce soit. 

"J'aimerais simplement retrouver le prince désormais. J'ai d'autres projets que la rébellion, il me faut reformer la loge de toute urgence avec les rescapés. "
"Justement Selene … Sur ce point, j'ai bien peur que ton entreprise ne soit plus compliquée que prévue. "
"Pourquoi ça ?" 
"Asloth a fait condamnée à mort la plupart des sorcière connue, certaines y ont échappées mais sont désormais en fuite et donc très difficile à localiser. D'autres non pas eu cette chance, et l'une des plus connues et des plus anciennes, une mage elfe, a fini décapiter sur la place principale de Wyzima. Votre mari a bien décidé de ne pas se montrer clément envers les dernières magiciennes à l'évidence, et je doute qu'il ne le soit davantage à votre égard d'ailleurs. "
"Je vois …" - La jeune femme garda le silence l'espace de plusieurs secondes, son esprit en ébullition réfléchissant à toute vitesse, elle devait à l'évidence revoir ses priorités tant que le roi n'aurait pas été écarté du trône et du pouvoir qui allait de pair. Elle soupira et avala plusieurs longues gorgées du breuvage aux notes fruités que leur avait servis Mason avant de se redresser légèrement, son dos heurtant la main tranquille de l'hybride qui haussa un sourcil face à cette réaction vive. - "Dans ce cas, tu as probablement raison, nous n'allons pas avoir vraiment le choix, autant faire tomber Asloth rapidement.  "

Le brun esquissa un sourire ravi et leva son verre pour trinquer au retour de la combattante qu'elle représentait aux yeux de beaucoup. Jefferson resta plus discret, lorgnant subtilement en direction de la rouquine, et plus particulièrement de ses mains à la recherche de l'anneau qu'elle ne portait plus. Il était impressionné malgré lui de voir le contrôle acquis par la jeune mage en si peu de temps compte tenu de la puissance de sa magie. Nul doute qu'elle ferait de lourds dégâts dans les rangs ennemis si elle montait au front. Ils continuèrent à discuter un long moment de la sorte, établissant un plan d'action pour faire parler la notoriété de la jeune femme au sein de réseau de rebelles sitôt qu'ils l'auraient rejoins. Après quoi Rhydian s'accapara un fauteuil non loin sur lequel il s'affala pour piquer un somme alors que Jefferson retournait à ses grimoires, délaissant les deux amis en solitaire autour des bouteilles et de leurs souvenirs. La conversation dévia doucement au fil des bouteilles, et Mason se montra plus curieux, ayant bien vu l'attitude protectrice pour ne pas dire collante du loup vis à vis de son amie. Sur le ton de la confidence, il pencha la tête dans sa direction et jeta discrètement un regard vers l'endormi qui ronflait bruyamment avant de se lancer maladroitement. - "Vous semblez très proche tous les deux non ? "- Selene, chope au bord des lèvres haussa un sourcil suspicieux, incertaine de comprendre le sens véritable de ses paroles avant de rétorquer en haussant les épaules. - "Tu connais Rhydian. Il est proche de n'importe quelle être arborant une paire de seins, ça n'a rien de nouveau." - "Non, c'est différent. Il te couve Selene, ça crève les yeux. Je ne donne pas cher d'un autre homme cherchant à t'approcher maintenant. Et d'ailleurs, je me demande bien ce qui se passera quand on retrouvera Allen. "- La jeune femme esquissa un sourire presque amusé avant de se reprendre, retombant dans sa morosité en se noyant dans son breuvage. - "Si on le retrouve. Il ne se passera rien Mace. Je n'ai jamais eu ce genre de rapport avec le prince, et je te l'ai déjà répété plusieurs fois. Oublie tes idées de romance impossible, la réalité est bien moins reluisante." - Elle avala plusieurs gorgées avant de pouffer doucement en songeant à la seconde passion du jeune homme, quelque peu grisée par l'alcool. - "Mais rien ne t'empêche de mettre tes illusions par écrit toutefois, ça peut-être amusant à lire !" - Le brun maugréa, faussement vexé et se détourna. -" C'est pas sympa de te moquer. "- Elle le taquina encore un peu avant que le sommeil ne la gagne. Faute de lit dans la demeure qui restait une échoppe, il lui céda le second fauteuil de l'endroit et s'endormit sur un coin de table. 

Un léger contact contre son épaule la tira de sa torpeur et elle tomba nez à nez rapidement avec le chevelure blonde du mage lui frôlant la joue. Selene se redressa en s'étirant vaguement, parcourant la pièce obscurcie du regard avant des se tourner vers le fautif à qui elle devait son réveil précoce. - "J'aimerais vous parler en privé majesté. "- La rouquine soupira, encore ensommeillée et le reprit la voix pâteuse. - "Pour la centième fois Jefferson, arrête de me vouvoyer s'il te plaît." - Serrant les dents face à sa propre réticence à obtempérer, il acquiesça pourtant, peu désireux de l'énerver au vu de son état somnolent après quoi il reprit en chuchotant. -" Rejoins moi au sous-sol alors. Inutile de réveiller ces deux larrons." - L'aura de mystère dont il voulait s'entourer attisa la curiosité de la jeune mage qui se sentit tout à coup bien plus éveillée. Elle délia ses jambes endolories avant de le suivre prudemment dans le dédales de fournitures jonchant le sol pour emprunter la petite échelle. La cave était entièrement aménagée pour constituer un étage supplémentaire à la boutique, traitant cette fois de magie pure et simple. Elle promena son regard sur les murs et les diverses étagères avant de finalement se tourner vers le jeune homme qui l'attendait. - "Mason ne t'a pas tout dit, car il ignore certaine chose. Asloth ne détruit pas la magie car il la hait, il la détruit pour être le seul à la posséder". - "Je sais déjà cela, j'ai bien failli en faire les frais." -" Certes, le soucis étant qu'il a convaincu certaines sorcières de se rallier à sa cause, et notamment une ancienne de la loge du nom de Philipa Eilarth. C'est à cause d'elle que Findabair a perdu sa tête. "-" Je vois … Philipa faisait effectivement partie des noms que m'a transmit ma mère.  Y'en a-t-il d'autres dans son cas ?" - "Pas à ma connaissance, elle serait la seule à avoir trahie la loge. Néanmoins, les sorcières ayant une telle puissance sont extrêmement rares de nos jours, je crains que ton entreprise soit vaine. "- Selene soupira doucement et déporta son regard sur la bibliothèque la plus proche. -" Je commence à en prendre conscience néanmoins … il me faut trouver un moyen pour briser ce sort avant qu'il ne soit trop tard pour l'un de nous. Je ne peux pas mener une rébellion en craignant pour la vie du prince si je venais à être tuée." -" C'est pour cela que je voulais te parler. Enfin plus précisément, te proposer mon aide. "- La jeune femme fronça les sourcils en reportant ses yeux de jade sur le profil du mage, se demandant de quelle manière il pourrait l'aider à résoudre ce soucis majeur. - "Je t'écoute … ""J'ai longuement étudié les artefacts par le passé, il en existe à la puissance insoupçonnable, mais ils sont pour la plupart portés disparus. Ce que je te propose, c'est que tu prennes la tête de la rébellion le plus tôt possible. De mon côté, je vais me mettre à la recherche d'un de ces objets. Ta magie semblant désormais maîtrisée, du moins en grande partie, tu pourrais peut-être avec l'aide de cet orbe te défaire toi seule du lien qui te lie au dragon. Je ne te garantis rien, mais il me semble plus raisonnable de chercher une seconde option tant la première semble compromise par la folie du roi. "- L'esprit plongée dans les propositions pertinentes du blond, la jeune femme fit quelques pas avant de se tourner face à lui, appuyant ses deux mains sur le bureau derrière elle. - "Pourquoi veux-tu nous aider ? Tu détestes Aelendil, ne me ment pas, j'ai vu ton attitude face au prince à Skelige, le mépris dont tu faisais preuve par moment. "- L'accusé esquissa un sourire coupable et leva les mains en signe d'acceptation de ses torts avant de rétorquer. -" Je ne le nie pas, je ne porte pas les dragons dans mon coeur, celui-ci en particulier après avoir dû réparer les dégâts qu'il a perpétré sur ses îles. Je n'ai que faire du prince en toute sincérité, mais je reste persuadé, comme beaucoup de personnes prenant part à cette rébellion, que tu es probablement l'une des seules à pouvoir ramener un semblant de paix sur ces régions dévastées par l'oppression des Celeborr. Et je suis d'accord avec toi, tu ne peux être efficace en ayant les mains liées. Ton affection pour le prince te force à la discrétion, je peux le comprendre, c'est pourquoi j'aimerai pouvoir te libérer de ce poids pour que tu prennes enfin place à la tête d'un empire qui est le tien Selene." - Surprise par son laïus, la jeune mage resta un moment silencieuse, le sondant du regard pour jauger sa sincérité sans pour autant parvenir à être objective sur la confiance qu'elle pouvait lui accorder, ressentant toujours une sorte de méfiance viscérale vis à vis de lui. Néanmoins, ses propos étaient loin d'être stupides, et refusait de l'aide le serait par contre, c'est pourquoi elle lui tendit finalement la main en esquissant un sourire aimable. -" Ca me va. Tu veux ta place de mage officiel si j'arrive à la couronne en échange ?" - Il lui serra avec vigueur et lui rendit son sourire, bien plus chaleureux cependant. - "La simple assurance que tu briseras cette chasse aux sorcières me suffira Selene." -" Cela va sans dire." - Ils conclurent rapidement cette échange avec la destination première que comptait emprunté le mage pour parvenir à trouver sa relique après quoi elle rejoignit les dormeurs, n'ayant plus du tout sommeil. Elle quitta la pièce sur la pointe des pieds, refermant la porte délicatement derrière ses pas, et profita de l'air matinale de la cité déserte, une légère brise amoindrie par les hauts remparts lui balaya le dos, faisant onduler sa crinière sanglante désormais libre de tout mouvement. Des années depuis qu'elle n'avait pas remis les pieds ici, mais elle avait l'impression que le monde entier semblait différent désormais. Plus froid, plus vide. La jeune femme soupira doucement, relâchant dans l'air froid un nuage de condensation lorsqu'une étreinte ferme s'enroula autour d'elle, la faisant sursauter. La voix rauque de Rhydian à peine sorti du sommeil la calma immédiatement et elle se détendit légèrement, se blottissant contre sa chaleur réconfortante alors qu'il posait son menton sur le haut de sa tête. - "Pas question que tu t'enfuis à nouveau petite louve. "-" Idiot, je prenais juste l'air …" - Il n'ajouta rien, restant simplement là à la blottir contre lui pour une fois qu'elle ne se rebiffait pas au moindre contact un peu appuyé. Il aurait probablement pu pousser sa chance mais y renonçant, peu désireux de perdre trop vite ce qu'il avait mit tant de temps à gagner. La jeune femme se dégagea finalement pour retourner à l'intérieur en sentant son estomac faire des siennes, laissant libre choix à l'hybride de rester dehors, ce à quoi il renonça également. Rhydian réveilla brutalement l'herboriste en réclamant à manger, perturbant le pauvre garçon encore en train de cuver, après quoi ils établirent leur route de retour.  

 

Ils furent surpris de découvrir en rentrant au campement après des jours de chemin qu'une agréable surprise les y attendait. Ivy et Barenthir étaient revenus au bercail, chacun d'eux ramenant un bon nombre de recrues au passage, aspect non négligeable. Ils leurs apprirent également que Varric était également en chemin et qu'ils avaient pu faire ouvrir deux autres campements, l'un proche de Wyzima, l'autre près d'Oxenfurt. Malgré son investissement croissant au sein de la rébellion, Selene ne cessait de se demander ce qu'il avait bien pu devenir de sa moitié, sans pour autant pouvoir se permettre de le recherche de manière plus poussée pour l'instant. Elle s'était engagée malgré elle à soutenir les rebelles, et cela passait également par sa participation active. Varric après son retour, avait soumis de nombreuses idées au petit groupe, dont certaines étaient clairement à prendre en compte de l'avis de la rouquine. L'une d'entre elle consistait à faire appel à des esclaves pour venir grossir leurs rangs. L'attaque des sentiers commerciaux du roi leur offrait une rentrée d'argent non négligeable, et ils pouvaient ainsi l'utiliser afin d'acquérir des bras supplémentaires en laissant le choix aux asservis de rejoindre la rébellion ou de partir mener leur propre existence. Un commerce se mit ainsi peu à peu en place, reposant sur le charisme dont le loup savait faire preuve. Ce dernier se fit passer pour un riche seigneur de terre venant chercher ses travailleurs dans le réseau souterrain de la ville. La cité se trouvait sur une petit île, à l'écart du continent pour rendre plus difficile la surveillance de tous les trafics pouvant s'y orchestrer. Peu à peu le loup acquis une certaine notoriété, ne se rendant jamais seul aux joutes pour faire bonne figure. Il y avait de nombreuses femmes parmi les rebelles, et il changeait régulièrement de garde du corps pour se rendre à ses petites trafics, présentant toujours ses accompagnatrices comme des courtisanes pour accentuer sa couverture de maître passablement pervers. Au campement, Selene se contentait de rester discrète, rejoignant parfois les groupes de chasses pour mettre la main à la pâte, mais encore peu désireuse de se joindre aux assauts programmés, probablement à cause de la réticence de ses amis à ce sujet.  

Assise sur la paroi rocheuse surplombant la forêt, la jeune femme scrutait le ciel en silence, sa longue chevelure nattée balayant l'air violemment, malmené par les bourrasques chaudes du vent du sud. Les yeux plissées, elle scrutait l'horizon, espérant, priant pour voir la silhouette imposante d'un dragon s'inscrire à l'horizon dans la pénombre nocturne, mais en vain. Il n'était pas rare qu'elle prenne place ainsi une fois le campement dans les bras de Morphée. Le sommeil la fuyait depuis des mois, durant la journée, Selene s'efforçait de ne pas penser à ce qu'elle ne pouvait contrôler, mais à chaque fois que la solitude venait à la gagner lorsqu'elle tentait de dormir, l'angoisse liée à l'absence du dragon lui nouait la gorge, déviant ses songes vers cet être qui lui manquait indubitablement. Et si la chasse lui tombait à nouveau dessus ? Malgré ses doutes le concernant, s'effaçant un peu plus chaque jour à mesure que son absence lui pesait, elle s'inquiétait réellement de la situation du prince qui lui restait inconnue depuis des mois. A certains moments elle avait ressenti des douleurs ne lui appartenant pas, mais jamais rien d'insoutenables, et elle le savait également encore en vie, ce qui était suffisant quelque part. La rouquine songeait régulièrement à leur dernier échange des plus étranges avant de quitter Kaer Morhen, elle avait eu l'impression de découvrir un autre homme quelque part, et voilà qu'ils s'étaient à nouveau perdus par sa propre faute. Mélancolique, elle porta son regard vers l'astre lunaire à demi-voilé, l'air chaud lui amenant les murmures de la forêt environnante. Ses bras nus, simplement vêtue d'une tunique sans manche et d'un short de coton beige, pieds nus tant la chaleur lui pesait ces derniers jours, elle ne ressemblait en rien à la dirigeante dont elle avait plus ou moins involontairement endossée le rôle ces dernières semaines. Ses longs doigts jouaient sens cesse avec la petite figurine ornant son torse, en dessinant les contours avec curiosité à chaque fois, alors que son esprit vagabondait. Elle tenta de contacter Jefferson pour combler le vide et s'enquérir de son avancée, comme ils le faisaient régulièrement ces derniers temps, mais seul le silence lui répondit, la laissant définitivement solitaire. - "Une fois encore, je te retrouve debout en pleine nuit." - Selene esquissa un infime sourire en entendant la voix grave résonner dans son dos et rétorqua machinalement sans même s'enquérir du visiteur. - "Je suis assise, ouvre les yeux." - La brun ne répondit pas immédiatement, prenant place aux côtés de la jeune femme en passant un bras possessif sur les épaules de la belle. - "Très spirituel fillette." - La rouquine haussa un sourcil avant de lui porter finalement attention et le découvrir torse nu, comme la plupart de ces derniers jours et ne put s'empêcher de le lui faire remarquer. - "Tu as oublié l'usage des vêtements Rhydian ?" - "Il fait bien trop chaud pour que je m'en encombre surtout. Cela te pose un problème ? ""Non. "- Cette réponse aussi fugace que surprenante ne manqua pas d'interpeller le loup qui observa le profil de sa protégée avec d'avantage d'attention tout à coup. D'ordinaire, lorsqu'il se permettait ce genre de provocation gentillette, elle le renvoyait vertement dans les roses, son absence de réaction était aux yeux de l'hybride aussi surprenante qu'inquiétante. Le brun n'était pas dupe pour autant, il savait parfaitement qu'elle dormait peu et passait la plupart de ses nuits à scruter le ciel à l'abri des regards, la raison de son comportement ne lui échappait guère non plus. Même s'il ne la suivait plus comme son ombre, la jeune homme s'arrangeait pour avoir le plus souvent un œil sur la jeune reine, même de loin, et il avait déjà pu voir son expression changer lorsqu'elle se retrouvait seule. Une certaine forme de mélancolie passait alors sur ses traits, comme ce soir. Il n'arrivait pas à savoir ce qui l'inquiétait le plus en définitive, qu'elle se repose si peu, ou qu'elle se morfonde dans l'attente d'un être qui ne reviendrait probablement pas. Le silence les enveloppa finalement et elle laissa s'échapper un infime soupir avant de poser sa tête contre l'épaule offerte de son voisin qui se garda bien de bouger. Mais malgré la proximité de la rouquine et son abandon agréable, il ne pouvait s'empêcher de songer au dragon qui inondait tellement les pensées de la jeune femme et reprit finalement la parole, un brin plus sérieux que d'ordinaire. -" Selene … Tu devrais vraiment te reposer. S'il doit revenir, nous le saurons rapidement, un dragon ne passe pas inaperçu. Et s'il ne revient pas … tu vas passer le reste de tes jours à veiller les nuits dans l'espoir futile qu'il débarque à l'improviste ?" - La jeune femme fronça légèrement les sourcils et se redressa en prenant appui d'une main sur la paroi rocheuse pour observer son voisin, indécise. En écho aux propos du loup résonnèrent certaines paroles du prince qui se disait prêt à l'abandonner pour ne plus la décevoir. Était-ce là la décision qu'il avait finalement prise ? La poitrine de la rouquine se serra à cette idée pourtant probable mais elle s'entêta pourtant et reprit une position plus convenable malgré le bras du jeune homme bordant toujours ses épaules. -" J'attendrais. Je ne l'abandonnerai pas. "- Comme en écho aux songes néfastes de la jeune femme, la voix du loup résonna, pleine de bon sens. - "Et si lui t'abandonnes ? Rends-toi à l'évidence, cela fait plus de six mois que vous êtes revenus, s'il avait voulu te retrouver, il serait avec toi en ce moment, tu ne crois pas ?" - La jeune femme déglutit, consciente qu'il avait probablement raison, mais se refusait à admettre que cela puisse être la vérité. Il dégagea finalement son bras et utilisa sa main désormais libre pour l'obliger à le regarder en tournant son visage doucement. - "Je ne dis pas ça pour te faire du mal, mais ça me rend malade de te voir te détruire à petit feu pour un espoir vain. Tu as des gens près de toi aujourd'hui, oublie tes fantômes Selene, et ouvre-toi à ceux qui te soutiennent quoi qu'il advienne." - Fixant ses prunelles claires avec intensité, il voyait parfaitement bien l'indécision dans le regard de la jeune femme qui luttait contre le bon sens dont il faisait preuve pour s'accrocher à son espoir délirant. Il voyait presque au travers de son regard la lutte intérieur qui rageait dans l'esprit de la jeune femme et cela l'agaçait de voir que malgré tout ce qu'il lui avait fait vivre, le dragon avait toujours une place particulière dans l'esprit de cette dernière. Sans réfléchir davantage, il glissa sa main contre la joue de la jeune mage et se pencha vers elle pour l'embrasser doucement, la sentant se tendre sous sa paume sans pour autant se dérober totalement. L'hybride s'était montré trop rapide pour que la jeune femme n'ait le temps de se reculer, aussi elle ouvrit simplement de grands yeux surpris avant de froncer les sourcils lorsqu'il recula finalement. -" Qu'est-ce que tu fabriques ?" "Je te montre simplement que moi je suis là. "- Elle le fixa longuement, son esprit luttant vainement pour parvenir à se défaire de des entraves qui continuaient de l'enchaîner, cherchant à se dépatouiller entre son attachement profond pour le prince et son affection grandissante vis à vis du brun. Elle commença à croire que Rhydian avait peut-être raison en affirmant que le dragon ne reviendrait pas. La jeune femme ferma les paupières, déchirée entre ses émotions avant de sentir les larmes perlés le long de ses joues. La dernière fois qu'elle avait pleuré c'était de douleur, cette fois la douleur était bien plus profonde sans pour autant être moins violente. Les doigts chauds du jeune homme écrasèrent les gouttes salés avant de lui voler un nouveau baiser auquel elle s'abandonna finalement, passant ses bras autour de la nuque du jeune homme. Lorsqu'ils se séparèrent finalement, Selene posa son front contre l'épaule du loup et y déchargea sa peine silencieusement alors qu'il caressait délicatement sa longue chevelure pour tenter de l'apaiser. Elle finit par trouver le sommeil ainsi, bercé sur la présence rassurante de l'hybride qui la porta jusqu'à son lit avant de s'effacer pour lui laisser un repos nécessaire. 

Les jours suivants, la jeune femme repoussa au fin fond de son esprit le souvenir encore trop vivace de sa moitié et tenta d'oublier ses doutes en se focalisant sur la rébellion, y prenant part de manière soudain bien plus intensive qu'auparavant. Si la jeune femme n'évoqua pas une seule fois son léger dérapage nocturne avec le loup, elle acceptait davantage ses marques d'affection, qu'elles soient discrètes ou non, sans pour autant envisager davantage, au grand désespoir de ce dernier. Les longues journées furent remplies, suffisamment pour qu'elle trouve rapidement le sommeil sans être envahis par ses doutes. Deux semaines passèrent avant qu'un nouveau arrivage d'esclaves n'attirent l'attention du groupe de rebelles. Peu nombreux cette fois-ci, à peine une demi-douzaine, mais visiblement il y avait de bonnes recrues potentielles. - "Tu es sûre de toi Ivy ? Les derniers n'étaient pas des flèches ... "  - Varric, en charge d'une partie de l'entraînement des futures mains armées, avait eu du fil à retordre avec les derniers volontaires arrivés. - "Certaine je te dis ! Deux de ces hommes sont des bêtes en combat. Ils n'ont presque jamais perdus. ""Hm … je vois. "- Debout près de la petite table rassemblant les divers plans de la ville et des environs, nain tourna son attention vers le brun à ses côtés avant de reprendre, la mine sérieuse. -" On te laisse gérer ça, c'est ton domaine Rhydian."- Le loup esquissa un sourire vaniteux. - " Qu'est-ce que vous feriez sans moi, hm ? "- "Imbécile … "- La brune lui jeta un regard envieux en observant sa carrure massive avant de secouer la tête, amusée. -" Je vais encore devoir jouer les courtisanes avec toi en gros. "- "Inutile Ivy, je vais y aller, j'ai besoin de me dégourdir les jambes un peu ! Et revoir la ville me fera le plus grand bien, d'autant plus que Mason a besoin de matériel là-bas." - " Si ma Dame veut bien se donner la peine ... " - Il offrit son bras à la rouquine pour l'escorter en dehors de la tente et s'apprêter à prendre la route de la ville en sa compagnie sous le regard maussade de la brune. Rejoindre la ville ne lui ferait pas le moindre mal, il y avait bien longtemps qu'elle avait envie d'aller quérir elle-même les informations au lieu de laisser ce soin à d'autres. Sans parler du fait que suite à son écart comportemental en compagnie du loup, elle semblait davantage réticente à céder ce rôle à  une autre cette fois-ci, consciente qu'il profitait probablement souvent de la situation pour donner à ses accompagnatrices l'occasion d'accomplir pleinement leur rôle. Le loup était bel homme, et excellent charmeur lorsqu'il s'y prenait bien, autant dire que plusieurs filles avaient probablement dû lui céder lors de ses petites virées sur l'île. C'était en quelque sorte une forme de jalousie de la part de la rouquine qui se raccrochait à ce qu'elle pouvait pour ne pas sombrer dans la dépression ou la folie.

Les combats duraient depuis un moment déjà, captivant l'attention de la plupart des maîtres présents, Rhydian compris étant donné qu'il cherchait à détecter d'éventuelles bonnes recrues. La jeune femme quant à elle observait plutôt la foule les entourant, méfiante et alerte malgré l'attitude détendue qu'elle cherchait à arborer en compagnie de son prétendue maître. Vêtue comme une dame pour une fois, elle arborait une coiffure particulièrement complexe pour minimiser l'impacte visuelle de sa longue crinière, une robe au ton bleu pâle ornée en plusieurs endroits de dentelles, une paire de gants bleu nuit semblant fait de soie, et un collier d'argent et d'onyx venait parachevé sa tenue de femme convenable. Ses seules armes étaient ses fidèles dagues trônant contre ses cuisses, bien à l'abri des regards. Elle tenait la main du loup qu'il avait posé sur sa jambe, feignant une relation forte avec ce dernier aux yeux des quelques curieux qui les observait. L'attente fut longue pour la rouquine qui commençait à se sentir légèrement somnolente à cause de la chaleur ambiante, mais finalement les derniers gongs retentirent et l'agitation gagna les tribunes où ils se trouvaient. Elle se pencha vers le brun pour lui parler doucement. - "Tu as repéré les deux cibles ? "-" Oui, et en effet, ils sont très bons. Je vais aller m'occuper de cela, mais j'en ai vu deux ou trois autres intéressants. Inutile que tu m'accompagnes, les femmes sont mal vu lors des transactions, ce n'est pas la peine d'attirer l'attention sur nous. On se retrouve au port pour embarquer." - Il leva sa main et déposa un baiser sur le dos de cette dernière avant de la relâcher pour se rendre à l'instar de certains autres dandys présents, à la séance de négoce des esclaves en lice. Selene l'observa s'éloigner avant de se frayer un chemin parmi les spectateurs pour sortir de la pièce étouffante.  Le port n'était pas bien loin, la plupart des combats clandestins de ce type se déroulant dans les dédales d'égouts de la ville donnant justement sur la partie maritime pour faciliter le transport de la marchandise.  Même l'air extérieur, pourtant étouffant pour la saison, lui paru presque frais comparé  au four que représentait les arènes. Le ciel s'était assombri, se voilant de lourds nuages noirs annonciateurs d'orage, et la jeune femme ne serait probablement pas surprise que les premières gouttes de pluie ne l'atteignent avant le retour de son ami. Elle baissa les yeux rapidement vers sa tenue lui rappelant un passé lui semblant désormais fort loin, avant de soupirer doucement tant elle se trouvait mal à l'aise ainsi vêtue, puis effectua quelques pas dans le ports, longeant les quais, les zones de déchargement, et les pontons en patientant tranquillement. Comme pour confirmer ses songes,  un éclair déchira soudain l'air et le tonnerre roula non loin dans le ciel chaotique. L'endroit était désert ce qui rendait l'ambiance étrangement glauque et tira un frisson le long de l'échine de la rouquine qui ralentit légèrement le pas.


Dernière édition par Selene Ashfield le Ven 16 Fév - 15:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ice

Messages : 166
Date d'inscription : 26/10/2011
MessageSujet: Re: "J'ai besoin de nos chemin qui se croisent "   Ven 9 Fév - 19:23

Le bruit familier du va et vient des vagues sur la plage le ramenait à lui lentement. L'absence de lumière ne le faisait pas peiner à ouvrir les yeux. Sa joue droite écrasée sur la roche humide ne le dérangeait pas plus que cela. Al se contentait d'observer ce que son champs de vision lui offrait sans effort dans un premier temps. Soit la paroi rocheuse d'une grotte probablement. Lentement il émergeait sans trop s'affoler lorsque soudain la paume droite de sa main le fit souffrir. Surpris, il se surélevait à l'aide de ses coudes pour examiner sa douleur brutale. Telle une profonde entaille, la douleur fut lancinante un court instant avant de diminuer. Cette douleur il aurait dû la reconnaître, il aurait dû alors tilté. Sauf que l'argenté restait incrédule en observant la paume de sa main intacte sur sa cuisse tandis qu'il se redressait difficilement. Complètement vidé de ses souvenirs et de toutes émotions, Al se laissait basculer en arrière pour s'allonger de nouveau. Comment avait-il pu oublier ? A peine avait-il retrouvée son amie qu'il la perdait une nouvelle fois, autant physiquement que dans son esprit. Les yeux fermés, persistait l'unique image de la silhouette lointaine de Selene dans le noir infini et sa main à lui tendue désespérément. Il ne saisissait pas le sens de ce bride de souvenir, ne cherchant pas encore à se torturer l'esprit. L'absence de souvenir lui laissait un sentiment d'amertume, un vide en lui qu'il avait l’impression de ne pouvoir remplacer. Aussi, il avait l’horrible sentiment d'avoir oublié des choses primordiales, persuadé qu'il avait lassé quelque chose en suspens. C'était incompréhensible, tout comme sa présence ici et cet éveil voilé. Il se demandait ce qu'il foutait là et quelles en étaient les raisons.

«Restes allongé, tu dois avoir des os brisés... » lui intimait une voix féminine reclus au fond de la grotte. L'inconnue n'était autre que sa sauveuse et le souvenir d'une dette oubliée. En effet, la vie tumultueuse du dragon était fragmentée d'épisode plus ou moins animés depuis son enfance. Lors de l'un d'eux alors qu'il arpentait autrefois les mers aux côté du capitaine commandant, Al avait sauvé la mise à une étrange créature qu'il retrouvait en ce jour plus sombre que jamais. Après s'être remis de son réveil brumeux, Aelendil questionnait la voix inconnue tapis dans la pénombre en cherchant à mieux se positionner pour récupérer. Celle-ci se montrait un brin capricieuse, s'amusant ouvertement de l'attitude désorientée du garçon. Quand elle fut rassurée des intentions de 'argenté, Nellieru se dévoilait à la lueur de l'astre nocturne déjà bien loin dans sa progression. Agréablement surpris par l'identité de sa sauveuse, l'amnésique devint un brin moins méfiant. Elle s'était gardée de lui rappeler leur souvenir en commun aussi bref fut-il. Car elle l'avait reconnu dés l'instant où elle l'avait repêché au fond de l'eau. L'ado était devenu un homme que la sirène eut du mal à rapatrier sur la terre ferme. A présent, comprenant qu'il était amnésique, elle prit un avantage sur lui en feintant d'abord de ne pas le connaître dans un but déjà prédéfini. Ils échangèrent, elle lui apprenait l'avoir sauvé de la noyade après l'avoir vu chuté du ciel sur plus d'une centaines de mètres. Pressée par le temps, sa voix trahissait son inquiétude mystérieuse. Alors après ces quelques minutes de causette, elle lui dit d'un air bien moins enjôleur d'un coup. « Écoutes, tu t'appelles Aelendil. Je t'en dirais plus si tu fais ce que je te dis. » Disait-elle en ne prenant pas de gant face au peu de temps qui lui était imparti pour cet instant. Al s'était aussitôt manifesté, scrutant les deux yeux brillants qui le fixaient. Elle lui coupait le sifflet en reprenant vite la parole d'un ton plus ferme encore.

-Je n'ai pas beaucoup de temps et toi non plus. L'île est remplie de pirates et d'autres énergumènes que tu ne voudrais pas affronter. Alors, tu vas rester ici jusqu'à ce que je viennes te chercher. Je te montrerais alors le chemin pour repartir.
-Pour repartir où ?
-Je te dirais ce que je sais demain, n'as-tu pas entendu ? S'impatientait-elle en retournant dans la pénombre.

En agissant ainsi, elle réglait un conflit interne orgueilleux en voulant payer sa dette. Elle lui devait la vie, bien qu'elle nourrissait le sentiment de l'avoir gâché. Son tempérament enflammé la rendait dépendante sur tous les fronts, elle dissimulait sa nature grâce à une amulette ambrée et depuis s'était forgée une place au sein du banditisme. N'ayant pas d'autre options dans l'immédiat en vue de cet éveil trop récent, le dragon acceptait les termes plutôt faciles. Seule la patience était son ennemie dans cette attente. La jeune femme disparaissait, délaissant le jeune prince qu'elle avait traîné, inconscient, dans cette grotte accessible par le tunnel au fond de l'eau. Au dessus de l'eau un énorme trous dans la roche dévoilait une partie de la voûte céleste. C'était là l'unique source de lumière et s'était bien suffisant. Il l'entendit se mouvoir dans l'eau en apercevant au dernier moment l'extrémité vert jade de sa queue de poisson. Quelque peu distrait, il se renversait une nouvelle fois pour scruter les étoiles dans sa solitude. Il ne s’apitoyait pas sur son sort, laissant son sort aux mains de l'inconnue qui semblait vouloir l'aider. Al méditait sur la sirène et ses motivations, se questionnant sur les maigres indices qu'elle lui délivra. Fallait espérer que leur première rencontre fut suffisamment glorieuse pour qu'elle lui rende la pareille. Là, le jeune prince délaissait son esprit vagabonder sans freiner le poids de ses paupières.

Le lendemain, Al s'impatientait après avoir dormi toute la demie journée. L'après-midi le soleil était chaud et dans la grotte il commençait à étouffer. Il passait donc une bonne partie de l'après-midi à se rafraîchir dans le petit bassin ovale, bien entendu après avoir passé sa tête au delà du trous. Il en avait profité pour essayer de méditer, turlupiné par son impatience à mesure que le soleil descendait.  Il sortit donc de l'eau dans l'idée de retourner escalader la parois rocheuse. Il en avait marre d'attendre, il avait le sentiment d'être inutile et ça l'irritait mécaniquement. Que de sentiment désagréables qui mettaient ses nerfs à vifs d'autant plus qu'il était affamé. Dos au bassin, l'argenté secouait sa chevelure neigeuse d'un geste vif avant d’enfiler son sous-vêtement et son pantalon dans la foulée. Au même moment, la sirène réapparaissait délicatement à la surface de l'eau, baignée par les rayons de soleil indirects. L'argenté entendit l'eau bouger et lui offrit son profil d'un air naturellement hautain. « Hmmm... aurais-je loupé la séance... ? » disait-elle de sa voix bien plus suave que la veille. La jeune femme ne se privait pas de détailler notre ami encore en pleine hésitation. Ne sachant pas à quoi s'attendre dans cet état d'esprit vierge, il ne savait pas quoi penser de la jeune femme en face de lui. Une vision indéniablement agréable dans ce tumulte ténébreux. La sirène s'était avancée jusqu'au rebord où elle s'y était accoudée pour mieux examiner le prince. Il avait eu le temps d'apercevoir son buste dénudée et sa poitrine copieuse dissimulée par l'un de ses bras. Il avait l'esprit toujours aussi vif. Mais ce qu'il l'interpellait le plus fut son regard ensorceleur, comme attiré par ses pupilles violettes que faisait ressortir son teint pâlichon. Elle portait des cheveux mi-longs bouclés d'un vert menthe qui n'avait rien d'affreux. Elle était l'une de ces beautés glaciale qui se laissaient rarement réchauffée. Chacun de ses traits fins rappelaient sa nature elfique d'un autre monde. Sa chevelure détrempée ramenée sur le côté, elle pesa ses mots cette fois-ci pendant qu'Al terminait de se rhabiller.

-Je m'appelle Nellieru Oeda Farron, du royaume de Farore.
-... le jeune dragon haussait un sourcil, n'ayant pas la moindre idée de ce qu'était son prénom dans tout ça ou encore d'où elle provenait. Il gardait le silence, attendant la suite avec impatience maintenant qu'elle était là après tant de mystère.
-Je me doutais que nos chemins se croiseraient à nouveau, ne l'avais-je d'ailleurs pas dis... Hun hun hun... Elle levait un sourcil, provocatrice elle se mit à ricaner telle la peste qu'elle était devenue. Cette fois-ci elle le dévorait presque du regard, puis voyant l'air frustré du garçon elle se mit encore à rire jovialement avant de changer de position. Peu importe... je vais te sortir d'ici, mon prince...

Nellieru intimait de son air taquin au dragon de bien vouloir se mouiller afin de vite filer. Ce à quoi il lui répondit par l'ironie avant de lui demander explication sur son identité. Alors elle vendit la mèche en sachant pertinemment qu'elle ne pourrait le faire mariner plus longtemps. « Tu es le frère en fuite de l'empereur du Nilfgaard et bientôt du monde si on ne fait rien... »  annonçait-elle avec un soupçon de cynisme alors qu'elle se délectait de sa position avantageuse. Elle pouvait le manipuler à son aise, surtout qu'elle commençait à être lasse de son rôle de seconde. Sa vie de débauche ne l'amusait plus maintenant qu'Asloth voulait la mort de toutes les créatures magiques. Nelle remarquait que notre ami demeurait perplexe face à ces informations survolées. « Hmmm... Aux dernières nouvelles, tu fus probablement ancien membre d'un mouvement révolutionnaire toujours en cours mené par la reine en fuite aussi, car tu l'aurais apparemment kidnappé... Tout le monde c'est ça, s'indignait-elle en haussant les épaules avec dédain pour la reine soit disant magnifique à s'en damner. J'ignore pourquoi tu es tombé du ciel ni comment cela se fait-il mais... il est certain que tu n'es pas en sûreté ici. Dés l'instant où ils apprendront qui tu es, tu serras probablement vendu à ton frère. Hun hun hun... C'est pourquoi, si tu es sage, je vais t'aider à quitter l'île à bord d'un navire. » elle achevait sa phrase en terminant de charmer le garçon puis se remit en mouvement. Voyant que l'argenté restait pensif sur le rebord rocheux elle l'attirait par les pans de sa veste en se surélevant à l'aide de sa queue. Al ne vit pas l’effrontée arriver et plongeait la tête la première dans la flotte, tout habillé. Avait-il le choix de toutes façons ? Elle lui intimait de prendre son inspiration pour entreprendre la traversée alors qu'elle lui tournait autour. Sans crier gare elle le saisissait par les épaules et le renversait en arrière pour l'entraîner rapidement dans les profondeurs.

Ils arrivèrent à la surface d'une crevasse, Nellieru relâchait notre ami qui reprit goulûment sa respiration. Il ne perdit pas de temps pour s'extirper de l'eau tandis que la sirène faisait de même dans son dos. Usant du pouvoir unique de son médaillon, la jeune femme reprenait forme humaine, se dévoilant sous les traits d'une elfe. Al n'eut pas le temps de l’apercevoir qu'elle avait déjà disparu. Nell n'était pas pudique en vue de sa nature exubérante, seulement, la jeune femme aimait nourrir le désire par le mystère. En vivant proche des humains elle avait compris que le respect dans cet univers passait par l'image. Elle voulut laver son image en cultivant le mystère de son corps, les formes étant toujours en valeur toutefois. Par conséquent, la sirène avait prit pour habitude de ne pas offrir inutilement sa nudité. Consciente que l'argenté pouvait se sentir abandonné, elle déclarait, dissimulée derrière deux gros rochers pour le rassurer de sa présence « Tu n'auras qu'une chance, jeune prince ! » Il s'était alors retourné, avisant les deux rochers d'où parvenait la voix. « Alors écoutes mon plan... » Elle lui fit la causette pendant qu'elle enfilait son corset, puis sa chemise blanche par-dessus laquelle elle portait un pantalon en daim bleu marine de la même couleur que sa veste mi-longue ornée de bouton d'or et autre motif de bonne qualité. Elle ressemblait à un corsaire de haut rang, elle avait prit le soin de nouer les lacets de ses bottes avec minuties tout comme le foulard brun autour de son cous pâle. Quand elle apparut devant l'argenté, elle jouait de sa chevelure volumineuse et brillante en remontant les boucles dans la paume de sa main droite. Elle ne cessait d'agir avec enjouement face à notre prince qu'elle trouvait fort à son goût avec des années en plus. Elle en était même venue à l'idée de fuir avec lui, à condition qu'il fut aussi fort qu'on le prétendait. Ainsi démuni de sa mémoire, il avait l'air bien moins intimidant en dépit d'une confiance en soit ébranlée. Notre ami s'attardait sur la nouvelle silhouette de la sirène avant de lui demander des détails de son plan. Ils restèrent un bon moment à échanger sur la plage, à l’abri des regards lointains. Nellieru décidait de passer à l'action au crépuscule, lorsque les cœurs serraient à la boisson. Puis quand ils furent organisés, ils en vénèrent au rôle de la sirène au sein de ce groupe de bandit. Une discussion qui leur passait le temps compte tenu que la sirène ne voulait toujours pas lui dévoiler les termes de leur première rencontre passée. Perspicace malgré tout, il se doutait qu'elle avait encore une condition à lui imposer après sa fuite. Ou pendant...

Au crépuscule, Aelendil se glissait à l'eau, sous un ponton pour rejoindre le navire qu'il devait réquisitionner. Pendant ce temps, Nell avait lancé une diversion pacifique sur le ponton pour émincer le maximum de pirates. Al en avait alors profiter pour éliminer les deux types postés près de la passerelle convoitée. Sans perdre de temps, l'argenté gagnait le navire en se débarrassant sans trop de difficulté des quelques larrons présents. Le bâtiment vidé, il tranchait les cordages d'un coup de sabre avant d'aller relever l'ancre. Dans la foulée, le garçon s'échinait à déployer la voile principale. Il agissait mécaniquement sans se demander d'où lui venaient ses idées. Une sorte d'espoir inconnu lui embaumait le cœur lorsque le bateau eut un mouvement brusque d'accélération. Enfin il allait pouvoir découvrir ce qu'il foutait là, sur terre. Aelendil souriait sincèrement en continuant de libérer les voiles, jubilant presque. Prendre le large seul ne l'inquiétait pas plus que ça tant il était émerveillé par cette envolée. Il parvint à quitter le port et à le distancer suffisamment avant que les lourdes cloches de l'île maudite ne retentissent. Il délaissait la barre pour allait se pencher par dessus bord pour mieux observer l'île rétrécir. Le vent lui apportait le son des cloches, il riait narquoisement avant d'être attiré par du mouvement dans l'eau. La sirène était là, devançant le bateau pour ensuite se stabiliser à sa vitesse, le tout sans difficulté. Elle venait de le rejoindre et sortit sa tête de l'eau tout en nageant sur le dos avec aisance. « Gardes le cap vers l'Ouest, je vais resté là ralentir nos éventuels poursuivants. Bye... » terminait-elle d'un air mielleux en lui envoyant un baiser puis s'arrêtait pour nager à contre sens. Al fronçait les sourcils, perplexe, il fut d'autant plus intrigué par ce bout d'histoire qu'ils semblaient avoir en commun. Que pouvait-il bien avoir fait pour qu'elle ne l'aide ainsi ? Hormis profiter de l'escorte qu'il représentait, qu'avait-elle de plus à gagner ?

Une semaine s'était écoulée à bord du bateau sans que le moindre pirate ou catastrophe naturelle ne les fassent pâlir. Ils avaient essuyé des torrents et encaissé les vagues et bestioles. Le duo étrange s'était familiarisé à cette nouvelle condition et à la présence de l'autre. La sirène s'était entichée autant de l'image que de la personnalité de l'argenté. Quant à lui, il y voyait comme un besoin d'amitié, cette présence féminine le rassurait en plus de le guider. C'est ça, elle était devenue son guide, son unique repère dans ce retour à la case départ. Les premiers jours, Nellieru se montrait très aguicheuse, clairement désireuse de conclure avec le dragon. Une habitude chez cette séductrice innée qui savait distinguer patience et désire contre toute attente. Mais là, elle fut presque frustrée de n'avoir pas été sollicitée une fois. Elle abandonnait du jour au lendemain ses tentatives scrupuleusement déplacées pour revenir à un self-contrôle plus respectable et respectueux. Passant de la faiblarde sans défense mignonnette et docile à l'autoritaire mégère qui ne cessait de le provoquer. Là était son vrais caractère, taquine, hystérique, franche, lubrique, sadique mais aussi attentionnée bizarrement et pour finir, loyale. Elle n'était pas une mauvaise personne au fond, elle était simplement habituée à servir ses propres intérêts dans ce monde humain. A leurs heures perdues quand ils ne discutaient pas, Al lisait les quelques ouvrages présents à bord en aillant regrouper toutes les affaires délaissées. Ils avaient également pu se faire toute une garde de robe en plus d'avoir à boire et à manger. Ce navire n'avait pas été choisi au hasard. Nell était très calculatrice, le monde auquel elle s'était laissée aller exigeait beaucoup de charisme et de férocité. Un soir, Nellieru rejoignait le garçon dénuée, pour une fois, d'idées perverses en tête. C'est même d'un air un peu trop sérieux qu'il la vit s'installer à son côté alors qu'il regardait le ciel, étendu sur la passerelle.

-Al, il y à quelque chose qu'il faut que je te dise ... disait-elle en prenant un air affligé
-Qu'est-ce qu'il t'arrive, encore... ? Se lassait amicalement l'argenté en reportant à nouveau son attention sur la voûte céleste s'étendant à perte de vue. On dirait presque que c'est important vu ta tronche...
-Hmpf... Ne me prends pas de haut ! Se rebiffait-elle un brin plus animée avant de reprendre plus hésitante. Tu n'as pas tord en soit...je dramatise peut-être un peu trop...
-Écoutes... tant que tu ne m'avoues pas avoir abusé ou enco-...aïe.
-Abruti ! Tu ne vois pas que j'essaie d'être sérieuse !le réprimandait-elle en rapatriant son poing fermé.

Al se frottait brièvement le flanc droit avant de ricaner doucement en continuant de jouer sur les mots.Sauf que cette fois il s'abstenait de commentaire pour la laisser s'exprimer, curieux. Alors Nell lui confiait les vraies raisons de sa fugue avec lui.

-Comme je te l'ai déjà expliqué, ton frère, le Roi, a lancé une grosse chasse à l'homme contre les créatures ayant un lien avec la magie. Il récompensera ceux qui nous capturerons, pour les autres, la mort ou encore les expériences seront leur unique jugement. Elle marquait une pause pour s'enquérir de la réaction de son voisin qui semblait attentif.
-Pourquoi me dis-tu tout cela ? Je me doutais que tu fuyais quelque chose... laissait-il en suspens d'un ton calme.
-Oui, mais, tu pourrais penser que je me sers de toi.
-N'est-ce pas déjà le cas ?
-Ha... Prise de court, elle était un tantinet choquée de le voir aussi peu rigide sur ce qui gouvernait pourtant ce monde humain. L'absence de souvenir le rendait bien moins méfiant et un peu trop indifférent, voire même déconnecté, ignare et naïf dans un sens. Comment peux-tu rester aussi calme ?
-En réalité...je me demandes bien à quoi je te sers...Aussi, renchérissait-il un tantinet enjoué. Je me sens plutôt flatté, et peut-être même ravi, tiens. Il marquait un court arrêt, songeant à l'un de ces ouvrages scientifiques, -un bestiaire- qu'il n'avait pas fini de dévorer. Il esquissait un léger sourire en se justifiant sans dramatiser. Car si on en crois ce que disent certains, les sirènes sont douées de manipulation or, je n'ai pas l’impression d'avoir été ensorcelé depuis notre rencontre. J'ose imaginer qu'il doit y avoir une bonne raison...

Nellieru se mit à rougir pour la première fois en peut-être une année, tiens. Pour cause, elle eut l’impression d'être percée à jour. Trop orgueilleuse pour reconnaître son amour face à l'attitude indifférente du garçon à son égard. Le forcing qu'elle avait fait au début étant la cause de ce manque de crédibilité qu'elle cherchait à présent. Elle avait déjà pris conscience de l'image dégradante qu'elle avait pu lui renvoyer. Cependant, elle n'imaginait pas qu'il irait jusqu'à cogiter à ce point. Elle qui était le plus souvent entourée de décérébrés, ses rapports avec les hommes étaient compliqués dans son esprit. La jeune femme avait vécu des années dans la crainte d'être un jour capturée sous sa vraie nature. La bestialité humaine l’effrayait à un tel point qu'elle avait succombé au pouvoir, en quelques sortes. Elle était l'épouse d'un pirate sanguinaire de base, jouant parfaitement son rôle de seconde et de cerveau, elle l'en avait tiré sa paix et la protection. Le fait qu'Al fut indifférent à ses charmes naturels l'avait dans un premier temps rassurée. Puis quand elle sut cerner l'argenté, elle regrettait cette attention qu'il avait modelé en amitié. Nell n'avait pas eu d'amis depuis des années, trahie par ces derniers, elle n'obtenait la loyauté des humains qu'en prenant leur cœur.Elle n'avait plus voulu s'essayer à cette hypocrisie, d'après elle. Mais là, c'était différent car ce garçon n'avait rien de commun. Par le passé il lui avait déjà prouvé sa valeur et aujourd'hui encore, il arrivait à lui ouvrir les yeux sur autre chose que la bestialité, l'avarice ou encore la luxure.
Aelendil sentit le regard de la jeune femme fixer son profil et détournait la tête, un sourcil inquisiteur. Un court silence s'était installé alors qu'elle songeait à toute allure. Si sa première réaction fut de se mettre sur la défensive, à présent elle était plus favorable aux confidences. « Qu'est-ce qu'il y a ? Tu te sens coupable ? » continuait-il de la taquiner de son air joueur, Nell détournait le regard une seconde fois, ses pommettes recommencèrent à rougir sur son visage doux qu'elle s'entêtait à durcir naturellement. Ses boucles vertes voltigèrent au mouvement sec de sa tête et Al l'observait. C'était à son tour de la fixer. Nell reprit la parole en gardant un minimum de contenance, sa voix feintait une arrogance grossière. « Hm ! Détrompes-toi Iceberg ! Je ne voulais tout simplement pas infliger ça au gamin de mes souvenirs, avait-elle dit en reportant lentement son attention sur lui en le prenant de haut pour dissimuler sa gêne. Al pouffait railleusement en relevant aussitôt l'indice relevé et la verte reprit quelque peu songeuse à son tour. Je me sens en sécurité avec toi, je n'ai donc pas besoin d'un larbin de plus. Elle reportait son attention sur lui en reprenant confiance, alors elle lui tendit un sourire des plus forcés en brisant cette vague de monotonie. Tu es bien plus distrayant comme cela... »
Al parvenait à en conclure que Nell était lasse d'être sur la défensive et cible potentielle. Simplement prête à relever le défis de le séduire, c'est ainsi qu'ils démarraient le début d'une complicité farfelues.
Les problèmes débutèrent dés le lendemain alors qu'ils avaient convenus de trouver Un vieux alchimistes sur les terres de la Redania. Eux qui débarquaient d'une archipel reculée au delà de Nazair.


Quatre mois s'étaient écoulés depuis le retour d'Aelendil et Selene, quatre mois qu'il n'avait plus le moindre souvenir de sa vie précédente.La présence de la sirène lui permit de ne pas sombrer dans la folie tant il était sans cesses en train de se questionner. La silhouette dans la pénombre de ses rêves le hantait, il s'était accroché à un tas d'espoirs la concernant. Aussi, le sort liant nos deux protagonistes principaux était toujours-là, torturant l'argenté d'un mystère perturbant.Le jeune prince n'avait appris rien de plus sur lui si ce n'était des rumeurs diverses et variées. Les plus intéressantes parlaient de lui suivant la reine qu'il aurait kidnappé pour mener une rébellion en cours. Il avait donc eut l'idée saugrenue de retrouver la reine en question, persuadé qu'elle pourrait éclaircir quelques points de sa vie. Ils avaient donc traverser bon nombre de paysage pour trouver la piste de la reine. A la place, ils passèrent plutôt leur temps à se cacher des humains à cause de leurs particularités physiques à tous les deux. Le prince aurait été soupçonné facilement et la jeune femme discriminée rapidement. Ils passèrent bon nombre de temps à remplir toutes sortes de besogne avant de se poser à mi-chemin. Il restèrent bien un mois sur les terres de la Temaria avant d'être enfin secourus par le druide qu'ils avaient tant recherché. Alors, tout deux saisis par les collines verdoyante du royaume et sa plénitude, ils gouttèrent à une petite semaine de tranquillité avant de reprendre la route pour trouver un camps de rebelle et par conséquent, la reine.
Pendant ce temps, la pression d'Asloth ne cessait de gonfler, il ordonnait toujours plus, il fallait qu'on lui livre les êtres dotés de magie du continent entier.  Morts ou vifs pour certain, ça lui était égal. Des listes furent rédigées, des escouades envoyées. Le Roi ne pouvait plus supporter l'absence et les actes de sa Reine.
Si, Aelendil et Nell purent se reposer en paix un court instant ce fut grâce à une vieille connaissance de Lornell. Le vieillard était reclus dans les montagnes, en attendant que son heure vienne, soit le moment où il se montrerait utile au Sang Ancien. En reconnaissant le dragon comme étant le prince et donc un espoir pour ce continent si toutefois il retrouvait sa mémoire. Il avait voulu faire une bonne action en aidant les deux hybrides, certain que son heure n'était pas encore venue malgré tout. En paix dans ces montagnes, ce furent probablement les jours les plus paisibles de l’existence du dragon sans compter la semaine passée à Kaer Morhen aux côté de Selene et sa famille.

Les problèmes revinrent vite au galop lorsque nombreux villageois parlèrent d'une femme aux cheveux verts et d'un homme à la chevelure argentée non loin vers la cabane du druide. De quoi attirer les quelques autorités corrompues d'Asloth implantées partout. C'était presque un virus. Ne risquant pas de mettre le vieux en danger, ils partirent en éliminant sur leur route les quelques traîtres ou faibles n'ayant pas le courage de lutter contre les oppresseurs. Ce fut en traversant les terres de la Temaria qu'ils furent assaillis par une bande de mercenaire. Un fichus hasard qui leur coûtait la liberté. Ceux-là étaient des extrémistes, défenseur de leur avidité. Ils étaient de ces nouveaux larrons qui s'adonnaient à la capture de civil pour en faire des esclaves sur le marché noir. Cette mentalité persistait, revenant parfois à la charge comme par session. Al venait de passer quatre mois sans avoir senti une seule fois son aura. Seul son système immunitaire et sa force semblaient surhumaines. Bridée par l'ignorance, sa force physique était réduite de moitié. Or, même ainsi il ne put venir à bout de l'escouade aguerrie. Organisés pour le neutraliser sans le tuer, ils eurent rapidement raison de notre acharné.
A son réveil, l'argenté était enchaîné, que dis-je saucissonné pour ne pas bouger un bras. A côté de lui la sirène assise sur ses mollets, attendant son sort morbide. Comme notre ami, elle portail cette chaîne autour du cous sauf qu'elle, seuls ses poings étaient liés dans son dos. Al se redressait vivement bousculant au passage Nell qui ronchonnait contre toutes attentes. Plus virulente que jamais d'ailleurs, elle se tournait vers lui avec une lueur désespérée dans son regard améthyste. « Aelendil, nous allons être vendus comme de vulgaires esclaves si nous ne faisons rien... » L'argenté soupirait, un brin blasé par sa réplique à la fois dénigrante et logique. Il s'était quand même battu précédemment... Il lui demandait précision sur ce qu'elle entendait comme forme d'esclavagisme. Elle fit le tour des grandes lignes en le promettant plus à un avenir de gladiateur plutôt que de play-boy. Sa carrure amoindrie depuis son escapade aux côté de Nell, il compensait nettement avec sa force surhumaine et son agilité imparable, jusqu'à maintenant. Après quelques brefs échanges, Nellieru jouait franc jeu avec l'argenté en lui révélant...

-Moi, je serrais m'en sortir, je finirais par obtenir ma liberté à la longue seulement toi... et puis les chances d'appartenir au même maître est quasiment nulle. Nous serrons séparés dans tous les cas, je refuse de retourner à mon ancienne vie... Ils me retrouveront tôt ou tard.
-Où veux-tu en venir, Nell, magnes-toi...
-Qu'est-ce qui me dit que tu ne chercheras pas à me retrouver une fois libéré et surtout...ta mémoire retrouvée ?
-... Nell...
-Oui...? répondit-elle en sentant son cœur louper un battement.
-...Tu l'as dis toi même, tu serras probablement libre avant moi, libres à toi de me retrouver, idiote ! Balançait le garçon sans prendre de gants avec de renchérir. Avec ou non ma mémoire tu resteras mon amie alors de quoi as-tu peur ?

La jeune femme avait tourné maladroitement ses pensées, honteusement égoïste, elle craignait de perdre le garçon. Cette tirade agaçait le dragon qui avait autre chose en tête que remettre leur amitié en question. Il remuait dans tous les sens pour tenter de briser les chaînes enroulées en ignorant les états d'âme de la verte. En réalité, Nellieru essayait de se rassurer, désireuse de ne plus jamais être seule. Elle ne pouvait plus supporter l'idée d'avoir à recommencer seule. Même si pour cela elle devait accepter l'amitié d'Aelendil plutôt que la réciproque de ses sentiments. Dans ce genre de moment, on était souvent prêt à sacrifier beaucoup pour rien. Elle dramatisait peut-être un peu trop en vue de ses capacités... C'était plus fort qu'elle toutefois, indépendant de sa volonté, elle ne pouvait croire à ses paroles. Alors elle se résonnait, préférant anticiper ce qu'elle avait en tête. Elle avait déjà réfléchi à beaucoup, Nell comptait sur ses connaissances en banditisme pour établir un plan pour les jours ou mois à venir selon le déroulement des choses, leurs conditions et ce qu'ils en tireraient. N'écoutant plus que son impulsion, elle marchait sur ses genoux jusqu'à l'argenté qui s'était assis sur ses mollets lui aussi. Il grognait comme un animal enragé tandis qu'elle se plantait devant lui. Naturellement, l'argenté s'interrompit pour s'enquérir de son attitude, ce à quoi elle s'attendit. C'est pourquoi, Nellieru projetait son aura dés l'instant où elle croisait son regard pâle. Une larme roulait sur l'une de ses joues en priant qu'il ne lui en voudrait pas. La culpabilité n'empêchait pourtant pas son sort d'être lancé. Elle se jetait alors à l'assaut de ses lèvres pour avoir le contact requis pour l'enchantement. En temps normal elle l'aurait usé de ses mains avant d'en venir au plaisir. Dans le cas actuel avec ses mains liées dans le dos, elle ne put se refuser une telle facilité. Aelendil qui avait entrouvert la bouche pour l'engueuler se retrouvait bouche bée plusieurs secondes. Nellieru qui s'était redressée l'observait avec inquiétude tant les secondes défilaient dangereusement pour elle. L' avait-il contré ? Jamais le sort n'avait laissé l'individu aussi passif longtemps. C'était en fait le temps que son aura ne parvienne à empoisonner le cœur et l'esprit de l'argenté visiblement déjà épris. Cette forte éventualité eut comme l'effet d'une enclume sur sa poitrine alors qu'elle peinait à se ravir du regard attendri qu'il lui adressait une fois ensorcelé. Elle ignorait tout de lui, elle en avait parfaitement conscience, c'est ce qui la rendit bien moins maussade. La fameuse reine, tiens ! Elle en avait tellement entendu parlé, Al aussi n'avait plus que ce mot à la bouche dans l'espoir de retrouver la mémoire. Ca l'énervait -pour ne pas dire transformé- de le voir s’accrocher ainsi à un espoir peut être vain. De ce qu'ils savaient ils n'étaient pas proches, ni ne voyageait avec eux. Nell misait plus sur les pistes que la Reine lui transmettrait, loin d'imaginer le lien unissant les deux véritables acolytes.
Aelendil plissait les yeux, se demandant comment il avait pu passer à côté d'une telle beauté face à sa voisine. Loin d'être poète, le jeune prince se terrait dans le silence en la contemplant. Lui qui avait eu récemment le sentiment d'avoir aimer une sorcière ou peut-être une mage ou encore une elfe. Persuadé que la silhouette était cet amour perdu, c'étaient ce genre de pensées qui avaient détaché son attention de sa camarade. Mais passons, notre ami se sentait quelque peu engourdi par cette ivresse soudaine. Nell le ramenait vite à la raison en lui rappelant qu'il devait gagner tous les combats qu'il serrait amené à livrer. Projetant d'avance qu'il ne serrait pas vendu à son frère mais  des collectionneurs sur l'île à la pointe des péninsules de Poviss dans les terres de Kovir. Retour en mer, le duo fut bel et bien emmenés dans la ville brigande, tous dissuader de voir le prince grâce aux charmes de la sirène. Tant pis pour les magouilles que cela causeraient une fois partis.

Quand les maîtres approchèrent des esclaves se morfondant à terre pour la majorité, ils ne purent tous, détacher leur regard de la sirène. Les humains simples étaient sensibles aux charmes des sirènes et de bien d'autres créatures. Les enchères débutèrent, le vainqueur se ruinait d'un tiers avec cette seule prise. Il s’empressait d'aller cueillir au préalable la jeune femme pour lui expliquer les termes d'un tel prix. Elle avait plutôt intérêt à lui être docile. Nellieru en profitait pour l'ensorceler, s'emparant de son cœur dés l'instant où il avait empoigné sa ravissante chevelure. Il se tût cinq secondes avant d'ordonner à ce qu'on la libère expressément. Ainsi démarrait le début des négociations. Nell en profitait pour convaincre son nouveau maître d'acheter l'argenté nonchalamment assis. « Lui ? S'étonnait le type grassouillet en examinant d'un mètre le regard froid de notre ami. Il a l'air sauvage ! Je ne veux pas d'un sauvageons dans mon équipe ! » Nellieru insistait, elle lui présentait des arguments bétons, ventant les prouesses du dragon comme une vendeuse de tapis. Elle savait s'y prendre et lorsqu'elle sentait, Olgoud, donc le maître, se rebiffait et la questionner dangereusement elle lui remettait un coup de pression avec ses toxines matérialisées par son aura. Une personne à gérer c'était suffisant pour cette manipulatrice quelque peu rouillée de plusieurs mois. Elle laissait toutefois Olgoud contester pour finir par mettre à l'épreuve notre prince. Très agacé par le manège de son client, le marchand acceptait toutefois de prêter l'un de ses gladiateurs en voie de liberté.
La scène se déroulait très vite, le gladiateur rejoignait lentement l'assemblée, vêtu de son armure de combat, il feintait de s'échauffer en riant narquoisement, nul doute qui prit de haut le dragon. Il fit faire des ronds à chacune de ses épaules avant de s'attaquer à la tête, feintant de s'échauffer. C'était pile le moment où Al saisissait la lame de l'épée tendue par un garde. Il la retournait des bouts des doigts pour faire atterrir la garde dans sa paume. Une légère démonstration d'agilité avant qu'il ne jauge sa lame brièvement et la balance d'un geste bref et rapide en direction du gladiateur. Le type fut décapité sur le coup puissant et l'épée allait se planter dans le décors. Al jetait un regard à la sirène avant d'être accusé de barbarisme et d'être malmené. « Non ! Attendez ! Je vous achète aussi celui-ci... » Avec un tel potentiel, Olgoud se voyait déjà siroter les meilleurs vins que lui avaient promis la sirène, sa future femme. Une parmi une dizaine d'autre dans son harem confortable. L'arrivée de Nellieru bouleversait les habitudes du maître qui la favorisait à toutes les autres tout le long de leur séjour sur l'île.

-Bon écoutes, il va y avoir le championnat annuel, le gagnant affronte le grand champion invaincu depuis deux ans maintenant. On à plus rien à cirer de regagner nos libertés, on sait comment se tirer maintenant, Alors je te propose de repartir avec le prix du championnat en plus de ta promotion.
-Qu'y a-il de si intéressant pour que j’accepte de jouer encore ce rôle... ?
-Argh... Sois pas si rabat-joie !On est quand même bien ici! … M'enfin, il n y a pas seulement de l'argent en jeu mais un tas d'autre choses dont tu n'as pas idées... En l'occurrence, une relique dont j'aimerais m'emparer.

Le duo discutaient discrètement dans la chambre de l'argenté, tout deux assis face à face à songer sérieusement. Nellieru n'était pas encore rassasiée de sa vie de princesse. Elle en voulait, elle qui anticipait tous les dangers sauf lorsque le prince combattait dans l'arène. Déjà deux mois s'étaient écoulés, deux mois à combattre pour sa survie. Dont trois semaines de vraies galère. Ballotté à droite, à gauche à cause du manque de festival sur l'île où ils avaient atterris des semaines plus tôt. Aelendil avait suivi les conseils et entraînement d'ancien gladiateur afin de faire mouche à chaque coup d'épée. On lui fit faire une lame courte et épaisse qu'il apprit à manier avec une dextérité hors norme. Chaque combat faisait naître en lui ce goût du risque, jouant sa vie à chaque duel, il y mettait toujours sa concentration et son potentiel pour en finir vite. Il enchaînait donc les combats, devenant le numéro un de l'île et sa population durant certains moments. Le grand Champion attendait lui son heure, tentant à plusieurs reprises d'affronter clandestinement l'argenté. Ce dernier s'était prêté au jeu à partir du moment où sa condition avait évolué. Quelques entretiens avec Nell l'avaient convaincu de rester se cacher ici encore un moment. Durant ces deux-mois, c'est en lui exposant un tas d'arguments et d'autres plans comme celui de repartir avec un butin conséquent leur permettant d'acheter un rafiot et son équipage, et plus encore. Faut avouer qu'ils en avaient marre de fuir sans moyens, il était temps d'assurer leurs ambitions. C'est donc de son plein grès que le dragon avait accepté de jouer aussi longtemps les gladiateurs pour le compte d'un sale type. Aussi, il acceptait de rester trois semaines de plus pour mieux préparer leur évasion ainsi que rafler un maximum de butin. L'amour ensorcelé qu'il lui vouait était en partie la cause de cette décision farfelue. Il en était à son cinquantième combat en arène et toujours invaincu. Il pouvait prétendre affronter le grand champion de l'île pour gagner une place dans les arènes du Nilfagaard. C'était à cet instant que démarraient les vrais combats d'esclaves pour la liberté. Al n'en n'était plus là, car ils avaient trouvé le moyen de s'échapper depuis quelques temps mais devaient encore calculer leur coup.
Lotis comme des invités de marques depuis déjà plus d'un mois, ils profitaient allégrement du système. Ils avaient retrouvé la forme, nourris et blanchis gratuitement au final. Notre ami avait développé une carrure convenable, au mieux de sa forme, il avait laissé sa chevelure neigeuse lui envahir les épaules. Son maître appréciant le spectacle et en avait fait son gagne pain en doublant ses mises avec tous les combats raflés.Le tout en dissimulant l'identité du prince, ainsi ils étaient tous en paix avec l'Empire. Très peu présenté au grand publique il passait ces deux mois dans la villa du bandit. Il n'était pas toujours chouchouté du publique, sur scène déguisé sous un heaume et une tunique typiquement spartiate principalement, il était aussi parfois habillé par les désirs théâtral d'Olgoud.. Chacun ayant son style de combat en plus de vestimentaire, le sien était particulier par son manque de positionnement ou encore ses attaques éclairs laissant souvent le publique sur sa faim. Il ne faisait pas de chichi, souvent traité de frimeur, il n'avait jamais essayé de conquérir le publique, allant même contre son gré quand il le pouvait. C'était ce qui le rendait à la fois admiré et détesté.

Aelendil maintenait son épée à revers, un brin essoufflé, le type en face de lui manipulait avidement deux épées moyennes. Deux comme celles de notre ami en train de jauger son adversaire massif. Ses épées étaient ridicules pour des bras comme les siens, cependant, le champion avait compris qu'il lui fallait privilégier l'endurance à la force dans ce genre de combat. Al l'avait si bien compris, lui, qu'il n'enchaînait jamais son adversaires plus de deux ou trois fois afin de revenir sur une autre tactique. En l'occurrence, ce combat avec le champion traînait en longueur tant le géant fut efficace. Le publique était mitigé entre le sang neuf et le style particulier de notre ami grimé et le champion présents dans leur cœur depuis deux ans. Des dilemmes que méprisait l'argenté concentré. Le champion, lui, aimait s'attirer les ferveurs du publiques et leurs encouragements en les rappelant à leurs devoirs. C'était dans ces moments-là que le jeune prince prenait le plus de plaisir à défier son adversaire. Désireux de lui couper l'herbe sous le pieds à tout moment. Quelques regards vers Nellieru l'avaient incité à prolonger le combat, reconnaissant le roulement de poignet discret de la jeune femme dans les tribune. Olgoud ne l'aimait toujours pas malgré l'argent qu'il lui avait fais gagner. C'était à cause de son manque de cérémonie, entre autre.
Le combat ayant atteint son quota de minutes, Aelendil décidait de ne plus laisser de répit à son adversaire. Il décidait de l'attaquer de front en trottinant doucement, le publique se rebellait face à ce mouvement connu. Al tentait de planter le champion qui fut un brin intimidé par l'attaque en cours. Il l'esquivait de justesse, étonné de son exploit avant d'être à nouveau assaillit par la même attaque. Déboussolé par les assauts du dragon, la troisième attaque lui fendait le trapèze droit. En atterrissant sur ses pieds, l'argenté fléchit les jambes pour bondit sur le côté et dans la foulée planter le champion dans le flan, atteignant ainsi son cœur. Résultat du combat, Al s'en sortait avec deux égratignures bénins et encore beaucoup d'énergie. Il avait profité de la confiance de son adversaire pour le renverser brutalement en quelques coups réfléchis. L'ancien champion tombait lentement sur ses genoux avant de s'étaler de face sur le sable. Al essuyait sa lame tandis que le publique encaissait cet enchaînement d'abord avec une stupeur silencieuse. Les cornes retentirent et on annonçait un nouveau champion. Aelendil daignait levait un bras pour le publique partagé qui se reconvertit vite face à l'attention du gladiateur.  Acclamé durant cinq courtes minutes, il en profitait pour se désaltérer un instant avant de rejoindre le centre de l'arène.

Il savait très bien ce qu'il l'attendait, il n'avait pas de mal à comprendre qu'on veuille affronter le champion. L'endroit étant cerné, les combats étaient à titre amical. Or, il arrivait souvent que des groupe d'homme ne se prennent un peu trop au sérieux face au champion. Toisant la foule à travers son heaume, Al écartait les bras de manière provocatrice, incitant les courageux à venir tâter sa lame. Silencieux comme toujours, il se contentait de ce simple geste tandis qu'il vit sortir de la foule un mystérieux personnage. Le type avançait d'un pas lent mais assurément déterminé. Sa carrure était égale à celle de l'argenté à première vue. Al détournait lentement son attention sur lui, tournant même d'un quart les talons pour mieux lui faire face. Cinq types le devancèrent en hurlant à la mort comme prit d'une folie meurtrière. Chacun arrivant l'un après les autres, Al put s'en dépatouiller sans bouger de place. Il se fichait bien de ne pas faire de blesser, il n'était pas du genre à s'encombrer de ce genre de remords même dans cette nouvelle vie. Chacun ici savait ce qu'il l'attendait en entrant dans l'arène. Pendant ce temps, l'inconnu aux allures de mercenaire en finissait d'atteindre sa hauteur. Notre ami le laissait venir, attendant de voir quel espèce d'énergumène venait de se planter devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
 

"J'ai besoin de nos chemin qui se croisent "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le p'tit bonhomme de chemin, d'un futur retraité.
» Besoin d''aide=>Panda air niveau 109(actuelement)
» besoin de publicité
» Besoin de l'aide d'un "graphiste"
» [03] - Ai je besoin d'une carte Wifi sur mon ordinateur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Alliance :: Forêt-